Accueil > Topo Guide > Sommets > Mercantour - Alpes Maritimes Italiennes > Nice - Briancon > Saint Dalmas le Selvage - Montgenèvre > Sortie du 23 mars 2019
 Topo validé par la modération

1800 m Nice - Briancon, Saint Dalmas le Selvage - Montgenèvre

Itinéraire mythique parmi les classiques des grandes traversées. Plus génériquement appelé Nice - Briançon cette traversée fait voir du pays, des montagnes rudes, belles et sauvages où il est peu probable que vous soyez dérangés par la foule.

Données techniques

Massif : Mercantour - Alpes Maritimes Italiennes
Secteur : Tinée
Orientation : T
Dénivelé : 9935 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 3.3 E3
Pente : Inferneto 40° sur 100 m

Nb de jours : 7
Type : Traversée

Cartes : 3639OT, 3538OT, 3637OT, 3536OT

Matériel

Crampons, piolets (un brin de corde si l'inferneto est trop tendu). Sac à viande pour les refuges. Tous les refuges sélectionnés proposent la douche chaude, demi-pension et des pique-niques en option.


Départ/Accès

Départ : St Dalmas le Selvage (1500 m) - De Nice prendre la direction Digne par la vallée du Var. A la fin de la double voie du défilé de Chaudan tourner à droite en direction du col de la Bonette et remonter la vallée de la Tinée. Dépasser St Etienne de Tinée et après 4 km (Pont Haut) prendre à gauche vers St Dalmas le Selvage.

Itinéraire

Jour 1 : St Dalmas - Larche (28 km - 1850 m D+) :
Monter au Col de la Moutière par la route, traverser en descente pour atteindre le Vallon de Restefond. Monter au Col de Restefond, le franchir et traverser en restant le plus haut possible afin d'atteindre le Col de Raspaillon. Basculer en adret sur la route et rejoindre la Cime de Pelousette. Redescendre sur l'arrête et rejoindre le Col de Pelousette. Descendre sur le Lac de Pelouse et remonter au Pas de la Petite Cavale. Redescendre en tirant le plus à droite possible afin d'éviter certaines remontées dans le Vallon du Lauzanier. Descendre par la piste de ski de fond jusqu'à Larche
Nuit au Gîte refuge de Larche (Tel 04 92 84 30 80 mail refugedelarche@hotmail.fr )

Jour 2 : Larche - Fouillouse (17 km - 1150 m D+) :
Remonter le Vallon de Rouchouse (portage probable) jusqu'à la Baraque de Viraysse. Obliquer plein Nord et franchir le magnifique Col de la Portiolette (au pied d'un éperon rocheux). Redescendre jusqu'au Lac du Vallonnet Inférieur d'où il faut remonter sur le Col homonyme. Du Col descendre sur Fouillouse, de préférence en restant en rive gauche (plus de neige).
Nuit au Gîte Les Granges à Fouillouse (Tel 04 92 84 31 16 mail gite.fouillouse@gmail.com )

Jour 3 : Fouillouse - Maljasset (20 km - 1650 m D+) :
Cette étape est la plus alpine du raid. A n'entreprendre que par une neige stabilisée et une bonne visibilité
Remonter en direction du Col du Vallonnet (suivant enneigement en rive gauche ou droite) et obliquer à gauche vers les 2100 m d'Altitude pour atteindre le Pas de la Couletta. Du Pas de la Couletta rester à flanc et rejoindre le Col de la Gypière en passant aux pieds du Brec de Chambeyron (couloir Bujon). Franchir le Col de la Gypière et redscendre en Italie sur le Bivouac Barrenghi. Rester au plus près de la roche trouée qui le domine pour en faire le tour. Remonter sur environ 100 m pour ensuite franchir un premier collet (descente raide crampons parfois utiles). En traversée rejoindre le Col de l'Infernetto. Le Col est souvent corniché ou rapé par le vent. Descendre une dizaine de mètres en crampons pour prendre pieds sous un gros rocher dont on se sera tenu proche. Chausser et descendre le cône du Col jusqu'au replat. Remonter alors au Pas de Chialaras (grande pente bien visible). Redescendre alors sur l'Ubac de Chiaslaras et soit franchir le Col de Marinet par gravité, soit continuer à descendre en restant à main droite afin de rejoindre le Col Mary. Les deux itinéraires se rejoignent aux Bergeries Sup de Marie. Suivre grossièrement le sentier d'été pour se rendre à Maljasset
Nuit au refuge CAF de Maljasset (Tel 04 92 31 55 42 mail caf.maljasset@gmail.com )

Jour 4 : Maljasset - Refuge Agnel (17 km - 1700 m D+) :
Remonter l'Ubaye jusqu'au Plan de Prarouard (portage probable suivant la saison). Ne pas suivre le sentier d'été qui s'enfonce dans le ravin de Salcette mais remonter sur la croupe qui domine la passerelle jusqu'à environ 2200 m d'altitude où les pentes sont alors plus propices à une traversée. Prendre la direction du Col Longet et un peu avant remonter vers le Col de la Noire (attention nombreuses traces dans le secteur, ne conduisant pas forcément au Col de la Noire). Franchir le Col de la Noire et redescendre sur le refuge de la Blanche. Remonter au Col de Chamoussière, le franchir et se rendre par une longue traversée au Refuge de l'Agnel
Nuit au refuge Agnel (Tel 06 60 79 83 90 ou 04 92 45 83 90)

Jour 5 : Refuge Agnel - Le Roux d'Abriès (19 km - 1300 m D+) :
Remonter les grandes pentes au dessus du Refuge Agnel pour atteindre le Col de l'Eychassier. Redescendre dans une combe suspendue pour prendre pieds dans la combe du ravin de Roche Blanche. Remonter la grande pente juste à la gauche du Clot du Poulain pour la franchir (parfois déneigé). Redescendre le long vallon de Clot Poulain en restant en rive droite à partir de la Bergerie de Ségure. Un sentier emprunté par les raquettes et skieurs de rando permet de redescendre jusqu'à Ristolas sans (trop) déchausser. Traverser le village de Ristolas et prendre pieds sur la route principale par le pont aval. Juste après remonter par le sentier et rejoindre le Collette de Gilly. Prendre alors la piste Noire d'Abriès qui redescend jusqu'au Roux (ou la piste rouge qui redescend jusqu'à Valpréveyre).
Nuit au Gîte Le Cassu (Tel 04 92 46 74 30 / 06 82 48 09 99 mail gitelecassu05@orange.fr )

Jour 6 : Le Roux d'Abriès - Capanna Mautino (23 km - 1675 m D+) :
Remonter le fond du Vallon jusqu'à La Montette. Remonter alors par des pentes soutenues jusqu'au Col de Thures (souvent corniché) pour le franchir. Redescendre le Vallon de Thures jusqu'à Thuras par des pentes douces et agréables, puis par une piste enneigée jusqu'à Rhuilles. De Rhuilles remonter la piste (attention glace fréquente) jusqu'au Hameau en ruines de Chabaud d'Amont. Prendre la piste (longue et à flanc) qui contourne le Monte Corbioun et redescendre (courte) sur le Pont Chabaud. Il ne reste plus qu'à remonter jusqu'à la Capanna Mautino.
Nuit à la Capanna Mautino (Tel + (39) 347 365 45 10)

Jour 7 : Capana Mautino - Montgenèvre (8 km - 610 m D+) :
Remonter en direction de la Cime Saurel que l'on évite par le collet qui se trouve au Sud. Redescendre sur le Lac Gignoux et remonter sur le Grand Charvia que l'on contourne aussi par un collet situé au Sud. Passer en mode descente et continuer à contourner le Grand Charvia pour rejoindre les pistes de ski de Montgenèvre qu'il faut suivre jusqu'au Col de Montgenèvre (courte remontée au départ du télésiège du Rocher de l'Aigle le long de la piste)

