Accueil > Topo Guide > Sommets > Vanoise > Col de Labby > Traversée SW / NE Termignon > Sortie du 07 avril 2019
 Topo validé par la modération

3324 m Col de Labby, Traversée SW / NE Termignon

Données techniques

Massif : Vanoise
Secteur : Maurienne
Orientation : T
Dénivelé : 1778 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 3.1 E2
Pente : Courts passages 45°

Nb de jours : 1
Type : Traversée

Cartes : 3534OT

Matériel

Matériel glaciaire.

Départ/Accès

Départ : Aussois (1530 m) - Chambéry -> Modane -> Aussois

En début et en fin de saison, on peut monter en voiture jusqu'au barrage de Plan d'Amont (économie de 450 m de D+)

Lorsque la station d'Aussois est ouverte, on peut prendre un forfait randonneur .

Itinéraire

En hiver, possibilité d'utliser les remontées mécaniques de la station d'Aussois (14€ en 2015) pour parcourir l'approche basse. Départ depuis la Chapelle de la Fournache à 2390m.
Remontée classique de l'itinéraire du Col Labby, puis descente sur le versant Termignon, sur le glacier de la Mahure.
La descente conduit naturellement à se rapprocher de la Face Nord de la Dent Parrachée.
Mais l'itinéraire de descente le plus esthétique consiste à contourner le rognon rocheux côté 3141m, par sa rive gauche. Très belle descente sous les séracs de la Mahure.
Se rétablir ensuite dans l'axe de la vallée principale, en restant proche du rognon contourné.
Descente douce dans l'axe du ruisseau du Grand Pyx.
A l'approche de la gorge du ruisseau (2480m), se tenir élevé sur sa rive droite, pour trouver une banquette inclinée en direction de la Juliette.
A mi pente, une petite faiblesse de la gorge, permet de la traverser (court goulet 45°), pour se placer à la base de la Combe d'Enfer et rejoindre le hameau du Mont, puis l'itinéraire du sentier d'été, jusqu'au Pont du Chatelard (1347m).

Photos

Descente sous FN Parrachée
Descente sous FN Parrachée [par Pja]

Remarques/Variantes

Refuge(s) associé(s) : Refuge de la Dent Parrachée Refuge du fond d'Aussois Refuge de l'Arpont

Sortie(s) GPS associée(s) : 22.04.19

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Traversée de la Vanoise en mobilité douce : défi réussi pour un CAF "breton" ! [»] : Sortie du jeudi 04 au dimanche 07 avril 2019 (4 jours) par Capitaine_BenA

Participants : gstephan, ThomasM, Cycle nature
Membres associés : sanfroic

Météo

J1 : Chutes de neige diminuant / vent.
J2 : Beau temps, chaud l'AM. Se couvrant le soir.
J3 : Couverture nuageuse à 3000m, vent fort / éclaircies plus nombreuses en bas.
J4 : Chutes de neige puis nuageux.

Conditions d'accès

Etat des rails : neige fraiche dès le Bugey à l'aller (Lyon - Modane) ; sec au retour.
Etat des routes : déneigé jusqu'à Aussois / idem à Val d'Isère au retour

Altitude du parking : 1500 à Aussois / 1800 à Val d'Isère

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
Glacier de la Mahure3300 - 3200E10:00Poudre
Glacier de la Mahure3200 - 2900E10:30Poudre lourde
Glacier de l'Arpont3500 - 2300E14:00Croutée
Sous les lacs de Chasseforêt2800 - 2300NE10:00Poudre5*
Côtes de la Leisse dessus2400 - 2600N15:00Poudre5*
Altitude de chaussage (montée) : 1500
Altitude de déchaussage (descente) : 1800

Activité avalancheuse observée :
- Plusieurs Woumffs en J2 dans la montée vers le Col de Labby + à la montée vers le col de l'Arpont. Mais aucune coulée constatée.
- Plaque de fond partie au dessus de La Civière (observée en J3).

Skiabilité [?] : ●●●●○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : J1 : (Mobilité Train depuis Brest / Paris / Lyon / Chambéry - Modane + Bus Modane Aussois) - Aussois - Le Carlet - Refuge de la Dent Parrachée ; J2 : Refuge de la Dent Parrachée - Col de Labby - Descente du glacier de la Mahure - Col de l'Arpont - Refuge de l'Arpont ; J3 : Refuge de l'Arpont - Lacs de Chasseforêt - Redescente ruisseau de la Letta (Pt 2343) - Col au dessus de la Para (sur le GR5) - Pont de Croé Vie - Refuge de la Leisse + extra dans les pentes nord au dessus du refuge ; J4 : Refuge de la Leisse - Col de la Leisse - Col de la Fresse - Val d'isère (Mobilité douce : bus Val d'Isère - Bourg-Saint-Maurice / train jusque Chambéry / Lyon / Paris) - Dénivelé réel effectué : 4500m

Que certains soient venus de Brest, que d'autres aient transporté du far breton, que ce raid ait comporté en quelque sorte quatre quarts, ou que CAF de Lyon-Villeurbanne rime avec Kouign-Amann (c'est pauvre...), voilà que le cycle nature a été appelé dès le premier soir "CAF breton" par le gardien du refuge de la dent parrachée.

Cherchant encore un lien, je tombe sur cette boutade de Coluche : "Coups de vents sur la côte bretonne, où de forts pétroliers sont à craindre". Car, à défaut de démazouter les plages, l'idée du cycle nature, c'est bien de supprimer ou du moins réduire, dans nos pratiques de la montagne, tout ce qui contribue paradoxalement à l'abîmer.

D'où l'idée de cette traversée de la Vanoise en mobilité douce pour clore un cycle nature 2018 / 2019 exceptionnel. Nico, cette traversée t'es bien sûr dédiée, tu y as tellement contribué, et on y retournera une fois ce genou remis.

J1 : Du Finistère à la Maurienne, le "CAF Breton" entre en scène.

Avec la mobilité douce, l'aventure commence sur les quais de gares, plusieurs formules étant testées : départs de Haute-Savoie, de Lyon en TER ou TGV, de Chambéry (Bus ou trail), retour d'Italie en covoiturage moyennant un tunnel du Fréjus un temps bloqué. L'oscar de la mobilité douce revient incontestablement à Julie, partie la veille de Brest pour raisons professionnelles, moyennant une traversée héroïque en train et bus, non pas de la Savoie, non pas de Rhône-Alpes, mais de la France, avec un grand F. Et vive la République !

Bon, je m'emballe un peu, car avec tous ces retard dus à la météo, nous avons beaucoup douté avant de nous retrouver à 11 à Modane pour embarquer dans le bus en direction d'Aussois de 11h15 (et ce fut ric rac !).

Pour l'anecdote, on s'interrogera simplement sur le refus des différents prestataires de décaler les horaires de bus, sachant qu'un bus a finalement relié Chambéry à Modane avec seulement 5 personnes à l'intérieur...

Si les sacs sont lourds, c'est avec une légèreté inhabituelle que nous constatons l'absence de nos voitures au départ. La montée au refuge de la Dent Parrachée se fait tranquillement, le plus possible à l'écart des pistes, malgré une neige collante posée à même le sol.

L'absence de l'éclaircie annoncée le soir, et le vent qui souffle fort, nous poussent plutôt à profiter des jeux de carte et de l'apéro à la bière de Maurienne (parole de breton : "Horizon pas net, reste à la buvette" !). La gouaille du gardien de la Parrachée occupera une partie de la soirée.

J2 : Labby ne fait pas le Moine, et la quatrième corde ne fait pas l'encadrant.

6h15 : "Ceux qui ont une corde lèvent le doigt!" ; ils ne sont que 3... "Où est la quatrième corde ?" ; on cherche 15 minutes. Puis "Geo, c'est ta deuxième corde qui manque en fait" ; "Ah, mais je n'en ai pris qu'une moi..." ; "Ah, ok, donc on n'en a que 3 depuis le départ!". Bref, comme la cinquième roue du carrosse, voici venue la quatrième corde du CAF breton !

Pour la suite, aucune mouette, mais beaucoup de woumphs : la montée vers le col de Labby nous réserve quelques vagues. Nous naviguons en mode vigilance puis alerte. Au gouvernail, Thomas nous fait une trace de dingue, un véritable escalier de conversions entamé quasiment au pied du col du Moine jusqu'au col de Labby, permettant un délestage efficace du groupe.

Dès l'arrivée au col (et au soleil), nous abandonnons la traversée sous les dômes du Génépy : de belles corniches en barrent l'accès. Nous profitons d'une neige vierge, quoique de plus en plus lourde, en descendant la rive gauche du glacier de la Mahure.

A partir de là, cap vers le Dôme de l'Arpont via une rampe assez régulière ; dès que le glacier du même nom est atteint, les plus entamés (ou les plus raisonnables) descendront vers le refuge. Nous seront 8 à avancer jusqu'au col de l'Arpont, sous une chaleur étouffante, combinée aux effets de l'altitude (sauf pour Geoffroy le traçosaure du groupe ce jour). Arrêt au col car il est tard.

La descente est longue et bien croutée jusqu'au refuge : avec Geo, nous étions contents de ramener tout le monde à bon port, le groupe était particulièrement fatigué dans cette descente. De belles figures artistiques à souligner néanmoins, notamment la chute "Arpont", tête la première.

L'après-midi et la soirée, seuls dans ce grand et joli refuge, nous permettront de bien récupérer en vue de la longue journée qui nous attend le lendemain.

J3 : Le voyage continue entre l'Arpont et la Leisse.

Alors que la météo s'annonçait clémente le matin, nous attaquons avec un plafond nuageux bien bas. Les 450m au dessus du refuge sont bien durs, couteaux obligatoires. Arrivés en haut, l'absence de visibilité, ainsi que le vent, nous forcent à nous rendre à l'évidence : remonter sur le glacier du Pelve comme prévu sera difficile, et peu agréable compte tenu de la vitesse des nuages là-haut.

Au niveau des lacs de Chasseforêt, alors qu'une éclaircie apparait, nous descendons donc dans une belle poudreuse (!), et une superbe luminosité.

Le vent dans les voiles, nous flottons sur de multiples vallonnements. L'ambiance est magistrale et la découverte de nouveaux paysages au fil de la traversée donne un caractère unique à ce raid (Grand Roc Noir, Grande Motte, Sana, Méan Martin, bientôt la Grande Casse...).

Au point 2343, une petite remontée panoramique s'engage pour rejoindre le GR, au niveau d'une petite cabane en accordéon, bien moderne, d'où nous attaquerons la descente. Après une quasi perte de ski, bien rattrapée, nous nous engageons dans la remontée du vallon de la Leisse, sans fin, malgré le vent dans le dos, agrémentée de quelques exercices d'encordement.

Nous serons 3 à nous rajouter quelques montées / descentes dans la poudreuse bien bonne en face du refuge. Pour le reste, le refuge de la Leisse offre un superbe cadre, bien dans l'esprit nature, dont nous aurons bien profité pour cette dernière soirée du raid.

J4 : Félindra dompte le col de la Leisse.

Malgré une belle couche de poudre tombée avec peu de vent, difficile d'en profiter aujourd'hui : nous partons du refuge de la Leisse sous la neige et dans les nuages.

L'occasion de tester la navigation par faible visibilité : trois sangles accrochées à un bâton, il n'en fallait pas moins à Yann, alias Félindra, puis Typhaine pour dompter le col de la Leisse dont les reliefs se montraient difficilement.

Pour la suite, le ciel se dégagera légèrement, nous permettant de revenir tranquillement par le col de la Fresse et les pistes de Val d'Isère, moyennant de bons moments de franche rigolade.

Le bus est pris à 13h à la Daille, et le train à 14h30 à Bourg-Saint-Maurice. Retour direct à Lyon moyennant de bons moments de convivialité dans le train pour clore un superbe cycle "Nature", bien contents de cette odyssée à travers la Vanoise.


Commentaires

» Par MiRo, le mardi 09 avril 2019 à 12:23

Bravo ! Faudra juste y refaire avec le Nico. Tchô Geoffroy

» Par Toz, le mardi 09 avril 2019 à 21:53

Au top :D :cool:

» Par Nico06, le mercredi 10 avril 2019 à 00:06

Wow ! Les photos sur le glacier de la Mahure, avec la FN de la Dent Parrachée, sont magiques ! Je suis tellement frustré de n'avoir pu participer à cette fête... mais si heureux que vous ayez pu mener à bien ce projet ! Bravo à tous ! Et merci Benj pour ce récit génial (qui m'a permis de verser une petite larme supplémentaire) et la photo des naturistes...

» Par eterlou73, le jeudi 11 avril 2019 à 16:18

bravo a vous

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne