Accueil > Topo Guide > Sommets > Ecrins > Brèche de la Meije > par les étançons > Sortie du 03 juin 2018
 Topo validé par la modération

3357 m Brèche de la Meije, par les étançons

Données techniques

Massif : Ecrins
Secteur : Oisans
Orientation : S
Dénivelé : 1644 m.

Difficulté de montée [?] : PD
Difficulté ski [?] : 2.2 E2
Pente : courts passages à 35°

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3436ET

Matériel

corde, crampons+piolet, casque

Départ/Accès

Départ : la Bérarde (1720 m) - Grenoble -> le Bourg d'Oisans -> St Christophe en Oisans -> Champhorent -> la Bérarde (Route ouverte en général fin mars à l'ouverture des refuges)

NB: Ce départ est accessible en TC

Itinéraire

De la Bérarde, gagner le refuge du chatelleret. Du refuge, remonter le vallon des étançons vers le nord afin de gagner la base de la moraine (2500 m) que l'on remonte à gauche puis direction NO lorsque l'on vient buter sous l'arête du promontoire. Remonter (quelques crevasses ! prudence) la branche occidentale du glacier jusqu'au raide ressaut terminal ou l'on déchausse généralement . De là, remonter en oblique vers la droite jusqu'à la brèche de la Meije (Attention l'accès final à la brèche se fait par une courte pente raide (80m à 40°/45°) et exposée pas toujours skiable, se méfier des plaques!). Descente par le même itinéraire .
NB : ces dernières années, quelques éboulements provenant de l'arête du Rateau (casque recommandé)

Photos

Refuge du Chatelleret et face sud de la Meije
Refuge du Chatelleret et face sud de la Meije [par Fch]

Remarques/Variantes

Parc national des Ecrins, chiens interdits

Refuge(s) associé(s) : Refuge du Chatelleret Refuge du Promontoire

Sortie(s) GPS associée(s) : 07.04.11 08.05.09

Conditions récentes

» Le 03 juin [Sortie ci-dessous]

» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Brèche de la Meije, par les étançons [»] : Sortie du dimanche 03 juin 2018 par e-jungle

Participants : Icefred

Météo

Variable, soleil et nuages

Conditions d'accès

Etat de la route : noire

Altitude du parking : 1710

Conditions de neige

Pas de regel sur l'ensemble de l'itinéraire, sauf à 3000 sous refuge du Promontoire, du coup ça botte bien à la montée... Pour ce qui est de la descente, de 3300 à 3000 c'est horrible, en dessous c'est soupe skiable mais entravée par les chemins de pluies récentes (nombreuses et grosses vaguelettes ou cratères). Bref, ski bien mauvais.

Altitude de chaussage (montée) : 2000
Altitude de déchaussage (descente) : 2000

Activité avalancheuse observée : Vieille coulées. Neige très lourde sur le haut avec de l'épaisseur... Ca pourrait bien couler, mais lentement a priori.

Skiabilité [?] : ●○○○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Topo

2 moments émouvants hier :

- celui de retrouver Fred from Sweden pour une sortie de ski. C'est quand même à lui que je dois en grande partie les moments des dix dernières années passées en montagne. La dernière fois c'était le Buet, qu'est que j'en avais bavé :(

- celui d'une première (pour moi) à la Bérarde. Je sais ça fait un peu Mickey d'avouer ça (on a l'air nettement plus aguerri - à juste titre d'ailleurs- quand on dit :"nous voici pour la 3° fois de la semaine à la Bérarde au levé du jour"), mais bon, je croyais ce temple réservé au jeunes qui frétillent dans le 5.4, ou aux alpinistes intègres. Petit sentiment d'usurpateur au départ donc, mais moment de gêne vite passé parce que la saison d'hiver est passée elle aussi, donc pas un chat sur le parking. Et là je comprends qu'il va falloir marcher...

Bref, levé 2h, 3 heures de bagnole, et arrivée dans ce lieu mythique.
On a choisi cette course parce que c'est la plus belle d'après Fred (pour notre niveau, à cette époque) et que la bavante peuplée de l'Etendard peut se faire plus tard...

Alors : en terme de bavante on a aussi compris notre douleur : l'approche jusqu'à la neige avec tout le barda sur le sac est quand même bien fastidieuse ; heureusement le long du torrent les refuges et le cheminement se dévoilent petit à petit. On est vite écrasé par toute cette splendeur.
On chausse à 1950, mais pour re-déchausser tout de suite après, le vrai chaussage est plutôt à 2000. Après cette longue marche, on attaque la longue et plate ascension (en dévers) vers le premier refuge : de deux choses l'une soit nous avançons très doucement soit les vallées des Ecrins sont plus longues que les autres malgré l'apparence. Puis on attaque la montée proprement dite, la neige parait vraiment dégueue et cela se confirmera à la descente.

Par contre le décor est de plus en plus exceptionnel, cela vaut vraiment la peine et masque rapidement la longuette approche. Plaisir renforcé par le fait que nous étions seuls dans le vallon. Ca fait bizarre, même, de ne pas croiser âme qui vive de la journée, ça n'arrive pas souvent (sauf quand on se paume dès la sortie du parking avec JP).

La météo nous fait peur deux ou trois fois, mais à chaque fois le soleil revient chaudement. Avec persévérance et beaucoup de motivation dialectique on en finit quand même, mais épuisés. Et pas déçus du voyage.

La descente est donc pourrie comme annoncé, on arrive à enquiller 6 ou 7 virages corrects juste sous le Promontoire (du genre qui ne rappellent pas les films des enfants qui passent leur premières étoile). Pas plus, et encore il fallait les faire les serrés...

Fin de la descente, ouf, on va pouvoir remettre les baskets pour redescendre au village après près de 10 heures compressés dans les Scott. Et ben non ! Je disais qu'il y avait personne dans le vallon, vrai excepté le sacré sacripant qu'on n'a pas vu et qui nous a embarqué les baskets. On pensait que dans cet environnement sauvage et authentique, jamais un truc pareil ne pouvait arriver. Et dire qu'on les laisse en évidence sous le Grand Colon et que pas une fois elles sont parties. Du coup redescente en chaussures de ski, hum, les pieds adorent...
Par contre soyons clair : où que vous soyez, si vous croisez un gars à l'air suspect avec des baskets aux pieds n'hésitez pas une seconde à le massacrer à coup(s) de piolet (un seul coup devrait suffire d'ailleurs, pour ceux qui hésiteraient sur la méthode, jetez un oeil sur un épisode de Walking Dead c'est très explicite).

Voilà voilà, merci beaucoup l'ami Fred pour cette journée complètement à part, une de plus, et l'an prochain on a bien compris : on viendra en Avril, et on tentera le tour, ou du moins un tour, dans cette région sous cette bien belle Meije, il faut le reconnaître (je comprends mieux l'engouement des skitouriens désormais).



Commentaires

» Par Luc, le lundi 04 juin 2018 à 15:43

Ce ne serait pas plutôt un animal qui aurait embarqué vos baskets ?

» Par Em42, le lundi 04 juin 2018 à 16:02

Salut,

Belle course cette brèche, j'en garde un bon souvenir :wink:
Dommage pour les baskets, c'est toujours rageant :x . Il nous est arrivé, il y a quelques semaines, une mésaventure similaire dans le vallon d'en face (Vénéon). Nous avons finis par retrouver les baskets déchiquetées... Il faut croire que la faune locale aime bien les baskets... Tout ça pour dire que ce n'est pas forcément un humain qui a embarqué vos baskets... :wink:

» Par e-jungle, le lundi 04 juin 2018 à 16:40

@ Luc et Em42 : il y en avait 4 quand même... mais possible (rien vu autour, on a cherché un moment pourtant). @Em42 : j'avais regardé ta sortie la veille, il me semble que tu avais skié la partie du haut... bien vu !

» Par Luc, le lundi 04 juin 2018 à 17:19

Pour ma part, je les mets dans un sac plastique, je les dissimule plus où moins avec une pierre dessus :wink:

» Par Em42, le lundi 04 juin 2018 à 18:20

Yep, j'avais bénéficié d'un super enneigement à l'époque :wink:
Vraiment dommage pour les chaussures :(

» Par Michel, le lundi 04 juin 2018 à 18:45

Il est fort probable que les marmottes de l'Oisans se soient mises aux habitudes alimentaires des américaines!! De façon certaine il m'est arrivé une mésaventure du même ordre au Yosemite: baskets emportées par des marmottes.
Merci pour le très beau récit, ce coin est en effet fabuleux mais un peu exigeant.
Michel

» Par e-jungle, le lundi 04 juin 2018 à 20:04

Je sens une forte angoisse traverser la communauté skitour ce soir, alors je vous rassure : les baskets étaient de vieilles "merdes", par contre rentrer à Lyon (eh oui, pardon :roll: ) en conduisant pieds nus (en vrai j'avais des espadrilles) n'est pas super confort...
@ Luc : bonne idée le sac :cool: et on les mettra à l'abri des chapardeurs en tout genre désormais, rongeurs ou rageurs.

» Par Ricil, le mardi 05 juin 2018 à 12:18

Je confirme pour les bestioles des Ecrins : marmotte, blaireau, et surtout renard adorent les odeurs de pieds !!! Faut vraiment les planquer sous une grosse pierre !

» Par e-jungle, le mardi 05 juin 2018 à 15:14

Merci Michel... et je te crois bien volontiers, car si Ricil le dit, ça laisse en effet peut de place au doute.
Alors rangeons les piolets violents et espérons que les chaussures, sûrement chinoises, ne soient pas trop nocives pour ces chapardeurs à moustaches.

» Par F-X deboismenu, le mardi 05 juin 2018 à 22:20

oui les marmottes sont voraces... au pré de Mme Carle cette année elles m'ont coupé des fils électriques sous la voiture du coup plus d'ABS !
Et là je suis sur que ce sont elles j'en ai vu une sous la voiture et il y avait un bout de gaine plastique gluant de bave de marmotte !

» Par jpc, le mercredi 06 juin 2018 à 08:37

Belle motivation, qui aurait mérité meilleure récompense !
"les vallées des Ecrins sont plus longues que les autres" :lol: :roll:

» Par Didyeti, le mercredi 13 juin 2018 à 08:40

Hello Régis !
Un petit salut de fin de saison ! Visiblement tu tiens la forme et la motivation, c'est tout bon :cool: .
Ce vallon est effectivement superbe, idéalement en "moquette", j'en ai un souvenir grandiose : donc tu devras impérativement prévoir d'y revenir avec de belles conditions de neige juste transformée - en visant juste (également pour le bas ne soit pas trop déneigé). Ca se tente... la saison prochaine :wink: !
Bonne continuation,
Didier.

» Par e-jungle, le jeudi 14 juin 2018 à 22:19

@ Didyeti : je ne sais pas si tu repasseras par là, mais au cas où : ravi d'avoir de tes nouvelles, et j'en voudrais plus d'ailleurs ;) /
La saison prochaine, on ne se rate pas ? Tu partages une petite Chartreuse dont tu as le secret ? A très bientôt j'espère.

» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne