Accueil > Topo Guide > Sommets > Vercors > Roche Rousse > Couloir Est > Sortie du 06 mars 2018
 Topo validé par la modération

2105 m Roche Rousse, Couloir Est

Données techniques

Massif : Vercors
Secteur : Trièves Dévoluy
Orientation : E
Dénivelé : 875 m.

Difficulté de montée [?] : PD
Difficulté ski [?] : 4.3 E1
Pente : 40° sur 250m, passages final à 45°

Nb de jours : ½
Type : Aller/Retour

Cartes : 3236OT

Matériel

Piolet, crampons, casque.

Départ/Accès

Départ : Gresse en Vercors (Maison du Parc) (1230 m) - Grenoble --> Monestier --> Gresse en Vercors --> la ville --> Parking apres la Maison du Parc

Itinéraire

De la Maison du Parc, remonter en direction de la pointe 1333 m puis prendre à flan en direction du point côté 1396 (Lauzier-Bois Frey). De là, suivre le chemin qui rejoint la cabane.
A partir de la, la trace s'effectue facilement en direction du nord en direction des couloirs que l'on aperçoit.

Photos

Itinéraire possible, il doit être possible de sortir des autres couloirs.
Itinéraire possible, il doit être possible de sortir des autres couloirs. [par neigerome]
En vert le sillon, en rouge le couloir est, entre les deux le couloir faille non décrit.
En vert le sillon, en rouge le couloir est, entre les deux le couloir faille non décrit.
[par rfg]

Remarques/Variantes

Variantes :

» couloir central (D+ 870m ; Ski 4.3 ; Orientation E)
Des 3 couloirs bien visibles, c'est le couloir du milieu
Un étroiture au milieu qui passe uniquement en tout droit
La sortie est à 50°
Expo 2

» Couloir des dents de requin. (D+ 870m ; Ski 5.2 ; Orientation E)
Suivre le teleski du Pras, continuer dans le ravin du Clot plutot rive G, sortir main droite sur l'épaule 1700 ( le couloir entre "balcon" et "est" sur l'IGN sort également!).
2 couloirs semblent skiables, prendre celui de gauche, un ressaut de 3m pour entrer puis tout droit...
Quelques ressauts possibles (> 65°), la corniche peut être imposante.
Le couloir par faible enneigement peut être TRES étroit sur 2 sections, 1m max.

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Grosse coulée, petite frayeur [»] : Sortie du mardi 06 mars 2018 par lagafflo

Participants : -

Météo

Brouillard, nuages. Quelques très timides amélioration de qq secondes

Conditions d'accès

Etat de la route : ok

Altitude du parking : 1230

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
Parking1230E8h45Damée
Tout le trajet1500E10hPoudre lourdeTrès lourde
Sous les barres1830E10h30Poudre lourde

Altitude de chaussage (montée) : 1230
Altitude de déchaussage (descente) : 1230

Activité avalancheuse observée : C'est la que ça s'gâte... Petite épaisseur de 5cm en bas, 10cm sous les barres (peut-être 15cm grand grand max par moment) sans cohésion avec la couche lourde et profonde du dessous, qui était cohésive. On s'est arrêté tester le manteau, le pelleter, faire le test de la pelle, échanger nos points de vue sur la possibilité ou non que la couche d'en dessous ne bouge. Personnellement, je ne pense pas qu'avec le brouillard, la neige qui tombotte, la température aux alentours de 0°C cela ne soit un réel risque (Un avis bienveillant?). On n'est pas tout à fait d'accord sur ce fait mais on décide de continuer à faire la traversée tant que l'épaisseur du dessus n'augmente pas. On garde nos distances. J'entends un bruit derrière je me retourne et je vois ma pote en train de se faire embarquée, de la neige jusqu'au bassin, les skis déjà en l'air puis assez vite en bas. Heureusement ce n'est que la couche du dessus qui est parti et elle a "réussi" a reprendre pied sur la couche du dessous en donc ne dévalé que quelques petits mètres. Par contre la largeur de la coulé faisait vraiment flipper... Au moins 50m, emportée sur 100 ou 200m de long (jusqu'à quelques encablures de la foret)... On redescend chercher les skis et se barrer. Et là c'est pas très rassurant : On ne voit rien à cause du brouillard mais on entend que ça part un peu partout au dessus (et autours) de nous. On flippe un peu, on rechausse vite et on se barre très vite...

Skiabilité [?] : ●○○○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Arrêtés sous les barres pendant la traversée



Commentaires

» Par En passant, le mardi 06 mars 2018 à 17:39

Pas de visi, versant Est (en noir de mémoire dans le BRA d'hier), pente à 45 en plus de toutes les infos nivo que l'on a depuis samedi.... c'est un peu osé non? :roll: :oops:

» Par MiRo, le mardi 06 mars 2018 à 17:49

Merci pour le partage :D
Question : nivo douteuse + visibilité réduite, ça fait beaucoup, non ?

» Par neigerome, le mardi 06 mars 2018 à 18:29

pour avoir pas mal parcouru cette zone par tous temps, les pentes sont à ne pas sous estimer sachant que rien ne retient la neige dans le secteur.
je ne vois pas en quoi la visibilité est "prépondérante" ici ou ailleurs.... elle permet de voir si des plaques sont parties ou pas mais au delà...
quelle était la température en face est (sous entendu est ce que ça chauffait suffisamment pour "déstabiliser" le manteau)
une cartouche de grillée, mémorisez les paramètres (bera, heure de départ, pente, situation dans les jours précédents, vos impressions avant l'évènement) afin que cela vous guide pour éviter cet écueil pour l'avenir
bonne saison

» Par Jeroen, le mardi 06 mars 2018 à 18:37

Chaud chaud chaud !
On s'est arrêté tester le manteau, le pelleter, faire le test de la pelle
Perso je ne cherche plus, si faut pelleter pour pousser les investigations, je me casse.

Un bon truc de guide (bien qu'ils soient pas moins exposés..) : 3 questions : Risque d'avalanche ? Visibilité ? Vent + Neige transportée ?
1 réponse positive : je peux gérer
2 réponses positives : c'est difficile de gérer
3 réponses positives : Je ne gère plus rien du tout.

» Par nenessed, le mardi 06 mars 2018 à 18:45

Connaitre très bien un secteur n'est pas un gage de sécurité en soit , les conditions changent chaque jour , il suffit qq fois de qq mètres de qq heures et c'est la cata , la nivologie reste une science approximative , rien n'est joué d'avance , il faut se faire une raison les risques sont toujours présents qq soit son niveau et ses connaissances !
Bon ski à tous .. :)

» Par Toz, le mardi 06 mars 2018 à 18:52

La non visibilité ne change effectivement rien à la stabilité du manteau. Mais en cas de secours à effectuer, c'est clairement un facteur aggravant

» Par Pfi38, le mardi 06 mars 2018 à 18:55

le manque de visibilité est un facteur aggravant en cas d'accident. Il gène les recherches faite par soi même ou par les secours. Cela doit être pris fortement en compte.

Mais là franchement avec ce que l'on sait des risques du moment et au regard des paramètres de la sortie ( pente etc), le facteur aggravant...
c'est votre connerie et rien d'autre!
Un point de vue affirmé et brut de décoffrage qui n'engage que moi.
Pfi38, j'attends les clients !

» Par davidg, le mardi 06 mars 2018 à 19:13

> La non visibilité ne change effectivement rien à la stabilité du manteau

Difficile d'observer le terrain par. ex. les avalanches antérieures sur la pente, convexité du terrain etc.

Difficulté de navigation, facile d y aller sur les pentes plus raides sans le savoir.

» Par lagafflo, le mardi 06 mars 2018 à 19:41

Alors pour répondre/expliquer certains trucs :
La visibilité ,n'était pas horrible. Certains moments c'était jour blanc avec vision assez lointaine, certaines fois petites éclaircies furtives et des fois dans le nuage.
Le BRA indiquait, de mémoire, 2 en dessous de 2000m avec un danger plus grand "sur une large partie Nord allant de l'Est à l'ouest" => Donc en étant en Est on était bien dans la partie noire effectivement. Mais le risque majeure explicité -me semble-t-il- était les plaques à vent dues au vent sud qui a soufflé ce dimanche notamment. Or, là il n'y avait aucune plaque. En fait ça à juste purgé la petite tombée de la nuit ou la veille. Ce qui ne faisait, je crois, pas partie des risques annoncées. Au final cette purge n'aurait pas pu coffrer quelqu'un. Cette lourdeur aurait pu faire des gros bobos, on est bien d'accord.
Aussi, peut-être que certains (beaucoup?) vont afficher leur désaccord mais je préfère partager ma connerie que garder mes remarques pertinentes :P :
Sachant ceci, on pouvait peut-être penser que, malgré qu'il n'y ait rien pour le contraster dans le BRA, le Nord puait davantage que l'Ouest et l'Est. On est à l'extrême de la zone noircie. En SE c'est grisé par exemple. Il manquerait de quoi contraster un peu selon mon humble avis. En tout cas qu'on prenne en compte ou non cette petite interprétation tout ausi personnelle et impertinente que capilotractée, on restait en risque 2. Qu'il soit gris, noir, gris noirci ou noir grisé.
Par contre je suis assez intéressé de savoir si le risque d'un déclenchement (beaucoup plus) profond existait de manière claire. Personne n'a la réponse évidemment, encore moins ceux qui pense l'avoir mais c'était notre questionnement quelques minutes plus tôt. Et pour répondre à copain qui se taille au lieu de faire le test de la pelle. Tu as bien raison, c'est bien plus sage. Maintenant, le doute est quand même souvent présent (en tout cas pour mwa) et la, pour mwa, il ne l'était pas justement. Par contre pour une de mes coéquipière oui, grandement. D'où le questionnement, l'idée de faire demi tour, puis le test, puis la décision de prendre une décision sous le bon couloir avant d'aller dans du plus plus pentu si on le décidait.

» Par Bruno, le mardi 06 mars 2018 à 20:02

A Pfi 38

De tels propos lapidaires n'encouragent qu'à une chose, ne surtout pas faire de feed back sur un incident.
Je trouve très courageux de la part de ceux qui ont vécu une telle situation de la faire partager... C'est ce qui permet d'avancer dans la gestion du risque. Et je trouve qu'un site comme skitour a autant, voire plus, la mission d'informer des risques du moment que de faire rêver sur des fantastiques descentes en poudreuse...
Bon ski, et take care.

» Par François Pigeard, le mardi 06 mars 2018 à 20:34

Je trouve aussi courageux de faire partager son expérience même si on a conscience de ses erreurs.
La répétition des commentaires assassins finira par décourager les plus modérés de la communauté skitour.

» Par sonicronan, le mardi 06 mars 2018 à 21:09

+1 sur le fait de partager et d'avoir donné toutes ces précisions. c'est très instructif et courageux. Merci.
As tu essayé d'appliquer une méthode type MRP (avant ou après) pour vérifier?

» Par pfi38, le mardi 06 mars 2018 à 21:26

Pfi 38 (Pompe Funèbre de l'Isère), a le ton sarcastique qu'il veut et pas le propos policé qui fait plaisir. Pfi38 assume ses propos après avoir eu l'expérience douloureuse de proches disparus (par exemple cette année), avoir pris une avalanche sur la gueule déclenchée par d'autres et autres soucis de montagne.
Du commentaire assassin ou du comportement stupide sous couvert d'analyse du bulletin qui est véritablement le plus à critiquer?
Alors, oui je réitère mes propos à savoir que par moment certains méritent de se faire engueuler.

» Par Bertrand R., le mardi 06 mars 2018 à 21:41

Par Bruno, le mardi 06 mars 2018 à 20:02
A Pfi 38

De tels propos lapidaires n'encouragent qu'à une chose, ne surtout pas faire de feed back sur un incident.
Je trouve très courageux de la part de ceux qui ont vécu une telle situation de la faire partager... C'est ce qui permet d'avancer dans la gestion du risque. Et je trouve qu'un site comme skitour a autant, voire plus, la mission d'informer des risques du moment que de faire rêver sur des fantastiques descentes en poudreuse...
Bon ski, et take care.
Je pense exactement comme Bruno, mais je n'aurais probablement pas été aussi courtois si j'avais du m'exprimer sur les commentaires de "Pfi 38".
Il y a une dizaine d'années, j'ai provoqué une grosse coulée en haut du couloir du Petit Armet et j'avais alors partagé mon expérience sur ce site. Les commentaires avaient alors été tous très constructifs et bienveillants... :wink:
Quand à ta sortie, à priori, au départ, cela n'était pas complètement "débile", les risques semblaient limités d'après le BRA de la veille. Malheureusement, les conditions décrites dans le BRA ne correspondent pas toujours aux conditions rencontrées sur le terrain.
Merci d'avoir partagé avec nous cette expérience. :wink:

» Par lagafflo, le mardi 06 mars 2018 à 22:59

Hé pfi 38! J'aime ton style lapidaire et ton ton sarcastique! Du coup je t'invite à rester l'étrainer sur tous les forums de France et de Navarre et ainsi à nous laisser la montagne, libérée de ton esprit clairvoyant :roll:

» Par Gro, le mercredi 07 mars 2018 à 10:27

merci pour le CR. Vous avez surement fait des erreurs, mais on en a tous fait : l'important est de le reconnaitre et de ne pas (re)tomber dedans !

» Par Pierre, le mercredi 07 mars 2018 à 12:48

Courageux de faire partager ça, parce que partir dans de telles conditions, c'est déjà une erreur au départ.
Pentes raides, secteur N, BRA2/3 + visibilité moyenne voir médiocre - > cocktail plus qu'explosif. La visibilité ne change rien à la stabilité du manteau neigeux, mais on ne peut pas apprécier le danger, et le voir arriver, et surtout en cas de recherche d'une personne enseveli, ça devient plus compliqué si la coulée est large, qu'on ne voit pas ou a disparu la victime.Pour les données du BRA, ça donne une tendance, mais ça n'est pas suffisant. Pour ma part, je me suis intéressé à la méthode 3x3 de MUNTER, c'est intéressant et ça permet aussi de se faire sa propre analyse du risque à partir de données, mais aussi de son expérience, et surtout de ce que l'on voit une fois sur le terrain...en tout cas, vous avez eu de la chance, et ça servira pour les prochaines sorties :wink:

» Par kaiser38, le mercredi 07 mars 2018 à 16:39

Moi c'est pas la prise de risque qui m'interpelle, mais plutôt la motivation des gars à aller skier dans des pentes de merde, dans le brouillard et dans de la lourdasse avec des températures de mois d'avril ++... (il faisait bon hier matin).
#prendtonVTT #vabosser #jemesuistrompéd'activité

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne