Skitour > Blogs > Le blog de Squal > Escapades > Allo(s) - Guillestre !


J-1 : Allez c'est parti pour la journée transport

Après le train, le bus

Puis l'attente

Pour enfin arriver dans une belle chambre type 60's

J1 : Bref passons aux choses sérieuses.

D'entrée c'est parti pour le psychotage. Alors je sors les outils !

Puis c'est le coup de barre. Mais avec vue imprenable

Première descente, la Miss se pose pas trop de questions

Session poudre dès la première vraie descente !

Remontée à la Cayolle sur la route. Si si c'est bien la route, on voit la rambarde de sécurité à gauche.

Refuge de la Cantonnière, une nuit d'arrêt !

J2 : montée au col de la Sanguinière

Puis traversée vers le col de la Braissa

Arrivée au col de Colombart

Tiens le seul panneau qui n'est pas caché sous 1m50 de neige

Descente grand large sur Bousiéyas

Bousiéyas City

Allez Jacky ! Remets-y donc une tournée de Villageoise

J3 : P'tain y sont encore en grève les transports en commun !

Le paysage et le temps sont en accord...

La journée vue par Zigual ;-))

Sortie du Pas de la Cavale. Non ! C'est vraiment raide, je ne suis pas Ă  plat ventre par terre.

Allez on se fini en ski de fond

Pour enfin arriver Ă  la plage !!!

Cool, Chapi et Chapo sont venus nous faire un coucou

J4 : DĂ©part de Larche sur les bandes de neige restantes

Nos amis toulousains

Adieu Mercantour, bonjour l'Ubaye

Le vallon menant au col de la Portiolette

Le col de la Portiolette et le pilier qui le garde

Le Brec de Chambeyron

Le sommet est bien nommé pour une fois. Non pas celui qu'on a fait (le Replat des Génisses) mais celui du fond, Les Rochers de St Ours

Arrivée direct dans le village... Bon OK pour le style on dira rien ;-)

Accueil 5*

J5 : Tiens ça a déjà été fait ça ou c'est une ouverture ?

La seule montée à pieds

Vallon de Serenne direction le dernier col

Tiens celle-là on l'a déjà vue en une autre saison

Au fait je vous ai pas parlé de mes peaux pourries qui restent à moitié collées sur mes skis à chaque dépeautage !

Dernière descente...

Retour en douceur Ă  la civilisation

Et voilĂ  c'est bientĂ´t fini... Ou pas !

Allo(s) - Guillestre !

Par squal, le samedi 28 Mars 2009 Ă  17:36 :: Escapades :: rss

Allez un petit billet pour raconter ce raid. Enfin petit si on veut :oops:.
Alors bon courage Ă  ceux qui iront au bout :P

La gestation :

Le plan germe tranquillement au mois de février quand Zigual apprend qu'elle a sûrement une semaine de vacances bonus juste avant son stage et les partiels. Et ouais son projet de fin d'année est bouclé depuis le mois de février.... Je vous le donne en mille, c'était organiser la journée ski de sa fac :lol: . Z'ont pas la vie facile les étudiants de nos jours !

Bref l'idée de raid un peu long me taquine depuis l'an passé et surtout depuis que j'ai le toponeige Ubaye. En effet difficile d'aller dans l'Ubaye Sud ou le Mercantour Est pour un WE. Comble de malchance, cette année il est tombé des mètres de neige dans ce secteur. Alors BINGO on valide l'idée.

Reste plus qu'à réfléchir à un itinéraire qui rempli un max de critères :
- logique, s'enchaîner avec des étapes de D+ raisonnable, des variantes d'ampleur et des échappatoires rapides en cas de mauvais temps ou nivologie tendue.
- des gîtes gardés avec de la bonne pitance car à mon âge on supporte mal l'humidité et les lyophilisés plus d'un jour :D
- du ski facile, en effet pour Zigual c'est seulement sa 3ème semaine de ski !!! (d'ailleurs chapeau Miss d'avoir assuré sur tout l'itinéraire).
- pas de voiture car on est en vacances et surtout que c'est le meilleur moyen de voyager tranquille pour un raid en traversée.

Enfin surtout toutes ces raisons pour pouvoir se reposer aussi. En gros ne rien faire sauf du ski, topoter et bouquiner :cool:

La naissance :

Dans un premier temps, le choix se porte sur un départ/arrivée assez proche de l'Argentière la Bessée et de stations de ski pour profiter des services de navettes. Deux stations sont en vue, les Orres et Vars. Le problème c'est que partir de l'une ou l'autre, ça impose des descentes S qui seront certainement inskiables. Alors porter à la montée, OUI. Par contre à la descente NON ! Si on reste sur les Orres, c'est compliqué car on doit faire étape à Barcelonnette et on a dit vacances, pas WE en ville !
Le choix se porte donc sur Barcelonnette. C'est sans compter sur 4 contraintes de taille.

1- une descente S sur Bayasse
2- le gîte de Bayasse ne répond plus et l'autre refuge est fermé !
3- la navette Gap-Barcelonnette du matin n'existe plus Ă  compter du 15/03 :evil:
4- il ne reste plus que la navette du soir, donc une nuit supplémentaire obligatoire à Barcelonnette.

Ca fait trop, alors Barcelonnette Ă  la poubelle. Un peu comme Pelvoux pour autre chose :P.

C'est Allos qui est élu par le comité. L'itinéraire est plus logique, on fait une vraie traversée. Par contre toujours le même soucis d'arriver la veille au soir et côté transport on va se promener un peu. Tant pis on valide le choix car on est mardi et on part samedi !

Petit coup de fil rapide pour prendre la température sur les dispos des gîtes. Bayasse est donc remplacé par la Cantonnière, tout les autres gîtes sont OK, suffit juste après pas mal de galère de trouver un hôtel à Allos car le gîte est blindé.
Tout est réservé mercredi matin, c'est cool on va pouvoir profiter du bébé maintenant. Mais ce n'est sans compter sur 2 nouvelles contraintes.
L'hôtel à la noix d'Allos nous annule la réservation car soit disant erreur de la part de l'employé qui nous a dit OK. Je reste persuadé que c'est juste dû au fait que l'on ne prend pas la demi-pension. Ben ouais quoi c'est un hôtel alors ça se saurait si on y venait pour dormir. La prochaine fois je prendrai le camion parce qu'on doit aussi faire la vidange chez ces abrutis si on veut une chambre :evil: .
Heureusement un petit coup de fil et un hôtel (qui n'avait pas de place quand Zigual à appelé) me dit que c'est OK. Sont bizarre par là-bas quand même !
Il n'y a plus que le soucis de la météo qui un jour est annoncée bonne et le lendemain pourrie. Alors pour assurer le coup me voilà plongé dans le manuel de ce concentré de technologie auquel je ne comprends rien.... Le GPS. Ca fait 2 ans qu'il traine sur une étagère chez moi et enfin je vais apprendre à m'en servir. C'est pas gagné, mais après un gros effort et merci le net, miracle j'y arrive en 2 jours seulement !!! Incredible. Enfin heureusement qu'il y a l'EditGPX de Jeroen et shama. Merci les gars.

Dernier petit tracas qui finalement n'en sera pas un, Zigual devait avoir sa semaine complète et ils devaient déplacer un partiel le vendredi. Or je sais pas pourquoi, mais j'étais inconsciemment convaincu que ça ne se réaliserait pas. Et Bien entendu ce qui devait arriver, arriva. Partiel maintenu vendredi matin, donc retour impératif jeudi soir à Grenoble. En même temps c'est pas si grave car on fini le raid jeudi et le WE est annoncé pourri !!!

Faudra bien comprendre que rien ne nous empĂŞchera de faire ce raid.
Quoique jeudi soir, je suis pas super fier car mon remplaçant ne m'a toujours pas recontacté pour avoir les infos et les clés pour le lundi :ill: . Y va pas me faire ce coup là le Mathieu :evil: . Ouf, 23h le portable sonne, c'est OK il récupère les clés demain. On peut enfin finir et charger les sacs, cette fois-ci c'est bon :cool: .

Le voyage

Vendredi soir départ direct pour l'Argentière, ça permet de passer un peu de temps avec la Bretonne et l'Ours. Samedi matin on boucle pour de bon les sacs. Tiens d'ailleurs en parlant de boucle, c'est bizarre, mais tout à coup je me rappelle pourquoi je ne me servais plus du sac que j'ai prêté à Zigual. En effet une boucle est cassée !!! Eh ouais ne jamais remettre à demain ce qu'on peut faire aujourd'hui... Donc réparation maison mais qui va très bien.

13h04 : Gare de l'Argentière
Ce qui est pratique, c'est qu'on est Ă  mĂŞme pas 500m de la gare.
Nous voilà partis pour une après-midi TC. En effet le voyage se termine ce soir à 20h30 à Allos 8O.
Le train, qui par ailleurs passe avec 5 minutes de retard (c'est jamais quand ça nous arrangerai :evil:), nous permet de visiter et apprécier le paysage de l'embrunais en sautant de petites gares en petites gares. Sympa aussi de voir le brassage de population dans le train. Ca va des skieurs qui rentrent de séjour à Serre-Che, aux petites jeunettes qui vont à la ville (Gap) pour l'après-midi en passant par les anciens qui vont voir des amis. Pour ce type de voyage et pour des petites villes c'est vraiment super pratique, tranquille et rapide, y'a pas à dire.

14H36 : Gare de Veynes
A peine 5 minutes d'arrêt et on repart pour Digne. Cette fois-ci c'est en bus (30 places). La conductrice est super gentille, prend le temps de parler avec nous et demander où l'on va et nous conseiller de descendre à la gare routière de Digne et non à la gare SNCF comme mentionné sur notre billet.
Nous sommes que 5 dans le bus.... C'est pas super rentable, mais bon le fait de l'utiliser Ă©vitera qu'il disparaisse un jour.
Le plus du bus, c'est que par rapport à la voiture, là au moins on rentre dans le coeur des villages (Sisteron, Laragne, ...) à côté desquels on ne fait que passer normalement.

16h22 : Gare routière de Digne
Gloups ! On arrive ici, le ciel est bouché sur les montagnes et il y a une bise glaciale. P'tain ils se sont quand même pas vautré monumentalement Météo France ??
Le prochain bus part dans 2h, ce qui me laisse le temps d'aller chercher le repas du soir. Ben ouais c'est cool l'hôtel, c'est le même prix qu'un gîte mais sans le repas ! Le tour du centre-ville est vite fait. Je suis assez surpris pour une si petite ville par le nombre de groupes de djeun's jouant aux "bad boys". Plus surpris par la le fait de les voir se regarder de travers toute la sainte après-midi... Merde j'deviens un vieux con :( ou bien ? Attention à ce que vous allez répondre :evil: :lol: .
De retour à la gare routière avec la moitié de la boulangerie dans mon sac, on déchante vite d'attendre le bus dehors au soleil. Car d'une part il n'y a presque pas de soleil et d'autre part la bise nous glace jusqu'aux os. L'attente se fera donc dans la super glauque salle d'attente de la gare mais au moins on est au chaud. Comme il fait froid pour tout le monde, rapidement on a une bande de djeun's qui eux aussi se mettent au chaud. Parce que faire les cons à traverser la route sans regarder avec un vélo volé c'est drôle, mortel comme ils diraient eux (au sens figuré et surtout au sens propre d'ailleurs) mais ça caille pour tout le monde. Enfin pas de mauvais bougres au fond je pense juste des jeunes qui s'emmerdent et jouent les caïds devant une ou deux gamines. Ca on l'a un peu tous fait quelque soit notre génération.

18h22 : Gare Routière de Digne
Ca y est ! Enfin le dernier bus et on va pouvoir se coucher et enfin attaquer le raid. Enfin bus c'est un grand mot. C'est une espèce de Jumper des années 80 (sans ceintures de sécurité pour le chauffeur !!!) et conduit par un bon gros bébé chauve tatoué jusqu'aux oreilles. Je sens qu'on va pas s'ennuyer :P.
Le gars est très sympa et nous annonce peut-être une bonne nouvelle. Pour l'instant nous ne sommes que 2 et si tout se passe bien on sera en avance. Enfin si et seulement si on ne doit pas faire une halte à St André les Alpes pour attendre 50 minutes un bus venant de Nice. Nous on est blindés niveau attente, alors un peu plus ou un peu moins... Par contre pour notre pilote, ça semble bien le gaver. Juste avant de partir on embarque une jeunette, on se sent un peu moins seuls.
Le moment crucial de St André se révèle positif. Bien entendu il faut qu'on attende le bus de Nice à la vieille gare limite désaffectée de St André. Le point positif, on peut attaquer une partie du repas du soir.
Nos 6 nouveaux comparses chargés, c'est le début du rallye pour Allos. Notre chauffeur est attendu pour le repas, alors va falloir rattraper le temps perdu. Sensations pures et émotions garanties avec notre pilote de rallye catégorie minibus :ill:. Comme dira un de nos compagnons, c'est sympa pour 10€ on a le transport et le corbillard. Pour 1€ de plus on a le droit à la convention obsèques :P .
20h30, enfin on se pose à Allos dans notre petit hotel genre café des sports ou pour ceux qui connaissent le bistrot type du premier sketch de la carrière de Dany Boon.

Le Raid

Dimanche 22 mars
6h30 on a négocié de se faire ouvrir la porte de l'hôtel avant 7h. Par contre pour le petit déj c'est mort. L'avantage du départ d'Allos, c'est de chausser sur le GR dans le village et en plus il est tracé par des raquetteurs. C'est joli, bucolique mais loooooooong. Surtout quand arrivant dans une clairière, la trace se perd et impossible de trouver la suite. La partie jardinage commence ! Génial c'est le bonheur de la rando certes, mais bon là faut être un peu efficace si on veut faire ce Mont Pellat. Après 10 minutes de bûcheronage, je sors le GPS et c'est navigation le nez sur l'écran (merci encore EditGPX et la précision IGN). Très vite on retrouve la route enneigée. Seuls les pieds on souffert dans l'histoire et on est encore loin d'arriver :( .
On rattrape un groupe de locaux très sympa qui vont nous montrer un raccourci par le vallon de Méouilles qui passe. A 10h on est donc au pied de la pente terminale du Mont Pelat. Ca a déjà bien chauffé (comme nos pieds) mais c'est très correct encore. L'heure butoir c'est 13h si on veut enchaîner la suite. Ca passe, mais c'est sans compter sur mon psychotage habituel dans les pentes de plus de 35° en neige dure, alors je cramponne et pioche :happy: . Pendant ce temps Zigual en profite pour casser, en posant délicatement le sac, la boucle d'une sangle tenant les skis sur le sac. A ce rythme, je vais finir par avoir le contenu de son sac dans le mien à la fin du raid :P. A ça s'ajoute le coup de barre qui va bien et donc c'est le "BUT" timing et fatigue juste sous le sommet. Je stoppe sur la crête pour avoir la vue sur la suite et on grignote un bout pendant que 2 artistes sortent le sommet. Les boules quand même, mais faut gérer les 5 jours.
Petite descente vers le lac du Trou de l'Aigle afin de remonter au Pas de la Grande Barre. Il fait bien chaud, mais c'est vite avalé. Coup d'oeil dans le Vallon de Grande Barre. Juste 3 traces puis rien vers le bas. Grand moment de plaisir bien plus intense que de sortir le sommet. Ca commence un peu raide avec du carton, mais Zigual assure un max. Puis c'est le pied, de la vieille poudre sans traces. Donc gavage + le plein de belles images. La contre-partie est la remontée plate au col de la Cayolle d'autant que nos petons tirent de plus en plus la langue. Les dents serrées et la pensée de la douche chaude qui nous attend nous stimule pour arriver au col. Descente royale dans une moquette à poils long jusqu'au refuge.
Le temps de déchausser et je me fais interpeler par un gars qui me demande si on n'a pas croisé un gus seul. Et tout à coup j'entends :

"Mais j'y crois pas ! C'est Squal et Zigual !"

Je me retourne et aperçoit avec plaisir notre Phil'Ô. Super sympa de se retrouver par complet hasard ici. Il est venu ici la veille pour fêter l'anniversaire de Skiroad et aujourd'hui il skiait avec toune06 et Phil06. d'ailleurs c'était eux les cochons au sommet du Mont Pelat. Dommage un peu plus et on se retrouvait au sommet ! On prend le temps de boire une bière ensemble et de mettre définitivement Phil'Ô en retard pour le retour au bercail. Ca fait partie des bons plaisirs de la rando et du côté fédérateur du site :happy: .
Une douche, un petit repos, un bon repas et une bonne nuit sont les ingrédients de cette fin du premier jour de raid.

Lundi 23 mars
ce matin on fait un bout de route avec nos compagnons de gîte. Eux sont là pour étoiler autour du refuge et aujourd'hui ils montent au col de la Sanguinière avant de basculer vers St Dalmas pour la nuit. La variante prévue dans un premier temps est mise au rebut car d'une part j'ai encore les pieds un chouilla sensible et les températures du jour vont être très chaudes paraît-il. Alors on laisse filer le crochet de 150m de D+ et on file rapidement sur le col de la Braissa. Le "BUT" du jour est signé. La descente se fait en trois virages car ensuite c'est plus traversée qu'autre chose...
Il est encore tôt, mais l'orientation S-SW du col de Colombart ainsi que sa pente assez soutenue fait que l'on préfère passer vite. Pour le coup on est loin d'être en retard. La neige est encore béton et le vent aide bien pour que ça ne change pas :evil: . Petite session terreur pour moi encore avant que la fin de la montée se calme. Il est à peine 12h, mais la bise au sommet ne nous donne pas envie de lézarder au soleil. On file donc vers Bousiéyas le seul gîte non gardé du raid. Arriver tôt va nous permettre de sécher les affaires, aller chercher de l'eau, se reposer et faire chauffer un peu le refuge. En arrivant on croise 2 gars qui partent ce matin même pour une traversée Nice-Briançon !!! Il est 13h et il n'ont toujours pas attaqué... Ils sont bien zen pour aller à Larche avec le soleil qui a bien tapé. le lendemain on apprendra qu'ils sont arrivés à 19h et que Mme Lombard avait commencé à contacter le PGHM.

L'après-midi à Bousiéyas est très agréable, on laisse le temps passer, on apprécie le silence des lieux, on va chercher l'eau à ski au ruisseau, on bouquine... Bref les vacances quoi.
Puis à 16h30, le soleil se cache et c'est l'heure de lancer le feu. C'est pas gagné, car allumer un feu avec que des bûches, c'est assez joueur. Plusieurs tentatives échouent mais à force d'abnégation et d'enfumage, j'y arrive. C'est à ce moment là que 2 gars arrivent pour passer la nuit ici. Soirée très sympa en compagnie de Xavier et Colin qui finalement vont faire un bout de route avec nous jusqu'au mercredi. Nos 2 toulousains sont partis ce matin et on déjà commencé par un gros fourvoyage d'itinéraire qui leur à fait visiter du pays avant d'arriver. Leur objectif est d'arriver ce samedi à Briançon pour choper le train et rentrer à Toulouse.
Le soir nous on valide notre repas 100% efficace (soupe marocaine + semoule) pendant que nos 2 comparses testent les repas lyophilisés :ill: . Y'a pas photo au final, la chorba semoule, c'est léger à porter et ça gave son bonhomme. Pour les lyophilisés c'est légèreté à tout les étages. Autant dans le sac que dans l'estomac :D.
20h30 on file au dodo dans nos couvertures bien humides.

Mardi 24 mars
La nuit a été très agitée. Le vent a soufflé très fort et les volets ont bien claqué. J'ouvre les volets à 6h et c'est grand beau. Cool le temps semble tenir alors qu'ils annonçaient une dégradation possible. Le temps de chauffer l'eau du thé et d'avaler les tartines de crème de marron, le temps s'est couvert et les sommet commencent à s'accrocher. P'tain la loose ! On change de plan et on passe sur la version light pour aujourd'hui. Le but étant de traverser à tout prix vers Larche, ensuite on avisera. La montée au col des Fourches est courte, mais ça se bouche de plus en plus. Xavier et Colin partis 5 minutes après nous sont juste derrière. On ne traine pas trop au col et on descend rapidement pour trouver le pied du Pas de la Cavale avant que le brouillard ne masque la vue de l'itinéraire. Nous sommes surpris car nos 2 compagnons ne suivent pas ?!? Auraient-ils finalement validé notre plan initial ?
Le chemin est assez facile pour le Pas de la Cavale, mais la trace tardive des 2 gars de la veille nous permet de ne pas trop stresser en cas de brouillard épais. La sortie du Pas est raide et un peu engagée (rochers + neige dure), donc nouvelle session "jmechitsu". Je passe en mode jardinier en chaussant les crampons et sortant la pioche. C'est à ce moment là que les nuages se déchirent juste ce qu'il faut pour que le soleil nous fasse suffoquer, mais pas assez pour y voir !!! Le rêve les 50m de cramponnage. Ca y est le Pas est sorti, maintenant reste plus qu'à se laisser glisser vers Larche.
Entre temps, nos 2 amis sont réapparus derrière nous. Il ont encore dû jardiner un peu :P. Pas trop envie d'attendre dans le vent, alors on file doucement dans la descente de la saison. J'arrive même pas à me rappeler si j'ai fait un seul virage jusqu'à Larche :ill:. Déjà que le vallon est long, alors dans le brouillard il est interminable. Seul notion que l'on a c'est que les versants sont plus que raide et en cas de manteau instable ou neige bien réchauffée, on doit pas être très zen dans le coin...
Le moment absolu de solitude, c'est quand on arrive juste Ă  la sortie du vallon et que d'une part on voit que le soleil est de retour ici et surtout qu'il ne nous reste que 5km de ski de fond avec vent dans la poire pour arriver Ă  Larche.
Encore une fois on arrive tôt au gîte. A 13h on est à l'abri du vent qui souffle vraiment très fort. Donc pas de regrets pour le "BUT" du jour, on aurait vraiment été secoués à la Tête Carrée et à la Tête de Parassac.

L'après-midi est bien agréable au refuge de Mme Lombard. Nos toulousains arrivent 30 minutes après nous. Encore une bonne après-midi de repos avant un repas excellentissime. On file au dodo le ventre bien calé.

Mercredi 25 mars
Levés les premiers pour ne pas décoller trop tard. Gros programme aujourd'hui et le temps est meilleur le matin.
Nos toulousains vont encore faire la route avec nous, par contre ce soir nos chemins se séparent. Eux vont dormir au refuge du Chambeyron. Malgré un enneigement qui devient très limite en versant S, un langue de neige nous permet encore de partir du refuge. Nous sommes le premiers à partir et auront le vallon menant au col de la Portiolette vide de présence humaine. Le changement de type de rocher et de paysage se fait bien sentir. On retrouve les rochers typiques de l'Ubaye. Le temps est doux pour l'instant et on en profite pour mitrailler de photos. Mais dès que le col est en vue, le vent commence à être bien présent pour devenir très froid au col. Dommage le coin est joli. Petite descente traversée avant de remonter au col du Vallonnet.
On contourne la tête de Plate Lombarde pour voir notre "couloir du jour". Xavier et Colin on pris de l'avance car petit coup de calgon pour Zigual. Puis c'est à mon tour de psychoter encore. J'aime pas trop la montée qui est béton et surtout la vieille plaque au milieu du couloir. Certes elle est dure, mais je passe à travers en crampons et dessous c'est "semoule party" ! Donc demi-tour, on signe le "BUT" du jour et on file plus loin manger un bout. Dommage on ne reverra pas Xavier et Colin qui eux ont continué. Pour nous consoler après un repas réparateur, on va se diriger vers la pente S du Replat des Génisses. c'est pas majeur sur le papier, mais ça fait ses 500 de D+. Montée tranquille au métronome avant toute fois le ciel qui se voile bien et les hauts sommets qui s'accrochent. Ca ne nous empêchera pas d'avoir le droit à la vue panoramique du sommet. C'est pas tant une bouse car la pente est sympa et le point de vue est superbe. On pourra faire un petit au revoir du sommet à nos amis toulousains qui remontent vers le refuge, et puis on file vers Fouillouse en profitant d'une moquette 5*.
Le top c'est qu'encore une fois ça skie jusqu'au village. Je dirai même plus jusqu'au bar. Et pour ceux qui ne connaissent pas, faut absolument s'y arrêter boire une Tourmente. L'ancien qui tient le bar est un phénomène qu'il faut voir au moins une fois dans sa vie.
A 16h on est au refuge pour une bonne douche et un repos bien mérité. Le gîte est du genre assez chic bien que d'ambiance campagnarde. A 18h on voit débarquer 3 comparses qui la veille étaient à Larche avec nous. Eux sont plus dans un voyage au coup par coup avec liaison en voiture. Ils partent le lendemain pour une boucle de 2 jour autour du Brec. Alors on a le droit à la séance préparation des sacs. Ca nous rappelle des souvenirs :roll:.
Le soir repas 4* mais plus du genre gastronomique que vraiment riche pour une grosse journée de ski. Couché à 21h.

Jeudi 25 mars
Ca y est c'est le dernier jour :( . Nos ambitions de faire la Mortice sont un peu tombées à l'eau la veille. D'une part le petit déj n'est pas servi avant 7h et le vent est toujours bien présent sur les sommets. A cela s'ajoute une descente sur la route de 45 minutes pour rejoindre le pied de la montée du jour. Donc un départ à 8h 8h30 pour 1600m de D+ en S, c'est très tendu. Nous nous sommes donc résolu quasi d'emblée à signer le "BUT" du jour et se rabattre sur le côté flânerie du raid. Alors pas de fin à Vars pour finir en bus à 14h15 avec le beau temps. D'autant qu'il fallait réserver le bus la veille.
On remonte le vallon du Chatellet en mode pédestre. Au sortir de ce dernier, Zigual nous fait un petit coup de mou. Alors on se pose face au paysage que nous offre le Chambeyron et les Rochers de St Ours. On passe au pied du couloir montant à la Mortice par le Grand Caire à 10h30. C'eût été bien trop tard si on avait validé ce plan. C'est donc vers le col de Serenne et la descente sur le refuge de Basse-Rua que l'on file. Encore une descente traversée, là-dessus on aura bien progressé lors de ce raid :P. Au verrou permettant l'accès au val d'Escreins, petit loupé pour finir dans la cascade. C'est pas trop grave et on grignote un petit bout avant d'attaquer la fin de la descente sur le refuge puis vers Guillestre via le Sentier. Par chance on skie jusqu'à 1400m. Après c'est skis sur le sac et en avant la descente en compagnie des bambis qui déboulent de tout horizons.
Juste avant d'entrer dans Guillestre, Zigual appelle l'auberge familiale pour connaître l'horaire du train. Il est 14h20 et le prochain train est à 15h58. Aïe ça va être tendu car on est encore à 8km de la gare. Allez on tente le coup juqu'au bout, on pourra au moins dire qu'on a essayé. Le rythme est mis sur un pas athlétique avec bien 20kg sur le dos puisque l'on a chaussé les baskets et donc mis les skis et chaussures sur le sac. Par principe on évite la chemin le long de la nationale et on traverse Guillestre par les petits chemins. Le hic c'est qu'il y a une gorge à passer et donc une descente enneigée + 100m de dénivelé à remonter. Ca fout un coup au moral à Zigual, mais rapidement elle reprend le dessus. Les pieds commencent à crier leur mécontentement, mais on ne veut pas lâcher, il nous reste 15 minutes pour avaler la descente d'Eyglier sur Mont Dauphin... C'est plus que tendu et malgré tout notre bonne volonté, à 15h56 on entend le train entrer en gare (en avance le con !). C'est le "BUT" à 1km de la gare :( . C'est vraiment super rageant :evil: .
Bref on digère la pilule et peu motivés par l'idée de faire du stop, on appelle l'Ours qui nous avait proposé de venir nous chercher tout à l'heure. En effet l'Argentière c'est à seulement 15km. Alors tant pis pour l'éthique, mais là on va se laisser tenter par la facilité.

Conclusion

Malgré le concours de "BUTS" largement remporté, l'aventure reste un super moment où rien n'est a jeter. Bien au contraire c'est sur ce genre d'aventure que l'on apprend à prendre du recul et à gérer des situations sur le vif. C'est un petit piment qui donne la saveur supplémentaire au voyage. Ne jamais savoir de quoi sera fait le lendemain. Le seul paramètre un peu stressant c'est la météo qui en montagne l'hiver peut vite devenir un gros soucis voir une source de gros ennuis. Donc à ne pas négliger par rapport à un raid en été. Mais ça on apprend à gérer et avec des outils comme le GPS et un itinéraire bien préparé, on peut diminuer pas mal les soucis d'orientation. Le reste c'est toujours pareil, faut savoir rester un peu en dessous de ses limites.
Pour l'approche en mobilité douce, c'est super sympa et surtout bien approprié à ce type de raid. Ca peu être galère parfois pour organiser le trajet et coordonner ça avec les hébergements, mais bon c'est un des cotés sympa aussi. Seul bémol c'est dans le cas où l'on loupe le train ou le bus, et là l'histoire peut vite devenir une galère. Dans notre cas il aurait fallu attendre certes 1h45, mais ça nous aurait mis un peu en vrac pour le retour sur Grenoble et c'était plus sympa pour Zigual de voir ses parents plutôt que de glander dans une gare à 15km de la maison.
A refaire donc :cool: .

Le CR sérieux du raid :
www.skitour.fr/sorties/allos-vars,19891.html#sortie
Le récit de Zigual :
mountaintibet.over-blog.com/article-29546718.html

Commentaires

» Par Mic'hel, le samedi 28 Mars 2009 Ă  20:36

bah 15 km de bagnole pour 5 jours de raid, ça fait 3 km de mazout par jour, l'éthique est sauve :D

» Par Phil'Ă”, le samedi 28 Mars 2009 Ă  20:53

Superbe voyage, réalisé dans de superbes conditions (malgré les quelques buts météo) !!!

Déjà durant son organisation, on commence le voyage, car on imagine, on visualise les sommets, les pentes, les cols à franchir et c'est déjà le pied.

Mais le pied total, c'est lorsque l'on ferme la porte de la maison et que l'inconnu s'ouvre Ă  soi :D ! Quel pied !

Bravo ! Pour l'avoir imaginé, l'avoir fait et l'avoir si bien raconté :wink:

» Par fontra, le samedi 28 Mars 2009 Ă  20:58

Ben voilĂ , le blog de Squal revit :)
Ça se déguste comme une bonne binouze ou comme un bon Costières de Nîmes :wink:

» Par olivier viret, le samedi 28 Mars 2009 Ă  21:53

Il s'est fait attendre celui-là, mais ça en valait la peine.
Merci Monsieur Meteo pour ce we bien pourri te permettant d'effectuer ton travail de narration !!

» Par Florent, le samedi 28 Mars 2009 Ă  22:14

Un grand plaisir de trouver un récit comme seul le blog de Squal sait le faire :)

Une sacré virée !

Bien joué pour les transports en commun, bien d'accord avec PhilÔ : c'est génial quand on part partir du pas de sa porte !

» Par leced, le samedi 28 Mars 2009 Ă  22:59

Fiouuuuuu,ça été dur de faire revivre le Blog de Squal...
Chacun a mis un peu du sien!;-)))
Ce qui est toujours marrant,c'est de croiser des randonneurs qui disent"c'est Squal du Blog de Squal!!!!"

» Par Phil'Ă”, le dimanche 29 Mars 2009 Ă  08:34

Au fait, pourquoi avez-vous fait Dignes -> St André les Alpes en bus et pas en train des pignes (chemin de fer de provence) ?

» Par squal, le dimanche 29 Mars 2009 Ă  09:02

Simplement parce qu'il y a eu des dégâts sur la ligne entre Barrême et Digne au mois de décembre. Elle est en cours de réfection... :(
Dommage j'aurais bien aimé prendre ce petit train.

» Par marika, le dimanche 29 Mars 2009 Ă  12:55

Alors j'ai noté:
- Des débinages sommets en série
- Des râlages
- Du ski de fond
- Des psychotages
- Des plans foireux

...

C'est un revival de la loose team ou quoi?
Bon c'est bien, du coup je peux m'identifier, je m'y croirais! :P

Bien sympa ce petit raid en tous cas, ça fait toujours rêver des belles traversées comme ça!!

PS: pour le blog de squal, nickel, dès que t'auras 5mn tu passes chez Jip pour lancer la nouvelle version hein! :lol:

» Par sanfroic, le dimanche 29 Mars 2009 Ă  19:40

Vous emballez pas ça risque bien d'être le seul pour un bail :P

» Par Hew, le lundi 30 Mars 2009 Ă  00:31

La renaissance du blog de squal : super o/ o/ o/
Et je confirme tes dires Squal : semoule + soupe ca vaut largement mieux qu'un lyo ! Teste et approuve il y a 15 jours dans le grand canyon.

Vivement les prochains billets :P

» Par Ricil, le lundi 30 Mars 2009 Ă  22:07

J'y croyais plus !!!!

Pour le semoule -soupe, ça fait 10 ans que ça remplit mes sacs pour les raids en autonomie... Cherchez pas, y'a pas mieux !!! :P

» Par Phil'Ă”, le mardi 31 Mars 2009 Ă  15:29

Z'avez testé purée-mousseline + soupe (histoire de changer de la semoule) ? ... Là aussi ça cale son homme :D

» Par zigual, le mardi 31 Mars 2009 Ă  17:36

Zut... On va devoir y retourner pour tester ta recette :wink:

Ajouter un commentaire







HTML interdit. BBCode Autorisé.



Ce billet a été lu 4541 fois


Le blog de Squal est propulsé par Skitour