Trace GPS


| QRcode | VisuGPX

Remarques/Variantes

Le retour vers les Alpes Maritimes est possible soit en ajoutant une étape (Larche > St Dalmas (taxi mois cher) ou Bayasse > St Dalmas) moyennant un transfert en taxi (env 200-250 €)
Sinon, la solution transports en commun : Bus entre Montgenèvre et Briançon, puis 10 h de train (mais il faut prendre un train le matin et donc prévoir de passer la nuit sur Briançon)

Remarque pour le Jour 4 : Préférer faire étape au refuge de la Blanche et éventuellement zapper la remontée au Collette de Gilly le lendemain grâce à l'autostop qui fonctionne très bien dans le haut Queyras. L'accueil est bien plus chaleureux au refuge de la Blanche qu'à celui de l'Agnel !


Sortie(s) GPS associée(s) : 23.03.19

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Saint Dalmas le Selvage - Montgenèvre ou 50 bonnes raisons de poursuivre ses rêves [»] : Sortie du samedi 16 au samedi 23 mars 2019 (8 jours) par Phil'Ô

Participants : patric bosetti, doume pistache

Météo

Tempête de ciel bleu avec une vague de froid et un vent de nord mardi et mercredi

Conditions d'accès

Etat de la route : Sèche

Altitude du parking : 1500

Conditions de neige

Nous avons eu toutes les mauvaises neiges. De la glace, de la non décaillée, de la croutée, de la frisée, de la neige de printemps plus ou moins profonde, un peu de poudre tassée (infernetto) beaucoup de cailloux (Chiaslaras)

Altitude de chaussage (montée) : 1650
Altitude de déchaussage (descente) : 1700

Activité avalancheuse observée : RAS

Skiabilité [?] : ●●○○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Saint Dalmas le Selvage - Montgenèvre ou 50 bonnes raisons de poursuivre ses rêves - Dénivelé réel effectué : 10855m

Préambule :
Cela faisait 20 ans que j'en rêvai, je l'avais organisé avant d'être charge de famille et au dernier moment, 1 mètre de neige tombe et le risque qui grimpe à 4/5 m'avait fait renoncer... Et puis la vie a fait que je n'avais plus le temps pour ce genre d'aventure... Mais, cela était resté dans un petit coin de ma tête et pour mes 50 ans, mon cadeau a été de pouvoir enfin réaliser ce rêve...

Samedi 16 Mars : 1850 m D+ 10h00
La journée sera longue, car l'enneigement déficitaire cette saison nous pousse à ne pas emprunter le trajet plus court par le Pas de la Cavalle, mais à faire le grand tour de la Cime de la Bonette. L'ambiance est bonne au départ, malgré un sac bien lourd. Nous arrivons au Col de la Moutière en forme et nous glissons dans le fond du Vallon de Restefond. Pendant que je rejoins Doumé au Col, Patric se fait un A/R à la Cime de Restefond. La traversée jusqu'au Col de Raspaillon est tendue (neige dure ou croutée) mais au final on rejoint la route en adret assez vite. Punaise, il n'y a pas de neige en face Sud... au moins jusqu'au Camp des Fourches !!! D'ailleurs la fraise est à l'ouvrage et la route risque d'être ouverte dans pas longtemps (trop tard en ce qui nous concerne). Bref, on remonte sur le Grand Clot puis on décide de tenter la traversée sous la Cime de Pelousette pour s'épargner un peu d'énergie... Bin à bien y réfléchir, la prochaine fois on remonte jusqu'au sommet d'où la redescente sur le Col de Pelousette est bien plus aisée que cette traversée hyper exposée au dessus de barres... en neige pourrie qui plus est ! Je vais me prendre une boite et déchausser au pire endroit ! Vraiment pas top ! Mais bon, pas de bobo et je termine la traversée soulagé. Il reste à remonter au Pas de la Petite Cavale que l'on franchit à 16h00 ! Le temps de passer en mode descente et hop, on pensait arriver à 17h00 au refuge !!! C'est sans compter sur le long faux-plat de l'Ubayette qui en a fait souffrir plus d'un !!! On arrivera fourbus mais heureux à Larche à 18h15 !

Dimanche 17 Mars : 1150 m D+ 6h30
Nous quittons le refuge bondé par une petite entorse au règlement. Nous avons réussi à nous faire véhiculer jusqu'au Col de Larche pour diminuer la quantité de portage. Bon on va quand même se taper 45 min à pieds, mais c'est sans commune mesure avec ce qui nous aurait attendu par le Vallon de Rouchouse. Le bon côté, c'est qu'on va ajouter un Col (Gypière de l'Orronaye) au compteur ! Les vallons suspendus au dessus de Larche sont juste splendides ! Mention spéciale du jury pour le Col de la Portiolette ! Majestueux ! D'ailleurs, la redescente aura même été agréable à skier ! Top. Puis c'est déjeuner au Col du Vallonnet. Nous entamons la descente de cette étape qui est assez courte lorsque Patric décide de remonter au Col sans Nom. Doumé et moi attendrons l'ouverture du Gîte au soleil... On en profite pour soigner nos premières ampoules... Sauf que celles de Doumé sont trop douloureuses et il va bâcher là dès demain matin... Il va nous manquer...

Lundi 18 Mars : 1650 m D+ 9h15
C'est la journée que j'attendais le plus. J'en rêvais, j'en fantasmais, j'en salivais à l'avance ! Depuis le temps...
Ca commence par une remontée en rive gauche du Riou de Fouillouse puis une large virgule pour atteindre le Col de la Couleta. La traversée qui suit nous a été annoncée comme très sêche comparé à l'habitude... et bien les pierres sont effectivement bien présentes. Mais au final ça passe mieux que je ne me l'étais imaginé et le Col de la Gypière est atteint bien plus vite qu'attendu. Le hic, c'est que le ciel se voile un peu, il y a du vent et la neige ne décaille pas... La descente sur le Bivouac Barrenghi est juste pourrie et les traversées qui suivent pas meilleures. On chausse les crampons juste après le Lac de la Roche Trouée et on ne les quittera plus jusqu'au Col de l'infernetto. La neige est dure, le collet entre le lac et l'Infernetto a été labouré par des traces de pas... on reste donc en crampons pour éviter les manips. Arrivé au Col de l'Infernetto, Patric me dit que j'aurai mieux fait de prendre le piolet de Doumé... En effet, c'est impressionnant et le départ skis aux pieds est très tendu car la neige est toute rappée. En revanche, elle cramponne plutôt bien. On va donc rester sur la gauche, près d'un ressaut rocheux qui nous servira à la fois de "main courante" dans la désescalade et d'abris pour chausser les skis. La descente est bonne, mais courte car (le mur) Chiaslaras se dresse déjà devant nous. On va remonter en couteaux... Patric jusqu'au Col et moi jusqu'à environ 100 m du Col pour chausser les crampons... Le hic, c'est que derrière, pas de neige... Il faut descendre env 100 m de D- en crampons pour trouver les premières veines de neige skiables... Beurk ! M'enfin, le plus dur est derrière nous. Nous choisissons de ne pas franchir Marinet mais de descendre sur Mary (un bon choix à mon avis lorsqu'on voit la traversée pourrie au dessus des bergeries de Mary pour rejoindre le vallon). Le vallon de Mary est tranquille bien que sur une neige commençant à regeler... Après le verrou, dans la forêt c'est franchement Beyrouth ! Mais bon, le refuge nous tend les bras et on a hâte d'aller se poser avec une bonne mousse ! Excellent accueil du Gardien, bon repas et nous avions le refuge pour nous deux !!! Le top quoi !

Mardi 19 Mars : 2020 m D+ 10h45
La journée commence par un long portage jusqu'au plan de Praouart. Puis nous grimpons jusqu'à 2200 m sur la croupe dégarnie pour éviter le piégeux ravin de Salcette. Puis c'est skis aux pieds que nous rejoignons le Col Longet (oui, nous nous sommes accordés un crochet pour aller voir M. VISO de prés). Puis direction le Col de la Noire... en fait c'est ce qu'on croyait en suivant les traces... mais elles nous conduisent au Pas de la Farneireta... infranchissable. Un rapide point GPS confirme l'erreur... On redescend fissa et on enquille dans le ravin de la Noire en suivant d'autres traces... sauf que là non plus cela ne donne pas sur le Col... pourquoi ??? Tout simplement, parce qu'il n'y a plus de neige dans le passage qui ouvre sur le Lac de la Noire et le col !!! Donc plus de traces. Bon là on s'en rend compte plus tôt, mais on est con et on insiste en se disant que ça passera peut-être... bon, c'est passé mais c'est vrai qu'on a failli redescendre. Pendant cette montée, j'ai envisagé tous les scénarii possibles... Bivouaquer au magnifique bivouac du Col Longet... redescendre jusqu'à Chianale, dormir au refuge de la Blanche si on est cuits après une troisième tentative de trouver ce P.... de col !
Bref, on arrive enfin au Refuge de la Blanche et on s'accorde un coca avant de remonter jusqu'à Chamoussière. Patric, file et va carrément sortir le Caramantran ! Quel sanglier celui-là. On se retrouve au Col de Chamoussière avec le soleil rasant de fin d'après-midi. On arrive au refuge Agnel soulagés... L'accueil de son gardien va nous faire regretter d'avoir remonté Chamoussière en fin d'après-midi pour respecter la réservation... Adresse à ne pas recommander (nourriture et accueil)... et pourtant quel beau bâtiment !

Mercredi 20 Mars : 730 m D+ 4h15
-14° C au thermomètre lorsque l'on quitte le refuge... et c'est sans compter sur le vent qui burle... On franchit le Col de l'Eychassier transits... mais la descente derrière sera moins ventée et au final on remonte au collet sans nom de Clot Poulain dans une chaleur relativement agréable. La descente est moyenne mais passe assez bien. On franchit le ruisseau et suit le sentier qui malgré quelques déchaussages, nous permet de skier jusqu'à Ristolas. Là, en face de nous se dresse les 800 m de la face de la Collette Gilly que j'avais prévu de remonter... toute sèche !!! On opte pour faire du stop au moins jusqu'à Abriès... hyper efficace... dès la première voiture... on est monté directement Au Roux. Pendant que je bulle, traite mes ampoules et me requinque Patric remonte au Collette Gilly par la face nord enneigée pour boucler le topo et rester dans l'épure. Pendant ce temps, je modifie un peu les réservations du lendemain (nous avions prévu de dormir à Thures) car trop bas et surtout plus de neige...

Jeudi 21 Mars : 1675 m D+ 8h40
Objectif filer en Italie pour palier à la fermeture l'hiver du refuge des Fonts de Cervières... Alors ce sera via le Col des Thures. Vu l'enneigement très haut en altitude sur les faces sud, on porte 2h30 avant de mettre les skis. Puis, Patric va faire des prouesses pour tracer dans les pentes soutenues jusqu'au Col. Chapeau l'artiste ! Le côté Italien est immense et débonnaire en comparaison avec son pendant français. On va se laisser glisser sur des kilomètres dans un défilement de paysages magnifiques... On va même réussir à skier jusqu'à Rhuilles. La remontée jusqu'à Chabaud amont est rock n Roll car c'est carrément de la glace vive qui se trouve sur la piste/route... Mais à force de louvoyer le hameau fantôme est atteint. S'en suit une longue traversée sur une piste enneigée avant de fournir le dernier effort pour atteindre la magnifique Capanna Mautino ! Quel accueil... l'Italie a vraiment du bon. On nous allume le braseiro pour chauffer la salle de douche, on nous donne des cacaouettes avec la bière, on nous sourit ! Quelle différence avec deux jours avant ! Nous y étions seuls, et on s'est fait exploser la panse avec des plats divinement cuisinés ! Adresse à vivement recommander !

Vendredi 22 Mars : 610 m D+ 3h15
Matinée tranquille à remonter en direction de la Cime Saurel (où la remontée mécanique est étrangement arrêtée), puis après être descendus dans une croute immonde sur le Lac Gignoux on remonte jusqu'au Grand Charvia récupérer les pistes de skis de Montgenèvre. Dernière descente au milieu des skieurs qui ne se doutent pas de la merveilleuse aventure qui se termine là pour nous !

Épilogue : On prend un Taxi (réservé de longue date) jusqu'à Bayasse où le refuge Hôtel rénové à grands frais par le Parc National du Mercantour va nous accueillir pour notre dernière nuit. Nous sommes les deux seuls résidents qui n'appartiennent pas au groupe de 28 du CAF de Morteau qui termine son séjour annuel, mais en quelques minutes c'est comme si nous en étions membre depuis toujours.
Samedi 23 Mars : 900 m D+ 5h15 Remontée pas toujours aisée du vallon de la Braisse avec au sortir de la forêt le large plateau qui s'ouvre ! Quel spectacle. Nous arrivons au Col de la Braisse en même temps que Doumé qui est venu à notre rencontre. La dernière descente sera surement une des meilleures du raid... en neige de printemps juste revenue. Puis c'est portage jusqu'à la voiture... fin d'une aventure... Fin d'un rêve... Retour à la vrai vie... Mais avec des souvenirs impérissables.

Conclusion :
Le rêve c'est bien, ça permet d'entretenir l'envie... mais lorsqu'il se réalise, d'aussi belle façon, lorsque la réalité dépasse l’imaginaire, c'est une source immense d'énergie positive que l'on gardera pour toujours dans un petit coin de son cerveau pour affronter les moments difficiles.
Donc Merci à Patric, infatigable sanglier qui trace mieux que personne d'avoir partagé ces 8 jours de bonheur intense avec moi.
Merci à Doume de nous avoir accompagné durant ces 2 premiers jours (surement parmi les plus durs) et d'être revenu nous chercher au Col de la Braisse ! Quelle merveilleuse équipe !

Un fichier GPS a été associé à cette sortie - Charger


Commentaires

» Par friz, le samedi 23 mars 2019 à 20:20

:cool: :cool: :cool:

» Par jpc, le samedi 23 mars 2019 à 21:12

Cooool !
Pour info : normalement, cela redescend bien du Pas de la Farnereita sur la vallée de l'Aigue Blanche. Plus de neige ?

» Par Phil'Ô, le samedi 23 mars 2019 à 21:17

@ jpc : A la fois pas de neige du tout et surtout il fallait une corde pour tirer un rappel avant d'atteindre un semblant de morceau de montagne où on aurait pu tenir debout... On a pas insisté et préféré tenter un passage moins golgot :wink:

» Par jean francois latil, le samedi 23 mars 2019 à 21:30

Bravo! :cool:
moi aussi j'en rêve...Dommage que l'enneigement soit aussi light cette année pour un tour pareil :lost:

» Par patric bosetti, le samedi 23 mars 2019 à 21:45

Un grand merci a Phil pour son organisation sans faille !! Bravo pour avoir fini ce raid malgres tes pieds en compotes :wink: :D :D bise !!!!

» Par Toz, le samedi 23 mars 2019 à 22:53

:cool: :roll: :happy: :) :cool: :cool:

» Par manu, le samedi 23 mars 2019 à 22:57

Pas dispo cette année même pour faire un petit coucou mais super content que tu y sois arrivé
À bientôt (14/07 ?) Et bravo
:)

» Par laurent couturier, le samedi 23 mars 2019 à 22:58

Ravi que cette traversée se soit enfin concrétisée !! Bravo :D

» Par squal, le dimanche 24 mars 2019 à 01:35

Belle promenade mon cochon ! Et en plus avec un temps pourri ! Manquait juste un chouillas de neige...
Au Barrenghi tu t'es arrêté 5 minutes pour le souvenir :wink:
Sinon ça le rappelle un bout de raid qu'on avait fait par là-bas (Allos-Guillestre) et où on s'était croisés au refuge de la Cantonnière. Magique tous ce secteur pour les raids.
Content que tu aies enfin pu réaliser ton rêve. Maintenant va falloir en trouver et réaliser un nouveau :P :cool:

» Par Phil'Ô, le dimanche 24 mars 2019 à 07:14

Merci les copains... Les rêves qui me restent à réaliser ça ne manque pas (mais j'avoue que celui-ci était en tête de liste), c'est la disponibilité pour le faire qui fait encore défaut :roll: .
C'est vrai que niveau enneigement, pour faire ce genre de raid, cette année était vraiment mauvaise... Mais avec Patric on se disait qu'au final, on préférait porter un peu et être serein sur le risque d'avalanche :happy: . L'exemple flagrant a été le Col de Thures. Par enneigement normal, on aurait été moins confiants à remonter ses larges pentes soutenues :ill: .
Pour la météo, en fait quasiment tout le mois de Mars aurait été propice à bien y regarder. Là ils prévoient encore une semaine de grand beau :OO:

» Par philou3873, le dimanche 24 mars 2019 à 09:30

C'est beau les rêves, la classe :)

» Par Den's, le dimanche 24 mars 2019 à 14:08

Topissime ! :wink:
Merci pour le beau reportage qui met si bien en valeur les montagnes du sud :D .

» Par jac74, le dimanche 24 mars 2019 à 19:00

bravo d'avoir réalisez votre rêve dans ce massif merveilleux et surtout l'esprit
merci également pour toutes les infos
sportivement

» Par doume, le dimanche 24 mars 2019 à 19:16

Un Grand merci pour cette invitation a ce bel Anniversaire ...!!!J ai juste mangé qu une petite part de Gateau .... !!! mais j ai profité avec vous de la plus belle descente de ce Beau Voyage hors du temps ..... encore merci !!!! :wink:

» Par Pedro, le dimanche 24 mars 2019 à 19:43

Un belle ballade dis donc ! On dirait que tu l'as bien savouré :) :cool:

» Par Phil'Ô, le dimanche 24 mars 2019 à 20:06

Merci à tous pour vos commentaires... :cool: :cool: :cool:
Pour l'anecdote, j'ai compté 25 cols visités au cours de ce périple... On est les rois de la manip' à présent :lol:

» Par michelb, le dimanche 24 mars 2019 à 21:34

Merci pour l'histoire les photos le GPX... et l'envie donnée :roll:

» Par Ferski, le dimanche 24 mars 2019 à 22:28

Bravo à vous, beau voyage! :roll:
Comme quoi du rêve à la réalité il n'y a pas un si grand écart.

» Par ciaisg, le dimanche 24 mars 2019 à 23:12

C'est toujours plaisant d'arriver à ses fins !!!
Bravo ! :D

» Par gerard mitaut, le lundi 25 mars 2019 à 09:20

Assurément la meilleure façon de fêter ton anniversaire, tu vas t'en souvenir de celui-là :wink:

» Par Nev_sum, le lundi 25 mars 2019 à 10:46

Quelle belle aventure, bravo à vous !!!

» Par maxime05, le mardi 26 mars 2019 à 13:09

salut les gars
content de savoir que vous avez terminé votre périple
on s etait croisé au gite de fouillouse
au plaisir
max,chouchou et fred

» Par Phil'Ô, le mardi 26 mars 2019 à 13:27

@ maxime05 : :cool: :happy:

» Par FITZROY, le mardi 26 mars 2019 à 13:51

Dommage pour les conditions....restent le plus important :wink:

» Par Phil'Ô, le mardi 26 mars 2019 à 13:58

Franchement, tu as raison... on a largement préféré avoir le ciel bleu toute la semaine et pouvoir profiter du paysage malgré une neige un peu pénible à descendre et largement absente sur les montées, que d'avoir une neige de cinéma en chaussant dès les refuges mais avec une visu mauvaise... car à mon goût, le plus important dans ce genre de voyage, c'est justement de s'en mettre plein les yeux... Et pour le coup, on a pas été déçus :cool:
En plus on a pas trop craint pour le risque d'avalanche :lol: :P

» Par didiergo, le mardi 26 mars 2019 à 17:10

Belle traversée. Bravo :cool: Avec ces conditions de neige le DVA, la pelle et la sonde ont pris l'air :D

» Par genepy04, le mardi 26 mars 2019 à 22:18

Merci Phil pour le partage de ce beau voyage.
Ça peut donner des idées... Dans ton récit ultra complet comme d’hab, il nous manque des infos pratique sur ton raid: matos, anti ampoule, nombre de rechange, de slip, de bières sirotées de D+ fait par le sanglier... :cool:

» Par Phil'Ô, le mercredi 27 mars 2019 à 09:44

:lol: . Côté pratique : Le nombre de slip propre à transporter dépend de chacun. Perso j'en avais un par jour de raid. Par contre, j'ai tourné avec 2 paires de chaussettes, 2 T shirts techniques en laine de mérinos (pas d'odeur), 2 T shirts manches longues, un pantalon léger pour le refuge, une paire de basket pour les portages, une doudoune en duvet légère et un coupe vent, une paire de lunette et de gants en rab. Un sac à viande, des compeed, des straps et le nécessaire de toilette (mini serviette, brosse à dents, savon...)... mais je doute que cela aide quiconque :happy: :wink: :D

Quant aux bières sirotées, là aussi ça dépend de chacun... Nous en étions à au moins une par apéro...

Le D+ supplémentaire fait par le sanglier, c'est 100 m le 1° jour (Cime de Restefond), env 400 m le 2° jour (Col sans nom), 700 m le 5° jour (Collette de Gilly) et env 75 le dernier (Cime Saurel et Grand Charvia)... soit env 10% de plus :wink:

» Par henyan, le mercredi 27 mars 2019 à 17:20

Vous avez trinqués pour un anniversaire à "la sauvage", bon choix. :wink:

» Par Phil'Ô, le mercredi 27 mars 2019 à 17:29

Yesss, et pas qu'un peu. Par contre on a été déçu, la bière brassée avec les brins de génépi n'était pas présente dans tous les refuges. En majorité, la blonde, la blanche, quelques fois l'ambrée, mais celle au génép', on ne l'a trouvée qu'à Larche ! Et pourtant, c'est celle que l'on préfère :cool:

» Par romu, le mercredi 27 mars 2019 à 23:02

Mémorable :roll: :cool:

» Par Ricil, le jeudi 28 mars 2019 à 22:43

Une belle façon de passer le cap des 50 !!

Ca m'a rappelé des souvenirs...
www.gamby.org/?m=201204

» Par Phil'Ô, le vendredi 29 mars 2019 à 08:52

@ Ricil : Merci :wink:
Vous aviez eu nettement plus de neige que nous et le fait de le faire en autonomie vous a surement alourdi le sac de façon significative. Mais quelle belle aventure vous avez vécu... Pas top la réaction du gardien de Maljasset (ce qui a engendré les recherches sûrement couteuses et qui auraient pu être évitées sur un simple coup de fil qu'il vous a refusé :ill: :evil: ).

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne