Accueil > Topo Guide > Sommets > Ubaye - Parpaillon - Alpes Cozie S > Auto Vallonasso > En A/R par l'Enchiausa > Sortie du 23 mars 2019
 Topo validé par la modération

2885 m Auto Vallonasso, En A/R par l'Enchiausa

Données techniques

Massif : Ubaye - Parpaillon - Alpes Cozie S
Secteur : Val Maira
Orientation : SE
Dénivelé : 1408 m.

Difficulté de montée [?] : R
Difficulté ski [?] : 2.3 E1
Pente : 35° à 40° sur 100 m

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : ASF7

Matériel

Couteaux

Départ/Accès

Départ : Chialvetta (1494 m) - De Cuneo direction Caraglio, puis Dronero, porte d'entrée dans le Val Maira.
Remonter cette longue vallée étroite jusqu'à Acceglio.
A l'entrée du village, prendre une petite route à gauche jusqu'à Chialvetta.
Au printemps la route est déneigée jusqu'à Pratorotondo.

Itinéraire

De Chialvetta traverser le pont et le village vers le Sud et suivre le vieux sentier qui mène à Pratorotondo (1622 m) et Viviere (1709 m). Suivre le torrent Unerzio par sa rive gauche jusqu'à la cote 1840 m (croix) puis s'engager Ouest/ Nord Ouest vers le vallon d'Enchiausa que l'on découvre vers 1900 m à proximité des granges Gorra. Suivre celui-ci , large et ensoleillé, jusqu'à ce qu'il se divise en 2 branches. On laisse à droite celle du vallon "Vallonetto" qui mène à Il Coletto pour la branche de gauche qui mène à une très belle conque située à la base de l'arête Est de l'Oronaye. On vise alors une très belle aiguille calcaire (qui surplombe la suite du vallon d'Enchiausa sur sa rive gauche) et on la contourne par la droite pour se porter vers 2400-2500 m vers la base de la grande face de l'AutoVallonasso. Le passage clef est un couloir raide de 100 m environ délimité à sa droite par un énorme rocher bien repérable. On passe juste à gauche de ce gros rocher à la cote 2650 m et on débouche sur la vaste combe supérieure qui se remonte sans parours obligatoire mais générallement par un grand mouvement circulaire dans le sens antihoraire jusqu'à l'antécime 2885 m. (sommet skieur). Sans les skis on peut poursuivre vers le Nord en direction du vrai sommet arrondi après avoir évité quelques pointements rocheux par la gauche (Ouest). Vue exceptionnelle sur le versant Nord de l'Oronaye et son couloir Nord (5.1).

Photos

Autovallonasso: au fond à droite
Autovallonasso: au fond à droite [par gerard mitaut]

Remarques/Variantes

La combe terminale étant concave, ses bords relevés vont de l'orientation Est/ Nord Est à plein Sud et lorsque la neige n'est pas encore transformée il est judicieux d'atteindre l'antécime 2850 m tout à gauche (située exactement à l'aplomb du col d'Enchiausa pour trouver de la poudreuse. Ce n'est pas le sommet et la vue vers l'Est est limitée mais la proximité du versant Nord de l'Oronaye est saisissante.
Remarques pour la variante :
Cette belle boucle peut être faite au départ de Saretto (Val Maira 1525 m) ou du Col de Larche (plus long, plus de cols à franchir mais toujours le beau bivouac Bonelli au milieu pour fractionner.
Faisable aussi en sens inverse sans grand changement sur les qualités de neige.

Variantes :

» Tour Horaire (D+ 1711m ; Ski 3.1 ; Orientation T)
Expo 2
Le même accès au sommet que le topo principal jusqu'à 2400 m environ (Chialvetta, Pratorotondo, Viviere, Granges Gorra (1914 m), puis vallon Enchiausa), puis NO entre les belles pointes rocheuses vers l'évidente dépression du col d'Enchiausa. Vallon coupé d'un palier à mi-distance; (col à 2736 m).
Descente versant opposé dans le vallon d'Apsoi jusqu'au lac du même nom et le petit bivouac Bonelli (tout confort); on laisse ce dernier à gauche pour obliquer NE sous l'austère versant Nord, rocheux, de l'Auto Vallonasso, en restant bien à flanc pour aller se positionner sous la dépression du colletto del Vallonasso (2425 m).
IMPORTANT: branche de gauche uniquement, celle de droite, plus étroite, ne débouche pas.
Puis plein Sud sur une vire un peu exposée afin de rejoindre la vallonasso du Visaisa où l'on voit bien le dernier col du jour, Il colletto, et son gendarme caractéristique (2631 m).
Ce col se rejoint par des vallonnements faciles puis une dernière pente de 100 ou 150 m plus raide (35°).
Basculer versant opposé (SE) pour une belle descente de 700 m, très longue, dont un départ plus raide sur 150 m. La boucle est bouclée vers 2100 m.

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Primavera in Valle Maira [»] : Sortie du jeudi 21 au samedi 23 mars 2019 (3 jours) par taramont

Participants : Denise, Marie, Patrick

Météo

J1, J2 : temps radieux mais frais, petite bise
J3 : temps radieux se réchauffant

Conditions d'accès

Etat de la route : RAS
mais assez abimées dans l'ensemble dès qu'on quitte la route de la vallée

Altitude du parking :
J1 et J2 : 1750m (au-dessus de Vivere)
J3 : 1900m aux Granges de Clarviera

Conditions de neige

Altitude de chaussage (montée) : J1 et J2 : 1750m - J3 : 2000m
Altitude de déchaussage (descente) : idem avec quelques déchaussages

Activité avalancheuse observée : RAS
Enneigement très déficitaire pour la saison.
Décaillage minimaliste en J1 et J2. Alternance poudre tassée et plaques dures. J3 : belle neige de printemps, quelques cailloux à éviter dans les derniers névés

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : J1: Passo la Croce Orientale (2630m) - J2 : Auto Vallonasso Antécime SE (2883m) - J3 : Colle Ciaslaras (2945m) - Dénivelé réel effectué : 3020m

«Cette montagne est telle que l'aborder est toujours éprouvant. Plus on monte, moins rude elle se révèle. Lorsque tu te sentiras confiant au point où la gravir te soit léger comme un bateau qui descend le courant, tu seras alors au bout du sentier» (Virgile)

Nous le savions : neige rare. Comme tout ce qui est rare, elle est chère, chère à notre cœur. Randonner par neige abondante, c'est donné à tout le monde. Virgile n'a jamais conseillé la facilité.
Nous voilà donc en partance, juste derrière l'Ubaye mais la route est longue, pour le Valle Maira où en certaines saisons on a la neige jusqu'au cou et en d'autres on prendrait presque les jambes à son cou.

J1 – Passo Croce Oriental ou le Désert des Tartares.D+850m

C'est quoi ces 3 sorcières des neiges qui hantent depuis 3 jours les mélézins ubayens sans protection et sans surveillance ? IN-AD-MI-SSI-BLE ! Mais voici la pleine lune de mars et le printemps de surcroît. Faisons les fofolles, admettons un homme dans nos farandoles. Ah, c'est Patrick ? Tout va bien alors.
Mais comment se peut-il qu'un seul renard dans un poulailler puisse semer une telle confusion ? Ne voilà-t-il pas que l'intersection vers le col d'Enchiausa, pourtant bien repérable par une croix mémorielle, est devenue invisible ce matin ! Et lorsqu'on se rend compte qu'on marche vers le S au lieu du NE, on a largement dépassé l'oratoire de Prato Ciorliero et admiré sa fresque naïve.
Du haut de la caserma Escalon, le fantôme de Giovanni Drogo qui, de son vivant, se plaignait de ne rien voir venir, a bien dû nous voir passer et rire sous cape.
Et c'est ainsi qu'on se trouve devant la face N de la Repiatetta peu engageante. Le Passo Croce Oriental est alors désigné d'office, et sans hésitations, comme plan B.
Vu de dessous, il semble débonnaire. Une fois qu'on est dedans, par moments, même les couteaux n'ont plus assez de mordant. Qu'importe ! Depuis le temps qu'on promène les crampons, il peut être bon de les aérer. Ah, ça va mieux !
Au débouché, la bise fait claquer des dents. Un petit coup d'oeil vers le Val Stura et on s'engage prudemment dans la descente qui – c'est à présent une habitude – n'offre que parcimonieusement les douceurs d'une neige de printemps.
Un dernier regard (songeur) vers la casemate, un autre (contemplatif) pour la Vierge à l'Enfant, un 3e (vexé) vers le vallon d'Enchiausa et un ultime (ravi) pour erba trinita (Anemona hepatica) dans les sous-bois. Pour demain, le chemin est balisé.

J2 : Auto Vallonasso Antécime E où l'on voit qu'on peut avoir besoin d'un plus petit que soi. D+ 1150m

Ce matin, une renarde cherche sa pitance au bord de la route. Nous, nous ne cherchons plus rien. Droit au but, c'est à dire au vallon d'Enchiausa.
Aux Granges Gorra, on entre dans le saint des saints et au replat 2150, on découvre cette vallée qui porte bien son nom « la haute vallée sauvage » (traduction Alessandro – merci!).
Une flèche, visage fermé sous le casque de guingois, nous double sans un coup d'oeil pour nous minables randonneurs lambda, mais sans un coup d'oeil non plus pour sa compagne qui met toute son énergie à ne pas le perdre de vue. Nous les voyons parcourir le long vallon et bientôt ils ne sont plus que des petits points courant vers leur destin de hâte, tandis que le nôtre de destin, eh bien – grâce à moi – traine un peu en longueur. Mais est-ce vraiment un souci quand on se promène au paradis ? On a le temps d'observer et de tout voir. Mais, justement, que ne voit-on pas depuis un moment ? Un point qui n'avance plus dans la partie supérieure du verrou. Mais qui n'avance vraiment plus du tout et, de plus près, on peut carrément distinguer que les skis de l'intéressée forment un V qui ne peut pas être celui de la victoire tandis que, planté au débouché du verrou, le compagnon La Flèche vocifère des recommandations (ou des insultes?) sans autre résultat que de laisser la malheureuse pétrifiée. La scène a sûrement duré une bonne demi-heure. Mais voici que Zorro (alias Patrick) vole au secours de la belle. Tétanisée sous son joli casque, les jambes toujours en V, elle doit être d'une beauté renversante puisqu'arrivé auprès d'elle, Patrick perd l'équilibre, glisse et arrive à se rétablir une dizaine de mètres plus bas, contre les rochers. Malgré ses éraflures, Zorro n'écoute que son courage qui lui dit parfois un peu n'importe quoi, et le revoilà à nouveau auprès de la désespérée, les jambes toujours en V, jambes que Patrick se permet de remettre dans une position à la fois plus confortable et plus décente. Grazie, grazie. La reconnaissance faite randonneuse. Et revoilà bientôt le couple à nouveau réuni pour le meilleur et pour le pire. Il y a des divorces qui se perdent !
Pour nous autres, pas question de rester une 1/2h à faire la croix de St André : on a sa dignité et ses rhumatismes ! C'est crampons obligatoires et ça monte tout facile.
Nous arrivons en vue du sommet, le couple commence à descendre. Grazie, grazie, susurre encore une jolie voix mélodieuse en passant. Mr La Flèche ne desserre pas les dents. La goujaterie est sans frontières.
Au sommet, le nez sur l'Oronaye et tant de splendeurs autour de nous, nous sommes seuls et heureux.
Hier, madame Météo avait oublié d'allumer le four, aujourd'hui elle a quand même pensé à le pré-chauffer. Le gâteau n'est pas uniformément cuit mais dans l'ensemble les bouchées s'avalent facilement et agréablement.

J3 : Colle Ciaslaras ou « Un autre vallon magique tu verras ». D+1020m

Dernière journée dans le Valle Maira. Il s'agit de la goûter pleinement.
La route qui serpente depuis Chiappera mériterait quelques réparations et le début du vallon de l'Infernetto quelques longueurs de névés de plus. Mais le ciel est radieux et les crocus locaux sourient de tous leurs pistils d'or. Et la neige est à 100m.
Ah quand même ! Aujourd'hui, le four fonctionne à merveille. On sent que le gâteau sera juste à point. Quelques randonneurs se dispersent dans le vaste vallon. On se dit que le Ciaslaras doit être une valeur sûre, Mais il y a de la place pour tout le monde et plusieurs options de montée. La beauté ici encore nous entoure de toutes parts. Gravir le col ne m'est pas encore « léger comme un bateau qui descend le courant » mais on n'en est plus très loin. Mais pour l'heure, la pente se redresse sérieux. Patrick et Denise gardent les skis aux pieds sans sourciller. Marie et moi étant femmes affairées, chaussons les crampons. Le col est atteint, pas le sommet en caillasses.
Quant à la descente : somptueuse, n'ayons pas peur des mots.

Maintenant la nuit est tombée sur Acceglio. Le rêve s'est évanoui, les souvenirs prennent forme.

PS : hébergement à l'Auberge "Le Marmotte" à Acceglio : établissement hautement recommandable à tous points de vue (accueil, conseil, confort, gastronomie +++)


Commentaires

» Par Michel Regairaz, le lundi 25 mars 2019 à 13:28

Bonjour Taramont. On y va de Jeudi à dimanche. Faut il beaucoup marcher au départ des courses? As tu un ou deux tuyaux? de toute façon les photos font envie. :D

» Par taramont, le lundi 25 mars 2019 à 13:47

Bonjour ! de jeudi à dimanche, vous devriez encore trouver de quoi faire p.ex ces 3 courses toutes belles à mon sens. Pour les 2 premières, on chausse à la voiture avec qq déchaussages ultérieurs mais jamais bien longtemps. Pour la 3e, on marche une 100aine de mètres de D+. Pour le moment, les pentes S et E sont plus agréables mais si ça se réchauffe encore, il faudra partir tôt. Je ne sais pas où vous êtes hébergés, nous étions à le Marmotte à Acceglio, et le patron lui-même randonneur est de très bon conseil. Je vous souhaite un excellent séjour tout en restant à votre disposition pour tout renseignement que vous pourriez encore souhaiter. :)

» Par jpc, le lundi 25 mars 2019 à 21:12

Toujours aussi belle cette zone frontalière où l'on ne voit pas de frontière !
NB : Curieux que Giovanni Drogo n'ait pas apprécié le désert des dare-dare que vous avez secourus ?

» Par Thierry38v, le lundi 25 mars 2019 à 22:51

Ha le ciel bleu d'Italie ! cette fois vous avez pu chanter Azzuro... :wink:

» Par Michel Regairaz, le mardi 26 mars 2019 à 05:17

Merci pour ta réponse. Ca rassure. On va dormir un soir Loganda di Chialvetta, un soir à Campo di base après Chiappera, puis on change de Vallée pour Refuge Meleze. On devait le faire à ski, on prendra peut-être la voiture. Bonne fin de saison. Michel

» Par gerard mitaut, le mercredi 27 mars 2019 à 09:06

Très d'accord sur l'auberge Le Marmotte, c'est de loin le meilleur endroit du secteur pour un séjour (à tous points de vue)....et du coup c'est hélas souvent complet :x
Jamais vu si peu de neige en Val Maira en Mars :ill:

» Par Olivier -R-, le dimanche 31 mars 2019 à 19:25

Magnifique! Un jour, j'irai là bas, la la la...!

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne