Accueil > Topo Guide > Sommets > Ecrins > Col du Chéret > Couloir Est > Sortie du 26 fevrier 2019
 En attente de modération

3018 m Col du Chéret, Couloir Est

Un superbe itinéraire, étroit, raide, technique et face à l'Ailefroide, ambiance totale !

Données techniques

Massif : Ecrins
Secteur : Oisans
Orientation : E
Dénivelé : 1300 m.

Difficulté de montée [?] : PD
Difficulté ski [?] : 5.1 E3
Pente : 600m entre 40° et 50°

Nb de jours : 1
Type : Boucle

Cartes : 3436ET

Matériel

Piolets, crampons, Corde de 80m pour un rappel de 40m, sangle(s) pour renforcer le relais ou éventuellement un jeu de pitons.

Départ/Accès

Départ : la Bérarde (1720 m) - Grenoble -> le Bourg d'Oisans -> St Christophe en Oisans -> Champhorent -> la Bérarde (Route ouverte en général fin mars à l'ouverture des refuges)

NB: Ce départ est accessible en TC

Itinéraire

De la Bérarde, remonter le Vénéon jusqu'au Plan du Carrelet, puis continuer le vallon en direction du confluent des Glaciers du Says et de la Pilatte (2100m).
Remonter en direction du Glacier du Says et aborder les pentes Sud-Est en rive gauche pour se diriger vers le Glacier de Boverjat.
Lorsque la pente se tasse (2800m), naviguer plein Nord pour passer au pied des Tours de Boverjat et atteindre le col du Cheret (3018m).

La descente s'aborde plein Est, en rive gauche du vallon qui plonge sous la Tête du Chéret.
Le couloir se dessine progressivement et s'affine clairement à partir de 2700m.
Rappel de 40m vers 2400m.

Photos

La ligne complète, depuis le vallon de Coste Rouge.
Photo de Jocelyn Chavy
La ligne complète, depuis le vallon de Coste Rouge.
Photo de Jocelyn Chavy [par Chuck]

Remarques/Variantes

Probablement praticable en hiver seulement, trop de purges au printemps (plein Est).

Attention aux chutes de pierres et glace, particulièrement sur l'étroiture du rappel.

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Col du Chéret, Couloir Est [»] : Sortie du mardi 26 fevrier 2019 par Chuck

Participants : Arthur Lachat, Rémi Loubet, Jocelyn Chavy, François Kern
Membres associés : Remi73

Météo

Grand beau, grand chaud, léger voile juste bien pour la qualité de neige en montée et pour les photos

Conditions d'accès

Etat de la route : fermée

Altitude du parking :
Champhorent, 1600 (aïe)

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
montéeE10hMoquette
entrée couloir2700E11hPoudre tassée
sortie couloir2100E12hMoquette
Altitude de chaussage (montée) : Carrelet 1900
Altitude de déchaussage (descente) : Carrelet 1900

Activité avalancheuse observée : purges nombreuses en Sud et Sud-Ouest

Skiabilité [?] : ●●●●●


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Topo - Dénivelé réel effectué : 900m

Partis skier et s’isoler quelques jours dans les Ecrins, nous voici de retour de nos vacances loin des pics de pollution !

Quelques jours donc, pour revisiter les classiques et profiter du frais et du calme. Un petit tour au col de Coste Rouge, un autre au Col du Chardon, encore un Col avec le Gioberney, une visite de courtoisie au Glacier Long et quelques virages par ci par là.

Lors de nos passages sous l’Ailefroide, les yeux écarquillés, le regard se promène sur les pentes avoisinantes. Parfois un chamois, parfois le triste constat de l’état des glaciers, et pas une trace si ce ne sont celles que nous avons laissé la veille ou celles des Renards qui se prennent pour Tardivel jusque très haut dans les pentes.

Et puis ce sillon. On est souvent attirés par un sillon, en montagne ou ailleurs, c’est un appel.
Celui-ci, tellement logique, remarquable et continu, a clairement attisé notre curiosité.
Pas une trace sur les topos, pas de nom ni même une citation, la curiosité monte.
A notre passage suivant, nous avons jumelles et appareil photo pour le jauger, et confirmer notre envie d’aller y jouer.

Deux copains venus nous rejoindre dans nos péripéties auront terminé de nous convaincre d’aller visiter le dit sillon.
Harnais, descendeurs, pitons, ficelles, 60 mètres de corde, on prend un brin de 50m en plus au dernier moment, dans le doute, et zou !

Ca monte tranquille, il fait beau mais pas trop chaud, on est partis tôt pour s’éviter les purges et remonter sereins le bas du glacier de Boverjat. On s’autorise même une petite flemme, et sans sortir au col, on s’arrête 200m plus bas, à l’entrée de notre subtile sillon.

Sans perdre trop de temps on file, et dès les premiers virages, on se retrouve dans une superbe ambiance.
Des murs surplombants en rive gauche, bien rougis par le soleil, un couloir qui se raidit et s’affine au fur et à mesure de notre progression, avec encore le questionnement quant au ressaut, 300 mètres plus bas.

Le plus raide de l’ensemble, un petit 50° sur 50 mètres nous conduit à l’aplomb du ressaut. Une dalle mousseuse en rive droite, un bloc de 15 mètres en rive gauche.
En rive droite un rocher bien délité, fracassé à souhait. Une dalle compacte en rive gauche, sans la moindre aspérité.
On cherche longtemps un relais, un piton, un bout de ficelle. On cherche haut, au regard de la saison, on cherche sur les deux rives, mais rien.
Descendus au plus bas, quelques mètres au dessus de notre interruption qui semble offrir ses 30 mètres, on trouve un béquet sympa, accueillant, bien orienté et à l’aspect stable…

Dans un dernier doute, le truc semble long, on sort le brin de 50m et on commence la descente. C’est large, mais avec 2x 30m, ça ne passait pas.
Une fois arrivés au sol, on évacue rapidos. Le verrou draine un paquet de ces matériaux qui ont la manie de s’orienter tout naturellement vers nos têtes. Neige, glace, cailloux, hiboux, choux… tout passe, et vite. On file.

La pente se tasse bien, l’expo change un peu et la neige devient plus molle, ambiance printemps, et sans le drop en dessous, ambiance plus détendue. On file, contents d’avoir trouvé de quoi passer le verrou facilement, et encore un peu surpris de ne pas avoir trouvé de matos en place.

On rejoint le copain qui descend de Coste Rouge, d’où il n’a pas manqué une miette de notre balade, et avant que, quelques heures plus tard, l’ensemble des pentes Sud de son vallon ne finisse dans la vallée… saleté de Févril …

Au final, un truc superbe à skier, magnifique pour être face à l’Ailefroide (dont on ne voit rien lorsqu’on ski le Glacier Long), et qui devrait être un classique, le doute subsiste.

Ce dont on ne doute pas, c’est que ce genre de journée fait aimer le ski et les Ecrins !

ps : on avait envie de raconter notre balade, qui date de Mardi 26 Février, la date sera modifiée à terme, promis !



Commentaires

» Par Remi73, le samedi 02 mars 2019 à 19:28

Moi je suis bien content d'avoir trimbalé de la corde que l'on pensait en rab (heu, non en ©RAD :wink: ) sinon on serait peut être encore en train de pendouiller à remonter au prussik. Merci Arthur!

» Par cassien, le samedi 02 mars 2019 à 19:42

Belles couleurs les photos ,bravo. :wink:

» Par Manu Abelé, le samedi 02 mars 2019 à 23:31

Joli! Et le glacier long, il disait quoi?

» Par Chuck, le samedi 02 mars 2019 à 23:36

Le long est un peu court en neige...
On s'est arrêté vers 3000, ensuite majorité de glace.

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne