Accueil > Topo Guide > Sommets > Ecrins > Rouget > Brêche du Rouget Face Est > Sortie du 03 mai 2019
 En attente de modération

3418 m Rouget, Brêche du Rouget Face Est

Joli couloir, qui prend le soleil très tôt et le perd aussi tôt. Le haut de l'itinéraire est plus pentu (55°/40m), ensuite ça s'adoucit un peu.

Données techniques

Massif : Ecrins
Secteur : Oisans
Orientation : E
Dénivelé : 1581 m.

Difficulté de montée [?] : AD-
Difficulté ski [?] : 5.1 E2
Pente : 45°-50° / 300m

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3436ET

Matériel

crampons /piolet, matériel éventuel pour un rappel

Départ/Accès

Départ : la Bérarde (1720 m) - Grenoble -> le Bourg d'Oisans -> St Christophe en Oisans -> Champhorent -> la Bérarde (Route ouverte en général fin mars à l'ouverture des refuges)

NB: Ce départ est accessible en TC

Itinéraire

De La Bérarde, remontez la vallée des Etançons jusqu'au ravin du cros d'Aréna. Remontez le ravin puis le glacier d'Aréna, le couloir est droit devant. Remontez les 300m de couloir. Profitez de la vue vous êtes arrivé. Les 20 derniers mètres sont trop étroits pour le ski

Photos

Brêche du Rouget, Face Est
Brêche du Rouget, Face Est [par ZeroD]

Remarques/Variantes

Variantes :

» Brèche du Rouget, Grand tour du massif du Soreiller (D+ 3500m ; Ski 5.1 ; Orientation T ; Départ Saint Christophe en Oisans (Les Prés))
Depuis les Prés, suivre le sentier d'été du Plat de la Selle. Vers 2200m, on rejoint une sorte de combe suspendue. Au Printemps, c'est ici que démarre l'enneigement. On remonte jusqu'au Grand Creux avant de viser Sud-Est une croupe en neige. Ne pas aller au col du Graou 2985m (il mène à des barres rocheuses) mais le point 3014m identifiable par son antenne (Passage du Graou). De là, dépeauter et descendre dans le grand vallon du Soreiller (38°/100m puis belles pentes à skier). On s'arrête au dessus du ressaut vers 2500m. On remonte alors vers l'est (une sorte d'arête visible). Il faut venir buter sur l'Aiguille de la Dibonna vers 2750m. On surplombe alors d'une trentaine de mètres le refuge du Soreiller. Fin de la Première journée.

Deuxième jour, on part vers l'Est en direction de la brèche du Rouget. Elle est bien visible depuis le refuge. C'est un couloir fin de 200m de dénivelé entre 40 et 45°. A la brèche, redescendre vers l'Est par une désescalade sur 20 à 30m (rappel possible). Ensuite, descendre un couloir raide (300m entre 45 et 50°, départ à 55°). On débouche sur le large glacier d'Arena que l'on descend en enchaînant avec le ravin du Cros d'Arena. On se retrouve alors sur le plat des Etençons à 2020m. On repeaute puis on monte au Châtelleret (2225m - Deuxième nuit possible ici). On continue en direction du Promontoire. Vers 2500m, bifurquer main gauche sur l'itinéraire de la brèche du Râteau. Montée évidente. La fin du tour se fait dans le vallon de la Selle (très long !). Il est parfois nécessaire de poser un rappel à la brèche (par mauvais enneigement - point en place).

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Brèche du Rouget, Grand tour du massif du Soreiller [»] : Sortie du mercredi 01 au vendredi 03 mai 2019 (3 jours) par Em42

Participants : Pol
Membres associés : pol

Météo

J1 : Grand beau frais, iso 0°C vers 2700m
J2 : Beau le matin puis chutes de neige vers 1800m
J3 : Variable avec averses de neige jusque vers 1600m.

Globalement peu de vent sur le séjour

Conditions d'accès

Etat de la route : ok

Altitude du parking : 1639m

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
Passage du Graou3014 - 2450E09h302/???MoquetteTrès bonne moquette 4* (un peu de poudre à l'ombre de la Marsare)
Brèche du Rouget W3321 - 3100W15h002/???IrrégulièrePas génial mais ça skie bien 3* (un peu de poudre en haut puis transfo)
Sous la Brèche 3100 - 2720SW15h305/???Transfo lourdeCa skie bien 3*
Brèche du Rouget E3321 - 3000E10h002/???IrrégulièreGoulotte au milieu, mauvais 2*
Glacier Arena3000 - 2400E10h302/???MoquetteUn bonheur ! 5*
Cros Arena2400 - 2000E11h0010/???SoupePourri ! 2*
Brèche de la Meije3357 - 2480S08h3015/???PoudreOn sent un peu le fond traffolé mais génial ! 4*
Brèche du Rateau3235 - 3150W12h000/30DureInskiable 0* (rappel pour nous)
Glacier de la Selle3150 - 2200W12h3015/???PoudreGéniale en haut, plus lourde en bas 4*
Fin du Vallon2200 - 1800W13h3050/50SoupePourrie jusqu'au sol 1*
Altitude de chaussage (montée) : 2200m
Altitude de déchaussage (descente) : 1800m (ça devient juste sous 1900m)

Activité avalancheuse observée : Coulées de neige lourde le jeudi. Petites plaques en place vendredi mais peu de neige mobilisable !

Conditions neige du secteur
Pour résumer, le bas est de plus en plus sec, le haut c'est un peu plus blanc.

Aiguille du Plat de la Selle
- Au Grand Creux, on chausse vers 2200m, plus de langue de neige en dessous. Aiguille très sèche cette année...
- Passage du Graou bien enneigé dans les deux sens (un peu de cailloux en Ouest).

Soreiller La neige semble descendre jusque vers 2100/2200m
- Col du Plat encore enneigé mais il a bien purgé (surement pas très bon)
- Col de Burlan bien enneigé
- Col Occidental du Soreiller sec
- Col Oriental du Soreiller en condition (bien tentant ce jour)
- Col Nord du Plaret : La rampe était blanche (pas vu de près)
- Brèche du Rouget Ouest : Une étroiture limite mais ça passe encore sans déchausser pour la branche de gauche, branche de droite en condition.

Etançons Enneigement continu sous 2000m (probablement vers 1900m)
- Brèche du Rouget : ça passe mais ce n'est pas bon (goulotte).
- Ravin du Cros Arena encore enneigé mais plein de boules !
- Casse Déserte bien enneigée
- Col du Pavé en neige
- Vallon de la Tête du Replat (Est) : Un passage de 50/100m de D+ déneigé au-dessus du Châtelleret, sinon c'est ok.
- Brèche du Rateau : Enneigé et top, ravin du bas enneigement pourri, il faut que ça regèle.
- Col du Chamois : Deuxième partie du couloir sèche, surement un peu de mixte.
- Brèche de la Meije bien enneigé, top.

Vallon de la Selle L'enneigement remonte vers 1800/1900m rive gauche, 2100m rive droite.
- Râteau SW en condition
- Brèche du Râteau, inskiable, rappel de 30m à prévoir.
- Tête du Replat en condition
- Couloir de Pointe Marie Louise paraît en condition
- Brèche de la Gandolière : Le bas ok, pas vu le haut
- Col de Burlan, le haut est mieux rempli mais le bas truffé de boules
- Couloir du glacier suspendu : Grosse purge surement inskiable;

Tête de Lauranouse
Ca chausse vers 1700/1800m, le ressaut semble être presque comblé (vu de loin);

Autres secteurs vu de loin
- Couloir NW de la GAB : Bien blanc
- Saint-Maximin : Bien blanc
- Tête des Fétoules : l'enneigement remonte...
- Dôme des Ecrins - Mayer-Dibona : Sec !
- Glacier Long : En glace :(

Nota sur la cotation de la brèche du Rouget
Je trouve le couloir très raide. Certes, il n'est pas très long mais il est quand même bien au-dessus de 45° sur 300m avec un départ à plus de 50°, j'ai vu que les avis sont relativement unanimes pour placer la cotation à 5.1 mais c'est quand même bien engagé. Pour l'exposition en tout cas, ce n'est clairement pas E1 mais plutôt E2 voir E3, au début, on est un peu au-dessus des rochers et il ne faut pas tomber.

J'ai essayé de donner un maximum de détails sur ce que j'ai pu observer, je ne connais pas non plus tous les itinéraires, certains ont pu m'échapper ;).

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : J1 : St-Christophe - Passage du Graou - Descente jusque vers 2450m - Soreiller - Brèche du Rouget en A/R - Soreiller D+2500m / J2 : Brèche du Rouget - Plat des Etançons - Promontoire D+1700m / J3 : Promontoire - Brèche de la Meije - Point 2480m - Brèche du Rateau - St-Christophe D+ 1100m - Dénivelé réel effectué : 5300m

Un récit d'un tel voyage se commence en remerciant ceux qui nous en ont donné l'idée. Cette idée de tour s'est immiscée dans ma tête un jour d'Avril, lorsqu'au détour d'un couloir fraîchement descendu, je rencontrai Steph_, Claire, Jean-Marc et Philippe partis pour un fabuleux voyage dans l'envers des Ecrins. Dès lors, cette idée a germé et j'ai cherché des passages, des faiblesses dans cette montagne plus connue des grimpeurs que des skieurs. Et puis, il y a eu l'opportunité, deux jours à poser et l'ami Pol disponible. Malgré une météo annoncée plus que moyenne, c'en était assez pour nous lancer. L'affaire n'était pas simple. Nous savions d'avance que l'entreprise serait rude.

L'histoire commence par un portage de 600m de dénivellation positive au-dessus du vallon du Vénéon. Le sac remplit de matériel de rappel, de sécurité glaciaire ainsi que de tout le nécessaire pour trois jours en autonomie n'aide pas à maintenir notre moral. Nos pauvres épaules ont eu le temps de nous maudire. L'Aiguille du Plat de la Selle est toujours aussi sèche. Nous préférons regarder du côté de Lauranoure pour observer des paysages maculés de blanc. Le passage du Graou s'atteint vite. Cette porte d'entrée méconnue du Soreiller nous ouvre un paysage grandiose ! Des centaines d'hectares de neige sans aucune traces. Nous nous sentons l'âmes d'aventuriers aux portes de Grenoble, le sentiment est bluffant. La qualité de la neige est d'abord au rendez-vous avec cette petite moquette à Poil ras pour l'en-cas de 10h, alléchant pour la suite...

Nous repeautons juste au-dessus des barres à 2400m pour aller chercher le Soreiller. La dibonna se dévoile, grandiose, pointée vers le ciel. Veut-elle nous dire quelque chose ? Devons-nous lui faire une offrande pour maintenir une météo clémente le reste du week-end ? Derrière elle, une barre rocheuse indomptable, très peu de blanc au milieu de ces rochers. On sent le milieu est hostile au skieur de randonnée. D'ailleurs, à l'entrée du refuge, le ton est donné. Une bonne grimpe est souhaitée mais aucune notion de glisse ou ski-alpinisme. Ce sport semble être oublié de ce vallon. Bref, après une micro-sieste pour nous approprier les lieux, nous repartons en direction de la brèche du Rouget. D'une pour rassasier l'ami Pol, insatiable, de deux, pour repérer par beau temps le passage. Cette brèche (la seule avec le col nord du Plaret) dans cet environnement minéral est moins raide qu'elle n'y parait depuis le Graou. Pol fait des marches magistrales et nous parvenons à ce trou de souris. C'est le nom que nous lui donnons, tellement l'ouverture entre les deux vallons est étroite. Du côté des Etançons, cela semble mal enneigé mais pas infranchissable, nous verrons demain. Pour l'heure, place à la descente de ce couloir. Le haut est relativement bon dans une neige récente tout juste réchauffée, le ressaut passe presque sans encombre (juste une petite prière pour qu'aucun rocher n'accroche la semelle) puis vient la partie centrale bien amoché par les coulées. Heureusement, la neige est souple et permet un ski correct. Dessous, la neige un peu trop alourdie m'incite à rejoindre directement le refuge. Pol, lui descendra un peu plus bas.

Au matin du deuxième jour, nous démarrons les machines vers 7h. Même si la descente est en face Est, les 600m de dénivelé séparant le refuge de la brèche ne nous incitent pas à partir aux aurores. Au sommet, peu avant 9h, nous décidons de poser le rappel. Le rocher est branlant et une étape de purge s'avère nécessaire avant de mettre en place la cordelette. C'est le premier rappel pour Pol. Le temps de m'assurer que tout est ok pour lui et de réaliser toutes les manips, le temps se bâche. La suite du couloir, sorte de faille dans la falaise, est raide et un peu exposé tout de même. Je m'amuse à mesurer à plusieurs endroits la pente. Je ne tombe jamais sous les 46/47°, flirtant régulièrement (voire en dépassant quelque fois) la barre des 50° et ce sur près de 300m. En plus de cet aspect, le couloir est gouloté, bref, la descente ne sera pas une grande partie de plaisir. Dessous, une moquette royale nous attends, on tape de la grande courbe et nous avalons rapidement les 600m de d- avant le Cros Arena. Ce dernier, bien qu'encore enneigé est mauvais à skier entre boules et neige pourri. Retour sur le plat vers 11h, il ne reste "plus" qu'à remonter au Promontoire. Au cours de la montée, le mauvais temps nous enveloppe. C'est sous une fine neige régulière que nous parvenons au refuge. Pas d'extra ce jour, le mauvais temps nous incitant plus à profiter de l'hospitalité de Sandrine et Jean-Luc au Promontoire;

Vendredi matin, le temps est bouché à notre réveil. Nous patientons avec les deux autres groupes au refuge jusque vers 7h. Le Rateau choisit ce moment pour sortir de la brume resplendissant de mille feux avec sa nouvelle peau blanche. C'est le gong de départ. Tout le monde s'active. Avec Pol, nous sommes les premiers à fouler les 15cm de nouvelle neige; Nous traçons jusqu'à la brèche. Là, le brouillard, nous incite à abandonner notre idée première -> Rallier le Rateau par le glacier de la Meije. On active le plan B, retour par la brèche du Rateau. Cela nous envoie dans 900m de poudre sans trace, le bonheur au brouillard près. On cherche l'entrée du vallon de la brèche en longeant le plus près possible les barres rocheuses. Là un premier vallon sans trace ? pas possible, nous poursuivons.. Enfin, nous parvenons à une large faiblesse où de vieilles traces à peine recouvertes semblent descendre, ce doit être là. La remontée est chaude ! La neige déjà pourrie par l'humidité n'aide pas à trouver notre rythme. Puis comme par enchantement, le ciel se dégage franchement nous laissant un paysage époustouflant ! La reine Meije, fraîchement repeinte, se dresse fièrement devant nous ! On stoppe nos efforts devant ce spectacle. Les appareils photos sortis, nous tentons d'immortaliser ce moment unique. J'aime le ski de randonnée pour ces moments incroyables et uniques ! Nous parvenons à la brèche sous un soleil de plomb, il chauffe le con en mai !. Nous serons cependant rapidement refroidit par le petit vent venu de la Selle. De l'autre côté, le couloir est dégarni. On choisit la sagesse et nous pesons un second rappel. De retour sur le glacier de la Selle, nous profitons d'une ultime éclaircie pour nous laisser glisser jusqu'à St-Christophe, savourant ce moment unique et la joie d'avoir pu boucler un si beau tour. C'était à 75% le plan A imaginé sur le papier, il ne manque juste que le SW du Rateau, il faudra revenir.


Commentaires

» Par donerf, le samedi 04 mai 2019 à 16:18

ça, c'est de l'info au top!
Merci. :happy:

» Par steph_, le samedi 04 mai 2019 à 17:17

Joli!
Le Soreiller devient le spot à la mode :wink:

» Par Em42, le samedi 04 mai 2019 à 19:08

Merci à vous deux
@Donerf : J'aime bien récupérer les infos sur les sites communautaires, du coup, lorsque je peux, j'essaie de rendre la pareille;
@Steph_ : Oui, c'est le spot car c'est beau ! Je me suis peut-être un peu inspiré de votre tour :roll: :roll: :roll:

» Par Laurent B..., le samedi 04 mai 2019 à 21:20

Em42+ Pol, ça envoie!!! :OO: :wink:

» Par Rémo Barbaruli, le samedi 04 mai 2019 à 21:55

Très classe, et original, merci ! :cool:

» Par Em42, le lundi 06 mai 2019 à 06:19

Merci à vous deux :)

» Par Cédric C, le lundi 06 mai 2019 à 17:53

Belle boucle ! :cool:

» Par manu, le lundi 06 mai 2019 à 18:48

polo pas rassasié ? :~ noooon sans dec !! :D :lol:
ah, et puis on dit pas "maculés" mais "je me suis fait mettre" :wink: :P
a+
Sandrine et Jean-Luc les anciens gardiens de Font Turbat ?

» Par Em42, le mardi 07 mai 2019 à 06:01

@Cédric : Merci :)
@Manu : C'était la façon polie de le dire :P :P et oui les anciens gardiens de Font Turbat :wink:

» Par helloworlds, le vendredi 10 mai 2019 à 15:59

ça fait bientôt 32 ans que je m'interroge sur cette passion de ... et de ... qui t'amène maintenant à faire des trucs pareils ... Je viens de comprendre ... J'ai trop lu de Roger Frison-Roche dans mon enfance ... avant ta conception ... faut bien s'approprier un peu de tes exploits ... à ma manière :)

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne