Accueil > Topo Guide > Sommets > Ecrins > Col du Clot des Cavales > versant Est > Sortie du 07 avril 2015
 Topo validé par la modération

3158 m Col du Clot des Cavales, versant Est

Données techniques

Massif : Ecrins
Secteur : Oisans
Orientation : E
Dénivelé : 1500 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 3.1 E1
Pente : 35° max

Nb de jours : 1, 2
Type : Aller/Retour, Traversée

Cartes : 3436ET

Matériel

matériel de glacier, couteaux.

Départ/Accès

Départ : Villar d'Arêne (Pont d'Arsine) (1667 m) - De Grenoble RN91 vers Bourg d'Oisans, La Grave.
1km apres Villar d'Arêne, prendre à droite et se garer au bout de la route.

NB: Ce départ est (difficilement) accessible en TC

Itinéraire

J1:Du parking (1667m), prendre le GR54 qui monte en rive droite de la Romanche au refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne.
J2:Du refuge, descendre et longer la Romanche jusqu' a Valfourche. Prendre à droite , et monter W dans le vallon du Clot des Cavales en direction du refuge du Pavé. Le col est très clairement visible pile en face du fond du vallon. Restez à droite du vallon le long de la moraine jusqu'au point IGN 2889m, puis obliquer légèrement vers le S , par une pente plus soutenue sur une partie peu ou pas crevassé du glacier du Clot des Cavales, qui débouche au col à 3158m.

Photos

Col de la Grande Ruine- Itinéraire depuis le glacier du Clot des Cavales. Photo de LLU
Col de la Grande Ruine- Itinéraire depuis le glacier du Clot des Cavales. Photo de LLU [par Toz]
Vue sur les 2 cols. Photo de LLU
Vue sur les 2 cols. Photo de LLU [par Toz]

Remarques/Variantes

Du point 2889m, possibilités de monter au col des chamois ou au col du pavé, mais c'est plus soutenu.
Ces 2 cols sont des passages possibles pour traverser sur le vallon des étançons.

Parc national des Ecrins, chiens interdits

Variantes :

» Col de la Grande Ruine, versant Est (D+ 1600m ; Ski 2.3 ; Orientation E)
A un replat à 2663 m, remonter SW le glacier du Clot des Cavales (crevasses) en direction de la face N du Pic Maitre jusqu'à 3200m. On rejoint le col de la Grande Ruine en traversant vers la droite.

» Traversée E > W (D+ 1500m ; Ski 4.1 ; Orientation W)
Rejoindre le col par l'itinéraire principal. Du col, descendre le couloir W (150m à 35-40° peu exposé). Continuer par des pentes douces qui se raidissent à l'approche d'un goulet à l'aplomb du refuge du Chatelleret. On se trouve à 2600 m environ. S'engager alors dans une traversée à gauche raide et très exposée pour rejoindre les pentes sous la Casse Déserte. On parvient sur une épaule au dessus d'une belle dalle cannelée de 30m. Déchausser et en faire le tour pour rejoindre l'itinéraire de la Casse Déserte.

» Traversée W > E (D+ 1450m ; Ski 2.3 ; Départ la Bérarde)
Depuis le refuge du Chatelleret, suivre l'itinéraire décrit à la descente dans la variante de la Traversée E > W : bien repérer le point (2500m environ) où le sentier d'été quitte à gauche le vallon de la Casse Déserte. Le suivre pour franchir une échine rocheuse, sans problèmes particuliers si elle est déneigée. Au dessus, traverser à flanc pour se rapprocher du vallon issu du col des Clots des Cavales (possible à ski, mais exposé), et en remonter la rive gauche jusqu'au pied du couloir issu du col. Le remonter (100-150m à 40°) pour déboucher au col et en descendre le versant Est. Dans ce sens, cet itinéraire est une bonne solution pour traverser entre Etancons et Romanche (l'itinéraire peu skiant du versant Ouest se fait à la montée en mode alpinisme). Attention peut-etre néanmoins en cas de fort enneigement à la traversée de l'échine rocheuse vers 2500-2600.



Refuge(s) associé(s) : Refuge du Chatelleret Refuge de l'Alpe de Villar d'Arêne

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Cavales, agneaux et autres chamois : les NAC du randonneur en Oisans [»] : Sortie du lundi 06 au mardi 07 avril 2015 (2 jours) par taramont

Participants : -

Météo

Grand beau frais - Vent dans la nuit de lundi à mardi s'atténuant dans la journée pour ne plus être présent qu'au voisinage du col du Clot des Cavales le mardi

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS

Altitude du parking : 1667m
certaines voitures ne craignant pas l'embourbement étaient stationnées le long de la piste, d'autres même au bout de la piste

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : 1850m là où les itinéraires bifurquent
Altitude de déchaussage (descente) : 1850m

Activité avalancheuse observée : néant
Pour monter au refuge : neige encore gelée dans la pente au-dessus de 1850m ; 1 déchaussage nécessaire après le début de la descente sur le refuge
Neige tassée, voire dure pour monter vers le col d'Arsine dans l'après-midi du lundi
Neige dure pour descendre du refuge vers le Plan de Valfourche mais de type ''croustillante'' donc pas tendue ; bcp de cailloux émergent déjà et il faut louvoyer astucieusement pour descendre sans déchausser (tirer à flanc par le haut ne passe plus)
Neige bien regelée avec une fine couche de fraîche transportée jusqu'à la bifurcation pour le Pavé ; ensuite, neige transportée par le vent avec alternance de poudre et de plaques durcies superficielles ; qq cms de poudre peu stable à l'approche du col
A la descente, quelques beaux passages de poudreuse mais aussi de la neige irrégulière jusqu'à la bifurcation du Pavé puis neige de printemps 5* jusqu'au déchaussage pour remonter au refuge

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : J1 : Pont d'Arsine - Refuge de l'Alpe de Villar d'Arene - Pt 2400 au-dessus du col d'Arsine - Refuge, J2: Refuge de l'Alpe de Villar d'Arene - Col du Clot des Cavales - Refuge - Pont d'Arsine - Dénivelé réel effectué : 2010m

Pour changer de mon troupeau de mouflons chartrousins, suis allée voir ma ferme du sud.
Mais commençons par le début.
En contournant Grenoble lundi au milieu de la matinée, j'ai jeté subrepticement un oeil vers Belledonne. Ce que j'ai vu m'a mis dans un état d'esprit mitigé : encapuchonnée de gris, de toutes les nuances (rien à voir avec ce mauvais succédané de roman-photo dont tout le monde parle), seule émergeait, scintillante, la Grande Lance de Domène. D'une part, j'ai été prise de pitié pour tout le gratin skitourien qui, enraciné dans son spot aussi fermement que mon citronnier dans son pot parce que j'ai oublié de lui ouvrir des horizons, devait errer quelque part sous le fog. D'autre part, j'ai été soulagée de constater que cette opacification de sa ligne de mire allait empêcher Belledonne de voir que je filais vers le sud. Mais comme je venais d'écouter une émission sur la méditation, j'ai retenu qu'en vertu du principe d'équanimité, mes 2 sentiments contradictoires se valaient et que je pouvais rester zen. Dont acte. Orionde, toi qui va jusqu'à surveiller mes stat (non, mais !), tu avais encore la tête dans le seau, sans doute aussi la migraine vu la quantité d'admirateurs qui tournaient autour de toi ces derniers jours. Il n'était donc pas question que j'aille voir une dame aussi peu présentable. On en reparlera entre 4 yeux.
Donc, j'avais décidé d'aller jouer avec les grandes, les grandes montagnes de l'Oisans. Et aussi, d'aller voir mon cheptel du 05 : les cavales, l'agneau blanc et l'agneau noir (c'était de circonstance) et quelques chamois si possible. Et ce le fut.
Montée au refuge RAS, sauf que le sentier avant le torrent était un vrai bourbier et que si je n'y avais pas pris garde, je n'aurai vite plus été Taramont mais une ridicule Ophélie de la Romanche coulant en 2 temps 3 mouvements avec 3 kgs de terre glaise + 1 chaussure de ski à chaque pied. Un petit coucou à mon bloc de granit rose favori (cf. photo), à pied jusqu'à 1850m puis, laborieusement, sur une neige gelée, je me hisse jusqu'au replat où je constate la présence immuable et splendide de mes 2 agneaux (échappés, eux, de l'hécatombe pascale subie par leurs congénères). Il est encore trop tôt pour s'enfermer au refuge. Je musarde jusqu'au-dessus du col d'Arsine laissant à ma D, sous Chamoissière, la bien-nommée, 2 bestioles à cornes. Les cavales ce sera pour demain me dis-je.
Et effectivement, je les ai eues, et sans cavaler ! C'est une course gentillette, mais qui se mérite. D'abord, laisser s'éteindre la pleine lune et venir l'aube. Descendre 100 petits mètres en zigzaguant entre neige dure et rochers affleurants : çà réveille ! Mettre les peaux, longer la Romanche qui, ici, est encore un ruisseau bien flegmatique mais où l'or coule à flots (cf. photo), traverser la passerelle puis enfiler le vaste vallon du Clot des Cavales. Le col est déjà bien visible (ne pas confondre avec le col de la Grde Ruine qu'on voit sur la G) et rien ne laisse présager que le chemin est long (si on ne le sait pas au départ).
Denis et Nils, les Suisses rencontrés au refuge, me grillent la politesse juste avant la passerelle et je ne les verrai plus que de loin et à la hauteur du Pavé lorsqu'ils casseront la croûte en revenant du Col des Chamois alors que je descend de mon col à moi (oui, rien que pour moi, le top !).
A partir de l'intersection avec l'itinéraire du Pavé, je dois refaire la trace. Le vent a sévi toute la nuit, les traces de la veille ne sont plus qu'une ombre que j'essaie cependant de suivre vaille qui vaille, histoire d'avoir quelque chose de consistant sous les pieds. Les derniers 50m s'arrachent cm par cm, la petite couche poudreuse rapportée adhérant mal à la sous-couche dure. En fait, par commodité, je sors un peu plus haut que le col, juste à la base de l'arête S du Pic N. Là-haut, la vue est époustouflante, plongeant sur le vallon des Etançons et s'égarant parmi tous les sommets de l'Oisans S. Dommage qu'un vent peu accueillant me refoule presto. Mais, après 400m de neige difficile, à moi la neige de cinéma pour ma projection privée.
2 jours merveilleux parmi les grandes montagnes du Dauphiné, un accueil chaleureux de Sabine et André au refuge, des rencontres, des échanges spontanés et sympathiques : Denis et Nils du canton de Vaud et un jeune couple de bizontin au début (prometteur) de leur carrière alpine. Bonne continuation à eux tous.
A noter que le refuge du Pavé a été endommagé par les intempéries et n'offre plus qu'un confort spartiate. Des personnes du CAF de Briançon montaient ce jour pour faire l'état des lieux.


Commentaires

» Par horrat, le mercredi 08 avril 2015 à 08:22

:) Merci pour ce beau moment. NAC, c'est pas pour les suisses je suppose. :wink:

» Par zanne, le mercredi 08 avril 2015 à 08:51

:D sympa le CR!
mais le granit rose à mon avis c'est plutôt de la brèche (conglomérat) du permien ou un truc comme ça... enfin je dis ça, si tu veux y voir un granit rose, libre à toi :)

» Par jcb05, le mercredi 08 avril 2015 à 21:21

Chapeau et merci pour les photos.
Mais, surtout, pour le texte qui, peut-être un peu long (jamais content...), est parfaitement structuré et ne comporte pas de fautes d'orthographe, contrairement à beaucoup trop de commentaires de rando sur SkiTour (qui n'est, bien sûr, pas en cause) :wink:
Pour anticiper sur les huées qui pourraient venir à ce propos, je n'ai pas honte d'essayer de parler ou écrire en français correct :P

» Par taramont, le mercredi 08 avril 2015 à 21:52

merci à tous pour vos commentaires aussi aimables qu'instructifs :)
@horrat : les suisses ont droit comme n'importe qui aux nouveaux animaux de compagnie, d'ailleurs ceux de l'Oisans ont sûrement tenu compagnie hier à plus de Suisses que de français ! (êtes-vous le horrat du refuge de l'Etendard ?)
@zanne : je n'étais évidemment pas sûre de la nature de la roche et j'ai pensé (et souhaité) que quelqu'un me rectifie si je me trompe ; par contre, je n'ai pas pensé au grès des Vosges (que je connais bien) et qui est bien du permien, si je ne m'abuse ; je poserai la question à ''Alpaga'', un expert sur le sujet
@jcb : si le texte est trop long, vous n'êtes pas obligé de lire jusqu'au bout :D ; ceci dit, j'ai, tout comme vous, un égal respect pour la langue et pour la montagne ; j'essaierai (je dis bien : j'essaierai) à l'avenir d'avoir aussi du respect pour la patience de mes lecteurs

» Par horrat, le mercredi 08 avril 2015 à 22:16

@ Taramont: oui, c'est bien moi et je me souviens bien de notre rencontre sympatique :)
Elle est aussi associée malheureusement au souvenir du compagnon qui était avec moi et disparu depuis (chute en parapente).
Pour les suisses, mon intention était de plaisanter (trivialement j'en conviens); "ils ne font pas partie des NAC je suppose"....
Pour votre prose: ne changez rien!

» Par taramont, le mercredi 08 avril 2015 à 22:30

@horrat : oh quelle triste nouvelle ! la vie est une vraie anomalie : elle vous donne tant pour vous le reprendre ensuite ; pas facile d'arriver à l'équanimité dont je parlais plus haut de façon si désinvolte - au plaisir de recroiser votre chemin

» Par Nou Fonts, le mardi 14 avril 2015 à 10:21

Après 4 magnifiques journées passées dans les Ecrins, je descendais guilleret le chemin vers Villar d'Arêne, savourant la gadoue noirâtre dont la mollesse soulageait mes pieds et genoux. Et tel un épagneul, je suis tombé en arrêt devant le rocher rose de Taramont. Petite pensée émue en souvenir de ces CR si bucoliques.

» Par taramont, le mardi 14 avril 2015 à 12:44

merci Nou Fonts pour ce gentil commentaire ; suis ravie que ''mon'' rocher ait un nouvel admirateur ; comme le suggérait zanne c'est effectivement du grès (brèche du permien) et non du granit (Alpaga, expert en la matière, a confirmé) - bonne fin de saison !

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne