Accueil > Topo Guide > Sommets > Belledonne > Grand Sorbier > Couloir Est en boucle > Sortie du 27 janvier 2020
 Topo validé par la modération

2526 m Grand Sorbier, Couloir Est en boucle

Données techniques

Massif : Belledonne
Secteur : Grésivaudan
Orientation : E
Dénivelé : 1450 m.

Difficulté de montée [?] : PD
Difficulté ski [?] : 4.2 E2
Pente : 40° sur 200 m (passages à 45°)

Nb de jours : 1
Type : Boucle

Cartes : 3335OT

Matériel

Crampons, piolet utiles

Départ/Accès

Départ : Chamrousse (Casserousse) (1400 m) - Grenoble > Uriage > Casserousse (dans la montée de Chamrousse par les séglières).

Remarque : Toutes les courses au départ de Casserousse peuvent aussi se faire au départ du Recoin en rejoignant directement la brèche Robert Sud en traversée (on "gagne" 200m de denivelé).

NB: Ce départ est accessible en TC

Itinéraire

De Casserousse, rejoindre l'une des brèches Robert (N ou S), traverser les lacs Roberts (2000) et attaquer la combe du sorbier par un petit verrou. Remonter la combe presque jusqu'au sommet (à l'endroit où on laisse généralement les skis quand la pente terminale ne se ski pas) et repérer un petit collet sur l'arête(2500).
Descendre le couloir de l'autre coté et tirer progressivement vers la gauche lorsque c'est possible. Vers 2200, repeauter et remonter vers le nord-ouest un couloir évident (dent caractéristique dans l'axe) débouchant au col Nord du sorbier - non nommé sur IGN (200m à 30/35°); on peut visiter la pointe de Vaudaine (sommet 2482m sur l'IGN) pour un peu de dénivelé en plus (panorama ouvert...). Du col, descendre la combe jusqu'au couloir terminal (40°/150m) puis rejoindre les lacs Roberts puis Casserousse.

Photos

Itinéraire versant Ouest
Itinéraire versant Ouest [par Jeroen]
Couloir E du Sorbier
Couloir E du Sorbier [par Jeroen]
Couloir vu depuis son entrée
Couloir vu depuis son entrée [par manu38]

Remarques/Variantes

- Superbe petite boucle. 2 couloirs très encaissés et sympathiques.
- Variante possible de remontée par Jasse Bralard : Viser NO dans une combe évidente qui se termine par un petit couloir (40/45° sur 50m, au N du point 2491 sur IGN) puis continuer SO pour remonter une pente en direction de la première pointe. Redescendre par la pente terminale puis rejoindre le passage à G qui rejoint la combe qui amène à l'échaillon, puis les lacs Roberts (D+ 1600).

Refuge(s) associé(s) : Cabane des lacs roberts

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Grand Sorbier, Couloir Est en boucle [»] : Sortie du lundi 27 janvier 2020 par skieur_en_kilt

Participants : -
Membres associés : moms (25.01)

Météo

Beau temps au départ qui vient se couvrir à partir de 12h

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking : 1650m

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
Lacs Roberts2000mNW10hPoudrePoudre sur 10cm avec un fond dur glissant.
Brèche Est du Grand Sorbier2500mE10h40Poudre
Versant Est du Grand Sorbier2100E11hPoudre lourdeRéchauffe un peu jusqu'à 2400m.
Altitude de chaussage (montée) : 1650m
Altitude de déchaussage (descente) : 1650m

Activité avalancheuse observée : Aucune.

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Variante depuis le Recoin - Dénivelé réel effectué : 1350m

Une envie de ski me démange et me pousse vers les sommets. Il faut dire que la neige tombée ces derniers jours n’aide en rien. Naturellement (mot qu’on emploie souvent quand la paresse intellectuelle prend le dessus dans la recherche d’un itinéraire), je file au Recoin ou j’ai dans l’idée de grimper le Grand Van ou le Grand Sorbier, et si chance il y a, de trouver quelques virages de neige fraiche.

Me voilà donc parti, bruyant comme un boeuf, la gorge en feu à cause du froid et de l’effort. Atteindre le sommet risque d’être complexe à ce train là. Je ruse donc en coupant par la Brèche Robert Sud plutôt que de monter à la Croix de Chamrousse pour économiser 200m de dénivelé et préservé mon capital santé. Pas après pas, le bruit des skis grinçant dans la neige m’hypnotise et je me laisse aller à la rêverie. La montée se passe comme un rêve, j’en oublie l’effort. Les lacs Robert s’offre à mon regard, gorgés de soleil. Personne ne vient troubler encore ce splendide spectacle ou le silence est roi. Plus tard le bruit des remontés et des skieurs viendront perturber ce royaume qui sommeille encore. Pour l’heure, les perturbateurs de ma réjouissance sont nombreux, puisque je dénombre une vingtaine de chasseurs alpins sortant du col de Leysine et fonçant vers le Grand Sorbier. J’oublie la contemplation pour accélérer. Mais finalement l’effort est vain puisque que j’apprends qu’ils vont d’abord s’engager dans le couloir des Roberts. Une seule trace, fraiche du matin, monte maintenant vers le sommet que je convoite. Loin de devant moi j’aperçois son auteur, que je remercie mentalement à chaque mètre que je franchis de s’être dévouer pour les autres. Sous la neige fraiche, le fond dur est encore bien présent et le ski avant est souvent pris de velléité d’indépendance. Des couteaux auraient presque été bienvenus. Finalement j’atteins la brèche Est du Grand Sorbier, fumant et haletant mais heureux de voir que le couloir m’attend, somptueux et vierge sous un soleil radieux.

La descente se fait dans une vingtaine de centimètres sur un fond dur qui évite toute coulée. Les virages s’enchainent sans accroc, la joie augmente. Je n’en reviens toujours pas d’être le premier à faire la trace pour ma première. Seul sur ce versant, n’étant accompagné que par le silence, je descends assez bas pour continuer à profiter de la neige.

Sur une épaule ou je devine d’anciennes traces, je repeaute pour m’attaquer au couloir qui me permettra de revenir sur les lacs Robert. Ici, point de saint pour s’être dévouer à faire la trace et j’en suis réduit à me faire martyriser par ce chemin de croix. La neige réchauffe doucement au soleil. Peinant dans une neige profonde mais sans accroche sur le fond, je décroche à chaque pas. La montée s’éternise. Dans l’immensité, le raclement des skis et ma toux viennent résonner entre les parois indifférentes. Je termine péniblement les derniers mètres à pied.

Le soleil a disparu derrière un linceul de nuages, signifiant surement la mort de cette journée ensoleillée. Je redescend tranquillement le vallon qui s’offre à moi, vierge une fois de plus. L’entrée du couloir avant les lacs est un peu glacée mais la suite encore poudreuse (le fond dur se fait plus présent). Heureux de cette virée, je m’offre une dernière montée à la Croix de Chamrousse pour finir par le couloir le plus à droite de la station. Complètement dur, c’est au moins l’occasion de pratiquer un peu le virage sauté avant de rentrer satisfait d’une journée bien remplie alors qu’a moitié écoulé.


Commentaires

» Par chapp, le lundi 27 janvier 2020 à 18:44

Bon récit !

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne