Accueil > Topo Guide > Sommets > Mont Blanc > Aiguille du Goûter > Grand Couloir Ouest > Sortie du 22 mai 2020
 Topo validé par la modération

3863 m Aiguille du Goûter, Grand Couloir Ouest

Il s'agit du grand couloir évident à droite de celui qu'on traverse dans la voie estivale, pile à l'aplomb du nouveau refuge du Goûter.
Attention ça peut parpiner, format allant de la boule de pétanque au frigo américain!
Les plus fringants peuvent sortir au sommet du Mont-Blanc

Données techniques

Massif : Mont Blanc
Secteur : Vallée de l'Arve
Orientation : W
Dénivelé : 1500 m.

Difficulté de montée [?] : AD-
Difficulté ski [?] : 5.2 E3
Pente : 40-45° / 700m, sortie + raide

Nb de jours : 1
Type : Aller/Retour

Cartes : 3531ET ASF16 ESC01

Matériel

Casque! crampons, piolet

Départ/Accès

Départ : Nid-D'Aigle (2370 m) - Tramway du Mont-Blanc : départ du Fayet ou de Saint Gervais

Itinéraire

Depuis le Nid d'aigle: soit rejoindre le refuge de Tête Rousse et descendre/traverser au pied du couloir, soit traverser pour rejoindre la rive droite du glacier de Bionnassay que l'on remonte pour atteindre le pied du couloir. Le remonter, dans les 200 derniers mètres soit traverser un peu à gauche pour se retrouver pile à l'aplomb du nouveau refuge et sortir tout droit; soit prendre un couloir S-SW à droite qui sort sur l'arête.

Photos

Le couloir
Le couloir [par Manu Abelé]

Remarques/Variantes

- Départ possible depuis les remontées mécaniques des Houches.
- On peut dormir à Tête Rousse pour couper le dénivelée, voire pour partir tôt et sortir au Mont-Blanc, plus classe!

Variantes :

» Grand Couloir Ouest depuis Bionnassay (D+ 2400m ; Ski 5.2 ; Orientation W ; Départ Bionnassay)
Voir le topo de montée à Tête Rousse pour l'approche du couloir.



Refuge(s) associé(s) : Refuge Tete Rousse

Conditions récentes

» Pas de sortie les 15 derniers jours
» Afficher toutes les sorties liées
» Voir les conditions d'enneigement du massif

Mont Blanc par le Gd couloir O du Goûter en vélo-ski [»] : Sortie du vendredi 22 mai 2020 par JB de Miscault

Participants : Lesvieuxgarcons

Météo

Belle nuit étoilée et douce. Quelques voiles nuageux sans conséquences. Léger vent d'ouest au sommet

Conditions d'accès

Etat de la route : très raide.

Altitude du parking : 1400

Conditions de neige

On chausse au nid d'Aigle sur de la neige de névé qui sent la moule, rougie par les algues. Très bon regel.
Le chemin d'été est partiellement enneigé sous tête Rousse, rendant l'accès bien exposé, on aurait mieux fait de monter par le couloir. A partir de 2900m, bonne neige transfo bien lisse. Le Gd couloir O du Goûter était parfait à 14h. Rappel de 15m depuis la terrasse du refuge pour y accéder sereinement, deux passages un peu étroit dans le haut, ensuite ça déroule jusqu'à la rimaye bien bouchée.
Dôme du Goûter en neige froide durcie par le vent, pas désagréable à skier.
Pente d'accès à Vallot majoritairement en glace sauf un passage de 5m de large en rive droite.
Arête des bosses avec quelques passages glacés, sinon neige froide.
Haut de la face N du Mt Blanc en neige froide dense très bon à skier

Altitude de chaussage (montée) : 2350
Altitude de déchaussage (descente) : 2350

Activité avalancheuse observée :

Skiabilité [?] : ●●●○○


Récit de la sortie/Remarques diverses

Itinéraire suivi : Thônes - col des Aravis - le Crozat - Goûter par la voie d'été - Mt Blanc - haut de la face N - Goûter gd couloir O - Crozat - col des Aravis - Thônes (Vélo aller 59km et 1700d+, retour 59km et 1000d+) - Dénivelé réel effectué : 3550m

Il est des rêves qu'on croit irréalisables, celui-ci en faisait parti. Un truc que j'avais envisagé à la suite de la traversée des Aravis l'année dernière, mais qui devait à coup sûr se solder par un but. J'avais testé une fois le vélo-ski à la Gde Balmaz et finalement validé l'idée, mais le couloir O du Goûter était resté bien trop sec à mon goût. Pour tenter de me convaincre que c'était faisable, j'ai emprunter le même trajet en juillet dernier en mode vélo-alpi. Je suis rentré lessivé, et à moitié rassuré en me disant qu'avec le matériel de ski en plus sur le vélo ça ne rendrait pas les choses plus faciles.
Depuis début mars je commençais à guetter les conditions en espérant un créneau pour tenter le coup. Le confinement aura eu le mérite d'aiguiser ma motivation, mes jambes sur le home-trainer et de me permettre d'avoir du temps pour observer les webcam.
Le problème avec ces projets un peu débiles, c'est que les potes ne se bousculent pas pour venir. Et puis il y a une semaine, je propose à Arnaud qui se montre immédiatement super enthousiaste. Ca me soulage d'un poids de ne pas partir tout seul, et autant dire que Pauline aussi. Suite à mon passage à la Verte du WE dernier, DZ un ancien sportif grenoblois sur le déclin (l'âge n'aidant pas) me contacte et je lui propose l'idée. Hyper motivé lui aussi, je me dis qu'à trois on a encore plus de chance de réussir. Finalement, prétextant d'obscures raisons familiales il se dégonfle.
Ce qui est bien avec ce genre de projet c'est que la logistique et la préparation prennent presque autant de temps que la réalisation. Penser à la quantité de nourriture, d'eau (un immense merci à Toto pour les bouteilles déposées à St Gervais!!), préparer le matos et harnacher la monture. Mais comment font ceux qui vélo-skient régulièrement? Inquiet devant le poids et la quantité de matériel à emporter j'ai poussé le vice jusqu'à peser les chaussette ou les mousquetons...
Jeudi à 21h, Arnaud débarque à la maison. On finit de charger les vélos et 20 minutes plus tard on décolle, lourdement pour ma part avec une monture très instable. Le rythme est dès le début tranquille, inutile de se cramer au départ, ça va être long, et puis j'ai l'impression d'avoir des jambes en carton aujourd'hui. Il n'y a pas trop de voitures sur la route, et on papote tranquillement dans la montée au col des Aravis pendant que la nuit tombe. On bascule de nuit versant Giettaz, dans une descente prudente mais frigorifiante. La traversée de Megève est incroyablement déserte, mais on a tout de même le droit à une "visite" des gendarmes étonnés qui demandent à Arnaud où on va...
Arrivés à Bionnay, la première côte vers le Crozat met immédiatement dans le bain, on arrête de rigoler, on serre les dents "et le reste aussi". Déjà en temps normal c'est raide, mais avec les vélos bien chargés sur l'arrière, ça vire à la séance endurance de force, obligé de zigzaguer pour monter. Sur la fin, les roues avant se soulèvent et un bang bien sonore signale une bonne chute pour Arnaud, sans trop de bobo heureusement. On finit donc les quelques mètres qui nous restent à pied, ce qui n'enlève toujours rien à la bonne humeur d'Arnaud.
Une fois garés au Crozat, on prend le temps de se changer pour passer en mode trail et de refaire les sacs du mieux possible. Bien chargés, on repart un peu après 1h30 direction la voie de Tramaway du Mt Blanc, certes pas le chemin le plus bucolique mais qui s'avère être très efficace. Arrivés au Nid d'Aigle on peut enfin chausser les skis dans une neige de névé bien regelée qui sent la marée. Je pensais observer les conditions du Gd Couloir O pour décider de la voie de montée mais il fait encore noir, on s'oriente donc vers la voie d'été, au moins on est à peu prêt sûrs de sortir en haut sans encombre. C'était sans compter sur des passages bien exposés sous Tête Rousse et un crampon capricieux pour Arnaud qui nous aura valu un peu de stress. On a droit malgré tout à un somptueux lever de soleil, puis à une montée du Goûter bien plus agréable que l'été.
Une fois passé le refuge, le rythme ralenti très nettement, on cherche notre souffle mais paradoxalement, c'est à ce moment là que je commence à enfin avoir des jambes. La montée au Dôme est malgré tout interminable, et on est bien content de rejoindre Vallot. Un passage en glace vaut à Arnaud un nouveau problème de crampons, qui la mort dans l'âme mais très prudemment décide de ne pas aller au sommet. Je mets donc les gaz avec ce qu'il me reste de jus pour aller au sommet. Le cheminement sur l'arête est plutôt agréable, et me permet de repérer sereinement la descente. Grosse émotion au sommet, je suis tout seul, personne ne monte aujourd'hui. J'essaye de ne pas me laisser aller et de ne pas traîner, la journée n'est pas finie.
J'attaque la descente par le haut de la face nord, en bonne neige froide dense, avant de traversée vers l'arête pour retrouver Vallot et Arnaud toujours souriant, malgré le fait que je l'ai un peu abandonné...
Comme d'habitude la remontée au Dôme passe bien, et on profite de la vue incroyable dans la descente vers le refuge du Goûter. Un rapide coup d'oeil depuis la terrasse permet de confirmer que le grand couloir Ouest semble bien rempli. On prend le temps de souffler, et d'installer la corde sur la balustrade, le soleil n'est pas encore dans l'axe. Un rappel de 15m permet à Arnaud de confirmer que les conditions semblent bonnes. Le temps que je m'équipe et que je range le rappel et tout le barda, Arnaud est déjà bien bas. S'il m'avait vu en montagne, pas sûr que Gaston aurait confirmé sa Maxime à propos de la Verte!
Le couloir est en transfo parfaite, et de vaguement étroit dans le haut, il devient très large sur le bas, mais toujours aussi lisse. Seules quelques coulées au dessus de la rimaye ralentissent un peu le rythme. On se laisse glisser tranquillement en rive droite du glacier, dans une neige de plus en plus rouge et collante. On déchausse vers 2300m juste au dessus du sentier du Nid d'Aigle et on en profite pour repasser en mode trail, enfin en calbute pour moi, le verdict du poids l'ayant emporté sur celui du style. Nul doute que les quelques personnes croisées auront apprécié le spectacle. La descente sur le Crozat contrairement à l'été dernier est hyper agréable, on a le temps de papoter encore et de profiter de la vue toujours aussi dingue. Arrivés au parking, je retrouve ma monture, et Arnaud sa douce venue à notre rencontre.
Nouveau changement de tenue, en mode cycliste sans maillot, décidément ce n'est pas la journée du style! Je prends le temps de bien manger et boire, j'ai souvenir que le retour de cet été avait été bien bien long.
Début de descente hyper prudent dans les raides pentes du Crozat gravillonnées, d'autant plus avec mon vélo chargé à l'arrache. Ca file ensuite beaucoup plus vers St Gervais, où je croise pas mal de promeneurs et de cyclistes interloqués. Les pentes jusqu'à Flumet sont douces et il y a peu de circulation sur la route, j'en siffloterais de plaisir si je pouvais. Faute de pouvoir siffloter je mets une compile "motivation pour le sport" à fond sur mon téléphone et passe en mode combat dans les premières rampes du col des Aravis. Je m'étais préparé mentalement à un calvaire pour ce dernier obstacle, et finalement je me retrouve dans le dernier kilomètre d'ascension à savourer cet ultime effort. J'arrive au col des Aravis la bouche sèche et l'oeil bien humide, il ne me reste qu'à me laisser rouler sans effort jusqu'à Thônes pour retrouver la p'tite famille. 19h20, retour à la maison, la douche à un goût de paradis, la pizza encore plus, mais la bière "m'a tuer".

PS :
- Désolé pour ceux qui n'aiment pas le côté "je raconte ma life" de skitour, ils sont servis
- Un immense merci à Pauline de supporter mes bêtises
- Bravo et merci Arnaud d'avoir accepté de m'accompagner dans ce projet. Il compile en ce moment une belle vidéo

Afficher/Masquer la vidéo ou Lien direct (Youtube)


Commentaires

» Par p1p1, le samedi 23 mai 2020 à 16:32

Pfiouuuu bravo pour la motivation et la réalisation (ça vaut aussi pour Arnaud!)

» Par alainlo, le samedi 23 mai 2020 à 16:33

Bravo pour le projet, l'idée, la réalisation... et merci pour le récit.

» Par Vince88, le samedi 23 mai 2020 à 16:43

Rien que ça ! Bravo pour l'effort et la motivation !

» Par Bart-S, le samedi 23 mai 2020 à 16:46

Mouais, pas de photo du sommet. Les mecs se sont arrêtés au Goûter ^^

Vous êtes des grands malades et des maxi machines.

Bravo de croire en tes rêves JB, et chapeau bas de les réaliser ;)

» Par Bernard de Miscault, le samedi 23 mai 2020 à 16:53

:cool: :cool: :cool:
Bravo et merci à Arnaud pour l'avoir accompagné; être deux pour ce challenge ça rassure les anciens ! A la Pentecôte amène tes skis JB ... nous irons tranquillement sur un sommet débonnaire du 05 peut être en compagnie de Pauline :wink:

» Par raphio, le samedi 23 mai 2020 à 16:54

Bravo !!!

» Par Benjamin Védrines, le samedi 23 mai 2020 à 17:01

Excellent ! Belle motiv, vite fait bien fait ;)

» Par Vincent, le samedi 23 mai 2020 à 17:20

Quelle aventure! Ça fait rêver et ça donne envie d'essayer!
Chapeau!

» Par Barnab, le samedi 23 mai 2020 à 17:21

Etat de la route :lol:
Bravo pour la motiv et merci pour le récit !! :roll:

» Par Navier, le samedi 23 mai 2020 à 17:28

Superbe, j'y pense (déjà fait en veloalpi depuis Faverges) mais pas assez de marge pour sortir le 5.2 E3 après une telle bambée... :oops:
Bravo les gars ! :roll:

» Par fredo73, le samedi 23 mai 2020 à 17:44

Beau récit et belle aventure qui fait réver !
Chapeau à vous deux :wink:

» Par Floch, le samedi 23 mai 2020 à 17:47

Wow les machines ! Grosse motivation et très grosse caisse les gars, bravo !

» Par Seb, le samedi 23 mai 2020 à 18:29

Ben, ça doit faire + en dénivellé total ! Déjà de Chamonix au Mont-Blanc ça fait 3800m de déniv + le vélo en aller et retour de Thônes ..
Chapeau en tout cas, quelle belle course réalisée avec brio !

» Par Jesusquitana, le samedi 23 mai 2020 à 18:37

J'en reste baba... ! bravo
et en Km ça fait combien?

» Par chapp, le samedi 23 mai 2020 à 18:57

Bravo. Comment pourra-t-on voir votre video ??

» Par Marco, le samedi 23 mai 2020 à 19:11

"La sagesse c’est d’avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit".
Oscar Wilde
Bravo ! :cool:

» Par moms, le samedi 23 mai 2020 à 19:35

Chapeau bas, un grand bravo, sacrée bambee !

» Par surftof, le samedi 23 mai 2020 à 20:10

Bravo. Ça fait rêver en effet ! T’aurais pu faire une petite boucle en plus par le col de la Colombiere (je dis ça car tu sembles regretter le dernier kilomètre ;). Petite idée pour la prochaine bavante!

» Par DZ, le samedi 23 mai 2020 à 20:24

Petit salopard,
Mais bravo et respect ! Superbe ! :oops:

» Par Ludwig, le samedi 23 mai 2020 à 20:38

Surtout, ne t'excuse pas de "raconter ta life". J'ai pris plaisir à lire le CR. Elle me fait rêver ta life, moi que l'âge (le 3ème) a définitivement éloigné de la montagne (mon matériel de rando est au grenier sous une épaisse couche de poussière).
Bonne continuation+++

» Par kea, le samedi 23 mai 2020 à 21:34

Waaaa :) :) :)

» Par Lesvieuxgarcons, le samedi 23 mai 2020 à 21:35

Le rêve maintenant souvenir en images : https://www.youtube.com/watch?v=uraIzNwE45g&gl=hd1440
Encore merci à JB pour l’invitation et à tous pour vos messages.

» Par gregeusz, le samedi 23 mai 2020 à 21:46

waou! très joli! quelle caisse!!

» Par neigerome, le samedi 23 mai 2020 à 21:57

excellent !
toujours faire confiance en ses rêves intuitions, tenter de les réaliser.
au pire, ce sera un échec.
au mieux, un souvenir et des sourires

» Par Piochon73, le dimanche 24 mai 2020 à 00:34

3 poumons en V

» Par marcskie, le dimanche 24 mai 2020 à 07:49

Chapeau !

Superbe motivation, et une très belle manière de faire le Mont Blanc...depuis sa maison et par ses propres moyens.

Et réaliser ses rêves ça n'a pas de prix.

Excellent récit assorti de photos.

A chacun ses goûts, mais moi j'adore ce genre de récit et aussi quand il y a des photos.

» Par BARNIS, le dimanche 24 mai 2020 à 08:38

bravo pour la motiv.....
cr tres interressant
merci

» Par steph-de-mau-73, le dimanche 24 mai 2020 à 09:53

Respect! :roll:
Vous avez des cuissots bioniques? :P

» Par lehohneck, le dimanche 24 mai 2020 à 13:59

Bonjour à tous,
Si je calcule bien 1700+1000+3550m soit 6250m de dénivelé au total en 22h00 c'est énorme sur une journée!
Ce n'est pas à la portée de la plupart des grands sportifs!
Il me faudrait 5 jours pour faire celà et encore je n'ai pas un niveau en ski pour faire un 5.2 E3! Plutôt en alpi par la voie normale.
Chapeau et surtout sans emission de C02! :wink:

» Par Thomas69, le dimanche 24 mai 2020 à 16:58

Wowowooooow ! Ce truc de malade que vous avez fait ! Impossible pour moi, ou alors dans une autre vie, quand je serai transformé en Alien !!!!

» Par Jean-Pierre Dametto, le dimanche 24 mai 2020 à 17:10

C'est quand beaucoup mieux que de monter un rameur !!!!!

» Par Jeroen, le dimanche 24 mai 2020 à 18:54

:OO: Quelle classe les gars

» Par stuglu, le dimanche 24 mai 2020 à 19:00

Tout simplement bravo
De toutes les dernières sorties que j'ai vues c'est certainement la plus belle

» Par jeanluc, le dimanche 24 mai 2020 à 23:26

Sacré exploit, bravo !! :cool:

» Par Raphael Gallwey, le lundi 25 mai 2020 à 09:47

Respect !

» Par SebL, le lundi 25 mai 2020 à 13:21

Une superbe sortie d'Extraterrestres.
Ça me fait penser à une sortie d'un collègue qui, selon la "légende" partait le soir après le boulot de Grenoble, pour revenir le lendemain matin juste un peu en retard au boulot après avoir gravi... le Mont-Blanc :ill: . Bon, il était accompagné de P. Béghin... Une autre époque, un autre Extraterrestre.
Pour nous pauvres Terriens, il nous reste la possibilité de tenter des objectifs qui s'en rapprochent, en incluant des bivouacs intermédiaires :cool: ... et c'est chouette aussi même si cela nécessite d'être un peu plus lourd.
A chacun son Everest... enfin, désormais, "à chacun son Mont-Blanc en vélo-ski" :D

» Par olhours, le dimanche 14 juin 2020 à 19:08

Si cela descend par le glacier de Bionnassay jusque 2300, est ce que ca passe bien dans le sens montee? Cela doit permettre d'aller a ski jusqu'au pied du couloir?

» Les commentaires sur cette sortie sont verrouillés

La montagne présente des dangers et doit être pratiquée de façon responsable. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif et devraient uniquement être prises comme telles. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Vous évoluez dans un milieu naturel fragile, merci de le préserver.

VTT de montagne