Accueil > Topo Guide > Sommets > Ecrins > Meije Orientale > par le glacier du Tabuchet > Sortie du 12 mai 2019
 Topo validé par la modération

3891 m Meije Orientale, par le glacier du Tabuchet

Données techniques

Massif : Ecrins
Secteur : Oisans
Orientation : T
Dénivelé : 2250 m.

Difficulté de montée [?] : PD+
Difficulté ski [?] : 3.1 E3
Pente : 40-45° (à pieds)

Nb de jours : 1, 2
Type : Aller/Retour

Cartes : 3436ET

Matériel

couteaux, piolet, crampons, matériel de glacier.


Départ/Accès

Départ : Villar d'Arêne (village) (1630 m) - Grenoble -> La Grave -> Villar d'Arêne

NB: Ce départ est accessible en TC

Itinéraire

Montée au refuge de l'Aigle
de la place du village rejoindre le pont en contre bas qui rejoint le GR50.
Suivre le GR50 dans la foret. Accéder vers le sud à la combe qui monte en direction du Tabuchet.
Remonter en direction de Cote Longue en visant sur la droite (sous la pointe de Mathusalem) pour éviter les pentes raides.
Monter ensuite en direction du glacier rive droite.
Au niveau des séracs il est possible de monter un peu en écharpe à droite ou d'effectuer une boucle contournant ces séracs par des pentes plus douces.
Pour la partie supérieure monter toujours assez proche de la crete à gauche en évitant encore quelques zones de crevasses en revenant un peu à droite.
200m sous le refuge de l' Aigle, la pente se couche nettement.
Viser le rocher de droite sur la crête, le refuge est au pied de son versant sud.

Meije Orientale pente raide et arête de neige aérienne.
Remonter le glacier du Tabuchet direction SO puis traverser direction S pour atteindre la rimaye.
La franchir puis remonter une pente de neige courte mais raide (40°/45°) pour atteindre l'arête de neige.
La remonter jusqu'à un passage de rocher que l'on contourne par la droite pour descendre à une petite brèche. remonter
quelques rochers faciles après la traversée de la brèche puis reprendre le fil de l'arête par une pente de neige/glace un peu raide. Suivre le fil de l'arête qui après un deuxième court passage de rochers faciles se redresse (40/45°) pour atteindre une zone quasi horizontale qui mène au confortable sommet.

Remarques/Variantes

La course se fait aussi sur 2 jours en dormant au refuge de l'Aigle.
Le glacier est crevassé.
La pente terminale au-dessus de la rimaye est le plus souvent en glace. De plus, l'arête NE de la Meije Orientale est difficile à skier et très exposée (4.3/E3).
Il est donc préférable de laisser les skis à la rimaye.

Variantes :

» depuis la grave (D+ 2440m ; Ski 3.1 ; Orientation T ; Départ La Grave)
Se garer à la sortie (est) de la Grave. Prendre une petite route à droite qui descend vers un pont. Monter en traversée pour rejoindre les chalets de la Coiffe puis le Paquier, poursuivre par l' itinéraire de Villard d'Arêne et le Glacier du Tabuchet .



Refuge(s) associé(s) : Refuge de l'Aigle

Conditions récentes

» Le 12 mai [Sortie ci-dessous]

» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Tempête au refuge de l'Aigle [»] : Sortie du samedi 11 au dimanche 12 mai 2019 (2 jours) par Floch

Participants : -
Membres associés : antoinechpr

Météo

Vent vent vent au programme

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking : Villar-d'Arène

Conditions de neige

Variant de carton/soufflée/dure

Altitude de chaussage (montée) : 1900
Altitude de déchaussage (descente) : 1800

Activité avalancheuse observée : Plaques en formation avec le vent

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Montée par le glacier du Tabuchet au refuge de l'aigle, puis montée vers la pointe des corridors pour redescendre le glacier de l'homme - Dénivelé réel effectué : 2100m

Un petit tour dans le plus haut refuge des Ecrins pour ce WE qui s'annonce venteux. On débarque comme des fleurs à Villar-d'Arène samedi pour se coltiner les 1800m de D+ de montée sur le glacier du Tabuchet. La météo s'annonce pas incroyable, mais c'est finalement pas trop moche au moment du départ. On fait chauffer les baskets jusqu'à environ 2000m, puis la neige de névé nous permet de soulager le sac à dos. Montée assez efficace jusqu'au pied du glacier, mais le mauvais temps nous rattrape et ralenti la progression. Avec l'aide de quelques trouées, du gps et de notre flair à toute épreuve, on parvient à trouver le refuge sans louvoyer pendant des heures, une première !

Heureux d'arriver au refuge pour se protéger d'un vent déjà bien fort, on est encore plus ravis en voyant où l'on va passer la nuit: Un superbe refuge tout confort, une belle pièce et une vue (quand elle est là) magnifique. On en profite pour se reposer l'après midi, en rythmant notre temps entre fonte de neige, lecture et sieste. Un bon repas passé, et c'est parti pour la nuit la plus reposante depuis bien longtemps en refuge: faut dire qu'on est pas emmerdé par les voisins, et mis a part le vent qui fait un peu trembler la baraque, on est plutôt peinard. Le réveil est tardif car le beau est annoncé dans la matinée, puis on part se balader un peu pour décider ce qu'on fera de notre journée.

Un rapide tour du propriétaire diminue le tableau des possibilités. L'ensemble des arêtes de la Meije est noire, tout comme une bonne partie de la Meije orientale. Les glaciers font également triste mine pour cette époque, avec des plaques de glaces çà et là qui transperce la fine couche de neige. Le remplissage dans les faces, déjà loin d'être mémorable, est constamment mis à mal par ce vent tempétueux et le soleil de mai. On décide donc, après assez peu de réflexion, de rentrer tranquillement par le vallon de l'homme pour boucler cette jolie balade. On range nos affaires, on profite encore un peu du confort du refuge avant de sortir se faire soulever par la bise. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, on plie bagage et on rentre à la maison. On profite d'avoir les peaux sur les skis pour monter un peu en direction de la pointe des corridors.

Dépeautage avec les peaux à l’horizontale, et c'est parti pour presque 2000m de descente non stop. Le ski n'est pas toujours incroyable, mais il reste facile et même agréable à pas mal d'endroit. On se balade entre les séracs, tel deux touristes perdus dans la vallée blanche. Touristes peut être, mais certainement pas perdus dans la vallée blanche. Ici, c'est le magnifique vallon de l'homme: des grandes murailles de chaque coté, un glacier tortueux et une tranquillité incomparable à celle de Chamonix. On retrouve de vieilles traces qui nous guident dans le bas, et on arrive tant bien que mal au plus bas de la neige, 50m au dessus de la Romanche.

C'est alors un saut de rivière et 5km de marche à plat qui nous attendent, pour notre plus grand plaisir et celui de nos épaules. Retour à la voiture bien content de s'être promené par là-haut, on a encore découvert un nouveau coin et pas des moindres.

Vidéo de la sortie:
Afficher/Masquer la vidéo ou Lien direct (Youtube)


Commentaires

(pas de commentaires) » Ajouter un commentaire






biggrin smile sad eek confused cool mad razz lol ill evil rolleyes wink redface happy lost
HTML interdit. BBCode Autorisé.


Oui, c'est ça ! (cliquez dans le carré)

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne