Skitour > Blogs > rob's blog > Alpi > GAB d'hiver, GAB d'été.


L'itinéraire de Granitude.

La même face en hiver. (photo Yann)

François attaque L2.

L2 toujours.

Pas bien grand dans cette face...

Dans la belle fissure de L5.

La route est toujours aussi loin...

La dernière longueur.

François devant les ciseaux.

Le ressaut rouge de l'arête.

GAB d'été...

...et GAB d'hiver!

Le couloir en hiver...

Et en été...

GAB d'hiver, GAB d'été.

Par rob, le samedi 29 Aout 2009 à 21:26 :: Alpi :: rss

Ça y'est, après avoir découvert la Grande Aiguille de la Bérarde par son couloir nord en Avril dernier, j'y suis retourné en été pour gravir la fameuse granitude.
Les saisons et les techniques diffèrent, mais l'ampleur reste la même: 1000m de couloir dans un cas, 900m d'escalade dans l'autre, ce sommet mérite bien son nom!

Un seul regret: j'aurais bien aimé faire cette voie avec Yann, mais depuis qu'on lui a greffé un VTT, plus moyen de le faire grimper :wink: Cependant, j'étais bien accompagné pour granitude par François, déjà complice du pilier NE des Bans. Cette fois encore l'entente était parfaite.


Comme pour le couloir Nord, nous sommes partis de nuit dans les barres, mais cette fois sur un bon sentier et sans enfoncer jusqu'aux cuisses à chaque pas... L'été le franchissement des barres est vraiment commode sur un sentier bien tracé. Cependant ça se corse lorsque l'on quitte le sentier de la voie normale pour traverser vers le couloir Nord: le bon sentier devient sente à chamois et traverse un ravin à la mauvaise réputation.

Contrairement à l'an dernier, nous n'avons pas continué dans le beau couloir nord en neige poudreuse, mais avons sagement contourné le vilain dégueuloir pratiquement sec... Après le franchissement d'une barre rocheuse facile (celle là même qui avec Yann a bloqué notre variante de descente et nous a obligé à une pénible remontée!!), on atteint vite le pieds de la voie.
On est alors sous une grande fissure cheminée dont granitude occupe le flanc gauche.

Cette fois, c'est moi qui prend le départ, contrairement au NE des bans, mais surtout au couloir Nord où j'ai laissé Yann tracer de haut en bas :ill:. Cette décision j'avoue l'avoir regrettée durant 45m... La longueur est un peu humide et très engagée (2 pitons et un friends en tout), et le mal des rimayes montre vite le bout de son nez... Mais comme on est pas là pour buter, je me force jusqu'à R1, et le plaisir redevient de la partie!

La suite se passe bien mieux pour moi comme pour François, même si certains pas sont vraiment engagés et font bien réfléchir. de toute façon, on était prévenus et ces longueurs sont vraiment sympas! Pourtant, François devait s'ennuyer un peu car depuis L6 il a tenté un jeté de mousquif sournois (genre hop j'enlève la sangles et c'est partit!) mais raté: pile dans mes mains :P C'était peut être une vengeance pour les cordelettes que j'ai perdu aux bans :wink:

Après 6 longueurs, dont la 4ème en dalle bien coriace (V+ engagé), on arrive dans une zone de gradins qui déroule bien (20 minutes pour 180m!) tout en restant intéressante.

Ces gradins viennent buter sous des surplombs impressionnants mais qui finalement ne sont "qu'en V" et qui donnent accès au dernier ressaut sous les "ciseaux" (deux beaux gendarmes rouges).

François grimpe la dernière longueur raide et je le rejoins sur l'arête. Le temps est encore bon et on est en avance sur l'horaire: on part donc comme prévu vers le sommet par l'arête NW.

Cette arête n'est pas très dur (quelques pas de IV/IV+) mais rajoute encore 450m d'escalade. Le secteur clé se trouve au début, dans le contournement d'un ressaut surplombant. Ayant peu de renseignement, François se lance vers une écaille décollée et bute sur un pas trop dur: il est 4m trop à droite...
Après ce pas, c'est moi qui fait le boulet: plutôt que de rejoindre facilement l'arête à gauche, je me lance vers la droite dans un rocher qui est un mixte entre puzzle et entame de mikado...

Malgré ces erreurs, nous atteignons le sommet 7H15 après avoir attaqué la voie. Je suis bien crevé, beaucoup plus qu'après l'ascension du couloir Nord.

En été comme en hiver, la face Nord de l'encoula est impressionnante, cependant en été ses purges régulières la rendent repoussante. La GAB quand à elle est toujours un gros tas de cailloux vue d'ici...

Quand à la descente... Elle est bien plus agréable à ski! Le couloir Nord offre 1700m de pentes soutenues très skiantes (et pour notre passage en très bonnes conditions). Pour la VN d'été, c'est plus de 1000m d'éboulis infames (officiellement on me souffle que c'est l'arête NE) qui semblent étudiés pour achever les jambes des pauvres alpinistes :( Au moins les miennes en tout cas!
J'aurais mis 4H pour descendre cet été, le temps de la montée l'an dernier...


Au final, vraiment très content d'avoir enfin fait cette voie qui mérite bien sa réputation!

A voir, la vidéo du couloir Nord :
Afficher/Masquer la vidéo ou Lien direct (Dailymotion)


Rob

Commentaires

» Par jpc, le lundi 31 Aout 2009 à 09:43

Bravo, beau doublé ! Si je peux me permettre une petite rectification médicale tout à fait scientifique ;=) : le mal des rimayes, c'est AVANT la rimaye (sous sa forme aïgue, l'alpiniste fait demi-tour avant la rimaye, parfois même avant de quitter le refuge) ; ce que tu as connu, c'est le "syndrome L1" (la première longueur à froid est toujours trop raide, trop mouillée, trop sous-cotée, etc.), syndrome qui affecte surtout les "grimpeurs diesel".


Ce billet a été lu 2927 fois


rob's blog est propulsé par Skitour