Skitour > Blogs > Blanc comme neige > activité > Moniteur ski : entrainement pour le Test Technique

Moniteur ski : entrainement pour le Test Technique

Par kolibri, le lundi 06 Juillet 2020 à 11:02 :: activité :: rss

Le ski est très certainement le sport d’hiver par excellence. Chaque année, ce sont des centaines de milliers d’amateurs qui se ruent vers les stations alpines. Au-delà de son côté ludique, le ski reste une activité très physique qui peut même être dangereuse pour ceux qui en ignorent les bases et règles. Le moniteur de ski est donc un atout indispensable et il n’existe tout simplement aucune station de ski où ce professionnel n’est pas présent. Et face à la montée en popularité de ce sport, la demande en moniteurs de ski va grandissante. Il faut cependant disposer d’une licence pour exercer la profession. Et l’examen pour obtenir le fameux brevet consiste en un test technique très rigoureux et sélectif. Aussi, avons-nous décidé de vous présenter ici des astuces qui optimiseront votre entraînement pour l’examen.

Participer à l’examen de sélection des moniteurs de ski

Avant tout propos, précisons que le test technique est une épreuve de performance dont l’objectif est d’évaluer le niveau des aspirants moniteurs. Pour le candidat, il s’agira d’effectuer un slalom sur une certaine piste avant l’écoulement du temps imparti. Chaque candidat a le droit de se présenter deux fois au cours de la même saison. L’examen est par ailleurs ouvert à toute personne qui le désire et qui est, au minimum, âgée de 17 ans. Bien entendu, il faut avoir un bon niveau en tant que skieur et une bonne condition physique pour avoir des chances de réussir l’épreuve. En règle générale, les candidats qui se présentent ont un niveau flèche de vermeil.
La préparation physique est une étape extrêmement importante de l’entraînement. Le ski est en effet beaucoup plus dur que l’image de simple sport de glisse qu’on pourrait lui coller. Et il est d’autant plus exigeant pour le moniteur de ski. Aussi, faut-il savoir organiser son entraînement pour réussir à tenir le rythme tout en réduisant au maximum les risques de blessure.

Quels sont les muscles impliqués dans le ski et comment fonctionnent-ils ?

Le ski est un sport complet qui sollicite énormément le bas du corps. Les principaux muscles utilisés pendant le ski sont les muscles abdominaux qui agissent comme stabilisateurs, les fessiers et les muscles de la cuisse qui soutiennent les mouvements de vos jambes, vos quadriceps pour étendre le genou et fléchir la hanche et les ischio-jambiers (arrière de la jambe) pour fléchir le genou du haut en bas et les muscles du pied et des chevilles pour contrôler vos skis lors des virages parallèles.

Le ski est un mouvement corporel de haute intensité et la plupart des muscles du corps sont activés à un moment ou à un autre. Le ski alpin met le corps au défi avec une gamme beaucoup plus large d'activation et de mouvement musculaire que la plupart des autres types d'exercice.

Les quadriceps (l’avant des jambes)

Il s’agit évidemment du groupe musculaire le plus sollicité pendant le ski, car les quadriceps sont principalement impliqués dans l'extension de la jambe au niveau de l'articulation du genou. Ils sont également impliqués de manière excentrique lors de la flexion du genou. Ces muscles sont facilement sollicités par les squats, mais réaliser cet exercice de façon conventionnelle ne suffit pas. En fait, lorsque vous skiez, les quadriceps sont rarement sollicités à travers leur “gamme complète de mouvements”. Donc pour être plus efficace dans la perspective d’un skieur, il faut “déstabiliser” vos exercices de squat et plus travailler les quadriceps à travers la phase excentrique (allongement musculaire) de votre exercice.

Déstabiliser l’exercice

Si vous êtes un skieur régulier, alors il y a de fortes chances que vous soyez déjà habitué à cette méthode. Mais pour les débutants, cela peut être un peu plus difficile à assimiler. En fait, lorsque vous dévalez le flanc d’une montagne, votre corps est en mouvement constant et se bat pour maintenir l’équilibre. Pour ce faire, le corps sollicite des « muscles stabilisateurs » pour maintenir la posture. Déstabiliser l’entraînement va donc consister à reproduire cette situation de déséquilibre durant les séances de renforcement musculaire. Essayez donc de faire autant d'exercices réguliers (squats, position de la chaise, etc.) sur une balle Bosu ou Fit pour vous aider à « déstabiliser » vos entraînements.

Les ischio-jambiers (arrière des jambes)

Donc, si l'avant de vos jambes (quadriceps) est principalement impliqué dans l'extension des jambes, alors vous pouvez facilement deviner quel est le principal mouvement des ischio-jambiers. Les ischio-jambiers sont responsables de la flexion de l'articulation du genou. Encore une fois en ce qui concerne le ski, bien que nous contractions très rarement les ischio-jambiers (jusqu’au niveau où les talons touchent les fesses), il est important de les renforcer. Et comme les quadriceps, il est plus important de travailler sur la “déstabilisation”et de ralentir la phase “excentrique'' de vos exercices.

La phase excentrique (répétitions négatives)

Pendant l’exercice, vos muscles sont contraints à des « phases de contraction musculaire ». Par exemple, lorsque vous faites un curl, vous contractez votre biceps pour soulever la charge et cette “contraction” du muscle est appelée une action « concentrique » (positive). Et c’est généralement à ce niveau que la plupart concentrent l’effort fourni. Ensuite, au moment où vous descendez la charge, le biceps précédemment contracté se rallonge. Cette décontraction du muscle est appelée action “excentrique” et c’est généralement un moment où on ne fournit presque pas d’effort sauf dans les cas où la descente est lente et contrôlée. Et c’est justement ce type de travail qui doit être inclus dans vos exercices de musculation.

Les obliques (internes et externes)

Ces muscles sont situés sur le côté du corps et sont à la fois principalement utilisés dans la flexion latérale et la rotation du tronc (au niveau de la taille) ainsi que dans la respiration profonde (diaphragmatique) et superficielle (intercostale). Comme vous pouvez l'imaginer, l'entraînement de ces muscles peut impliquer beaucoup de torsion, de rotation et de flexion à partir du tronc. Et c’est d’ailleurs d’une grande importance pour parfaitement effectuer un slalom. Il existe une très grande variété d’exercices abdominaux permettant de les renforcer. Consultez ici d’autres exercices pour remplacer le sit-up and twist. Les techniques de contrôle de la respiration jouent également un rôle important dans l'entraînement des obliques et la vie sur les pistes en général.

Ce billet a été lu 228 fois

Blanc comme neige est propulsé par Skitour