Accueil > Topo Guide > Sommets > Grandes Rousses - Arves > Pic de l'Étendard > Echarpe nord > Sortie du 03 juin 2007
 Topo validé par la modération

3464 m Pic de l'Étendard, Echarpe nord

Données techniques

Massif : Grandes Rousses - Arves
Secteur : Oisans
Orientation : N
Dénivelé : 2100 m.

Difficulté de montée [?] : AD+
Difficulté ski [?] : 5.4 E4
Pente : 40-45/100m (depart sommet) et 50°/200m

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3335ET

Matériel

Materiel pour la pente raide... (Un deuxieme piolet possible mais pas obligatoire)

Départ/Accès

Départ : La Villette (1400 m) - RN 91-> Rochetaillée->vallée de l'Eau d'Olle-> Vaujany puis la Villette. Parking au Collet

NB: Ce départ est accessible en TC

Itinéraire

Départ de la Villette suivre la route direction pont des Sagnes. Ensuite suivre le GR direction Col du Couard. Il est possible de court-circuiter le col pour se retrouver au Plan des Cavales vers 2450 en serpentant dans les barres ( description détaillée ici). Ensuite direction plein Sud pour bifurquer sous le glacier N de la Barbarate et rejoindre celui ci rive gauche apres avoir passé la cote 2800. On remonte le glacier, l'écharpe est evidente dans la face Nord de l'Etendart. Elle aboutit à une brêche vers 3400m à l'W du sommet. Une traversé sur la face Ouest permet d'atteindre le sommet (rarement skiable).

Photos

La face N et son écharpe
La face N et son écharpe [par Etienne -H-]
Etendard vu d'en haut
Etendard vu d'en haut [par Etienne -H-]

Remarques/Variantes

Si départ de la brèche : 5.3 (50° sur 200m avec une complication au début. cf Cotomètre). Petit 5.4 si ski du sommet et encore...

Pour les plus fainéants départ du dôme des petites rousses via la station de Vaujany (ouverte jusqu'au dernier WE d'Avril) ce qui ramène le denivelé à 800m !
On va jusqu'au lac de Balme Rousse a 2600 en se laissant glisser depuis le dôme des Petites Rousses à 2800. Puis on met les peaux direction glacier nord de la Barbarate, En passant par les points IGN coté 2826 et 2986. Une fois devant la face Nord de l'Etendart l'écharpe saute aux yeux... (Et pas à la gorge!).

Variantes :

» Cimes de la Barbarate, couloir S (D+ 1900m ; Ski 4.3 ; Orientation SW)
Même itinéraire jusque sur le glacier de la Barbarate. Au lieu d'aller à l'écharpe au S, gravir pile en face le couloir S qui aboutit juste à l'W de la plus haute des cimes de la Barbarate.
Court mais un brin teigneux.

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Pic de l'Étendard, Echarpe nord [»] : Sortie du dimanche 03 juin 2007 par Louis Grenet

Participants : -

Météo

Couvert le matin. Se dégageant mais apparition du vent vers 10 h.

Conditions d'accès

Etat de la route : Sèche. Je suis parti du col du Sabot

Altitude du parking : 2100 m

Conditions de neige

Conditions de neige :
Pas de neige jusqu'au col du Couard, sauf dans le chemin, ce qui permet de chausser assez bas.

2200 - 2400 m : pas de regel
2400 - 2900 m : regel médiocre, presque insuffisant à skis.
2900 - 3100 m : poudre tassée, croutée par le vent.
Echarpe N : une sorte de polente bizarre. Neige assez dure mais avec un bon grip, comme si ça avait mal regelé.
Couloir W : un peu de tout : crouté et polente principalement

Altitude de chaussage (montée) : 2050 m
Altitude de déchaussage (descente) : 2150 m

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Topo - Dénivelé réel effectué : 1700m

Qu'il a été dur à déclencher ce premier virage dans l'Echarpe...

Si j'ai voulu skier cette voie, c'est surtout à cause de cette photo :

Le virage parfait de Vincent Fiori, photo de Matthieu Bordin ...

En regardant la carte, j'avais vu que si j'attendais assez tard en saison, ça pouvait passer par le col du Sabot en faisant le tour des Aiguillettes de Vaujany. Avec un créneau météo pas trop long, ça devait pouvoir aller. Une photo sur Volopress 2 jours avant montre que le haut est assez lisse. Du coup, je tente ce matin, malgré la petite forme.

Arrivé au pied du couloir, ça semble bien raide, mais pas trop dans le haut. Et dans le bas on est protégé par la fameuse "epine dorsale". J'attaque donc dans une poudre assez inespérée, mais qui laisse rapidement la place à une sorte de polente. Cela dit, le grip à l'air plus que suffisant. Je monte donc en essayant de soulager de temps en temps les mollets, seul l'avant du pied s'enfonçant dans la neige. Le couloir permettant de remonter protégé par l'épine est en revanche goulotté, et les contre pentes sont incroyablement raide (je pense que la barre des 55° est franchie). Arrivé en haut de l'épine, le moment de vérité arrive : est ce si impressionant ?

Au début, j'ai l'impression que ça va, surtout que la pente se calme un peu. Mais au fur et à mesure que j'avance dans cette écharpe, les pas sont plus courts, plus prudents. Je vérifie que les piolets ancrent bien. Vivement les skis, je déteste quand c'est raide avec les piolets et crampons... En haut de l'écharpe, ca redevient raide. Mais la sortie est proche. Je commence à chercher un endroit ou chausser, mais je vais quand même jeter un coup d'oeil à la brêche, on sait jamais, il y a peut être de la neige derrière ?

Et là, surprise, il me semble que la traversée pour rejoindre le couloir W va être possible ! En plus, si je pars du sommet, j'ai plus à me galérer pour chausser dans du 55° pourri, ça va être plus relax... Une traversée pas trop enneigée plus tard, c'est gagné, je prends pied dans le couloir W, qui d'ailleurs semble tout plat ... Et à priori, je vais pas avoir besoin de déchausser à la descente. Le haut du couloir est bien enneigé, pas de problème et j'arrive le premier sur ce magnifique sommet. De l'autre côté, une vingtaine de personnes remontent le glacier. Je serai finalement parti avant qu'il arrivent...

Le couloir W n'est pas en neige terrible, mais qu'il semble tranquille en comparaison à ce qui va arriver. Je teste un peu le grip dans les contre pentes et essaye de me rassurer, ça va être tout bon. La traversée, bien que peu enneigée ne pose aucun problème et j'arrive à la brêche.

Et là, j'avais oublié ce détail, mais les 5 premiers mètres ne font que 120 cm de large. Mes skis 176 cm de long. Que faire ? Un déchaussage signifie devoir chausser dans la pente. Mais descendre en escalier dans les cailloux me semble risqué : il faut mieux pas s'en coller une à cet endroit. Finalement j'opte pour cette solution, tout doucement... et ça passe. Le grattonnage de spatule, c'est qd même le futur du dry tooling.

Et là, les choses sérieuses commencent. C'est bien bien raide, et quand même assez expo. Heureusement qu'on voit ce qu'il y a au niveau des barres (rien n'est masqué), sinon je pense que ça serait à peu prêt inskiable. Je commence à déraper sur un ou deux mètres, et là je trouve le grip moins bon que ce que j'avais imaginé... Me serai-je planté à la monté ? Est ce que les skis tiennent vraiment ? Du coup je décide de déraper encore un peu, pour assurer le coup. Je sors même le piolet, c'est franchement raide. Je dérape une dizaine de mètres, je ne suis plus du tout sur que mes skis vont mordre la neige après le virage. Et là, il y a pas à chier, il faut qu'ils mordent tout de suite. Pas le droit à 3 mètres pour ralentir. Qu'est ce que j'aimerais que quelqu'un pose un virage devant moi pour voir ce que ça donne...

Après cette dizaine de mètres d'hésitation, je trouve que la neige semble accrocher un peu plus. Et vu sa consistance, il n'y a pas de raison, ça doit tenir. Et même bien. Je range le piolet dans la bretelle, souffle un bon coup, reteste un coup la neige et je lance le premier virage, le plus court possible... et là, effectivement, la reprise de grip est parfaite, je m'arrête 50 cm sous ma trace précédent le virage. La pression retombe d'un coup, finalement ça va être tranquille.

Les virages suivants s'enchainent rapidement, et l'exposition semble beaucoup moins prenante. J'arrive assez rapidement dans le couloir protégé par l'écharpe, et là, c'est gagné. Il ne reste plus qu'à se faire plaisir sur ces contre-pentes vertigineuses, mais pas exposées, puis rejoindre le bas du couloir ou un reste de poudreuse me permets de m'échapper en grandes courbes...

Arrivé sur le replat du glacier pour ranger le piolet et souffler un coup, je me retourne et je me rends alors compte de ce qu'à voulu dire Romain lorsqu'il écrivait :
Mes yeux ébahis viennent de dévisager deux cent cinquante mètres de face écrasée par la perspective. D'ici, le majestueux couloir semble vertical. Il est encadré et dominé par d'austères passages rocheux, et il se détache ainsi formidablement de la massive face Nord du Pic de l'Etendard. La surprise est totale. Nous ne nous étions pas rendus compte de l'ampleur de la face quand nous étions dedans, le ventre presque collé à la neige, concentrés sur nos faits et gestes. Mais là, c'est un spectacle véritablement exceptionnel qui s'offre à nous. Nous restons là quelques minutes à contempler cette vue surprenante et très esthétique.

C'est exactement ça.

Le reste est moins glorieux : la descente dans la croutée pas assez regelée jusqu'au col du Couard ne sera pas un modèle de style et la remontée déneigée au Aiguillettes de Vaujany prendra un temps indécent ... Et puis encore croisé Squal et sa bande qui montait sur la route pendant que je descendais de Vaujany.

Mais quelle ambiance dans cette écharpe, quelle pente !!! Félicitation au BLMS pour avoir montré la voie jusqu'au sommet dans ce couloir qui restera un moment fort de la saison.


Commentaires

» Par vali74, le dimanche 03 juin 2007 à 20:57

Chapeau!!!!

» Par jean, le dimanche 03 juin 2007 à 21:00

Joli récit,... mais t'es vraiment un grand malade :lol: :lol: :wink:

» Par Henri Deger, le dimanche 03 juin 2007 à 21:12

Trés beau récit...bravo pour ta descente!

» Par La bande a Squal, le dimanche 03 juin 2007 à 21:31

8O Plus tranquille le Vtt :lost:

» Par Louis Grenet, le dimanche 03 juin 2007 à 21:35

... ou pas. Ca avait l'air bien raide cette route, même ma fiesta a eu du mal à la montée :P . Dur dur de se remotiver pour le VTT cette année ...

» Par Bruno Grenet, le dimanche 03 juin 2007 à 22:03

Jolie sortie... Je montre le récit à Maman ou tu penses qu'elle râle déjà suffisamment comme ça ? :P

» Par neigerome, le dimanche 03 juin 2007 à 22:36

8O mais quand va t'il s'arrêter ?
ça donnerait presque envie de rechausser ces beaux paysages.

» Par jib, le dimanche 03 juin 2007 à 22:57

Salut Louis, bravo pour la motiv' et l'engagement...

» Par Docteur Bruno, le dimanche 03 juin 2007 à 23:30

Joli coup :wink: et quelle saison :cool:

» Par Jeroen, le dimanche 03 juin 2007 à 23:42

Bravo bravo, quelle saison !

» Par dim, le lundi 04 juin 2007 à 00:19

Joli-belle! et quelle motiv'!

j'ai mesuré ta photo de la contre pente à 58,2° 8O

» Par popeye, le lundi 04 juin 2007 à 08:01

bin dis donc fallait oser, joli !!! 8O !! t'en es à combien de 5.x cette année ?? :roll:

» Par dorcelTV, le lundi 04 juin 2007 à 09:05

Ca me rappel l'année dernière... Par contre j'avais pas été cherché le couloir Ouest en traversé ça me semblait bien sec (j'y étais allé début mai en profitant des remontées mécaniques...). C'est clair que le premier virage n’est pas facile à déclencher surtout après avoir mis un temps fou pour chausser... Pour la pente c'est très raide court et quand même bien déversant... J'étais impressionné 8O mais j'ai pas trouvé ça extraordinaire à skier, qu'en penses tu?

» Par Mick, le lundi 04 juin 2007 à 09:11

Quel morceau ce bout de pente ! En tout cas je crois que c'est l'une des pentes raides qui m'impressionne le plus...bravo pour le chaussage au sommet !

» Par nat, le lundi 04 juin 2007 à 09:53

Bravo pour l'intégrale skis aux pieds ! Et très bel hommage au BLMS.

» Par jérôme dauvergne, le lundi 04 juin 2007 à 10:05

:ill: t'es un grand malade toi !!
en tout cas, il faut vraiment être sûr de soi, respect :wink:

» Par manu38, le lundi 04 juin 2007 à 11:11

:D Salut Louis

Alors là c'est sûr ce n'est pas du réchauffé :P Superbe récit ! Toutes mes félicitations pour cette superbe sortie... Bruno, ne dis rien à ta moman je pense que ce n'est pas nécessaire :)

Bonne fin de saison ! 8O

» Par Le B, le lundi 04 juin 2007 à 12:06

Warf, ca fait plaisir ce beau récit (et pis l'hommage aussi il faut bien le dire!). Impressionnante aussi l'échine: toujours présente chaque saison, mais cette année elle semble particulièrement proéminente!
Bravo pour la moisson!

» Par Lucio, le lundi 04 juin 2007 à 13:19

Salut Louis, l'hommage au blms aurait été parfait si tu n'avais pas contrepenché ta photo 2 :lol:. Faire de la pente sans spectateur apporte ce quelque chose d'inqualifiable que tu as, pourtant, très bien su faire passer dans ton récit.

» Par manu2, le mardi 05 juin 2007 à 18:42

La classe...mais la saison n'est pas encore finie Louis, is it? :wink:

» Par Gwladys, le jeudi 07 juin 2007 à 14:33

Très engagé! bravo jamais vu un prof comme ca :P

» Par iseult, le mardi 12 juin 2007 à 23:56

Bonjour, je suis chef de patrouille et dirige un groupe de 5 filles. Cette année nous organisons un projet et je souhaitais partir en montagne. Pouvez-vous me conseiller un sommet abordable pour des filles de 14 à 18 ans ? Le pic de l'Etendard serait-il trop dure ? Nous cherchons l'aventure et prônons le goût de l'effort. Merci de me répondre sur mon adresse email.
Iseult

» Par TiBougnat, le samedi 03 mai 2008 à 17:14

Hier, j'ai eu la même sensation que toi pour poser le premier virage. Mais une fois qu'on a posé le premier tout s'enchaine bien et vite.
Ce couloir incliné est bien gazeux mais un peu court.

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne