Skitour > Blogs > rob's blog > Alpi > Pilier NE des bans


Vue générale sur les Bans.

Première longueur au lever de soleil. photo françois

La première brèche. photo François.

Vers la seconde (désescalade).Photo François.

Au sommet!

Le sommet sud au fond.

Dans la descente. Photo François.

Une longue rimaye...

Et haute!

Le pilier à droite. Photo François.

Belle crevasse.

Pilier NE des bans

Par rob, le mercredi 05 Aout 2009 à 22:35 :: Alpi :: rss

Mardi dernier, je m'était fait à l'idée de passer une autre bonne semaine canapé/grasse mat, mais François n'était pas de cet avis :wink: Malgré toute une série d'échec sur C2C il a pioché le bon numéro sur skitour... Après une courte discussion, on valide les Bans comme objectif. C'est peut-être ambitieux comme première course ensemble, mais à priori chacun a la marge! On ne le regrettera pas...

Départ mercredi 9H de Grenoble, on monte ensemble au début puis je prend un peu d'avance: je suis pressé d'en finir avec ce vallon de la Pillate qui semble ne jamais terminer! Finalement, malgré le gros sac je suis en haut 2H30 plus tard, j'en profite donc pour prendre le plus d'infos possible sur l'approche glaciaire du lendemain. Sur le chemin, j'ai parlé avec deux cordées: l'une était vraiment pessimiste, l'autre pas du tout... Quand à la gardienne, elle nous dit que le glacier est encore en état potable...
Un peu après, François arrive, puis une cordée de deux CRS qui reviennent du pilier NE: les conditions sont bonnes et on obtient des infos sur la descente.

18H45, c'est l'heure de la soupe, mais gare à ne pas tomber dans la faille :P Le refuge est traversé de part en part par une faille de 10cm, impressionnant! La cause: le recul du glacier permet à la barre sur laquelle repose le refuge de glisser, le coupant en deux...
On se couche tôt (tant pis pour les photos du soir) car demain, c'est réveil à 3H! François est à peine installé qu'il dort déjà, mais je n'ai pas cette chance....

Le sommeil est pénible, mais à l'heure du réveil je regrette fort mon oreiller! En plus, le petit déj passe mal à cette heure là :(
3H30, les frontales sont allumées et on est prêt à partir. La descente sur le glacier permet de se réveiller doucement (mais mieux vaut déjà l'être un peu si l'on tient à sa vie!) avant d'attaquer la montée. Corde et crampons restent sur le sac un moment, on utilise la partie du glacier recouverte de pierres. Ensuite, la pente se raidit petit à petit, et l'on chausse les crampons. Dans le noir, l'itinéraire n'est pas évident mais François se repère bien. On arrive donc au première lueurs de l'aube sur la partie la plus crevassée. A cette époque, les crevasses sont bien ouvertes et nécessitent parfois de petits sauts pour éviter un pont de neige trop fin.
Enfin, à 6h15 on arrive au pied de la voie, défendu par une rimaye bien bouchée.

François part en tête pour une grande longueur (100 à 150m) de III à corde tendue, le terrain est assez raide mais facile: tant mieux car j'ai les doigts vraiment gelés! Au bout de 50m, on rejoint les premiers rayons de soleil, c'est le soulagement pour moi!! Puis François relaie sous le premier gendarme, là où le pilier se raidit. La longueur suivante est un peu plus dure, avec une cheminée très raide en IV-. Il y a peu d'équipement mais ça grimpe bien en grosse. Je relaie sous un second gendarme que François escalade en tête, un rocher magnifique pour une longueur de IV soutenue.
S'en suit une désescalade raide jusqu'à une belle brèche.

La longueur suivante emprunte un système de rampe à droite puis à gauche, on gagne peu d'altitude mais la grimpe est rapide. Au dessus, j'hésite entre un départ à droite du fil, ou bien à gauche. Le pas à droite étant bien lisse pour des grosses, j'emprunte une belle fissure à gauche puis l'escalade déroule. François repart en tête pour un grande longueur et franchit le pas dur de la voie (IV+) qui est un petit mur peu prisu pour les pieds. Ensuite, la voie déroule dans des gradins faciles jusqu'au sommet nord.
On arrive au sommet en même temps que la cordée de la voie normale: en 3H10, l'horaire aura été très bon! Pourtant, nous n'avons jamais forcé le rythme, ni pris de risques pour gagner du temps. La cordée semble plutôt bien marcher...

Après une pause sommet (on l'a bien méritée, on pensait mettre 6H dans le pilier!!) on part dans la traversée vers le sommet S à corde tendue. L'itinéraire joue avec le fil et franchit 4 gendarmes. Toutes les descentes se désescaladent très bien et nous ne mettons que 30mn... Décidément, là cordée fonctionne bien.

Pour la descente de la VN, beaucoup de récits m'ont donné une certaine appréhension, pourtant l'itinéraire est évident! Toute la descente se fera à corde tendue avec pose de protection intermédiaires, et malgré quelques pas délicats (3 ou 4, mais rien de méchant) nous rattrapons une cordée partie une heure plus tôt et ayant tiré des rappels.
Au niveau du gendarme, on perd un peu l'itinéraire mais on retombe vite sur l'arête sous ce gendarme.
De là, je convainc François de prendre l'option feignant et de descendre droit sous l'arête: la rimaye devrait passer. Malheureusement, celle-ci est vraiment grosse et il n'est pas question de sauter: on pose donc notre seul rappel de la journée (aucun de nous deux n'aime ça...) sur un des 5 relais dans un rayon de 10m... Dans toute la descente, le matériel est vraiment abondant, parfois trop...

De retour sur la neige, le plus dur est fait, et nous sommes sur de rentrer au refuge dans les temps! de plus nous avons pas mal d'avance sur nos prévisions donc la neige est moins molle que prévue.
La descente qui suit est assez rapide, et même la partie glacée du bas passe assez bien. Dans la dernière partie, de véritables ruisseaux se sont formés et se jettent en cascade dans les crevasses: joli mais mieux vaut ne pas les rejoindre...
Finalement, nous arrivons au refuge 10H30 après notre départ: bien mieux que mes espérances les plus folles!

La course est vraiment magnifique, intéressante du début à la fin et engagée dès l'attaque du pilier. La cordée c'est révélée parfaite: bonne entente, bonne synchro et efficacité!
Merci beaucoup François, et j'espère pouvoir remettre ça fin Aout :wink:


Rob

Commentaires

» Par patrick delahousse, le vendredi 07 Aout 2009 à 15:10

Bravo pour votre horaire, dans ce genre de course la rapidité est un élément de sécurité.
J'y ai emmené ma fille il y a 2 ans, retour au refuge à 16h seulement bien que je connaissais la descente pour avoir fait la VN il y a...45 ans.
Il est vrai qu'à 65 ans on ne peut guère spider, et que ma fille faisait là sa toute première course de montagne.
En outre j'ai fait une cinquantaine de photos, à votre dispo pour les plus chouettes ( le passage de 4+ au dessus du gendarme)
Sportivement vôtre

» Par Jeroen, le vendredi 07 Aout 2009 à 20:01

Sympa de nous faire partager ton CR rob, il est bien prenant.

» Par Galaad, le vendredi 07 Aout 2009 à 22:20

Belle classique qui fait remonter d'excellents souvenirs bien qu'on ait encaissé un méga orage au sommet et dans la descente !

» Par Toz, le vendredi 07 Aout 2009 à 23:36

salut Rob,
bon choix de course, elle merite le detour !!
on l'avait prevu avec Delle debut juillet mais elle était un peu juste en grimpe. on s'est rabattu sur la VN tres jolie aussi !
c'est quand qu'on s'en fait une ensemble ??!!........

» Par rob, le lundi 10 Aout 2009 à 18:55

@ patrick: Pour une premiere course tu ne l'as pas enmené n'importe oú ta fille! Elle a de la chance...
Pour les photos, je suis preneur: je t'ai laissé mon mail. Merci!

@ Galaad: L' orage la haut ca ne me fais pas réver :P

@ Toz: C'est quand tu veux! Je rentre le 21 donc la semaine suivante (et eventuellememt le WE et la semaine qui suivent) je peut essayer d'avoir une permission de sortie.
J'ai plein de course a te (vous?) faire faire ;)

Desole pour les accents, je suis en hongrie...

» Par vbg, le mercredi 07 Octobre 2009 à 06:48

Superbe, Sympa de nous faire partager ces belles photos.


Ce billet a été lu 2667 fois


rob's blog est propulsé par Skitour