Accueil > Topo Guide > Sommets > Araucanie (Chili) > Volcan Quetrupillan > Par la Laguna Azul > Sortie du 29 aout 2013
 En attente de modération

2390 m Volcan Quetrupillan, Par la Laguna Azul

Données techniques

Massif : Araucanie (Chili)
Orientation : N
Dénivelé : 1400 m.

Difficulté de montée [?] : PD
Difficulté ski [?] : 3.1 E1
Pente : 30° max

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : Pas de carte spécifique

Matériel

Piolet et crampons

Départ/Accès

Départ : Porton Fundo el Porvenir (1025 m) - Depuis Pucon, suivre la route en direction de la frontière Argentine puis après Llafenco Alto, prendre à droite la piste indiquant les Termas Palguin. Laisser la piste des Termas sur la droite et continuer cette piste en bon état jusqu'à une bifurcation (prendre à droite même si c'est noté "accès privé") la piste au niveau du Porton Paraiso Escondido. La piste à partir de la bifurcation est mauvaise mais on passe en 4X4. Au bout d'environ 3km, on arrive au point de départ de la randonnée : le Porton Fundo el Porvenir.

Itinéraire

Du Porton Fundo el Porvenir suivre la direction indiquant "Laguna azul".
Il semblerait néanmoins, d'après quelques "guides" locaux de Pucon que l'on peut suivre le sentier indiquant "volcan".
Le sentier de la Laguna azul monte en rive gauche du rio Mocho. Il est bordé de coligues qui sont une sorte de bambous qui poussent en rangs serrés et qui sont bien souvent infranchissable sans sentiers. Vers 1200m on rentre au niveau du parc naturel du Villarica (marqué par un panneau et une "carte" affichée). De là, on a essayé de suivre les informations du topo de ski andinisme mais sans succès. En fait, nous avons suivi une direction Sud sans prendre trop d'altitude et qui nous a contraint de traverser 3 combes profondes avant de gagner une croupe à travers la forêt d'Auracarias, de Lengas et de Coigues. De la croupe, on part à gauche c'est à dire plein Est et après avoir découvert sur la droite (vers le Sud) les volcans Mocho et Choshuenco, on voit le sommet du volcan Quetrupillan. On suit ces vallonnements sans végétation jusqu'à un Col à droite du sommet. Du col, on prendre une direction Nord puis Ouest pour arriver rapidement au sommet.

Remarques/Variantes

Très joli itinéraire varié mais assez long notamment la première partie dans la forêt dans laquelle il faudra faire attention sur un retour tardif afin de ne pas s'égarer. Très beau volcan permettant une vue splendide sur le volcan Villarica, les volcans Mocho et Choshuenco et Lanin. On voit aussi plein Nord, le volcan llaima.

Variantes :

» par la Laguna azul (D+ 1400m ; Ski 3.1 ; Orientation N)

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Volcan Quetrupillan, Par la Laguna Azul [»] : Sortie du jeudi 29 aout 2013 par didiergo

Participants : Yves

Météo

Très beau temps avec juste quelques nuages élevés. Du, vent fort en altitude près du sommet. Temps doux avec iso zéro vers 3200m

Conditions d'accès

Etat de la route : piste enneigée accessible en 4X4

Altitude du parking : 1025m

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : 1100m
Altitude de déchaussage (descente) : 1200m

Activité avalancheuse observée : RAS, neige humide et lourde en forêt et qualité printemps au-dessus de 1700m

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Topo - Dénivelé réel effectué : 1400m

A la lecture du topo de ski andinisme, nous avons hésité à nous engager tant l'itinéraire semblait pommatoire. Des informations prises à Pucon nous indiquent que l'on peut monter par le sentier indiquant le volcan. Ceci dit, devant les désagréments occasionnés aux auteurs du topo de ski andinisme par l'itinéraire du volcan, nous avons hésité et renoncé à suivre le sentier du volcan au profit de celui de la Laguna azul.

Arrivés à la porte du parc, nous avons perdu l'itinéraire décrit dans le topo de ski andinisme. De ce fait, nous l'avons joué "intuitif" et finalement nous nous en sommes bien tirés. Ceci dit, le temps donné dans le topo de 4 à 5h pour cette course est largement sous-estimé compte tenu de la longue partie dans forêt dans laquelle il convient souvent de faire des pauses afin de s'orienter au plus juste.
Nous avons mis 6h pour gagner le sommet, pause déjeuner incluse et 1h30 pour descendre en suivant scrupuleusement nos traces de montée dans la forêt et en comptant les pauses photos.

Ce volcan est parfaitement situé entre les volcans Villarica et Lanin ce qui permet d'observer depuis le sommet, un panorama magnifique dans compter les vues sur les volcans Mocho et Choshuenco et le volcan Llaima.

Le haut de la descente sur les premiers 100 mètres étaient en neige dure, voire glacée notamment au niveau du passage du "col" permettant de basculer dans le versant Ouest où la neige était excellente : une bonne moquette s'alourdissant juste avant d'atteindre la crête boisée.

De fait, une excellente descente en neige 4/5 étoiles et un passage dans la forêt assez "sympathique". Nous avons déchaussé plus haut que l'endroit où nous avions chaussé car sur la fin, le sentier fait pas mal de virages courts avec de la pente et compte tenu des nombreux coliques, c'était très "sportif", voire dangereux.

Très belle course sauvage où à la différence du Villarica, vous avez peu de chance de croiser du monde. A conseiller à condition d'avoir un véhicule 4X4 pour accéder au point de départ.


Commentaires

» Par Timbal, le mercredi 04 septembre 2013 à 08:49

C'est quoi un "colique" ?
Si c'est ce que j'imagine je n'aurait pas utilisé le qualificatif de "sportif" :D

Pardon! en regardant les photo j'ai trouvé la réponse :
Les coligues sont des sortes : de bambous poussant en rangs serrés rendant les passages hors sentier infranchissables
En effet ça doit être sportif mais mieux vaut ça qu'autres chose! :ill:

Plus sérieusement, merci à vous de nous faire rêver.
Je suis passé a pied au volcan Llaima il y a 10 ans je rêve encore d'y retourner à ski!

» Par JPR1, le mercredi 04 septembre 2013 à 09:03

Encore magnifique, croisons les doigts pour la suite météo...

» Par Jean Jacques Bianchi, le mercredi 04 septembre 2013 à 10:57

Voilà notre Quetrupillan à nous en 1997 :
"Sur la foi d’informateurs locaux, il existerait un hébergement au point de départ de l’itinéraire. Ceci dit, la région est
vaste, la carte toujours aussi symbolique ne sert qu’à repérer sans trop d’incertitude l’entrée de la vallée latérale qui sépare
les champs de glace du Villarica des champs de neige du Quetrupillan.
Je rechigne à remonter trop longtemps cette piste qui devient chaotique, et mène à priori nulle part, d’autant que, ayant
présenté au départ ma Carte Bancaire comme « garantie « pour la location de la bagnole, je voudrais éviter les ennuis personnels au retour à Santiago. J’apprécie déjà moyennement l’absence chronique de chaînes, et donc encore moins l’idée d’abandonner une voiture au fond d’un ravin …
On est sur le point de passer le Quetrupillan par pertes et profit, quand un vague bout de bois pointant vers une vague
piste raide et glaiseuse nous conduit finalement à une sorte de ranch. Une fois trouvée la porte d’entrée, une ambiance
typiquement tyrolienne : en fait, il s’agit d’un centre équestre tenu par un couple d’Autrichiens, presque un retour au pays !!
Au milieu des Apfelstrudels et des chopes de bière, une question : « vous venez faire quoi ici ? Ce n’est pas encore la saison du cheval, il y a pas mal de neige en altitude, mais dans un mois, ça sera parfait, il y a un potentiel fabuleux de grande randonnée à cheval, etc. »
C’est vrai que nos skis étaient restés dans les voitures. On dévoile nos intentions. Léger étonnement de nos Autrichiens
: « ja, ja, ja, il y a 4 ou 5 ans, les derniers skieurs qu’on a vu passer, des compatriotes qui espéraient gravir le Quetrupillan,
ont erré toute la journée sans avoir pu trouver le chemin à travers la forêt ». Horreur et stupéfaction, un autre Calbuco !! Devant notre désarroi, ils nous proposent de mettre à disposition un « peone » qui connaît bien tous les passages. Marché conclus.
Au petit matin, nous voici donc marchant derrière notre guide à pieds, qui va nous mener à la lisière de la forêt, sur la neige, puis s’en
retourne.
Bien sûr, en prévision du retour, on a cassé des branches, planté des repères, dressé des cairns, creusé des tranchées au sol… comme de vieux chefs scouts.
Ensuite, course parfaite, en boucle, soleil, belle neige, sommet entre deux géants, le Villarica et le Lanin.
Bon, Martine - qui a fondu les plombs après notre épopée au Lanin - a bien eu tort de partir : une belle course bien typique du coin. "

» Par mathieu des Noes, le mercredi 04 septembre 2013 à 12:37

On a l'impression que les distances sont toujours importantes pour ces volcans. Quelle est la distance moyenne ?

» Par Jean Jacques Bianchi, le mercredi 04 septembre 2013 à 14:55

distance entre quoi et quoi ??

» Par didiergo, le mercredi 04 septembre 2013 à 15:32

@mathieu : effectivement les distances entre point de départ et les sommets sont souvent importantes, sans compter le dénivelé. En plus au départ, le sommet d'un volcan a l'air toujours proche, mais ce n'est pas le cas!

» Par mathieu des Noes, le mercredi 04 septembre 2013 à 15:36

les distances sont de quel ordre: 5 , 10 ou 20 km ?
En tout cas merci pour ces sorties, ça donne envie.

» Par didiergo, le mercredi 04 septembre 2013 à 15:36

@Jean-Pierre, pour la météo cela semble bien cuit, c'est bâché pratiquement partout, sauf au Nord de Santiago jusqu'à lundi 9/09. On va visiter les termas!

» Par didiergo, le mercredi 04 septembre 2013 à 18:01

@mathieu : pour quelques volcans, c'est de l'ordre de 18 à 20 km A/R. Pour le Quetrupillan, je vais regarder les données GPS si elles ne sont pas effacées.

» Par didiergo, le mercredi 04 septembre 2013 à 18:03

@Jean-Jacques : visiblement plus de traces de ranch al Porton Fundo el Porvenir. C'était fermé mais ils ouvrent peut-être une fois la piste accessible.

» Par Jean Jacques Bianchi, le jeudi 05 septembre 2013 à 02:31

didier
une fois sur place
et si la météo le permet
un volcan mystérieux à ne pas manquer
le Puyeye
long ( au moins 1800 m de mémoire ), c'est à dire qu'on part de 300 m env, puisqu'il culmine à un peu plus de 2000
mais fabuleux
traversée forêt assez aisée pour une fois ( chemin correct et bien balisé ),
puis les pentes, et un cône volcanique extraordinaire, cylindre parfait d'env 1.5 km de dia et 200 m de profondeur ...
du moins avant qu'il n'explose complet ( il y a 7 ou 8 ans ), comme il le fait régulièrement deux fois par siècle ...

» Par Jean Jacques Bianchi, le jeudi 05 septembre 2013 à 02:40

les distances dépendent directement des possibilités d'approche sur des pistes généralement non balisées, non signalées, dans un état ou un 4x4 est indispensable ... donc de l'endroit où tu décides ou tu es contraint de remplacer le moteur thermique par le moteur humain
les départ depuis des stations de ski sont "faciles" à trouver et là, en général, chaussage direct ...
l’extrême est le Tronador, à la frontière Argentine, dont l'accès depuis le Chili est particulièrement compliqué ... ferry, bus, ferry, bus jusqu'à un col frontière, une quinzaine de km à pieds ( bivouac / tente), puis montée au refuge du Tronador, sommet en AR ( sommet non skiable jusqu'en haut ... ), et retour en sens inverse
mais c'est un superbe sommet très glaciaire

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne