Accueil > Topo Guide > Sommets > Ubaye - Parpaillon - Alpes Cozie S > Col de Mirandol > versant Nord > Sortie du 31 décembre 2016
 Topo validé par la modération

2433 m Col de Mirandol, versant Nord

Données techniques

Massif : Ubaye - Parpaillon - Alpes Cozie S
Secteur : Ubaye
Orientation : N
Dénivelé : 980 m.

Difficulté de montée [?] : R
Difficulté ski [?] : 2.2 E1
Pente : 30° maxi

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3538ET

Matériel

Pas de matériel particulier

Départ/Accès

Départ : Petite Serenne (1510 m) - de St paul sur Ubaye prendre en direction de Fouillouse/Maljasset et s'arreter à l'entrée du hameau de Petite Serenne.

Itinéraire

De la route descendre vers l'Ubaye, passer le pont et prendre la piste de ski de fond vers la droite puis la quitter rapidement pour monter plein Nord dans la forêt en rive gauche du torrent du Pinet (chemin d'été balisé en jaune).
La montée est assez raide dans la forêt qui vers 1900m devient moins dense. Passer près d'une cabane et continuer par des vallonnements vers le SE pour atteindre le col par une petite combe.

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Entre Eyssilloun et Mirandol, 2016 s'envole [»] : Sortie du samedi 31 décembre 2016 par taramont

Participants : bernadette, claude, nadine, paulette

Météo

ubayenne - guère de vent - au départ 9h30 -10°

Conditions d'accès

Etat de la route : ras

Altitude du parking : 1880m

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : 1880m (au pont sous la chapelle)
Altitude de déchaussage (descente) : idem

Activité avalancheuse observée : RAS
petits passages en glace sur la piste forestière sinon neige soufflée avec des passages parfaits en poudre (mais ne pas en sortir sous peine de trouver du carton)

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Fouillouse - Vallon Grand - Crête 2559m entre Mirandol et Eyssilloun - Dénivelé réel effectué : 680m

Dans les vallées reculées de l'Ubaye autant secouées par les coups de vent que par les coups de génépi, les skieurs réfugiés climatiques des Alpes du N, commencent à arriver. Désespérée de ma chartreuse jaune sans avenir skiable, je suis parmi eux. Chartreuse jaune, oui, car la verte est épuisée par des semaines où les seules précipitations sont celles du skieur local au-devant du bulletin météo.
La situation n'était plus tenable. Je me suis ressaisie in extremis pour ne pas finir l'année avec un coup de déprime. J'ai repensé à Léonard et me suis dit : "J'ai perdu enneigement et entrainement, mais j'ai tant d'amis, j'ai la France entière (voire au-delà)". Donc, direction le Sud.
Dans les vallées reculées de l'Ubaye, l'hospitalité n'est pas un vain mot. L'étranger y est reçu comme un frère, même si c'est une soeur. On lui concocte des plats caloriques, ce qui n'est pas un luxe vu les indications du thermomètre confirmées par des sensations limite désagréables, on lui forme une équipe de choc et on lui trouve une rando cool (super cool même) et, histoire de la familiariser de suite avec les antiques coutumes et parlers locaux, on l'entraine au spectacle d'une "Pastourala de la Valeia" où il est chanté "sur la montagne, nous avons entendu un air de paradis". Autant dire que la motivation remonte en flèche.
Les mélezins ont perdu leurs ors, les villages sont tapis dans une ombre sans pitié mais le ciel est bleu, bleu Anaïs bien sûr. On traverse Fouillouse, les skis à l'épaule et les cadrans solaires donnent de quoi méditer, style : "Mortel, sais-tu à quoi je sers ? A marquer les heures que tu perds". Message reçu, on essaiera de ne pas en perdre. Mais, pour le moment, on essaie juste de ne pas s'étaler sur les ruisselets figés en glace qui trainent sur la piste. Mais, entrainée dans le sillage de mes compagnons véloces, je me retrouve vite sur la crête d'où il n'y a plus qu'à ne perdre aucune heure, aucune minute même, avant de se lancer dans la dernière descente de l'année (enfin, je parle là de descente à skis...). J'aurais presque pu mettre 4* mais il fallait quand même bien viser pour ne pas sortir des zones de poudre scintillante et, sur le tronçon de piste, pour ne pas mordre la glace et, par voie de conséquence, la poussière.

Je ne mets pas de photos : conformément au souhait des autochtones, ces lieux doivent rester ce qu'ils sont : sauvages et secrets (hors immatriculation 04, s'entend) et échapper à vos regards concupiscents. Mais un texte non illustré étant comme une Ubaye sans soleil, j'ai pioché dans ma réserve de la sortie précédente pour vous présenter, avant les 12 coups de minuit, tous mes voeux de bonheur.


Commentaires

» Par BoraBora, le samedi 31 décembre 2016 à 19:21

>3 Bonne Année à toi et au plaisir de te lire en 2017 !

» Par cassien, le samedi 31 décembre 2016 à 19:37

comme toujours un superbe récit de ta sortie très beaux nouvel an a toi et ta famille :wink:

» Par pilippe05, le samedi 31 décembre 2016 à 22:25

Super!
Tu n'as pas mis longtemps à arpenter les cimes ubayennes ...
Passez un bon réveillon entre filles!

» Par TASMAN, le dimanche 01 janvier 2017 à 19:37

Nous aussi on va être des réfugiés climatiques cette semaine en Queyras, Abries ! (gite Edelweiss)... Bonne année 2017 avec de beaux récits de Taramont pour nous faire rêver au coin du feu !

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne