Accueil > Topo Guide > Sommets > Belledonne > Col de l'Aigleton > Versant SW > Sortie du 09 décembre 2012
 Topo validé par la modération

2266 m Col de l'Aigleton, Versant SW

Données techniques

Massif : Belledonne
Secteur : Grésivaudan
Orientation : SW
Dénivelé : 1178 m.

Difficulté de montée [?] : R
Difficulté ski [?] : 2.1 E1
Pente : 35° court

Nb de jours : ½
Type : Aller/Retour

Cartes : 3335ET

Matériel

pelle arva sonde

Départ/Accès

Départ : Prabert (1088 m) - Grenoble -> Brignoud -> Laval -> Prabert.
Route fermée du 20 décembre au 15 Mars, 500m après Prabert (Pt 1088). Au printemps, possibilité de monter au pont de la Bêta, puis au bout de la route.

Itinéraire

Suivre le chemin forestier partant à gauche au niveau du parking, filer vers l'E au niveau de l'épingle à cheveux. Monter ensuite dans la foret qui mène à une partie plus plate vers 1650, on arrive ensuite au Habert d'Aiguebelle vers 1740. Suivre le début de l'itinéraire qui monte à la Jasse et avant de commencer à monter le raidillon en dessous des lacs du Vénétier, traverser E puis monter la combe évidente qui mène au col.

Trace GPS


| QRcode | VisuGPX

Remarques/Variantes

- Une des randos les plus courtes du vallon, avec le pas de la Coche et le couloir du pic du pin.


Variantes :

» Montagne du Vénétier, couloir SW (D+ 1100m ; Ski 4.3 ; Orientation SW)
Au niveau du premier lac (2088m), quitter la trace de la Jasse et remonter à droite le couloir évident (bien visible depuis le habert) jusqu'à petit col. Pente 40° à 45°. De ce col, basculer dans un couloir orienté W/NW qui débouche sur la crête de la montagne du Vénétier. Cette dernière partie est courte (50 m.), mais assez technique avec un passage plus raide (50°) et assez engagé (barre rocheuse sous le couloir).



Refuge(s) associé(s) : habert d'aiguebelle

Sortie(s) GPS associée(s) : 28.02.18 03.12.17 06.02.14 16.04.08

Photos

Couloir SW du Vénétier, entre l'itinéraire W Dent du Pra et Dent du Pra par Aigleton (photo ©Squal/topo Dent du Pra)
Couloir SW du Vénétier, entre l'itinéraire W Dent du Pra et Dent du Pra par Aigleton (photo ©Squal/topo Dent du Pra) [par Jip]
Montagne du Vénétier - Couloir SW
Montagne du Vénétier - Couloir SW [par JulBont]
Couloir SW/W de la montagne du Vénétier
Couloir SW/W de la montagne du Vénétier [par Fabien VIGUIER]

Conditions récentes

» Le 16 fevrier par Mathilde [●●●○○] Je m'attendais à une foule humaine au départ de Prabert. Mais finalement peu de monde ! La barrière est fermée et la »
» Le 04 fevrier par Jasstic [●●●●○] On ne peut plus se plaindre que le vallon ne soit pas assez rempli. Un paquet de neige en forêt, mini 50cm de type »

» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Col de l'Aigleton, Versant SW [»] : Sortie du dimanche 09 décembre 2012 par Salome

Participants : micha
Membres associés : RicOlaS™

Météo

Mer de nuage, soleil, peu de vent.

Conditions d'accès

Etat de la route : Un peu de neige après Prabert.

Altitude du parking : 1080m. Une voiture est montée jusqu'à 1300m.

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
Pas de la coche1989mNPoudrePoudre froide excellente
Col de l'AigletonSEPoudreTrès bonne neige, legère
Col de l'AigletonSWPoudreUn peu travaillée par le vent
Enormement de neige dès le parking. Excellente à l'ombre et très bonne au soleil. Le vent n'a pas trop décapé les cols et sommets.

Altitude de chaussage (montée) : 1080m
Altitude de déchaussage (descente) :1080m

Activité avalancheuse observée : Rien à bougé, le manteau parait stable mais il faut se méfier. Petite coulée de fonte au niveau des rochers.

Skiabilité [?] : ●●●●●


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Prabert- Pas de la Coche- Col de l'aigleton- Premier couloir montant à la dent du Pra- Prabert - Dénivelé réel effectué : 1728m

Montés dans une forêt recouverte de neige, une première descente magnifique côté pas de la Coche. On repeaute pour le col de l'aigleton, tentative jusqu'à la dent du Pra mais nous stoppons avant le replat. Bien exposé au soleil avec plus d'un mètre de neige en cumul. On profite de cette magnifique poudre jusqu'au fond du vallon direction le Rivier. Retour au col de l'Aigleton et poudre jusqu'au parking. Rien à redire, cela passe partout dans les bois. Superbe journée sous le soleil.
Une trace montant vers la Cime de la Jasse, pas encore tracée jusqu'au sommet à 14h30.


Commentaires

» Par CHE, le dimanche 09 décembre 2012 à 21:20

INCONSCIENTS!!! cesite est vraiement le repère de gens dont l'égo est surdimensionné

» Par vinz_z, le dimanche 09 décembre 2012 à 23:48

ça à l'air bien plâtré tout ça! bande de p'ti veinards...
l'est révolté le CHE :happy:

» Par Yann73, le lundi 10 décembre 2012 à 01:39

Vous auriez du insister, a mon avis ça passait "tranquillou" jusqu'à la Dent du Pra! Dommage...

» Par altitude38, le lundi 10 décembre 2012 à 08:56

heum!

» Par RicOlaS™, le lundi 10 décembre 2012 à 09:00

bla bla bla ..... 8O

» Par thib38, le lundi 10 décembre 2012 à 10:48

Beau CR de sortie. Ce qui tend à prouver, que pour rentrer en vie, il est plus important de prendre en compte l'existence du facteur chance, que de se préoccuper de la nivo...

» Par kaiser38, le lundi 10 décembre 2012 à 11:26

on assiste à une surenchère de plus en plus glauque

» Par Salome, le lundi 10 décembre 2012 à 13:21

Toujours surprise des déchainements que peuvent occasioner les sorties sur skitour. Nous avons pris en compte la nivo puisque nous avons su faire demi-tour et ne pas tenter le diable. En aucun cas il s'agit d'un facteur chance, le facteur chance n'étant pas envisageable en montagne. Mais si cela vous fait plaisir de passer du temps à commenter, faites comme bon vous semble :D

» Par Didyeti, le lundi 10 décembre 2012 à 13:35

Hello Marion et Micha !
Belle sortie, vous n'avez pas laissé passer ce beau créneau :cool: ! Je suis un peu jaloux depuis ma grisaille urbaine :wink: - et visiblement pas le seul à l'être...
Bof, tu as raison Marion : votre compte-rendu donne une occasion à certains de lancer des "petites phrases" sur un ton bien affirmatif, sans arguments, et de se croire ainsi détenteurs de LA vérité. Ca leur fait du bien, c'est déjà ça...
A mon sens, vous avez bien fait de ne pas insister sous la Dent du Pra : je reconnais là votre sagesse, et je pense que j'aurais fait les mêmes choix si je vous avais accompagnés (pour la course, et pour le stop à cet endroit, qui me semble potentiellement risqué avec cette neige).
Sinon, on dirait qu'il y aura quelques autres créneaux cette semaine : j'espère que vous pourrez en profiter :D ... et j'en suis jaloux d'avance (la météo s'annonce perfectible pour le week-end prochain...).
Atchao,
Didier.

» Par Vieux Troll, le lundi 10 décembre 2012 à 15:22

Chacun fait bien ce qu'il a envie. Mais, l'Aigleton ou la Jasse ne sont pas des sorties de repli lorsque la nivo est limite.

» Par chill, le lundi 10 décembre 2012 à 22:59

Salut Micha (et Salomé)
on se connait un peu, on s'est croisé quelques fois, en montagne ou sur SMU :P
Je me garderai bien de juger sur la dangeureusité de votre sortie, car même si elle me parait comme ça à priori un peu "osé", je n'étais pas là... E c'est vrai que les pentes ne sont pas trop "grandes" ( à part le 1er couloir de la dent de la Pra ?)
Par contre, pas d'accord sur le facteur chance : il y a pour moi TOUJOURS un facteur chance en montagne (les gars morts d'une pierre perdue, ou par risque 1 ou 2 ne sont pas là pour le dire :( ). Mais chacun a sa vision de ce qui peut partir ou pas...
Bonne saison à vous deux, et à bientot, sur les skis ou devant une bière :roll:

» Par Didyeti, le mardi 11 décembre 2012 à 07:52

Salut,
@Vieux Troll : bigre, quelle formulation définitive et sentencieuse ! C'est TON AVIS, mais pas forcément une vérité absolue - aussi une formulation plus nuancée eut-elle été plus appropriée (mais peut-être moins propice au troll :ill: )... En l'espèce, je suis assez d'accord avec toi concernant la Jasse (qui ne concerne pas cette sortie...) ; s'agissant de l'Aigleton en revanche, il me semble que l'itinéraire suivi (montée au Pas de la Coche, descente Est, remontée à l'Aigleton, puis descente) permet justement de se faire prudemment et progressivement une idée de la nivologie sur le terrain. Donc un bon choix, à mon avis !
@Chill : à propos du "facteur chance", je crois comprendre que la formulation de Marion venait en réponse aux précédentes formulations orientées "journalisme sensationnel à 2 balles". Autrement dit (mais je laisse à Marion le soin de préciser, le cas échéant) : il existe certes un facteur chance en montagne (indéniable :happy: ...), mais Micha et Marion ne comptent pas dessus pour tout oser en montagne - ce qui serait effectivement bien inconscient :wink: ! De sorte que les conditions nivologiques ont été prises en compte pour le choix de la sortie d'une part, et du demi-tour d'autre part - sur des bases théoriques (BERA) et pratiques (le terrain : et nous n'étions pas là... ce qui me rend encore jaloux :P !).
Bonne journée,
Didier.

» Par Vieux Troll, le mardi 11 décembre 2012 à 08:26

Didyeti, j'ai bien fait attention à ne pas émettre de point de vue sur la sortie en tant que tel. Chacun fait bien ce qu'il a envie.

En ce qui concerne le risque nivologique sur ce type neige, l'état de l'art actuel est relativement simple : on sait qu'on ne sait pas. A chacun d'en tirer les conséquences qu'il souhaite en tirer.

» Par Vieux Troll, le mardi 11 décembre 2012 à 10:06

D'un point de vue technique, les pentes sud du Jas du Lièvres me suffisent amplement pour ne pas aller dans ce vallon avec une mauvaise nivo comme ces jours derniers. Rien que sur la carte, on devine bien les passages des avalanches versant S (jas du Lièvres) et versant N (Ferouillet/Scialet). On ne peut pas aller dans ce vallon en se faisant prudemment et progressivement une idée de la nivologie sur le terrain.

» Par Didyeti, le mardi 11 décembre 2012 à 10:12

Vieux Troll,
Ok avec toi sur le fait que notre ignorance est grande en matière de risque nivologique - sur ce type de neige et en général (j'avoue avoir même l'impression de devenir de plus en plus dubitatif sur ma capacité réelle à "comprendre" la nivologie :ill: ...). Ca reste donc pour partie de l'appréciation personnelle - avec quand même quelques "repères" à peu près partagés (en fonction du niveau du BERA, de l'orientation de la pente, de son inclinaison, de la date des dernières chutes de neige et du vent, des signes sur le terrain, etc...). Dans le cas présent, il ne me semble pas que ces "repères" aient été ignorés ; et, pour avoir partagé quelques courses avec les deux compères concernés, je puis assurer qu'ils ne sont ni inconscients, ni surdimensionnés de l'égo, ni suicidaires à compter sur la "chance", ni adeptes de la surenchère et du glauque - pour reprendre les formulations déplacées ci-dessus.
On peut s'interroger sur l'appréciation personnelle du choix de telle course - comme tu le fais ; en revanche les sentences et autres anathèmes n'apportent vraiment rien (sauf peut-être le défoulement de ceux qui les prononcent ?).
A une prochaine,
Didier.

PS (ton message de 10h06 n'apparaissait pas encore) : tu as partiellement raison (la face Sud du Jas peut déclencher de bonnes avalanches ; en revanche, à ma connaissance, l'itinéraire est à l'abri des avalanches venant du Ferrouillet/Sciallet). Et l'itinéraire me semble plutôt (mais pas absolument ?) protégé des avalanches de la face Sud : la dernière fois que j'y ai vu les traces d'une grosse avalanche, elle s'était arrêtée "avant" le passage habituel à skis. Et pour la suite du cheminement, le Pas de la Coche me paraît effectivement être une approche progressive et prudente des lieux :wink: .

» Par Vieux Troll, le mardi 11 décembre 2012 à 17:22

Je n'ai pas écrit que l’itinéraire était exposé aux avalanches venant du Ferrouillet/Sciallet. L’itinéraire est exposé aux avalanches de la face sud du Jas et coincé de l'autre coté à causes des pentes du Ferrouillet/Sciallet. En gros, entre le marteau et l'enclume. Par ailleurs, ce type de configuration ne permet pas de connaitre le terrain car la zone à problème est situé 300m plus haut. C'est faux d'écrire que l'itinéraire "permet justement de se faire prudemment et progressivement une idée de la nivologie sur le terrain. " Non, tu ne sais pas et ne peux pas savoir car un des problèmes est plus haut.

» Par micha, le mardi 11 décembre 2012 à 19:29

une dizaine "INCONSCIENTS, Chanceux!!! dont l'égo est surdimensionné" ce dimanche au Col de l'Aigleton. :~

» Par Didyeti, le mercredi 12 décembre 2012 à 08:22

Vieux Troll,
Peut-être ta formulation à propos des avalanches (où tu amalgames celles venant du Jas des Lièvres et celles venant du Ferrouillet/Sciallet) n'était-elle pas limpide, non ?
Sinon, tu es toujours bien affirmatif et péremptoire... Tu devrais aller sur le terrain valider des affirmations à propos de "marteau et d'enclume" : ça me semble ici franchement outré - mais libre à toi.
Et je persiste : à mon sens, LA SUITE DU CHEMINEMENT VERS LE PAS DE LA COCHE (comme je l'avais précisé, puisque nous n'apprécions pas de la même manière le passage précédent) permet bien de se faire prudemment et progressivement une idée de la nivologie sur le terrain.
J'arrête ici, ça vire au "troll".
Didier.

» Par Vieux Troll, le mercredi 12 décembre 2012 à 09:44

Juste pour rappel, c'est même écrit dans le topo skitour :
>>>>>>
- Dés le départ, après les ruines du Habert du Muret, se méfier des pentes Sud qui dévalent du Jas des Lièvres. De nombreux conifères sans dessus-dessous témoignent encore de la violence de l’avalanche de 2006
>>>>>>
Je ne fais pas d'amalgame entre les avalanches du Jas du Lièvres et Ferrouillet/Sciallet. J'ai juste expliqué que tu pouvais même voir le passage de ces avalanches sur la carte. Par ailleurs, si on souhaite s'éloigner de la face S du Jas du Lièvres (et ne pas être exposé à ses avalanches), on se rapproche de la face N Ferrouillet/Sciallet (et de ses avalanches).
Il est manifeste que tu te focalises sur les avalanches déclenchés par le skieur (pas de la Coche) en occultant totalement les avalanches "naturel". En gros, tu pinailles sur de la tactique sur le terrain localement en oubliant d'avoir une approche stratégique globale en amont en prenant du recul. En fond de vallon, tu ne peux pas connaitre l'état des pentes S du Jas du Lièvres !
La configuration du vallon dans son ensemble conduit à ce qu'il ne soit pas un secteur de sortie de repli par des mauvaises conditions nivo. Ok, une fois que tu n'a rien pris sur la tête dans le fond de vallon, le pas de la coche est le moins pire des trucs. Mais, il y a bien d'autres courses dans d'autres endroits qui sont nettement moins exposés que ce vallon. A fortiori parce que si une avalanche descend du Jas du Lièvres, l'APS ne servira à rien.

» Par Vieux Troll, le mercredi 12 décembre 2012 à 09:55

Une dernière et je crois que je vais m’arrêter car je m'en fout de savoir si tu comprends ou non le problème.
Regarde simplement la carte et la situation de ce fond de vallée coincée entre les 600-800m de pente du versant S du Jas du Lièvres et les 600-800m de pente du versant N Ferrouillet/Sciallet.
Est ce qu'il n'y a pas des courses autour de Grenoble qui présentent des configurations plus intéressantes lorsque la nivo est vraiment mauvaise ?

» Par Didyeti, le mercredi 12 décembre 2012 à 14:21

Vieux Troll,
Merci pour ces explications détaillées qui permettent de comprendre ton raisonnement et ta première affirmation laconique, et d'éclairer tes autres commentaires peu explicites (pour moi en tous cas).
Je comprends également mieux pourquoi nos appréciations divergent : connaissant un peu le coin pour l'avoir parcouru plusieurs fois skis aux pieds, je fonde mon appréhension du risque essentiellement sur ce que j'en ai vu/perçu (et non sur une analyse de la carte - qui par ailleurs a son intérêt). Concrètement, l'endroit n'est franchement pas le "coupe-gorge" qui semble ressortir de ton analyse : et il y a de la place pour s'écarter du danger potentiel lié aux avalanches issues de la face Sud du Jas de Lièvres, sans pour autant aller se mettre sous celles qui viendraient de la face Nord du Ferrouillet/Sciallet (nota : il y a d'ailleurs un creux marqué qui protège l'itinéraire de ce dernier risque). C'est d'ailleurs le sens, à mon avis, de la mention "se méfier des pentes Sud..." sur Skitour - i.e. qu'il ne faut pas s'en approcher, mais préférer s'en écarter, puisqu'il y a la place.
En outre, si je semble "focaliser sur les avalanches déclenchées par le skieur", c'est que concrètement - à ma connaissance du moins - les accidents d'avalanches dans ce vallon sont factuellement intervenus dans ce cadre (sous la Cime de la Jasse / Dent du Pra notamment).
Enfin, il existe certainement des courses moins risquées autour de Grenoble, mais en y réfléchissant je n'en trouve pas facilement où il n'y ait vraiment aucun risque (sauf celles du type "route du Charmant Som", avec non-glisse assurée à la descente avec cette neige :( ...) - qu'il soit théorique ou qu'il ait été concrètement avéré.
Voilà, il est probablement possible d'avoir des approches différentes - et possiblement complémentaires :happy: ? - de l'appréciation du risque d'avalanche... sans que LA vérité ("approche stratégique globale en amont en prenant du recul") en impose à L'erreur ("pinaillage sur la tactique").
Didier.

» Par Vieux Troll, le mercredi 12 décembre 2012 à 16:58

Je connais très bien le coin. J’indiquais la carte car cela permet de prendre du recul et d’avoir une approche globale du terrain. Compare donc avec une course comme le Grand Rocher. Il n'y a pas photo en termes de course de repli pour mauvaise nivo.

L'échelle de risque :
- niveau 3 : Dans certaines situations, quelques départs spontanés d'avalanches de taille moyenne, et parfois assez grosse, sont possibles.
- niveau 4 : Dans certaines situations, de nombreux départs spontanés d`avalanches de taille moyenne, et parfois grosse, sont à attendre.
etc.
Il est manifeste que tu oublies le risque départ spontanée dans ton analyse de la situation. Tu sous évalue également l’ampleur que peuvent avoir ces avalanches. Le fond du vallon ne fait que 100-150m de large. Le marteau et l’enclume est une bonne image.
Question subsidiaire, combien de skieurs s’écartent de la trace standard quand il y a quelques dizaines de centimètres de fraiches ?
Question subsidiaire bis, comment fait-on pour savoir qu’il faut s’écarter plus des pentes S du Jas du Lièvres alors qu’on ne peut pas connaitre les conditions de cette pente ?

» Par Didyeti, le jeudi 13 décembre 2012 à 13:53

Vieux Troll,
Je reste dubitatif sur tes affirmations quant à l'ampleur potentielle des avalanches à cet endroit et à son côté "coupe-gorge". Et, contrairement à ce que tu affirmes, je tâche de prendre en compte le risque de départ spontané - qui doit effectivement être appréhendé, en course et lors de sa préparation. Mais, en me fondant sur mon expérience/appréhension (de ce lieu, et d'autres endroits vraiment "coupe-gorge"), je ne souscris pas à ton opinion ici.
Concrètement, je fréquente le coin depuis environ 20 ans, plusieurs fois par an hiver comme été ; et jamais en hiver je n'ai vu d'avalanche recouvrant la trace à l'endroit dont nous parlons. De même, j'ai en tête quelques autres endroits où le côté "coupe-gorge" est manifeste, et dont je ne retrouve pas les caractéristiques ici - compte tenu de la configuration du vallon (y compris sa relative largeur). Ce ne sont certes que des "indices" sur le risque, mais qui valent bien la lecture d'une carte, ou un autre avis (subjectif).
Mais peut-être en as-tu une autre appréciation si tu connais très bien le coin - c'est ton droit.
Sinon, pour ma part, j'ai bien entendu ton argumentation, en faisant toutefois abstraction de tes formulations très tranchées. Et je stoppe ici notre échange, plutôt intéressant au final. A une prochaine :happy: !

Didier.

Réponses subsidiaires : en cas de nivologie "limite", précisément, le randonneur est en principe vigilant aux points que tu mentionnes (la lecture du topo, de la carte,... et l'appréciation sur le terrain permettant d'ajuster sa trace).

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne