Accueil > Topo Guide > Sommets > Devoluy > Tête de l'Aupet > Par le Vallon des Narrites > Sortie du 20 fevrier 2019
 Topo validé par la modération

2627 m Tête de l'Aupet, Par le Vallon des Narrites

Données techniques

Massif : Devoluy
Secteur : Devoluy
Orientation : SE
Dénivelé : 1430 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 3.1 E2
Pente : 30 à 35° sur les 400 derniers mètres

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3337OT

Matériel

Couteaux souvent nécessaires pour le triangle sommital, crampons si la pente est glacée.

Départ/Accès

Départ : Le Grand Villard (épingle 1207 m) (1207 m) - Grenoble > La Mure > Corps > St Didier > Le Grand Villard > Lacet de la D217 juste après.

Itinéraire

Depuis le lacet de la D217 entre le Grand Villard et Truchières, longer le torrent des Truchières puis continuer dans la même direction, en passant près d'une cabane pastorale (1588m). Gagner alors le replat à l'entrée du Vallon des Narrites (1750m). Remonter le vallon, bordé de falaises, en passant plusieurs replats, et atteindre la base de la Tête de l'Aupet (2100m), le sommet se trouvant maintenant en face, avec son triangle sommital caratéristique. Contourner le système de barres à la base du triangle par la droite dans une pente en dévers plus soutenue (couteaux conseillés par neige dure). Une fois les barres dépassées (2300m), remonter les 300 derniers mètres jusqu'au sommet (pente 30° à 35°).
Descente par le même itinéraire ou par le Vallon de Truchières ce qui permet de réaliser une belle boucle en passant à la base du Petit Ferrand. Pour cela, attaquer la descente du triangle sommital en obliquant rapidement à droite afin de coutourner les barres et gagner un col (2170m) entre les Prêtres et la Tête d'Oriol.

Photos

Le vallon des Narrites avec la Tête de l'Aupet tout au fond
Le vallon des Narrites avec la Tête de l'Aupet tout au fond [par jean boudet]

Remarques/Variantes

Randonnée superbe dans ce massif si particulier du Dévoluy. Le vallon des Narrites est le plus beau des vallons Est du Dévoluy mais un départ matinal est requis afin de ne pas gâcher la superbe pente finale exposée au soleil.

Variantes :

» En boucle par la Tête d'Oriol (D+ 1600m ; Ski 3.1 ; Orientation T)
Monter directement à la tête d'Oriol et sa pente E qui commence juste au dessus de la cabane pastorale (1588m). Une fois au sommet de la Tête d'Oriol, piquer plein W sur l'arête pour descendre 200/250m au pied de la pente terminale de la Tête de l'Aupet qu'il reste à gravir.
Pour les moins téméraires ou en cas de conditions douteuses en face W, redescendre de la tête d'Oriol par le chemin de montée jusqu'au replat (2100/2150m) Et plonger dans une courte pente N qui permet de retrouver l'itinéraire de montée à la Tête de l'Aupet par le vallon des Narrites. Descente du sommet de l'Aupet dans les 2 cas par le vallon des Narrites qui semble a solution la plus logique.



Refuge(s) associé(s) : Gîtes "Le Beau Rêve"

Sortie(s) GPS associée(s) : 12.03.17 02.03.13 05.04.09 11.03.07

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Tête de l'Aupet - Quand la lune pleine baigne le Mas de Monsieur Baudinard [»] : Sortie du mardi 19 au mercredi 20 fevrier 2019 (2 jours) par taramont

Participants : jacques 100T, Marc PAPET
Membres associés : pol (17.02)

Météo

Irréprochable sauf que c'est un temps de mars plutôt que de février, pas de vent

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking : 1194m (Le Mas)

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : 1194m
Altitude de déchaussage (descente) : idem

Activité avalancheuse observée : RAS
Excellente neige de printemps, légèrement lourde trafolée dans les 100m supérieurs - déjà quelques cailloux émergents vers le sommet et également dans la partie peu pentue du bas

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Le Mas/Cabane Pierre Baudinard/Traversée vers le vallon des Narrites/sommet A/R - Dénivelé réel effectué : 1440m

Ma bonté me perdra. (si ce n'est déjà fait...). Car qui ne connaît pas mon goût pour la solitude, surtout un soir de pleine lune ? J'avais trouvé une nouvelle cabane où pourraient se passer de grandes choses en-dehors des grignotis de souris et rêvait à ce soir qui serait forcément sublime. Eh bien, des choses se sont passées, pas forcément grandes, mais quand même, et surtout pas comme je me les imaginais. D'abord, c'est Jacques qui pris contact. Je ne sais pas dire non à Jacques. Ensuite, c'est Marc. Je ne sais pas dire non à Marc. A qui je sais dire non ? Vie privée. Paraît que la montagne c'est aussi le partage. Je ne contredirai pas. Et avec ces deux là, j'ai déjà partagé beaucoup et leur doit autant.

Mais la sociabilité de la pleine lune de février ne s'est pas arrêtée là. A peine le sac posé à la cabane, arrivent Eloi, Germain et Adrien. Des beaux gosses haut-savoyards, des skieurs alpinistes, des vrais de vrais. Depuis 2 jours, ils ont déjà le Grd Ferrand et la Tête de l'Aupet à leur actif. L'objectif suivant n'est rien moins que l'Obiou ! Ça vaut la peine de se serrer quand on a l'insigne honneur de partager une cabane avec l'élite alpinistique française. C'est moi qui dit cela, eux étaient plutôt du genre modeste.

La soirée fut fort plaisante, nous avons conversé très civilement de choses et d'autres et même trouvé des racines communes. Seulement, en fait de racines, il a fallu d'abord chercher un peu de bois alentour pour faire bonne mesure car ces messieurs en remontaient un sac plein depuis le parking (après leur course, évidemment).

Sous une lune dans toute sa majesté, le décor s'est peu à peu teinté dans un dégradé de rouge/rose d'Ida et de bleu céleste. Quelques lumières dans la vallée prouvaient qu'on était toujours encore sur la terre des hommes. Et bientôt la cabane entra dans la paix de la nuit veillée par sa pierre sentinelle. (Ces messieurs ont poussé l'amabilité jusqu'à nous laisser la priorité du galetas le moins froid. Encore merci s'ils me lisent).

Au matin, la Montagne de Faraut, le col du Noyer et toute la chaîne jusqu'au col du Rabou se pavanaient toujours dans des dégradés subtils magnifiés par le soleil levant. Puis, un voile de brume a nimbé l'horizon au S et à l'E tandis qu'un soleil sans retenue frôlait et caressait les roches dorées qui bordent le beau vallon des Narrites.

Mes compagnons folâtraient devant moi avec de temps en temps un arrêt de courtoisie, aucun bizolet n'étant là comme prétexte à une fuite en avant. Ainsi au replat à 2000m, ils étaient arrêtés une nouvelle fois et là j'entendis ce que je n'aurais pas dû entendre. «Tu sais bien qu'elle veut toujours être seule, eh bien on va satisfaire ses caprices : on va monter plein N en crampons et atteindre le sommet par l'arête E, elle ne suivra pas ». Il faut toujours dire aux gens ce qu'ils ont envie d'entendre. Donc, moi : «Pourquoi pas ? Et puis, à la réflexion, non, je vous laisse dans votre variante d'alpiniste, je monte tranquillement par la voie classique". C'est donc ainsi que j'ai gagné un ptit bout de solitude, un peu gâchée par le coup de massue de la chaleur. Mais au sommet, patients et bavards, mes compagnons m'attendaient avec le sourire. Que demander de plus ? Ah si, une descente de cinéma. Celle-ci aussi nous l'avons eue.

Ah mesdames, si vous saviez combien il est plus agréable de partir avec les maris des autres que de trottiner derrière le sien ! Vous passez une journée des plus agréables et le soir venu, vous pouvez les rendre. Car sinon qu'en faire ? Je vous le demande.

(Marc à toi de jouer pour les images)


Commentaires

» Par Marc PAPET, le mercredi 20 fevrier 2019 à 21:54

Hum!Hum! Sur le replat à 2000, es-tu sûre d'avoir entendu une telle conversation? :cool:

» Par taramont, le mercredi 20 fevrier 2019 à 22:28

Tout ce qu'il y a de plus sûr :D

» Par Jacques 100T, le jeudi 21 fevrier 2019 à 08:08

Merci pour le récit et les photos....je pars de suite chez mon ORL :wink:

» Par taramont, le jeudi 21 fevrier 2019 à 13:19

ne te donne pas cette peine Jacques, il ne fera que te confirmer l'excellence de ton audition :D

» Par HDlameije, le jeudi 21 fevrier 2019 à 16:14

Marivaux ne saurait aussi bien dire. Au sujet des maris bien sûr :D

» Par cassien, le jeudi 21 fevrier 2019 à 17:50

La classe comme toujours, bravo!! :wink:

» Par Olivier -R-, le vendredi 22 fevrier 2019 à 15:35

Magnifique! Cà donne des idées quand on est pas loin :wink:

» Par stfpetitcaillou, le samedi 23 fevrier 2019 à 00:04

Taramont
Que c'est beau, cet endroit, mais c'est où ? ce n'est plus en chartreuse...je suis perdue.

Je respire de ta liberté et de ton humour au sujet des maris :roll:
Dans le même délire je suis en train de signer un contrat de mariage particulier pour un #Mari de voyage#
j'en ai besoin juste pour mon prochain trip bike à vélo, en IRAN...(mieux vaut être marié en blanc dans ses contrés, euh non mariage blanc ) :OO:

confidence : j'aimerai bien, brisée la glace de ma solitude une fois avec toi....et parler...parler...parler...
dans le silence des hauteurs. :wink:

» Par Em42, le samedi 23 fevrier 2019 à 08:05

Bien beau ce compte-rendu, comme toujours :roll:

» Par Zeb', le lundi 25 fevrier 2019 à 14:36

Un subtil mélange entre récit de course (voire de loose), poésie et toujours une bonne dose de malice (cette conclusion, m'enfin ?! :lol: ), ca me met la banane au bureau pour la journée !

» Par stfpetitcaillou, le lundi 25 fevrier 2019 à 19:04

Ah oui, je comprends, ce que tu m'as dis...
IRAN hiver 2020...
????????????

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne