Accueil > Topo Guide > Sommets > Ecrins > Pic de Neige Cordier > Les orphelins de l'inaction > Sortie du 19 avril 2018
 Topo validé par la modération

3614 m Pic de Neige Cordier, Les orphelins de l'inaction

Un très bel itinéraire intégralement skiable, avec de larges parties bien skiantes, d'autres en couloirs concaves, puis deux passages clés caractéristiques.

Données techniques

Massif : Ecrins
Secteur : Haute Durance, Briançonnais
Orientation : NE
Dénivelé : 2050 m.

Difficulté de montée [?] : AD+
Difficulté ski [?] : 5.3 E4
Pente : 650m à 45° moy ; passages 50

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3436ET

Matériel

Matos glaciaire, crampons, piolet(s), corde si besoin, de quoi faire les amarrages

Départ/Accès

Départ : le Casset (1520 m) - Briançon (ou Bourg d'Oisans) -> Monêtier les Bains -> le Casset

Itinéraire

Du Casset rejoindre le lac d'Arsine, puis se diriger à vue au pied de la face. Remonter l'itinéraire du topo. Possibilité d'emprunter l'itinéraire dit de montée, qui passe par deux fois plus à gauche (en gris sur la photo).

Possibilité de partir du pied du col (1700m). Moins de dénivelé, c'est peut-être un poil plus rapide, mais dans l'ensemble çà se vaut. Dans ce cas il faut bien rester en contrebas de la moraine latérale de la rive gauche du glacier, et ne pas suivre la trace qui va vers la brèche de la plate.

Photos


Remarques/Variantes

Il est possible de s'échapper par le couloir Est de la brèche Cordier, au niveau de l'épaule bien marquée se situant légèrement au dessus du milieu de l'itinéraire. Il est aussi possible de grimper jusqu'au sommet, moyennant à priori quelques pas de 2+/3. Une partie peut d'ailleurs se skier mais l'intérêt n'est pas énorme.

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Pic de Neige Cordier, Les orphelins de l'inaction [»] : Sortie du jeudi 19 avril 2018 par Benjamin Védrines

Participants : -

Météo

Grand beau, 1°c au casset ce matin, vent vers 20km/h sur la crête, d'Est.

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking : RAS

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
casset 15203h15GeléeRegel correct en surface, peu épais
Col d'arsine4h15GeléeRegel meilleur, croûte plus épaisse
Face nord est2900-3550NE8h35IrrégulièreLes parties nord poudre tassée, parties Est neige humide revenant vers 9h
Altitude de chaussage (montée) : 1520
Altitude de déchaussage (descente) : 1520

Activité avalancheuse observée : Plaque de neige humide de fond au dessus de la bergerie d'Arsine, pas de ce jour. Dépôt important.

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Topo

Je poste cette sortie car je souhaite partager ces très rares journées que je passe en pente raide, cela me permet de vous faire part de mon aventure, le partage auprès d'une communauté de skieurs comme ceux visitant skitour me donne la sensation de rendre encore plus fortes les émotions, et de faire connaître, vivre ces montagnes dans le monde d'en bas. On aime inconsciemment ou consciemment dire ce qu'on a fait, c'est sûr qu'il y a une part d'égocentrisme et on a plaisir à savoir que d'autres regardent nos réalisations. C'est parfois déroutant car déjà qu'on a du mal à savoir parfaitement pourquoi on grimpe, je me retrouve très souvent à me poser la question pourquoi je mettrais ma sortie de ski sur un réseau social, comme l'est en partie Skitour. Car nous skions pour nous-même. Ne pas tomber dans le mal de la reconnaissance. Et puis admettre qu'en nous se cache plusieurs personnes. Un jour l'un, un jour l'autre... Mais rester soi-même !

Par ce partage, je ne souhaite pas banaliser la pente raide, ni inciter des gens à s'y mettre. C'est un "sport" que de nombreuses personnes peuvent faire, pas besoin d'être un pro du ski, à çà non ! Par contre, la pente raide c'est facile, jusqu'à la chute, et là, c'est pas un simple bobo mais souvent, on y passe, on meurt. C'est donc très personnel, il faut en être extrêmement conscient, être sûr de vouloir y engager sa vie pour un plaisir qui peut être remplacé par quelque chose de moins risqué ? En gros comme toujours il faut être responsable et faire la balance entre les bénéfices que vous en tirerez, et les risques, souvent importants. Est-ce que çà en vaut la peine ??? Ne pas prendre cette sortie comme un méga let-motiv pour aller s'engager dés demain dans une pente alors qu'avant de la lire nous n'y songions pas. Il faut que ce soit mûri. L'émulation c'est souvent bien mais parfois çà peut fausser notre jugement profond et nous faire prendre des décisions mal venues. Le facteur humain est primordial dans ce contexte.

Bref, on pourrait en parler des heures de çà, est-ce que c'est mieux de médiatiser/partager, est-ce que ceux qui poste sont en recherche de buzz (sur une échelle de 1 à 10 ??), etc...Mais alors ceux qui ne partage pas, qui critique ce principe, mais qui consomme volontiers du skitour, je pense qu'on ne peut alors rien y faire ! De mon côté je ne sais pas vraiment mais je souhaite vous faire vibrer d'émotions à travers ces aventures qui malgré l'inerrance des risques sont incroyables et ô combien prenantes. Et puis c'est sympa de "faire profiter à d'autres de s'être immerger dans un environnement comme celui-ci !".

Donc, déjà hier matin le réveil à sonné mais l'envie n'était pas là, la peur et la fatigue m'ont incitées à me rendormir. Ce jour-ci, les affaires sont bien réglées, le réveil de 2h est plus efficace et je pars pour le Casset.

Le regel est bon, c'est la première fois que je pars aussi tôt. C'est bien aussi ! On a le temps, on profite de l'obscurité totale pendant 3 longues heures, le temps d'apercevoir les yeux scintillants des animaux éblouis par ma lumière, puis de se retrouver, seul, au pied de cette très esthétique face Nord-Est du Pic de Neige Cordier.

Je voulais faire çà depuis très longtemps, quand je vous dis qu'il faut que çà murisse ! Au début je pensais emprunter le couloir Est de la brèche cordier puis filer à droite, en aller retour. Mais à force d'y passer j'ai constaté qu'il était possible de profiter de fragilités ici et là, pour se laisser glisser jusqu'en bas de manière totalement originale. Un petit doute résidait dans le début de l'itinéraire, et c'est en montant là où je ne suis finalement pas descendu car trop de déchaussages, que j'ai pu confirmer les autres plans restés en option, qui n'étaient pas totalement vérifiés.

Tout s'est bien passé, la bonne surprise a été de tomber sur une neige froide tassée, non croûtée par le vent d'est, propre, dans les parties nord. Les parties plus orientées est ont une croûte de neige humide d'environ 3 cm, plus ou moins.

La dernière partie n'est pas raide en fin de compte, c'est très skiant ! Les parties en neige non revenues furent les moins agréables. Ensuite, les deux crux correspondent aux zones où je ne suis pas monté mais que j'ai repéré et dans lesquelles je me suis dit qu'il était plus logique d'y aller. çà c'est avéré être deux bonnes options. Dans les deux cas c'est court mais il faut poser un peu les carres sur les rochers, tenir dans chaque passage une très bonne prise de becquet et bras tendu, en légère suspension, se laisser glisser sur la neige, horizontalement dans la première (pas très confortable) puis en aval dans la seconde section clé.

Enfin une descente très plaisante comparé à celle de Hyppolite Pic qui fut bien plus difficile moralement de par la qualité de la neige (regelée avec un grip correct) et les quelques manips.

Et puis, se laisser glisser jusqu'au Casset un 19 avril, quel pied !

PS : il ne fallait pas y être tellement plus tard aujourd'hui. La neige en Est vers 3000m commence à décailler vers 9h.
Le nom peut changer de suite car personne ne m'a fait part de cette descente mais j'imagine qu'elle ai déjà été visitée ;)

Petit clin d'œil à Seb ;)


Commentaires

» Par manu, le jeudi 19 avril 2018 à 17:08

bien d'accord avec toi, et puis il y a de la nuance entre mettre une sortie sur ST et aller la vendre à tous les médias de la place, réseaux sociaux, sites communautaires... :wink:
jolie ligne, le 5.3 doit pas être discount :D

» Par denis, le jeudi 19 avril 2018 à 17:23

les écrins ca reste le Must !!! superbe. ce qui est remarquable c'est le travail de recherche de la ligne :-)

» Par neigerome, le jeudi 19 avril 2018 à 17:28

intéressant CR, éthique, réflexions
c'est clair qu'a un moment ou un autre l'égo nous fait nous poser qqes questions quand à notre pratique. et ce n'est pas plus mal
n'oublions pas que ça ne reste que du ski et du plaisir
bonne saison

» Par Nicolas Brun, le jeudi 19 avril 2018 à 17:53

La classe!.. comme d'habitude!!!
Pour le récit et ce qu'il en ressort, ainsi que pour cette réalisation de haute volée bien exposée.
Mich' m'avait dit que ça devait passer par bon enneigement, un projet de plus donc que tu confirmes c'est cool.
Sur photos je pense qu'on avait imaginé le même cheminement, avec effectivement un doute sur l'itinéraire au niveau de ton choix entre montée et descente mais avec quand même des questions sur l'intégralité à ski sur le final du bas :wink: . Bravo!
La partie du haut semble plutôt accueillante et skiante dans ce degré de pente, certainement un bon moment de ski avant le bas moins évident en terme d'itinéraire.

» Par gerard mitaut, le jeudi 19 avril 2018 à 19:58

Impressionnant, à voir les photos de la sortie on ne voit pas trop les passages possibles d'ailleurs, heureusement que la photo du topo éclaire un peu mieux: rassures-toi, je ne pense pas que beaucoup de skieurs soient "incités" à descendre ça :lol:
Très interressantes réflexions personnelles sur la question de la médiatisation, et tu as bien raison de poster ce type de sorties, ça prouve que les cracks ont aussi des états d'âme et de l'humilité(enfin ceux qui veulent bien le reconnaître !) et ça permet aux skieurs de 3. ou 4. de visiter des coins où ils n'iront jamais :ill:
Bravo pour tout.

» Par lolo056, le jeudi 19 avril 2018 à 21:00

De retour Rodin :OO:

» Par Bernard, le jeudi 19 avril 2018 à 21:27

Bravo pour le CR et la face :wink:

» Par e-jungle, le jeudi 19 avril 2018 à 22:03

Super ce CR, vraiment instructif (comme quoi les skieurs de pentes raides gambergent aussi, tout comme nous les minos des classiques si on peut dire).
Bravo pour la motivation (combien de fois quand le réveil sonne je décide aussi de ne pas l'avoir entendu, et de le regretter toute la journée ensoleillée qui suit :oops: ), la belle ligne visiblement (je ne connaitrai jamais), la gestion du stress avant, pendant (voire après) la sortie.
Tu traduis bien ces moments de solitude dans le noir de la nuit et de notre condition, loin de notre quotidien, seul (donc avec soi) à se demander qui on est vraiment au fond, et ce que nous faisons là. Et pourtant on y est, et je crois qu'on aime bien ça pour le sens que cela révèle en nous.
Bien quoi :wink: ! Merci.

» Par jeanluc, le jeudi 19 avril 2018 à 22:20

Superbe, très belle ligne, improbable au vu des photos ! :wink:

» Par Cyrille Marais, le vendredi 20 avril 2018 à 08:21

Coucou Benjamin, whaouuuuuuu .... je vois que le cerveau n'a pas chômé cet hiver ... c'est vrai que ce style de ski demande de la réflexion, du calcul, d'être prêt mentalement le jour J, avec les conditions qui vont bien. Pour ma part, je trouve que malgré le nombre impressionnant de skieurs de pente raide aujourd'hui, faire sa pub, et communiquer sur les réalisations, quand on est pro, ne me choque pas du tout. Au contraire, Boivin et Tardivel à l'époque, misaient sur le côté original de cette discipline pour, le premier, "marketer" sa polyvalence, et le second, "marketter" l'exclusivité et la technicité de cette discipline. Certes, d'autres ont été plus discret, mais de Dédé à Stéphano, en passant par Denis Bertrand, Yves Anselmet et autres Giacomini, on arrive à penser qu'il est normal de dire ce qu'on fait, et d'en être fier. Je trouve qu'aujourd'hui, justement, la presque "banalité" des descentes comme en 2016, devraient être plébiscité car on ne se rend pas compte que le Nant Blanc restera toujours le Nant Blanc, voie mythique de JMB et Marco ... et qu'une ligne comme la tienne mérite une page dans les livres futurs. C'est à mon sens utile que la mémoire des alpinistes perdure par l'archivage ou la publication des ascensions et descentes. Elle n'en sera que trop pertinente pour les générations futures. Savoir que , oui, lui il a fait ça, à telle date, ds telle condition, me parait normal, tout en détaillant le style magnifique que les alpinistes contribuent à leur manière, à l'histoire de ce sport. Bien joué Benjamin ... ce genre de face est, à mon sens, plus esthétique et pure qu'un whymper ... ou un couturier. Mais si on chausse les VR 17 de l'époque dans le whymper, avec les chaussures en cuir à crochet (cf Anselme Baud dans son livre), on prend alors toute la dimension qu'à l'époque, comme maintenant dans cette nouvelle voie, il faut en avoir pour arriver en bas en 1 seul morceau. J'ai gardé les VR 17 de mon père, que j'ai essyé un jour il y a quelques années déjà ! ça calme ! C'est juste pour tourner, heu ... les cuisses chauffent un peu. Maintenant, entre les rochers, la comparaison est stylée. Les premières de 2018 sont tout autant prestigieuses, voir plus esthétiques, au regard de toute la finesse de recherche qu'il a fallu développer. Bravo guy ! Tip top. :cool: :wink:

» Par ghyslain, le vendredi 20 avril 2018 à 10:05

superbe réalisation et merci d'avoir partagé et pris le temps d'écrire ce CR!

» Par Boris Pivaudran, le vendredi 20 avril 2018 à 12:42

Quelle classe !!

» Par Ricil, le vendredi 20 avril 2018 à 15:46

Je l'avais repéré aussi cette ligne... mais sans jamais oser imaginer m'y mettre dedans ! J'avais pensé à toi ou à Ulysse, voire François Biju Duval...
Tu nous fais rêver mais sois prudent !! :wink:

» Par papic1, le vendredi 20 avril 2018 à 16:26

Superbe, Benjamin ! J'ai particulièrement apprécié ton compte-rendu, belle synthèse entre audace contrôlée et prudence mesurée. C'était ce que je prônais autour de moi quand je me lançais (à un niveau plus modeste peut-être) dans des pentes tout de même bien raides pour l'époque (années 80). J'avais l'habitude de dire : c'est d'abord dans la tête mais il faut quand même être sûr d'avoir les jambes. Il y avait eu un très beau film sur le sujet tourné à cette époque par Gerhard Baur, "La décision". En tout cas cette descente à Neige Cordier nous prouve que l'ère des premières est loin d'être terminée !

» Par p1p1, le vendredi 20 avril 2018 à 17:29

Salut Benjamin
En phase avec les commentaires précédents: partager ces voies c'est permettre de vivre/ressentir ce que c'est à tous ceux qui n'en sont pas capables... donc merci :roll: :wink:

» Par Jerome Gingreau, le samedi 21 avril 2018 à 15:35

Elle devait tomber un jour celle la! Bravo, bien joue encore une fois! :cool:

» Par michelaquiche, le samedi 21 avril 2018 à 18:40

Wahou bien joué mon Benj :)
Comme tu dis, il faut de tout pour faire vivre Ski tour...
Des acteurs, des spectateurs, des rêveurs, des passionnés, des dilettantes, des discrets, des un peu moins, des admirateurs des show men, des qui font du 3, du 4, du 5, etc... Bref comme dans la vie!
Mais lorsque tu te mets dans des situations telles,tu le fais avant tout par envie, par défis, par passion,et quoi de plus humain que d'avoir envie de le partager!!
A plus forte raison quand c'est fait avec philosophie et tant de poésie !
Du coup j'ai remonté le fil de tous tes exploits, grande classe.
La bise,
mich.

» Par Cédric Colomban, le dimanche 22 avril 2018 à 11:56

Waouh, quelle ligne ! Un grand bravo pour cette superbe descente (suspendue) !

» Par Benjamin Védrines, le dimanche 22 avril 2018 à 16:18

Merci à tous pour vos réponses. En prenant du recul je confirme que la ligne est esthétique, c'est pour ma part la plus intéressante que j'ai pu skier dans les Écrins, peut-être parce que je la regarde depuis longtemps lorsque je monte au dessus de chez moi. Toujours est-il que vos commentaires m'ont fait très plaisir, venant de personnes profondément passionnées avec des raisonnement qui méritent le détour. Comme quoi en se livrant on partage aussi de belles conversations, et qu'il n'y a pas que du mauvais sur les forums ;)

Un petit clin d'œil à notre collègue Hervé Dégonon qui ne cesse encore d'explorer les lignes éphémères du massif cette année, et qui se garde de toute médiatisation pendant sa saison. Je vois ses traces ici et là et me dis toujours : "C'est sûr c'est Hervé !".

Bravo à toi, si tu regarde, pour l'improbable ligne longeant le col du glacier d'arsine, skier la crête en aval de la corniche a dû être une sacrée dose d'adrénaline ;)

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne