Accueil > Topo Guide > Sommets > Alpes Grées S > Grande Aiguille Rousse > versant NO > Sortie du 20 mai 2020
 Topo validé par la modération

3482 m Grande Aiguille Rousse, versant NO

Données techniques

Massif : Alpes Grées S
Secteur : Tarentaise
Orientation : NW
Dénivelé : 1550 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 2.3 E2
Pente : 35° sous le petit col

Nb de jours : 1, 2
Type : Aller/Retour

Cartes : 3633ET ASF14

Matériel

De sécurité sur glacier, crampons pour la fin si neige dure.

Départ/Accès

Départ : Le Fornet (1930 m) - Albertville -> Bourg Saint Maurice -> Val d'Isère -> Le Fornet

Itinéraire

Montée au refuge de Prariond :
Prendre la route du col de l'Iseran jusqu'au Pont Saint Charles puis
1/Suivre le chemin d'été en rive droite des gorges de Malpasset (glace très fréquente, crampons indispensables) jusqu'à la sortie des gorges puis atteindre le refuge en rive droite du grand replat.
2/Remonter en rive gauche le Grand Torsaï jusque vers 2550 m. Rejoindre le revers de Prariond et descendre jusqu'à l'Isère. Remontée de 30 m pour atteindre le refuge.
3/Suivre le fond des gorges (gros enneigement indispensable).

Du refuge partir E jusqu'au point 2364 puis remonter la combe NW en direction du glacier des Sources de l'Isère et remonter par la branche de droite (crevasses ++). Franchir la rimaye en passant par la pente sous la Petite Aiguille Rousse puis remonter l'arête W en direction du sommet.

Variante montée : Une fois sur le replat du galcier vers 3000m fairer un crochet à l'E en direction du col du Montet pour revenir au collu et l'arête W par une traversée sous la Petite Aiguille Rousse. Ainsi on évite une bonne zone de séracs.

Photos

Cheminement sur le glacier des Sources de l'Isère.
Cheminement sur le glacier des Sources de l'Isère. [par squal]
Itinéraires ski Gde Aille Rousse: voie normale et face NE [www.prariond.fr]
Itinéraires ski Gde Aille Rousse: voie normale et face NE [www.prariond.fr] [par Prariond]
Grande Aiguille Rousse - Versant NE - 4.3 - Juin 2013
Grande Aiguille Rousse - Versant NE - 4.3 - Juin 2013 [par Freevernes]

Remarques/Variantes

Superbe sommet avec un panorama exceptionnel. Descente du glacier des sources de l'isère jamais très raide, mais belle avec une grande sensation d'espace.
A faire depuis le refuge du Prariond.

Variantes :

» Versant NE (D+ 1550m ; Ski 4.3 ; Orientation NE)
Montée: Par le versant NO
Descente : Départ à droite du sommet si très bon enneigement, sinon revenir à l'ouest sur 25m et descendre 20m sur l'arête nord avant de basculer dans la face NE. 200m à 45° avec 2 ressauts plus raide ( 2013 ).
Du bas de la face on rejoint le glacier des sources de l'isère en tirant vers la gauche.

» Par les remontées et le col du Montet (D+ 1100m ; Ski 2.3 ; Orientation NW)
Emprunter les remontées du Fornet jusqu'au sommet du téléski du Montet. Franchir le col de l'Ouille Noire (ou la crête par un point plus au nord). Descendre jusqu'au lac 2963 au pied du glacier du Montet. Repauter et franchir le col du Montet. Contourner la petite aiguille rousse et le ressaut 3343 par le nord pour rejoindre l'itinéraire classique. Descente par le refuge du Prariond (Voie normale) et le grand Torsaï ou les gorges en fonction des conditions.



Sortie(s) GPS associée(s) : 26.05.12

Conditions récentes

» Le 23 mai par Arno74 [●●●○○] Pas mal d’hésitation sur la reprise de la rando à ski ce week-end ! Déjà sur le lieu et aussi sur la météo... il »
» Le 20 mai [Sortie ci-dessous]

» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Grande Aiguille Rousse : où l'on vérifie la pertinence de quelque parole biblique [»] : Sortie du mercredi 20 mai 2020 par taramont

Participants : solo accompagné (Christian et Maryse)

Météo

parfaite, ni trop chaud ni trop froid, qq nuages bourgeonnants sur les reliefs de Hte Maurienne vers midi

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking :
Pont St Charles 2056m

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : 2250m
Altitude de déchaussage (descente) : 2250m

Activité avalancheuse observée : RAS, tout est resté bien accroché aux murs
On trouve la neige en continu dès qu'on arrive sur le grand plat
Bon regel nocturne. Couteaux utiles dans les ressauts raides.
Aucune crevasse apparente.
A la descente (12h), croupe sommitale SW bien revenue.
Pente N sous le col 3368 encore dure à la descente. (déchaussage à la montée, bonnes marches utilisables sans crampons
Neige excellente jusqu'en bas, un peu collante sur les 100 derniers mètres et bien freinante sur le plat.
J'enlève une * à la skiabilité pour cette raison.
Après, je pense qu'on ne peut pas parler de skiabilité dans les gorges du Malpasset. Il ne peut y avoir skiabilité que pour des endroits skiables, Or, aussi bien le sentier d'été que les gorges sont rarement "skiables" et s'ils sont suffisamment enneigés ils sont skiés au prix d'une grande prise de risque. Aussi, je considère qu'au regard du ski cette course commence à la sortie des gorges. On a le droit de ne pas être d'accord. Mais qu'on m'explique alors.

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Grande Aiguille Rousse : où l'on vérifie la pertinence de quelque parole biblique - Dénivelé réel effectué : 1500m

« En vérité, je vous le dis : il est plus facile à des chameaux entraînés de monter à la Grande Aiguille Rousse qu’à une randonneuse désaltitudinisée d'entrer dans ce royaume des Dieux ».

L'appellation «chameaux» n'est en rien désobligeante pour mes compagnons du jour ! C'est au contraire un hommage à leur robustesse et leur endurance. Vous aurez constaté que dans la rubrique « Participants » j'ai noté « solo accompagné ». C'est une nouveauté ? Non, je suis coutumière de la situation qui, je dois l'avouer, me convient parfaitement. Ça signifie en clair : covoiturage convivial et écologique, une dizaine de mètres – allez 15 – de cheminement en commun, puis chacun vit sa vie les uns de lévriers, l'autre de limace, à chacun son destin ; on échange quelques mots quand les uns descendent et que l'autre s'acharne à monter encore, même si le timing devient serré, et finalement on se congratule mutuellement au parking pour la forme des uns, la ténacité de l'autre et le timing tenu.

Mais commençons par le début si vous le voulez bien. Il y a peu, je me plongeais masochistement dans ma liste de courses de la saison. Que nous restait-il d'autre à faire puisque le présent ne permettait plus d'ajouter quoi que ce soit au passé ? Donc, je regardais quelque chose comme une modeste litanie, sans saints mais avec pas mal de croix et que j'aurais pu mettre en musique... si j'étais musicienne. Car dans le leitmotiv chartrousin ont fait irruption des tempos belledonnesques endiablés, des pastorales beaufortines et aussi des « Musiques du Monde » provenant des lointains Grisons et même des confins de l'Ubaye et j'en oublie. Or, cette litanie, pourtant de bonne facture, s'arrêtait net, sans crier gare, laissant un trou béant capable de traumatiser le psalmodiant le plus serein et d'inspirer le vertige au cœur de randonneur le mieux accroché. 16/3/2020. Puis plus rien. Nada.

Impossible de laisser ceci en l'état ! Même si ça m'est déjà arrivé, mais là ce n'était pas seulement ma liste de courses qui se trouvait en piteux état. Aussi, quand Christian m'a proposé cette Grande Aiguille Rousse, je n'ai pas su dire non. Aurais-je dû ? Oui, c'est ce que je me suis dit à plus d'une reprise lors de la montée asphyxiante. Non, c'est ce que je me suis dit alors que les apparences me disaient qu'on ne pouvait pas aller plus haut et tout le long de la descente jubilatoire.

Paraît que c'était la Grande Aiguille Rousse. Ce n'était pas écrit dessus mais je ne discute pas. Si ç'avait été la Petite Aiguille Pas Rousse Du Tout, j'aurais été pareillement heureuse. J'ai vu, j'ai touché, j'ai humé une montagne toute blanche, oui vraiment, blanche comme une robe de première communiante, comme la robe d'hiver du lagopède, comme la neige, quoi ! Une robe toute lisse, toute soyeuse qu'on osait à peine effleurer de ses skis. Et sur tout cela un ciel comme un bouquet de «ne m'oubliez pas» caressé par le souffle léger, si léger d'une brise délicate. Oh que non on ne t'a pas oubliée, montagne de printemps, montagne de la neige qui se ressaisit chaque nuit afin qu'à l'aurore naissante nous te trouvions comme au premier matin du monde.


Commentaires

» Par Den's, le jeudi 21 mai 2020 à 07:56

Belle page d'évangile selon Taramont :wink:
Ce coin est décidemment propice aux chercheurs d'altitude !

» Par HDlameije, le jeudi 21 mai 2020 à 08:32

C'est beau mais c'est loin :wink: Très belle réussite :D

» Par jfs73, le jeudi 21 mai 2020 à 13:39

Belle sortie l’altitude est fatale avec tous ce temps passé au fond du bocal :D

» Par cathyves, le jeudi 21 mai 2020 à 15:05

Et voilà le jour où, même par beau temps, limaces et escargots sortent enfin du confinement !!!
Faut bien dire qu'on s'y attendait !!!

» Par castor05, le jeudi 21 mai 2020 à 15:25

Par rapport à la skiabilité, c'est assez simple, et presque logique : où il y a de la neige, ça skie !! :-)

Bonne fin de saison !!

» Par ThibsR, le jeudi 21 mai 2020 à 16:18

Et vous n'avez pas oublié la fleur :P Bonne fin de saison à vous !

» Par Em42, le jeudi 21 mai 2020 à 17:19

Bien beau retour !
Nous avons aussi expérimenté le manque d'altitude mais ça revient vite ;).

A bientôt

» Par jpc, le jeudi 21 mai 2020 à 20:24

« “En vérité, je vous le dis : il est plus facile à des chameaux entraînés de monter à la Grande Aiguille Rousse qu’à une randonneuse désaltitudinisée d'entrer dans ce royaume des Dieux” » On ne saurait mieux dire ! Il y a longtemps que j'ai renoncé à tutoyer les dieux… :ill: :ill:

» Par RGB, le vendredi 22 mai 2020 à 08:17

" Vous aurez constaté que dans la rubrique « Participants » j'ai noté « solo accompagné ». C'est une nouveauté ? Non, je suis coutumière de la situation qui, je dois l'avouer, me convient parfaitement. Ça signifie en clair : covoiturage convivial et écologique, une dizaine de mètres – allez 15 – de cheminement en commun, puis chacun vit sa vie les uns de lévriers, l'autre de limace, à chacun son destin ; on échange quelques mots quand les uns descendent et que l'autre s'acharne à monter encore, même si le timing devient serré, et finalement on se congratule mutuellement au parking pour la forme des uns, la ténacité de l'autre et le timing tenu. "

cela surprend en cette période de déconfinement;
la recommandation serait: Chacun dans sa voiture et on randonne ensemble.
question sécurité ce serait mieux

» Par moumoune, le vendredi 22 mai 2020 à 15:42

Je m'étonnais un peu de ne pas voir de course "Taramont" dans la liste des reprises consécutives au déconfinement...
Eh bien c'est chose faite! Bravo pour ta ténacité. Moi, je n'ai pas le courage de m'y remettre, j'ai pris goût aux levers tardifs, à la verdure, aux fleurs... Pour un peu je redemanderai du confinement! Non, je plaisante... Bonne poursuite de ta saison!

» Par taramont, le samedi 23 mai 2020 à 14:42

Merci à tous pour votre compréhension et vos encouragements. La montagne enneigée retrouvée est mêmement jubilatoire. Dommage que le dogme de l'impermanence des choses subisse ce petit démenti : rien de changé pour certains dans le monde "ceinture et bretelles", les donneurs de leçons restent à l'affût de n'importe quel os à ronger. Belle fin de saison à tous :)

» Ajouter un commentaire






biggrin smile sad eek confused cool mad razz lol ill evil rolleyes wink redface happy lost
HTML interdit. BBCode Autorisé.


Oui, c'est ça ! (cliquez dans le carré)

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne