Accueil > Topo Guide > Sommets > Taillefer - Matheysine > La Peyrouse > Croupe SE > Sortie du 16 décembre 2017
 Topo validé par la modération

1710 m La Peyrouse, Croupe SE

Données techniques

Massif : Taillefer - Matheysine
Secteur : Matheysine et périphériques
Orientation : SE
Dénivelé : 740 m.

Difficulté de montée [?] : R
Difficulté ski [?] : 1.3 E1
Pente : 30°/150m

Nb de jours : ½
Type : Aller/Retour

Cartes : 3336OT

Matériel

Pas de matériel particulier

Départ/Accès

Départ : Le Majeuil (970 m) - Grenoble -> Laffrey -> Notre Dame de Vaux -> Le Majeuil

Itinéraire

Remonter plein nord dans les champs (barbelés) pour rejoindre la forêt vers 1250 m. Suivre la lisière jusque vers 1500 m puis finir par la croupe SE jusqu'au sommet.
Descente : par le même itinéraire.

Remarques/Variantes

Itinéraire assez direct vers le sommet, et qui passe dans une trouée. La végétation est abondante et particulièrement agressive (épines, frênes très serrés), il faut donc un enneigement plus que correct pour se faire plaisir. Attention à la pente sommitale souvent plaquée par vent de Nord.

Sortie(s) GPS associée(s) : 14.02.13 12.12.12

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

La Peyrouse - Navigation à la recherche des bonzaïs de Matheysine [»] : Sortie du samedi 16 décembre 2017 par taramont

Participants : -
Membres associés : la_noisette (22.12)

Météo

Couvert, avec quelques éclaircies fugaces, mais s'améliorant petit à petit. Bise en rafales rendant les manips pénibles

Conditions d'accès

Etat de la route : enneigée le matin (mais passage du chasse-neige) - libre au retour

Altitude du parking : 960m

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : 960m
Altitude de déchaussage (descente) : 960m

Activité avalancheuse observée : RAS mais vu le travail acharné du vent, j'ai préféré m'arrêter à 1600m, des plaques pouvant être en formation dans la partie finale, comme le dit d'ailleurs, fort judicieusement, le topo.
Je mets une skiabilité correcte car la neige, bien que déjà bien travaillée par le vent, était fort agréable à skier dans le tiers supérieur. Ensuite, il fallait se faire léger pour ne pas toucher (pas de sous-couche sous 1300m). Dire que je n'ai rien touché serait mensonge, mais rien de sérieux au prix de quelques traces directes et conversions dans les parties où les cailloux n'étaient pas loin. Le final du bas, en pâturage, était bon.
Attention aux buissons épineux : un coup de branche d'églantier sur la joue peut vous gâcher votre sortie du soir.

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : identique au topo - arrêt à 1550m (blizzard et manque de visi) - redescente de 250m - remontée jusqu'à 1600m - descente - Dénivelé réel effectué : 900m

Comment expliquer une soudaine envie de terres austères, d'asiles hostiles, d'horizons bâchés, d'arbrisseaux ployés, de contrées délaissées (ou presque) par les explorateurs lattés ? Je n'essaie même pas.
« Ciel très nuageux » dit la météo. Parfait. Du gris, je veux me griser ! Gris souris, gris perle, gris béton, gris Eternit, gris tôle, gris ardoise, on trouve tout ça en Matheysine, un jour pareil, et surtout, gris anthracite, bien sûr. J'ouvrirai grand les yeux : je serai regardante.
La Peyrouse, voici qui devrait faire mon affaire, à tant faire. Donc cap sur la Matheysine, l'APN réglé sur N/B.
Pour avoir donné son nom à cette taupinière, le navigateur* a dû aller là-haut en vue de s'entraîner à la navigation embrumée, face aux vents mauvais. Pourvu que mon expé ne tourne pas aussi mal que la sienne !
Prudemment, j'avais pris ma Boussole. L'Astrolabe était inutile, vu le ciel couvert. En guise de portulan, j'avais la TOP25 3336 OT et le topo, celui qui avait fait cruellement défaut à notre navigateur, et aussi quelques souvenirs. Car, il ne s'agissait pas aujourd'hui, d'aller explorer des rivages totalement inconnus ; par contre, des paysages rudes où, pour une chartrousine, le choc arboricole est total. Ici, (presque) tous les hêtres vous manquent, tout est genévriers.
Comme le navigateur, eh bien, j'ai navigué. Entre les écueils : rocs émergents, racines sournoises, pins crochus, arbustes griffeurs. (oui, c'est là qu'on cueille les baies d'églantine, de genièvre et d'argousier). Le gris s'est décliné dans toutes ses nuances et les pins tordus par les vents du S dominants (ce jour, ils faisaient leur rééducation dans l'autre sens!) avaient des allures japonisantes. J'ai croisé un autre explorateur, moins matinal, mais, de ce fait, peut-être plus chanceux, côté visibilité.
Au final, je n'ai pas échoué dans les îles Salomon mais dans un bar du coin, un îlot de chaleur bienvenu. Là, dans d'autres brumes, j'ai pensé avoir, peut-être, skié les dernières neiges d'automne et de mon verre (un seul!), ces quelques vers ont émergés. Je vous les livre bruts, je n'ai pas pris le temps de compter les pieds trop occupée à réchauffer ceux qui me portent si loin.

Neiges d'automne, en rien monotones
(ça change chaque jour!)
Attendent que l'orage tonne
Pour annoncer de l'hiver la rigueur teutonne

Neiges d'automne, un chant lancinant entonnent
Le babil du ruisseau se perd dans un murmure atone
Entre les frênes frileux du Plan d'Hotonne
(ah non, zut, ça, c'est pas ici!)

Neiges d'automne que Borée bétonne
Bétonne, festonne et moutonne
Pendant que le chat ronronne

(et, en plus pathétique, pour les amateurs)
Neiges d'automne,et vous, vents mégaphones
N'en faites pas des tonnes
Vous explosez mon Sonotone !

* Jean François de Galaup, comte de La Pérouse, me pardonnera, j'en suis sûre, ma fantaisie d'orthographe : un i grec devrait convenir au grand voyageur.


Commentaires

» Par neness, le samedi 16 décembre 2017 à 17:45

Beaucoup de ronces aussi en Matheysine :wink: ...un natif..!

» Par Nicom, le samedi 16 décembre 2017 à 17:48

içi on fait du ski "sanglier" :lol: ça a son charme :wink:

» Par pilippe05, le samedi 16 décembre 2017 à 18:48

très imaginatif tous ces arbres isolés sur les photos ... :wink:

» Par moumoune, le samedi 16 décembre 2017 à 20:34

J'ADORE ces arbres esseulés et torturés!!! (je veux bien un envoi par mail en bonne définition des photos 4 et 8 pour varier mon fond d'écran)
La Peyrouse, je connais, pour l'avoir fait en raquettes, par un temps un peu équivalent...

» Par JulBont, le samedi 16 décembre 2017 à 21:33

Très beaux clichés plein de poésie... :roll:

» Par freeski, le samedi 16 décembre 2017 à 21:50

Bravo !

» Par fan, le dimanche 17 décembre 2017 à 06:55

Vraiment chouette tes photos Monique :roll: Je sent que tes arbres vont alimenter mon fond de modèles pour aquarelles :oops:

» Par taramont, le dimanche 17 décembre 2017 à 09:23

@neness : la Matheysine se défend comme elle peut des envahisseurs ! en tous cas, vous pouvez être fier de votre coin : son austérité, sa simplicité ont tant de charme ; et si on ne peut pas vraiment qualifier le Majeuil de "hameau riant", ses habitants sont bien souriants et ont été forts aimables :)
@nicom : sur cet itinéraire, c'est plutôt plus dégagé que sur certains de Chartreuse mais bon, on est plus griffé que caressé par la végétation :wink:
@pilippe05 : ici, il ne faut pas trop d'imagination, il suffit d'ouvrir l'oeil
@moumoune : les désirs de madame sont des ordres :)
@Julbont : merci ! même si les pentes ne sont pas vertigineuses, allez-y à l'occas, vous ferez mieux que moi, je ne manie pas encore bien le N/B
@freeski : merci ! j'aurais aimé faire mieux ne serait-ce qu'aller au sommet et peut-être pousser jusqu'à Beauregard mais le vent et la prudence ont eu raison de moi
@Fan : ah, tu n'es donc pas seulement l'artiste des itinéraires improbables ? tu devrais aller sur place : habitués à la tourmente, les arbres posent comme des stars sans broncher, le vent ne les fait même pas bouger, juste craquer - amitiés

» Par pintor, le dimanche 17 décembre 2017 à 14:47

Plus loin que le brouillard, le petit bois rugit comme une grande forêt...
Bravo pour ce grisonnant voyage. :cool:

» Par tno, le dimanche 17 décembre 2017 à 15:21

j ai vu que t etais descendu jusqu en bas ,j ai prefere descendre à pieds apres les barbeles :trop de caillous et pour le sommet t as rien perdu on y voyait rien sous un vent en tempete .depuis que je te lis bien content de t avoir rencontre

» Par rominet, le dimanche 17 décembre 2017 à 15:56

on y pratique aussi le ski "patagon" :cool: ....mais c'est plutot dans le Matheysoustan occidental !!!

» Par taramont, le dimanche 17 décembre 2017 à 18:25

@pintor : les peintres semblent sortir du bois....
@rominet : pour comprendre la technique, il me faudrait une démonstration - merci d'avance
@tno : on a donc joué une scène de "Brève rencontre" ! :D - désolée que les vents n'aient pas eu plus la courtoisie de faire une trêve pour la grande que pour la petite pointure - pour la descente, je me suis sentie encouragée par vos propos optimistes : utiliser les petites accumulations et, finalement, la zone la pire était bien celle juste après la clôture, après j'ai été agréablement surprise (ma qualité de femme légère y est sans doute pour quelque chose) - mais j'ai quand même une réclamation à faire : quand on a une foulée telle que la vôtre, on a largement le temps de faire le sommet x fois, de rentrer et de faire le CR ! je compte sur vous la prochaine fois ! ravie de pouvoir à présent mettre une tête (et des jambes !) sur 3 sobres minuscules - bonne saison ! :)

» Par Mézenc, le lundi 18 décembre 2017 à 18:53

Au fait, merci Taramont de m'avoir incité à apprendre que Borée était un vent du nord. pour moi Borée c'est le village juste sous le Mézenc en Ardèche, au pays de la burle, le nord c'est la bise.

» Par Mézenc, le lundi 18 décembre 2017 à 18:57

Et merci et bravo pour ton CR qui mêle (ton habitude) humour et poésie : envie de te connaître ! J'habite juste au dessus de la Peyrouse, le nom d'une demeure en Savoie, mais ça me donne envie d'aller en Mathésine jeudi (beaucoup de neige mais pente modérée... est-ce risqué ? merci)

» Par Laurent B..., le lundi 18 décembre 2017 à 22:07

Exceptionnels bonzais! ça donne envie de faire le même genre de CR, mais cela serait un copycat!

» Par taramont, le mardi 19 décembre 2017 à 20:26

@Mezenc : en Matheysine jeudi ? peut-être pas La Peyrouse, vous avez vu le commentaire de tno et peut-être que vous, vous n'êtes pas une femme légère :D ; je ne sais pas du tout s'il a encore neigé là-bas depuis sam, jour où, en exposition S, la sous-couche n'existait pas en-dessous de 1300m mais peut-être en N. Si vous voulez qq chose de tranquille et où vous ne toucherez sans doute pas (expo N) ce serait le Senepy par les Signaraux, peu de déniv mais sans doute des possibilités de faire des descentes E ou NE par les pâturages - désolée de ne pas pouvoir vous être plus utile - bonne balade! je lirai avec grd plaisir votre CR :)
@Laurent B : effectivement, on pourrait se croire dans un jardin japonais - pour le reste, pas d'inquiétude, vos CR font envie et on ne peut pas rechercher l'entrée du couloir de Cordes et regarder les petites fleurs :)

» Par Olivier -R-, le mercredi 20 décembre 2017 à 22:08

Vos arbres me font penser aux hêtres solitaires du plateau du Mézenc.

» Par taramont, le vendredi 22 décembre 2017 à 16:32

@Olivier-R- : y a-t-il une de vos sorties où on peut voir ces hêtres ?

» Par la_noisette, le vendredi 22 décembre 2017 à 17:40

Bonjour! Merci pour le partage. Je suis allé me balader dans ce même ventilo ce jour, n'en déplaise à mon brushing! Ambiance glaciale garantie à proximité du cabanon sommital avec des skis qu'il vaut mieux maintenir près de soi pour en éviter l'envol (et je n'ai pourtant pas du matériel de collant pipette). Dans ces conditions on comprend aisément le port original de vos bonzaïs... Malgré tout, de bien belles vues, aussi furtives furent elles, sur le Vercors, l'Obiou, et même sur Belledonne.

» Par taramont, le vendredi 22 décembre 2017 à 19:50

@la noisette : plus de vue que le 16/12 donc, j'en suis ravie pour vous :)

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne