Accueil > Topo Guide > Sommets > Chartreuse > Rochers du Lorzier > par la Velouse > Sortie du 09 fevrier 2020
 En attente de modération

1838 m Rochers du Lorzier, par la Velouse

Cette course n'est conseillée que si le Pas de la Miséricorde est déneigé. Sinon, il est trop dangereux de passer par cet itinéraire qui implique un portage a minima jusqu'à l'alt. 1285 (intersection du sentier de Charminelle) à la montée comme à la descente.

Données techniques

Massif : Chartreuse
Secteur : Chartreuse
Orientation : NW
Dénivelé : 1070 m.

Difficulté de montée [?] : PD-
Difficulté ski [?] : 2.3 E2
Pente : 35° sur 100m

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3334OT

Matériel

crampons conseillés si possibilité de passages glacés sur le sentier qui mène à la Velouse

Départ/Accès

Départ : Les Trois Fontaines (980 m) - Voreppe/Col de la Placette

NB: Ce départ est (difficilement) accessible en TC

Itinéraire

Trois Fontaines/Rocher du Coq/Pas de la Miséricorde/La Velouse/Pt1285/Col d'Hurtières/Puis direction SW vers les Rochers de Lorzier.

Remarques/Variantes

La Velouse est également atteignable via le Col de la Sure (itinéraire E de la Grde Sure).

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Nuit sous le Mont Chauve et variations en pas mineur pour skis à vent entre Sure et Lorzier [»] : Sortie du samedi 08 au dimanche 09 fevrier 2020 (2 jours) par taramont

Participants : -

Météo

Beau temps sans conteste. Mais, fortes rafales de vent handicapantes en J2.

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking : 780m

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) :
J1:1350m (400m avt la Combe des Veaux) - déchaussage sur 200m plus haut
J2 : 1550m (Cabane de Jusson) déchaussage sur 200m au-dessus de la Combe des Veaux et sur 100m avant la Velouse
Altitude de déchaussage (descente) :
J1 : 1550m à la cabane de Jusson
J2 : un déchaussage sur 100m après la Velouse puis à 1350m 400m après la Combe des Veaux

Vu le ratio portage/ski on peut estimer la skiabilité médiocre bien que je sois toujours gênée de qualifier de médiocre ce qui m'a donné du plaisir....
Ce qui a été skié en continu c.à.d
- la descente de Lorzier sur la Velouse - orientation N était plutôt correcte, les zones dures étant bien lisses et parfois évitables, et le bas très bon avec encore de la belle poudre
- la descente de la croupe au-dessus du Col de la Sure sur la Velouse - orientation S - était parfaite

Activité avalancheuse observée : la Montagne est comme un sphinx, immobilité parfaite

Skiabilité [?] : ●●○○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : J1 – Trois Fontaines/Pas de la Miséricorde/Combe des Veaux/Cabane de Jusson – D+ 825m - J2 Cabane de Jusson/Combe des Veaux/La Velouse/Col d'Hurtières/Rochers de Lorzier (arrêt à 1800m env. à la brèche au S du Goulet de Lorzier)/Col d'Hurtières/La Velouse/Pt 1750m à l'W du Col de la Sure (sur l'itinéraire de montée E de la Grde Sure/ Retour 3 Fontaines par la Velouse/Combe des Veaux/Pas de la Miséricorde – D+775m - Dénivelé réel effectué : 1600m

J1
Dire que je ne le savais pas, serait carrément mentir. La Sure, face W, je la vois de chez moi, donc je savais. Je savais qu'elle était aussi pelée que le Mont Chauve et que la nuit serait claire. J-1 de la PL. Au jour J, de fortes chances que le ciel soit couvert. Soit. Ne tergiversons pas, allons-y donc samedi.

Départ des 3 Fontaines. Première difficulté, toute psychologique : chasse en cours, il est conseillé d'être « visible ». Pas de problème : mes cornes de chamois sont peinturlurées en rose, pour une fois ça pourra me servir à autre chose qu'à faire glamour. Ils ne vont pas me louper. Par précaution, je prononce un Pater et 3 Ave (vite fait, je ne me souviens plus des paroles) car je me dis que dans telles circonstances le DVA ne sert à rien, d'ailleurs celui-là je ne l'ai même pas pris. Ceci fait, je bâte la mule. Je vous ai dit que je savais donc je ne vais pas chouiner « le sac était lourd et il fallut porter sur presque 600m ». Non, je sacrifie quelques gouttes de sueur et un peu de Vibram et j'assume. De toutes façons, il est hors de question pour moi, faible femme, de passer le Pas de la Miséricorde s'il est enneigé. Un autre Pater et 3 autres Ave plus tard (là non plus le DVA ne sert à rien,) le Pas, et l'éboulement récent qui va avec, sont franchis non sans une pensée pour l'infortuné David H qui, au printemps 2014, est tombé sur un jour sans miséricorde et dans le vide. Equipé de ses raquettes, il a avancé – sereinement ou non, ça nous ne le saurons jamais - sur ce sentier escarpé encore enneigé, peut-être glacé. Il a avancé sans savoir que ce serait son dernier Pas de la Miséricorde et son dernier pas tout court. Et nous non plus nous ne le saurons pas quand nous ferons notre dernier pas. A méditer.

Peu avant l'étable – euh non, la Combe des Veaux – il fut possible de chausser et dans la trouée quasi rectiligne qui mène à l'Alpage de Jusson de louvoyer entre cailloux, branches mortes et arbres tout aussi morts. Il était évident que ceci ne serait pas skiable à la descente. Mais à chaque jour suffit sa peine, la descente de ce bouzin, c'est pour demain. Pour l'heure, qui a avancé plus vite que moi, jouissons du paysage qui s'offre à nous à la sortie des bois. Le bleu du ciel n'est plus vraiment chartrousin. L'étrave de la Sure se détache là-dessus comme les Calanques sur le ciel de Provence. Au pied des falaises, quelques vaguelettes tassées par autre chose que le Mistral s'échouent contre les herbes fanées et quelques bouses de vache séchées, bien chartousines, elles. Et au milieu de l'alpage, la Cabane ! Réminiscences : l'Eternité de la Cabane (Maurice Chappaz, le valaisan).

Mais, Ô Rage, Ô désespoir, Ô brouillasse ennemie
N’ai-je donc tant grimpé que pour cette infamie ?

Rage et désespoir auront fait long feu : vers 20h30, au moment même où la lune avait conquis la Sure, le ciel était à nouveau clair. Contemplation, tentatives de photos. Puis, enveloppée de la douce chaleur du poêle, je goutte silence et solitude comme on déguste lentement, voluptueusement, au fond d'un vieux fauteuil crapaud, verre après verre, un grand vin. Le plaisir était décuplé par l'idée qu'à mes pieds, 1000m plus bas, dormaient du sommeil du juste (euh, faut le dire vite) quelques uns des membres les plus turbulents de Skitour, ignorants que, pour une fois, je me permettais de les toiser de haut.

J2
Que dire d'une journée splendide, battue par les vents où aucun but n'a été atteint et d'où l'on rentre heureuse malgré tout ?
Que j'ai quitté ma cabane alors que la lune s'entourait d'un dégradé de tons que mes skis n'auraient pas reniés.
Que les veaux ne sont sans doute pas skieurs car leur combe orientée S est sans doute rarement bien skiable. Et aussi que les veaux feraient bien de faire un peu de ménage : trop de choses qui trainent un peu partout.
Que la Velouse m'a accueillie dans la douceur de sa poudre et son ruisseau gazouillant.
Que le cheminement vers le refuge d'Hurtières était une splendeur samivelesque face à l'extrémité N des Rochers de Lorzier.
Qu'un irascible vent du S battait le col d'Hurtières qui ne lui avait pourtant rien fait.
Que j'ai renoncé avant le sommet, ne faisant plus le poids face aux rafales.
Que dans la douceur de Velouse, j'ai imaginé que ce serait mieux du côté de la Sure.
Que c'était illusion mais que j'y ai gagné une petite descente juste à point, de celles qui sauvent une journée.
Que je n'étais pas venue pour le ski mais pour la cabane, la lune, l'espace et la liberté de tenter ce qui m'était possible.
M'en suis-je bien tirée ? Ce n'est pas à moi de le dire.
Ce que je peux dire : les 26km A/R de chez moi au pkg de ce jour rachètent les kilométrages abusifs que je consacre à ma passion.



Commentaires

» Par Thierry38v, le lundi 10 fevrier 2020 à 07:46

Quel beau we !
En ce moment en Chartreuse il faut savoir venir chercher "l'insaisissable" , oui tu as réussi... :D :wink:

» Par jpc, le lundi 10 fevrier 2020 à 09:34

"Le plaisir était décuplé par l'idée qu'à mes pieds, 1000m plus bas, dormaient du sommeil du juste (euh, faut le dire vite) quelques uns des membres les plus turbulents de Skitour, ignorants que, pour une fois, je me permettais de les toiser de haut."
Or donc :
attendu que la cabane de Jusson est orientée Ouest, et pas Est (donc vous ne visiez pas les Grenoblois ni les Chambériens) ;
attendu que certaine photo comporte un commentaire (par ailleurs ouvertement désobligeant) visant les Voironnais ;
attendu que je dors toujours du sommeil du juste (quand je dors), et je le dis très très très len-te-ment ;
je ne peux faire autrement que me sentir visé par cette déclaration virile voire guerrière (et je ne serai sans doute pas le seul ! :roll: ). Des guerres de boutons ont débuté pour moins que cela…
Qui eut pu penser que derrière tant de CR si lyriques et de photos si poétiques se cachait une compétitrice, que dis-je une tartaratrice, attendant l'heure de sa revanche qui ne pouvait que se déguster froide. Et jaune/verte sans doute ?
Que l'on ne se fasse aucune illusion : cet affront ne restera pas impuni, et j'en appelle dans l'heure à la Confrérie des Turbulents de la Spatule Voironnaise. Et craignez la foudre : cette vilenie ne pourra se laver que par un crû du meilleur pichet, ou au pire un expresso (de l'italien espresso, extrait par pression ; ne pas confondre avec « express », c'est-à-dire « très vite ») d'un nectar divin.

:wink: :wink: :wink:

Bon, en même temps, que ceci ne vous dissuade pas de continuer à pratiquer piques, poétique, et hédonique dans vos CR... Nous savons nous tenir :oops: .

» Par cathy et jean yves chaboissier, le lundi 10 fevrier 2020 à 13:29

Taramont devant la Sure mais pas en robe de bure malgré froidure et clair-obscur !!! Quelle desinvolture !!! Et quid de la censure ?

» Par 1viT, le lundi 10 fevrier 2020 à 18:13

La prochaine, ça pourrait etre les marches de Canne !! mais, Sagesse n'est pas Folie.
Ah, madame l'Abbesse! Je voudrais tant connaître votre ciel à fond!en compagnie de sire Rabelais à Beaumont le Vicomte :P

» Par bastien, le lundi 10 fevrier 2020 à 23:19

Quelle bonne idée Jpc, mais il faut croire que pour l instant le partage des meilleurs crus s arretent au nord de la sure et ne franchit pas le sud et sa croix.
Guerre de la Placette ..confrerie des chartrousins verte ou jaune....nord ou sud....
C est sous la brume que les turbulents captent l energie et non sur les contreforts Jurassien trop ensoleillé :P

» Par Den's, le mercredi 12 fevrier 2020 à 00:04

En voilà une bonne idée, qui n'aurait pas manqué d'inspirer le grand Modeste en son temps :lol:
Décidément, cette Chartreuse est une inépuisable source de contemplation...

» Par taramont, le jeudi 13 fevrier 2020 à 13:23

merci à vous tous qui m'apprenez plein de choses :
- que l'insaisissable peut se saisir :roll:
- qu'il existe une censure :(
- que "sagesse n'est pas folie" : après 4 j, je médite encore là-dessus :lost:
- que Moussorgski était Modeste :)
merci pour tout cela
mais j'aimerais savoir :
- tartaratrice, ça vient de tartare ou de tartarin ? :lost:
- c'est quoi cette "guerre des Placettes" ? je veux négocier la paix ! :OO:
- pourquoi l'appel à la "Confrérie de la Spatule Voironnaise" a-t-il fait un four ? sans doute parce que je parlais du "sommeil du juste" qui effectivement ne concerne que ceux qui s'y reconnaissent :lol:

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne