Accueil > Topo Guide > Sommets > Alpes Grées S > Albaron > Par le glacier du Grand Fond > Sortie du 27 janvier 2008
 Topo validé par la modération

3637 m Albaron, Par le glacier du Grand Fond

Données techniques

Massif : Alpes Grées S
Secteur : Maurienne
Orientation : SW
Dénivelé : 1900 m.

Difficulté de montée [?] : F
Difficulté ski [?] : 3.1 E1
Pente : passages à 35/40°

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3633ET ASF13

Matériel

Matériel glaciaire

Départ/Accès

Départ : Bessans (La Bessanaise) (1737 m) - St-Jean de maurienne > Modane > Bonneval sur Arc > Bessans > La Bessanaise (limite du déneigement) > Route de vincendières

En fin de saison il est possible d'emprunter la route d'Avérole jusqu'aux Vincendières (courant avril) ou jusqu'à son terminus à 2100 m (1er mai au plus tard normalement)

info 2 juin 2006 : par arrêté municipale confirmé par téléphone à la mairie de Bessans, la route est interdite à tout véhicule non autorisé spécifiquement. Les véhicules doivent être laissés au parking avant le hameau d'Avérole.

Itinéraire

Au départ de la Bessanaise, suivre les pistes de ski de fond jusqu’à Pré Pautas. Rejoindre la piste en direction du petit béchet par des pentes soutenues. Remonter au mieux en coupant les lacets de la route qui remonte aux alpages de la Buffaz.
Remonter le ruisseau Folières en rive droite pour passer sous l’ouille Allegra en visant le dôme bien visible du grand fond.
Du pied du dôme du grand Fond, vers 3300m, prendre Est , le sommet de l’albaron n’est visible qu’en fin d’itinéraire. Remonter la large pente qui se redresse jusque sous le plateau sommital.
Déposer les skis et remonter la face rocheuse de 15m (crampons, piolets)
Descente par le même itinéraire.

Photos

Pente sommitale de l'Albaron, depuis le Col du Grand Fond
Pente sommitale de l'Albaron, depuis le Col du Grand Fond [par Pja]

Remarques/Variantes

- Grosse bavante avec pas mal de plats. Panorama exceptionnel !
- Les 20 derniers sont rarement skiables, petite goulotte mixte à remonter avec corde fixe + rappel.
- Si on s'arrête au pied de la "table" sommitale, la difficulté de montée est F. Pour atteindre le sommet c'est PD (alpinisme)

Variantes :

» par le lac du Grand Fond (D+ 1900m ; Ski 3.1)
- Variante de montée en cas de conditions douteuses dans les pentes inférieures : suivre la vallée d'Avérole jusqu'aux Vincendières (exposée aux avalanches). Remonter le long du ruisseau de la Cadettaz jusque vers 2500m (35/40° puis 25/30°). Tirer plein E et rejoindre vers 2650m un replat au dessus du ruisseau de l'Ouillarse, en contournant plusieurs petits ressauts rocheux (35/40°). Continuer NE en direction des Pointes de l'Ouillarse (30°). Vers 2900m, suivre NO en direction du lac du Grand Fond. Traversée descendante permettant de rejoindre le vallon principal menant au glacier du Gd Fond.



Refuge(s) associé(s) : Refuge d'Avérole

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Albaron, Par le glacier du Grand Fond [»] : Sortie du dimanche 27 janvier 2008 par marika

Participants : Amanda, AnneCe, Cécile Gondrand, dim, Jip, joebar, juju, Kler, leced, Maud, nanoulu, Pedro, Ricil, squal, Vinc, Yann, Amélie et son chéri Fran6cus de la plage, MC, Thomas, d'autres, encore plein d'autres
Membres associés : -marco-, yoyo

Météo

Voilé, fort vent de Nord à partir de 2000m, grosses Rafales vers 3000m

Conditions d'accès

Etat de la route :

Altitude du parking : 1737m, la Bessanaise

Conditions de neige

LieuAltitudeOrient.HeureMeuble/TotaleTypeCommentaire
Avérole --> Sous le plateau2000-3400SGeléeNeige gelée béton sur toute la montée
Glacier du Grand Fond3500-2500W20Poudre tasséePoudre tassée alternance soufflée
2500-1700WGeléeNeige béton non décaillée
Globalement les sommets sont très dégarnis et ravagés par le vent.
En versants froids, on trouve des neiges soufflées avec alternance de plaques dures en neige froide bonne accroche, et fonds de combes en poudre tassée bien skiante. Peu d'accumulations douteuses, tout ce qui était transportable s'est barré ou est devenu plaque dure.
Attention cependant dans certaines pentes froides et abritées, nous avons trouvé des couches fragiles (gobelets) sans cohésion au dessus de rochers/végétation.
Les pentes Sud et ensoleillées sont bien transformées, avec encore un peu de poudre en SW abrité.

Globalement des quantités de neige assez moyennes, la Haute Maurienne ne semble pas avoir reçu de chutes de neige faramineuses. Mais le vent a beaucoup décapé en altitude.

Glacier du Grand Fond apparemment totalement bouché (s'il reste des crevasses?).

De visu: le Charbonnel est tout en glace.

La skiabilité aurait été **** avec un peu de soleil pour décailler cette transfo bien béton.

Altitude de chaussage (montée) : 1737m
Altitude de déchaussage (descente) : 1737m

Activité avalancheuse observée : RAS, mis à part de grosses coulées de fontes au dessus des Vincendières

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Topo - Dénivelé réel effectué : 1500m

Récit d'un petit WE collective en masse pour s'entraîner au skitour game avant l'heure.
La loose Team étant dûment représentée, elle ne faillira pas à sa réputation et entraînera bien des malheureuses âmes dans son sillage médiocre et butogène.

Tout commence plutôt bien: imaginez un rencart sur le classique spot du Casino Of Crolles, à pas moins de 19 personnes, dont Dim et Cyril, et ce à 6h30 du mat'...sans un seul retardataire!!
Complètement incroyable, tout avait trop bien démarré.
Nous retrouvons même Thomas et Kler à Modane qui nous rejoignent dans un timming parfait. L'histoire ne dira pas si cela avait été prémédité ou non.
Au départ, il fait bien frisquet, et tout le monde s'observe: qui dégaine ses nouveaux ski, qui ses nouveaux bâtons qui sont les mêmes Trab bizarrement gondolés que tout le monde a déja, qui son nouveau sac à dos, qui son nouveau casque, sa nouvelle SoftShell achetée à Prisu (ah non, chez U avec la carte fidélité!!). Vous l'aurez compris, une bande de djeun's surconsommateurs de la montagne, partant faire de la rando comme on en voit trop de nos jours aux alentours de Grenoble.

La formation escadrille ski de fond allait s'élancer lorsque l'arrière ligne hurle: "qui a laissé son arva sur le parking???". Et zut, raté, pas d'excuse pour le débinage demain.
Et là, vous pouvez imaginer 19 jeunes randonneurs chargés comme des mules (les Diots, ça pèse, ouille!!) se coursant gracieusement en poussant sur les batons pendant 2 bonnes heures avant d'enfin apercevoir le refuge.
Notre objectif du jour étant de se retrouver seuls le samedi soir à Avérole afin de festoyer en paix, nous nous concentrâmes sur l'unique question de savoir si les traces de raquettes étaient fraiches du matin ou déja trop tassées de la veille.
Erreur grossière, la réalité nous remit à l'heure bien vite: le refuge était vide.
Vide oui, mais vide surtout de bois pour se chauffer au poële, et semi-vide de matelas: le quota d'invités de 23 personnes ayant été longuement pesé afin de remplir au mieux les 23 places attendues du refuge, nous fûmes un peu déconfits de n'en découvrir que 11, avec 2 maigres couvertures par couchage.
Et qu'on ne revienne pas m'accuser d'avoir voulu favoriser la chaleur humaine (ce qui a plutôt bien fonctionné somme toutes).

Je passe sur les débinages massifs de l'après-midi, encore un mini Hiroshima qui a décimé toute une génération de jeunes et autrefois vigoureux randonneurs qui ne sont plus que l'ombre d'eux même, incapables de se trainer jusqu'au moindre sommet, alors qu'avant ils furent parmis les espoirs de skitour. Il faut savoir se retirer dignement.
Heureusement, la nouvelle vague ne se laisse pas impressionner par les croulants grabataires, et sort les sommets comme à la grande époque!
La soirée, arrosée par un apéro précoce en attendant le reste de la troupe qui avait pris le wagon du soir, fut fort sympathique. Diots/crozets, pour le refuge, un choix judicieux!!
Une fois tout le monde bien réchauffé par l'ambiance (et le muscat), il n'y avait plus qu'à s'emboiter, euh s'empiler enfin comme vous voulez dans le semi-dortoir: finalement, personne ne s'est plaint du froid!

Dimanche matin, c'est un décollage record qui restera dans les annales des collectives en refuge: seulement 1h30 du désemboitage jusqu'au chaussage, à 19 personnes, du quasi miraculeux!!

Un petit groupe de dissidents s'en est d'abord allé gambader du coté du Colerin pour voir si ça passait dans les rafales à 50km/h de vent, pour finalement venir rejoindre notre troupeau, emmené par mister Softshell prisu (ah non, U, on avait dit U!!!) qui s'en allait vers le sommet par la voie normale.
Les rafales de vent, qui ont rapidement refroidi l'ambiance, nous ont laissé un petit répit salvateur avant l'arrivée au collu sommital donnant accès au plateau, décourageant les premières vélléités de débinage.

Je passerai sur la confusion qui suivit l'arrivée sous le col en plein vent. Le massif troupeau perdit son âme grégaire, et la dissolution fut prononcée sans vote majoritaire, en vertu des pouvoirs conférés au blizzard décoiffant.
Les plus aguerris (ou les plus congelés qui ne pouvaient plus attendre sans risquer de perdre une phalange ou deux) se lancèrent à l'assaut du col dans les rafales. Thomas, suivi de ses 3 groupies, lança le 1er assaut, qui fût finalement fructueux même si on en douta un instant le voyant immobilisé un petit moment avant le rétablissement.

En bonne looseuse débineuse, je choisis ma cible du jour pour mon débinage sommet: ce serait Cécile. Alors qu'on était à une dizaine de mètres du sommet et que mes skis, entrainés dans les rafales, menaçaient sérieusement de me faire voir la pente sous un autre angle, je décide que j'ai peur et que je veux redescendre. Cécile fût facile à convaincre, un peu trop peut-être. Le débinage en perdit presque un peu de sa saveur (;-)
Une fois la pente consciencieusement redescendue comme on l'avait montée, en crampons, les victorieux acsensionistes avaient enfin basculé coté plateau sommital, et...
...Jip qui avait terminé son échappée en tête vers le sommet pour secourir entre temps les premiers ascensionnistes (oui, je sais, c'est confu, mais faites un effort pour suivre!!!!) arrive du col, nonchalant, la corde à l'épaule, le piolet alu à la main, tel le guide plein d'assurance allant rassurer et sauver ses clientes effrayées (j'en rajoute un peu pour l'ambiance, mais dans l'idée, c'était ça!). Evidemment, il en fallait plus pour nous convaincre de remonter. Il lui fallu donc prendre mon sac équipé de mes skis, et les skis de cécile. Nous daignâmes le suivre, nous faisant tarter la tronche par les violentes rafales pour la 2e fois. Arrivée sur le plateau, j'étais quasi aveugle, dans une ambiance d'apocalypse, et je filais droit (enfin autant que filer droit reste possible avec mon crampon gauche planté dans la membrane supérieure de la jambe droite de mon pantalon), pour voir si par hasard nos valeureux vainqueurs avaient survécu sous forme de batonnets congelés en nous attendant.
Hé bien oui!! Maud, en bonne reporter Paris-Match, prenait même les photos des arrivants pour les revendre au plus offrant en cas de tragique dénouement. En montagne, il faut toujours anticiper.

Les 3 derniers poursuivants ayant à leur tour vaincu cet enfer, nous pûmes alors envisager de survivre à ces conditions dantesques et de descendre dans la (presque) peuf sur le glacier.

Voilà comment se finit une journée banale, d'un WE banal, avec une équipe non moins banale.
Le restant de la troupe a certes échappé à la tempête, mais a subi une descente non moins mouvementée sur neige béton regelée avant d'enchainer sur la session ski de fond du soir.

Non non, ne nous remerciez pas pour la bonne idée, c'est déja fait! ;-)

PS Pedro, message de la gendarmerie nationale: les motards sont en bas, je répète les motards sont en bas, et ils ne feront pas de cadeaux, même si vous revenez du ski!!


Commentaires

» Par olivier viret, le lundi 28 janvier 2008 à 23:49

Marika, j'ADOOOOOOOOOOOOOOORE ton récit !!! :lol: :lol:

» Par yoyo, le mardi 29 janvier 2008 à 07:21

Marika, la reine du récit :lol:
Bon, c'est pas tout ça mais je me suis associée, pour mes stats :P

» Par friz, le mardi 29 janvier 2008 à 07:52

En tout cas le sommet de La LOOSE est atteint, bravo!!! :lol:

» Par Amanda, le mardi 29 janvier 2008 à 09:16

Ah non mais non, ça va pas! ça fait pas sérieux le fou rire au boulot à 9h le matin! :x :lol:
Bravo Marika, beau récit! Tu participes au concours de la plus belle plume?
T'as raison, si on avait eu 23 matelas, du bois pour se chauffer, et du soleil sans vent au col, ça n'aurait vraiment pas été un contexte propice à un we d'anthologie comme celui-ci. :D
On n'a pas fini d'en parler! :cool:

» Par seb, le mardi 29 janvier 2008 à 09:19

:lol: :lol: :lol:
et wala un bon exemple de 3* qui en valent 1 (ou 0?) :lol:

» Par cec, le mardi 29 janvier 2008 à 09:26

ca c'est sur que t'avais choisi la bonne cible pour le débinage :wink: heureusement que wonder-jip était la, sans quoi on aurait raté la séance fraicheur au col!
en tous cas, joli récit Marika :D

» Par Mick, le mardi 29 janvier 2008 à 10:09

Excellents tes récits Marika ! :lol:

» Par Laurène, le mardi 29 janvier 2008 à 11:25

Marika, ton récit est énoooorme :lol: :lol:

» Par juju, le mardi 29 janvier 2008 à 12:36

:lol: Enorme! Merci on revit le week end! :D

J'aime beaucoup le "Bon maintenant je decide que j'ai peur" :P :lol: :wink:

» Par leced, le mardi 29 janvier 2008 à 12:59

ah,ouais,tout ça.....Bah ouais mais c'etait quand même achement bien! :cool:

» Par Lucio, le mardi 29 janvier 2008 à 14:52

C'est ça les manifs : 23 skieurs selon les organisateurs et 11 selon la police. Bon, là, je crois que vous avez touché le fond :lol:.
PS : mais comment peut-on encore filer droit après de tels "alibis" ? :D

» Par Ricil, le mardi 29 janvier 2008 à 15:05

Trop bon mawika !!!!
C'est le patron qui finance le récit ? :roll: :wink:

» Par Jeroen, le mardi 29 janvier 2008 à 15:50

La montagne c'est sérieux, quel exemple :evil:

Enorme :D

» Par jean, le mardi 29 janvier 2008 à 17:43

EnÔrme le récit :D :D :D Je vote pour toi (ah non, pas pour les modos :evil: )
Et pendant ce temps là, je cuvais du côté de l'Orgère :roll:

» Par Mic'hel, le mardi 29 janvier 2008 à 17:56

c'est qui le (la) naze qui a laissé trainer don ombre sur la photo n°1?!?! Tssss, tsssss..... :evil: :D

» Par Ricil, le mardi 29 janvier 2008 à 18:09

Indice : c'est un grand naze !!! :lol: :lol:

» Par leced, le mardi 29 janvier 2008 à 18:41

Il est courbé le grand naze! 8O :happy:

» Par squal, le mardi 29 janvier 2008 à 18:55

Eh oh un peu de respect pour un gars qui est à la limite de la crucifixion :roll:
Puis moi aussi je voulais être sur la photo !!! Et avec le retardateur c'était un truc à finir à plat ventre les skis en croix (tiens encore un signe :P)

» Par fontra, le mardi 29 janvier 2008 à 20:53

Excellent ton récit Marika :cool: et encore bon anniversaire (ça vaut aussi pour le photographe de la photo n°1 :wink: )

» Par moms, le mardi 29 janvier 2008 à 20:53

Trop bon ce récit Marika :lol: :lol: :lol:

» Par squal, le mardi 29 janvier 2008 à 21:18

Marika a dit :Amélie, MC, Thomas, d'autres, encore plein d'autres...
Euh... en fait il manque que Franciscus ! Mais clair qu'il compte pour plusieurs :lol:

» Par Fran6cus De La Playa, le mercredi 30 janvier 2008 à 13:25

marrrrikarolyne!!!
comment t'as pu m'oublier!
j'te le pardoneais jamais!
jamaaaaiiiissss!
en meme temps j'suis pas monté à l'albaron!
j'ai préféré travailler le style libre avec marco..

» Par Ricil, le mercredi 30 janvier 2008 à 14:56

De quoi tu parles, Francis ??? :~

:P

» Par henyan, le mercredi 30 janvier 2008 à 22:07

il y avait autant de participants que de bougies sur le gâteau :wink:

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne