Accueil > Topo Guide > Sommets > Mercantour - Alpes Maritimes Italiennes > Mont Ténibre > Visite de Rabuons sur 2 jours depuis Pontebernardo > Sortie du 25 fevrier 2020
 Topo validé par la modération

3031 m Mont Ténibre, Visite de Rabuons sur 2 jours depuis Pontebernardo

Données techniques

Massif : Mercantour - Alpes Maritimes Italiennes
Secteur : Val Stura
Orientation : T
Dénivelé : 2900 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 3.2 E1
Pente : passages à 30°

Nb de jours : 2
Type : Traversée

Cartes : 3639OT ASF6

Matériel

Crampons


Départ/Accès

Départ : Ref. Talarico (Ponte Bernardo) (1710 m) - De Cuneo, remonter le Val Stura jusqu'à Pontebarnado (accès depuis l'Ubaye par le col de Larche)
Du village prendre la petite route de montagne vers l'W pour arriver sur un replat où se situe le refuge Talarico (~4km). Stationner sur le parking avant le passage à gué.
Cette route n'est ouverte qu'au printemps.

Itinéraire

Jour 1 : (D+ 1700 m, ski 2.3)
Depuis Talarico, remonter le vallon supérieur de Pontebernardo. Vers 2650m, obliquer à gauche pour remonter la large pente-couloir du pas de la Lauze (200m à 35-40°). Descendre versant français (Est puis Sud) en direction des Lacs De Variclès, et repérer vers 2550m un étroit couloir orienté NO. Le remonter (50-100m à 40°) pour déboucher dans le vallon SO issu du Pas de Ténibre. Suivre ce vallon et atteindre vers 2850m la croupe SO descendant du Ténibre. Sous le sommet, 50m à 40° permettent de rejoindre le point culminant.
Depuis le sommet, un bref parcours de crête permet de rejoindre le vallon du lac de la Montagnette, que l'on descend jusqu'au lac de Rabuons. En longeant sa rive Nord, on rejoint le refuge de Rabuons.

Jour 2 : (D+ 1200 m, ski 3.2)
Depuis le refuge de Rabuons contourner la rive Sud du Lac, et rejoindre par un petit vallon (orienté NO, invisible du refuge) le pas d'Ischiator (2843m, 50m à 35° en haut). Du col rejoindre en traversée la base du couloir N du Corborant. Laisser les skis, remonter ce couloir jusqu'à une brèche du l'arête Est (~2920m) et suivre cette arête - essentiellement neigeuse par bon enneigement - jusqu'au sommet. Revenir par le même itinéraire à la base du couloir et descendre le vallon d'Ischiator jusqu'à l'aplomb du refuge Migliorero (~2080m). Remonter alors le vallon soutenu orienté Sud-Est jusqu'au pas de Rostagno (2536m). Du pas, une descente NO soutenue au départ permet d'arriver au replat au-dessus du refuge Zanotti. Prendre le vallon à gauche du refuge et rejoindre le Gias del Piz (2040m). Une dernière remontée en suivant les lacets d'une ancienne piste permet d'atteindre le passo Sottano delle Scolettas (2233m). Du pas, descendre sur l'autre versant rive gauche jusqu'à 1950m. De là, le plus sûr est de suivre le chemin d'été rive droite, vite déneigé dans des pentes raides. Néanmoins, il est aussi possible, si on l'a repéré, de descendre dans la gorge du ruisseau jusqu'à Talarico (danger que le ruisseau soit insuffisamment recouvert).

Remarques/Variantes

Le Corborant est quasiment skiable du sommet par bon enneigement, avec les caractéristiques suivantes :
- le couloir d'accès à la brêche est raide (proche de 45° en haut), mais peu exposé
- la partie sur l'arête est plutôt moins raide, mais avec des passages étroits, et le tout est très exposé sur les deux versants (expo 4).
->probablement 4.3

Variantes :

» Vallon du Lusernier (Ski 3.3 ; Orientation S)
Descente plus directe sur le refuge de Rabuons, plein Sud par le vallon du Lusernier (100m à 40° en haut)



Refuge(s) associé(s) : Refuge de Talarico Refuge della Lauza

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

3 jours à Rabuons [»] : Sortie du dimanche 23 au mardi 25 fevrier 2020 (3 jours) par tgv13

Participants : Laurent, Nicolas, Sébastien le premier jour

Météo

Globalement beau temps chaud, voilé et vent modéré à fort de nord-ouest les 23 et 25. Pas de vent et très chaud le 24.
Excellent regel nocturne durant ces 3 jours, pas de décaillage le 25 avec le voile nuageux et le refroidissement.

Conditions d'accès

Etat de la route : noire

Altitude du parking : 1600

Conditions de neige

Enneigement vieux et pauvre (datant pour la presque totalité de novembre...), surtout en versants sud raides ou zones ventées, avec un fort gradient de qualité et de quantité : le cirque de Rabuons est particulièrement sec (évoquant une fin mai, le lac de Rabuons commençant d'ailleurs à dégeler par endroits) alors que l'enneigement reste encore relativement abondant dans les versants italiens (sauf en adrets).

Conditions donc de fin de printemps partout, neige bien transformée, parfois avec du relief, aux allures de névé par endroits (ramollissement limité même aux heures chaudes). Hauts des versants nord souvent dégarnis par le vent et couverts de pierres, le meilleur ski se trouve au soleil loin des crêtes entre 10h et 14h d'est en ouest.

Altitude de chaussage (montée) : 1600
Altitude de déchaussage (descente) : 1500

Activité avalancheuse observée : RAS, les chutes de pierres au dégel semblent plus à craindre que les avalanches de neige...

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Bagni de Vinadio - refuge Miglioleri - pas d'Ischiator - refuge de Rabuons - couloirs sud-est de la Tête de Lusernier - mont Ténibre - lac Chaffour - refuge de Rabuons - pas de Corborant -San Bernalfo - Bagni de Vinadio

Voilà quelques années que je voulais découvrir ces lacs et refuges perchés de la haute Tinée, haute de par sa position septentrionale mais aussi son altitude, des cirques glaciaires constellés de lacs à plus de 2000 mètres. Un coing de Mercantour loin des métropoles maralpines, des stations de ski, et dont l’ingratitude de l’accès pour les skieurs, sur des adrets raides et avec des accès routiers bas, garantit la tranquillité.
Après une première incursion au refuge de Vens en avril 2017, la découverte de ces lieux se poursuivra dans le magnifique cirque de Rabuons en février 2020, avec des conditions nivo-météorologiques rappelant plus une fin de printemps qu’un cœur d’hiver. On skiera en effet sur de la moquette à poils plus ou moins longs, parfois en tee-shirt, au-dessus de lacs en début de débâcle, et le refuge d'hiver s'avèrera bien confortable dans une ambiance sauvage (seulement 2 autres randonneurs le premier soir) mais douce (merci le poêle) voire douillette. C’est un refuge qui date de plus d’un siècle, bien confortable pour autant avec ses panneaux solaires (pas d’origine !), idéalement positionné sur un promontoire rocheux entre le lac de Rabuons et la vallée de la Tinée 1500 mètres plus bas.
Quelques jours hors de la civilisation, passées à se nourrir de soupes en poudre et de pâtes à cuisson rapide, mais surtout d'aubes et de crépuscules, de lacs aux rivages de neige fracturés de crevasses, de couloirs qui fendent les falaises de gneiss dorées de lichens, de bouquetins et chamois qui nous regardent de haut, de sommets qui flamboient au crépuscule pour laisser la scène à la voie lactée. Loin des désirs factices, du temps dicté par la vie moderne, on revient à l’essentiel, et au temps du skieur seulement rythmé par le soleil, la lumière et les températures.
Dommage qu’un enneigement pauvre et vieux (datant pour la presque totalité de novembre...) caractérise ici comme ailleurs les conditions, avec un fort gradient de qualité et de quantité : le cirque de Rabuons côté France est particulièrement sec (évoquant une fin mai, le lac de Rabuons commençant d'ailleurs à dégeler par endroits) alors que l'enneigement reste encore relativement abondant dans les versants italiens (sauf en adrets). Avec des versants nord où le vent a remplacé la neige par de la pierraille, le meilleur ski se trouve au soleil, loin des crêtes déneigées, entre 10h et 14h d'est en ouest. On trouvera même par endroits de la neige aux allures de névé, jaunie par les poussières sahariennes et au ramollissement limité même aux heures chaudes. On pourra tout de même skier de très belles lignes, deux couloirs presque parallèles situés en face sud-est de la Tête de Lusernier, repérés depuis le pas d’Ischiator et qui tiendront toutes leurs promesses : des traits de neige dans les parois de gneiss compact hérissées de gendarmes qui offrent une magnifique ambiance entre rocher coloré d’or, lacs gelés sous les crampons et mer de nuages au-dessus de la Méditerranée.

Photos sur deprovenceetdailleurs.net/2020/02/3-jours-a-rabuons.html


Commentaires

» Par Ferski, le mercredi 26 fevrier 2020 à 07:34

Bien beau secteur, les couloirs du Lusernier doivent être sympa à faire. :roll:

» Par tgv13, le mercredi 26 fevrier 2020 à 10:47

Oui, des lignes courtes (max 200 mètres) mais raides et surtout étroites coincées entre les parois de gneiss doré, aussi intéressantes pour les spatules que pour les yeux !

» Par Jluc38, le mercredi 26 fevrier 2020 à 15:22

Super coin qui me tente depuis un bout de temps.. Pour le refuge, la fiche est à jour ? Pas besoin de réchaud ?

» Par tgv13, le mercredi 26 fevrier 2020 à 18:00

Très joli refuge d'hiver avec électricité solaire, casseroles, poêle et bois. Par contre on n'y a pas trouvé de gaz, donc le réchaud devra être emporté.
Vu la situation ensoleillée du refuge et la douceur actuelle, je n'avais pas pris de duvet... sans remords avec même une seconde nuit passée en tee-shirt sous les couvertures...

» Par Jluc38, le mercredi 26 fevrier 2020 à 20:24

OK merci bien Thomas.

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne