Accueil > Topo Guide > Sommets > Haut Giffre - Aiguilles Rouges > Aup de Véran > par le col de Monthieu > Sortie du 02 fevrier 2021
 Topo validé par la modération

2437 m Aup de Véran, par le col de Monthieu

Données techniques

Massif : Haut Giffre - Aiguilles Rouges
Secteur : Vallée de l'Arve
Orientation : N
Dénivelé : 860 m.

Difficulté de montée [?] : R
Difficulté ski [?] : 2.2 E1
Pente : 35° court

Nb de jours : ½
Type : Boucle

Cartes : 3530ET

Matériel

Pas de matériel particulier

Départ/Accès

Départ : Flaine (1577 m) - De Cluses prendre direction les Carroz, Flaine.
A Flaine, se garer au parking au front de neige près de l’UCPA.

Itinéraire

De Flaine monter jusqu’à la gare d’arrivée du télécabine de l’Aupe de véran. De là poursuivre en direction du Col de Monthieu, et un peu avant celui-ci, monter sur la droite par une pente raide mais courte qui donne sur un petit plateau. L’ascension se poursuit par un grand virage sur la gauche qui mène point 2411m, du quel on suit l’arête tranquille qui mène sommet.
Descente même itinéraire.

Photos

Aup de Véran
Aup de Véran [par Franck Chevallier]
Aup de Véran - Gd Grenier NW
Aup de Véran - Gd Grenier NW [par lulubo]
Paulo, la retraite en bas du couloir
Paulo, la retraite en bas du couloir [par lulubo]

Remarques/Variantes

Beau belvédère sur la vallée de l’Arve et les sommets avoisinants.

Variantes :

» Couloir à Paulo (D+ 860m ; Ski 3.3 ; Orientation NW)
Du sommet rejoindre le petit plateau, puis s’engager plein Nord pour rejoindre le couloir à Paulo, 40/45° sur 50m.

» Passage NE du Grand Grenier (D+ 860m ; Ski 3.3 ; Orientation N)
Du sommet descendre Nord, puis à l’origine de l’avancé du Grand Grenier tourner à droite pour plonger dans un entonnoir raide (passage à 40°), débouchant sur les Langards. (attantion ne pas tirer trop rive gauche de l'entonnoir, forte exposition sur la barre rocheuse)
Se passage nécessite un excellent enneigement pour que la barre rocheuse au fond de l’entonnoir soit bouché, sinon il est impraticable. Facilement repérable à la monté.

» Passage NW du Grand Grenier (D+ 860m ; Ski 4.1 ; Orientation NW)
Du sommet descendre Nord, puis avant l’avancée du Grand Grenier s'engager dans les pentes à gauche à l'aplomb du sommet - passer au mieux les trois ressauts rocheux, 40° sur 150 m (passages à 45, un peu expo selon l'enneigement) au pied des pentes tirer doucement à droite pour rejoindre le départ du téléski - à repérer à la montée pour voir si ça passe bien dans les barres !

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Sommet du TC de l'Aup de véran depuis Vernant [»] : Sortie du mardi 02 fevrier 2021 par Arno74

Participants : DDDmontagnes

Météo

Bien couvert, sommets au-dessus de 2300 dans le brouillard, du vent à partir de 2000, du grésil, limite pluie neige à 1700, puis 1800, puis 2000 vers 13h00... bref tout pour faire une belle journée!

Conditions d'accès

Etat de la route : Un peu de neige bien humide à partir des Molliets, sinon rincée

Altitude du parking : 1747m

Conditions de neige

Neige très lourde, collante jusqu'à 1800
Poudre humidifiée de 1800 à 2000
Poudre compactée par le vent au-dessus de 2000

Après 13h, humidification jusqu'à plus de 2000 avec les averses

Altitude de chaussage (montée) : 1747m
Altitude de déchaussage (descente) : 1747m

Activité avalancheuse observée : Rien observé, mais au-dessus de 1800, il y avait quand même un sacré mille-feuille, entre une couche de neige lourde, une couche de neige croûtée et une couche de neige bien travaillée par le vent

Skiabilité [?] : ●●○○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Parking de Vernant - Grands Vans - Flaine - TC Aup de Véran - Flaine - Grands Vans - Vernant - Dénivelé réel effectué : 1550m

On aura hésité jusqu’au bout à profiter de ce jour de congés, tant la météo n’était guère emballante (et encore c’était un euphémisme) ! Pourtant j’y ai cru à cette matinée sans précipitation… mon père beaucoup moins, et quand il m’annonce le lundi après-midi qu’il ne nous rejoindrait pas, je peux malgré tout difficilement lui donner tort.
Petit sondage du côté de Cyril… toujours chaud ! Au moins on prendra l’air, me dit-il. Et moi de lui répondre : Espérons qu’on ne prenne pas l’eau, en même temps !

Malgré une météo toujours pas engageante au réveil, c’est avec optimisme qu’on part de chez moi avec Cyril. Évidemment les premières gouttes qui s’abattent sur le pare-brise nous arrachent un petit rire jaune… mais c’est toujours avec optimisme, qu’on se dit qu’on pourra partir des Carroz, pour une bambée au milieu du Grand Massif.
5°C dans la vallée, 3°C aux Carroz… forcément, il pleut. Qu’à cela ne tienne, on partira des Molliets… 4°C aux Molliets, bien sûr il pleut toujours. Bon, on va voir à Flaine dans ce cas ! Et pourquoi ne pas s’arrêter à Vernant… c’est plus haut ! 1°C à Vernant, il neige… bonne nouvelle, au moins on ne se fera pas rincer dans les 10 premières minutes !
C’est donc avec un optimisme retrouvé qu’on commence la rando, suivant une trace finalement bienvenue dans une neige bien lourde. Pause au lac de Vernant pour retirer une couche, puis on prend le relai de la trace disparue, pour un traçage bien physique (avec des conversions) dans une neige humide jusqu’à 2000m, puis compactée par le vent jusqu’au sommet des Grands Vans ; le tout accompagné d’un petit grésil qui met la Gore-Tex à l’épreuve.

On dépeaute à l’abri – relatif – d’un cabanon, puis je vérifie la motivation de Cyril. Toujours au taquet… donc on valide la descente sur Flaine. On fait les premiers virages sans trop savoir où sont le haut, le bas, la droite et la gauche, puis les yeux accrochent une trace de montée. Ce regain de perception dans l’espace et de visibilité nous permettent d’enchainer quelques bons virages jusqu’à 1750m environ, en croisant au passage, quelques autres motivés en pleine montée vers les Grands Vans. Rien que pour ce passage, je me dis qu’on a bien fait de venir ! Si, Si ! Ensuite le fartage de Cyril fait la diff’… moi je suis scotché jusqu’en bas !

Comme les conditions sont exceptionnelles, nous n’allons pas laisser passer notre chance d’en profiter, d’autant plus que la pluie fine qui s’abat sur nous alors qu’on repeaute nous rebooste.
C’est donc en direction du sommet du TC de l’Aulp de Véran (à l’opposé du parking, pour bien situer les choses) qu’on repart suivant une bonne trace jusqu’au sommet, bien camouflé dans son brouillard. Dans la montée, on croise quelques autres passionnés voulant en découdre avec les éléments, d’autres voulant en découdre avec le chrono et la D+ et dont on soupçonne qu’ils sont à l’entrainement pour la Coupe de Monde de ski alpi de ce week-end, et même un bataillon de chasseurs alpins, testant leurs résistances et leur habileté à skis dans ces conditions proches de l’extrême.

Nous arrivons au sommet de la télécabine dans un blizzard vivifiant. Etant donné qu’on distingue à peine ce qu’il y a plus haut, on décide de ne pas y monter, et de profiter de l’abri de l’avancée de toit du poste de secours pour dépeauter.
A la faveur de ce qu’on pourrait appeler – pour simplifier – une éclaircie, on attaque la descente. La première partie est bonne, on se fait plaisir, puis comme tout à l’heure, on se retrouve dans la colle vers 1800… enfin surtout moi !
En bas, bis repetita, repeautage sous une ondée qui sera, contre toute attente, vu la couleur du ciel qui tire franchement sur le noir, seulement passagère. Et c’est dans le vent, et avec la satisfaction d’avoir pu faire toute la remontée aux Grands Vans au sec, qu’on arrive au sommet. Le soleil nous aura même fait un très timide coucou… mais tellement furtif que je n’ai pas eu le temps d’immortaliser l’instant !

On retrouve notre cabanon pour dépeauter, puis on évoque la possibilité de remonter à la Tête du Pré des Saix, en guise d’épilogue cette belle journée. Comme le ciel a l’air de voir les choses autrement, on se dit qu’on décidera en bas. Nouvelle portion de descente plus que correcte jusqu’en contrebas du pylône électrique. Ensuite, ça colle de nouveau, mais moins vu que Cyril m’a prêté un peu de correcteur de fart.
Au col, le plan de la remontée à la Tête du Pré des Saix se fait littéralement doucher – et nous, avec – par une averse qui réussit en 5 minutes ce que 3h30 de rando n’avait pas réussi auparavant, à savoir : nous tremper jusqu’aux os… la Gore Tex jette l’éponge (gorgée d’eau) sur le pantalon de rando qui n’en demandait pas tant.
S’en suit une belle mission en roue pas vraiment libre pour avaler la platitude de Vernant jusqu’au parking, aussi vite que possible, pour éviter de choper une simple crève qu’on aurait à justifier avec un test PCR.

On se retrouve finalement à la voiture avec des vêtements secs, la satisfaction d’une belle matinée de ski, le sentiment qu’on a bien fait de garder ce RTT mais que même Mike Horn n’aurait pas osé venir, dixit Cyril !


Commentaires

(pas de commentaires)» Seuls les membres peuvent poster des commentaires sur cette sortie

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne