Accueil > Articles > Matériel > Le fartage à chaud

Le matériel de fartage nécessaire
Le matériel de fartage nécessaire
Deux pains de fart (un jaune type neige chaude et un bleu type neige froide) suffisent amplement
Deux pains de fart (un jaune type neige chaude et un bleu type neige froide) suffisent amplement
On fait couler le fart, une goutte tout les 3-4 centimètres par exemple
On fait couler le fart, une goutte tout les 3-4 centimètres par exemple
Ensuite on repasse sa semelle, comme on le ferait pour sa goretex
Ensuite on repasse sa semelle, comme on le ferait pour sa goretex
avant-après, le ski en avait bien besoin !
avant-après, le ski en avait bien besoin !
Bien sur on fait cette opération à deux mains ! Mais en l'occurence, je pouvais pas tenir l'appareil et le racloir en même temps...
Bien sur on fait cette opération à deux mains ! Mais en l'occurence, je pouvais pas tenir l'appareil et le racloir en même temps...
insistez bien pour retrouver une semelle sans trace de fart
insistez bien pour retrouver une semelle sans trace de fart
On fini en brossant. Faire tout ce travail en milieu aéré augmente ses chances de survie après 65 ans.
On fini en brossant. Faire tout ce travail en milieu aéré augmente ses chances de survie après 65 ans.
« L'affûtage des carres

Le fartage à chaud

Par cclos, le 17.11.06

Suite à l'article sur l'affûtage, en voici un second (plus court) concernant le fartage à chaud, opération que tout le monde devrait savoir faire ET faire régulièrement !

Le matériel nécessaire


De gauche à droite (voir photo)
- Une brosse (en bronze, c'est polyvalent, et bien indiqué pour notre travail d'entretien)
- Un racloir plexi
- Du fart (sur les photos du fart de différentes duretés)
- Un vieux fer à repasser à défaut d'un vrai fer à farter (mais gardons à l'esprit qu'on fait ici de l'entretien basique)

Principe de base du fartage


Le fartage est un sujet particulièrement vaste et compliqué. Cela va du simple fartage à froid le plus basique (peu recommandable), jusqu'au skiman pro qui va prendre la température de la neige et l'hygrométrie afin d'utiliser un ou plusieurs farts comme base adaptée aux conditions, puis déposer un fart de surface hautement fluoré à 100€ les quelques grammes !

Dans le cadre du ski de randonnée, le fartage va servir non pas à gagner des dixièmes de seconde en descente (comme dans la compétition de ski alpin ou de fond), mais à entretenir sa semelle et à éviter les désagréments d'un ski non farté que l'on connait tous : glace qui se forme sur la semelle, glisse nulle, dépôt de colle des peaux...
Ainsi c'est le fartage à chaud qui s'impose clairement dans notre cas, car c'est la seule méthode qui va permettre de dilater la semelle polyéthylène du ski, pour une imprégnation durable en profondeur.

Le fartage à froid, par l'intermédiaire de lingette imprégnée, ou de stick liquide, aura un intérêt très limité et n'apportera rien de bon. L'aspect marketing de ce genre de produit doit nous les faire oublier.

Quel fart utiliser ?


Alors, dans cette gamme de produits pléthorique, lequel choisir ?!

En fait, on va choisir un fart sous forme de pain solide, généralement vendu sous blister plastique. Quelque soit la marque (Toko, Swix, Briko, Vola...), on remarque que tout les farts solides se ressemblent.

Ceux qui nous intéressent pour notre entretien courant (on ne vise pas la performance pure), sont les farts type hydrocarboné, sans présence de fluor. En gros les moins cher et les moins attractifs au niveau de l'emballage...

Ainsi, vous verrez que dans chaque marque, il y a souvent un fart universel blanc ou incolore, et une gamme de 4 ou 5 références colorées (bleu, violet, jaune, orange...). Ces couleurs correspondant à la dureté du fart dont l'usage sera déterminé par le type de neige rencontré (dur pour la neige ancienne ou froide, mou pour les neiges humides de printemps). Les fabricants utilisent en fait la température de l'air extérieur comme indication pour l'usage de tel ou tel fart.

Si votre but est essentiellement de garder une glisse correcte et une semelle propre, vous pouvez investir dans un fart universel dont la plage d'utilisation idéale sera une température extérieure de -10°C à +5°C.

Dans ce cas, je vous recommanderai par exemple le Vola E-wax qui est « écologique » (vendu chez Décathlon), ou encore le Toko All-in-one facile à trouver. Ainsi votre entretien sera tout à fait correct, et ce fart pourra être utilisé en couche de protection quand vous rangerez vos skis pour l'été.

Le technicien qui voudra « pousser » un peu plus loin pourra choisir un ensemble de 2 ou 3 farts, qu'il utilisera en fonction de la neige et de la saison. Par exemple, un fart jaune type swix CH10 pour le printemps et les températures positives, et un fart plus dur, type bleu ou violet pour la saison hivernale.

Cela permettra d'avoir une meilleure glisse selon les conditions, surtout si vous utilisez parfois vos ski de rando pour des journées en station. Le confort d'usage en sera que meilleur.

La fart tendre (le « jaune ») permettra d'éviter tout effet de succion de la semelle dans la soupe ou la neige humide. A l'inverse le fart dure limite l'accroche avec les neiges froides ou fraiches plus abrasives.

Petite parenthèse : le fart pour neige froide, dur, a parfois du mal à bien imprégner la semelle. Il est donc pas idiot de mettre une couche de fart mou (qui, lui, imprègne bien) que l'on raclera et brossera au maximum, puis ensuite d'appliquer son fart dur. Vous pouvez faire cette opération double de temps en temps si vous avez l'habitude de farter régulièrement l'hiver avec un fart dur.

Comment appliquer ce fart?


Très simplement ! Vous passerez d'abord un petit coup de chiffon et de brosse laiton ou bronze sur le semelle, pour enlever poussières, grains de sable, terre...
Ensuite, il faut d'abord faire chauffer son fer au minimum (si c'est un fer à repasser, en position synthétique c'est l'idéal). Le fart universel fondant très facilement, il ne faut donc pas le chauffer de trop sous peine de produire des fumées qui dégradent l'environnement, vos poumons et le fart en lui même. Pour un fart dur, augmentez un peu la puissance, (position laine par exemple), car sinon il ne fond pas.

Sachez qu'une étude sur les skieurs de fond, avait mise en évidence que l'inhalation des fumées de farts affectait temporairement la capacité respiratoire ! Véridique...

Donc, vous allez faire fondre votre pain de fart sur un angle du fer, afin de créer un goutte à goutte régulier au dessus de la semelle. Les premières fois il est difficile de se donner un ordre d'idée précis de la quantité à déposer. Si votre ski n'a pas été farté depuis longtemps, vous verrez vite que la semelle absorbe rapidement une bonne partie du fart.

Ensuite il faut appliquer la semelle du fer, sur la semelle de votre ski, ne restez pas plus de quelques secondes au même endroit pour ne pas risquer de bruler la semelle. Faites des mouvements lents de va et vient, en faisant en sorte de recouvrir tout le ski. Si il manque du fart à certains endroits, vous le verrez. Faites en couler de nouveau quelques gouttes et continuez de "repasser" votre ski.

le fart dur est plus difficile à appliquer, disons qu'il faut plus de soin pour bien recouvrir la semelle.

Que faire une fois le fart appliqué ?


Bien sûr vous n'allez pas laisser la semelle comme cela, car, c'est la semelle imprégnée de fart qui glisse et non le fart lui même !

Après avoir bien laissé reposer le ski pour que la semelle refroidisse (comptez une demi-heure, pour l'universel, nettement plus pour un fart dur), il faut donc racler le plus possible le fart avec le racloir plexi prévu à cette effet. Vous devez retrouver le brillant de votre semelle (voir photo).

Enfin, comme votre semelle n'est pas lisse, mais pourvu d'une structure, le racloir qui est plat ne parvient donc pas à éliminer le fart dans les stries de celle-ci. Ainsi, une fois raclée la semelle doit être brossée.

On va donc brosser une quinzaine de fois avec la brosse en poil en bronze, logiquement de la spatule vers le talon en évitant d'interrompre le mouvement. Notons que le choix de la brosse devra se faire en fonction de la souplesse des poils. Il faut éviter une brosse trop dure (type laiton) qui risque de rayer la semelle.
Cette opération de finition est très importante.

Quelques précisions :



- Je lis parfois des commentaires parlant de problème de décollement des peaux sur un ski farté. Personnellement, ca ne m'est jamais arrivé. A mon avis ce désagrément est du au fait que le fart est mal raclé et mal brossé. Le fart étant un produit gras, s'il en reste trop de résidus en surface, il se peut que la colle n'y adhère pas.
A l'inverse un vieux ski non farté risquera de capter la colle, et la bonjour la galère.

- Aussi, sachez que plus vous farterez régulièrement, plus vous glisserez.

- Éviter le défarteur liquide qui assèche les semelle. Un nettoyage en profondeur de la semelle pourra être réalisé en fartant comme expliqué ci dessous avec « l'universel », et en raclant proprement quand le fart est encore tiède. Vous verrez votre fart, habituellement incolore, être noirci par les saloperies accumulées.

- En fin de saison, appliquez une bonne couche de fart tendre sur la semelle et les carres et laissez le, sans racler. Cela protégera la semelle des agressions extérieures durant la saison morte.

Commentaires

» Ricil, le 17.11.06
Du bien bon boulot monsieur kaiser.
Cependant, il faudrait peut être aborder la notion de teneur en eau liquide dans la neige et évoquer ainsi le caractère hydrophile ou hydrophobe des farts à utiliser, non ?
Moi, après avoir raclé, je brosse parfois mais je finis toujours avec plusieurs passages au chiffon (plus efficace et plus écolo que le sopalin) pour enlever les milliers de minuscules bouts de fart qui vont se retrouver scotchés sur la peau (et diminuer ainsi son adhérence sur la semelle du ski).

» alEx, le 17.11.06
Bien vu Kaiser.
- D'accord avec cyril, je termine toujours en pollissant ma semelle avec un chiffon (ou une vieille éponge "sêche").
- Enfin, je "rainure" la (très) mince couche de fart restante en faisant glisser de l'avant vers l'arrière du ski le coté vert d'une éponge sêche (coté spontex ?!). Cela permet d'obtenir une belle finition, de là à savoir si ça fait une différence...

» cmanu, le 18.11.06
attention à ne pas laisser trop de fart sur la semelle, sinon quand vous enlevez les peaux, cet exès de fart reste collé sur la peau. vous avez alors des peaux qui collent très mal necessitant une rénovation de la colle

» kaiser38, le 18.11.06
de toutes facons le but c'est que le fart impregne la semelle. Le but du raclage et du brossage c'est clairement d'éliminer le plus possible de fart en surface

a+

PS : @ricil, pour ce qui concerne les histoires de caractère de la neige en fonction du fart, je peux essayer de donner des précisions, mais ce qui est intéressant de savoir, c'est que fart jaune (mou) = neige humide, fart bleu (dur) = neige seche et froide
C'est une explication assez simplifié de la chose, mais bon pas la peine de s'embarquer dans des élucubrations qui servent à rien en skirando !

» skiman, le 19.11.06
Pour les farts durs, un temps d'imprégnation un peu plus long qu'une demi-heure (plutôt 2-3 heures à 19°C...donc pas dans un garage froid ou le fart a tendance a moins bien se diffuser en profondeur de la semelle) permet de suffisament durcir la semelle et d'assurer une bonne cohésion entre celle-ci et la couche de fart. Ne pas tout racler le fart (laisser une fine couche de 2 ou 3 dixièmes de mm...plus facile à dire qu'à faire hélas) permet de protéger pas mal le ski en début de saison pour les petits pets pas méchants mais qui rainurent quand même les skis sur des longeurs > 5cm. Evidément, quand on colle des peaux dessus, ça ne marche plus. Cette astuce n'est donc valable que pour la piste et pour des farts type froid. Une surépaisseur de fart "neige chaude" ne tient pas plus de 5 minutes.

» kaiser38, le 19.11.06
salut

En fait, c'est pour ca que je recommande un fart de base à mettre avant le fart neige dur. Ca permet de bien impregner la semelle, chose que le fart dur aura plus de mal à faire.
Je dirai que le fart dur est plus un traitement de surface pour améliorer la glisse (et aussi durcir la semelle) sur les neiges abrasives, mais c'est pas l'idéal pour l'entretien en profondeur (impregnation) et bien sur pour l'hivernage on met aussi un fart type "base"

a+

» migoo38, le 19.11.06
bonjour,
je voudrais juste rajouter 2 bricoles (peut-être déjà dites de façon moins explicite) :
1) n'importe quelle manipulation sur la semelle du ski se fait de la spatule vers le talon (raclage, brossage, etc...) c'est-à-dire dans le sens de la marche !
2) quand on racle le fart il faut faire attention de s'appuyer sur les carres et ne pas forcer au milieu de la raclette au risque de la déformer et de sucreuser la partie centrale de la semelle qui deviendra concave à force...
c'est tout !!

» henyan, le 28.11.06
Trés bien ton article.

Et en plus pour le voir illustré en vidéos sur le site CARRELSKI réalisé par Paul TROUILHET :

http://www.carrelski.com/fartage-ski.htm

» denis, le 28.12.06
qqun pourrait m expliquer comment commencer le fartage? au debut que dois je faire apres avoir rien fait depuis l an dernier, merci tout plein et bon ski!

» jbf, le 08.01.07
Mon expérience issue du skating :
1. Toujours nettoyer la semelle avant fartage, afin d'éviter de faire pénétrer des saletés dans la semelle surtout en fin de saison. Le mieux pour celà : Brosse laiton qui pénètre bien dans les structures.
2. Utiliser un vrai fer à farter dont la température est adaptable au fart, et surtout beaucoup plus stable (pas de risque de brûler la semelle)
3. Ne pas racler comme une bourrique car le racloir même en plastique risque d'aplanir les structures.
4. Par contre il faut beaucoup brosser. Ca améliore l'état de surface de la semelle. En principe il faut 2 brosses successives: Une 1ère dure (mais pas laiton), une 2ème plus souple.
Le top c'est incontestablement les brosses rotatives que l'on monte sur une perçeuse sans fil (ou avec fil !!) : le travail est très rapide, sans peine surtout avec les farts durs, plus efficace.
5. Inutile de choisir des farts à 50€ les 100 g. En rando on est pas à 1/10 S. De plus les plages de Temp sont énormes donc un fart haut de gamme sera toujours inadapté à un moment ou à un autre de la descente.
6. Ne jamais oublier que c'est la régularité du fartage (1 par sortie) qui donne la glisse et non le fart fluoré à 200% appliqué 1 fois par an.
7. Pour le stockage d'été, appliquer une couche épaisse de fart mou sans le racler.
8. Eviter de farter dans sa cuisine sauf si on est célibataire !!

» kador, le 12.02.07
J'avais l'habitude de défarter (défarteur aérosol) avant le fartage, et je viends seulement de m'apercevoir que Kaiser38 n'en parle pas.
Suis-je "à l'ouest" ?
Sinon, quelqu'un a-t-il des suggetions ?

» roland, le 18.02.07
bonjour
un technicien de chez decathlon a qui j'ai confié mes skis de randonnée pour preparation m'a dit qu'il ne fallait utiliser que'un type particulier de fart sous peine d'empecher les peaux de coller correctement. est ce vrai ?
avec mes remerciements pour votre réponse.
roland

» Loïc, le 20.02.07
Vous parlez de micro-structures de la semelle, mais je suppose qu'elles disparaissent quand on rebouche les trous (soi-même ou chez le skiman) ? Que faire alors ?

» jérôme dauvergne, le 22.02.07
@roland : oui, il ne faut pas utiliser de fart fluoré : d'une ça empêche les peaux de coller, de deux c'est pas très écologique.

» chris, le 23.12.07
ça fait maintenant 1 an que tu as fait tes 2 très bons articles.
A quand celui promis sur le rebouchage ?
Allez un petit effort pour aider les pauvres béotiens.
Merci

» Cécile, le 08.04.08
Ton article m'a convaincue que je serai capable d'y arriver alors que je suis blonde et plutôt dotée de 2 mains gauche (bien que droitière ....)

Pour la première fois, je l'ai fait avec une copine qui farte régulièrement tout le matos de sa famille, skis, surfs, ...

Elle m'a juste recommandé, avant d'appliquer le fart, de "repasser" le ski : cela permet d'enlever les résidus de fart antérieurs et de chauffer légèrement la semelle qui sera ainsi mieux préparée à accueillir son fart tout nouveau.

Le fartage est effectivement à la portée de tout un chacun, suffit d'avoir 2 chaises (à défaut de tréteaux), un fer à repasser qui ne serve plus pour les chemises ;o) et un pain de fart qui se trouvera dans toutes les bonnes crémeries avec la règle. Quant à la brosse, elle m'a recommandé la brosse nylon type travaux ménager ...

Donc, le coût pour s'équiper :
* 500 g de fart rose (c'est à dire la version "passe partout") : 19 € au vieux campeur (et avant d'avoir consommé les 500g, on pourra farter beaucoup !!)
* un fer à repasser : 10 € en occase sur ebay ou au vide grenier du coin (j'ai pris un fer de voyage, comme ça je l'emmène en vacances plus facilement !!!)
* une règle : plus elle est longue, plus c'est cher ; compter 10 €
* une brosse : 5 € à carrouf

Soit un coût total en matériel : 45 €
Sachant qu'un fartage à Décath vaut 15 €
je vous laisse calculer le nombre de paires de ski à farter pour amortir votre investissement (de tête, 45 est un multiple de 15 !)

J'ai déjà farté 2 fois (en préparation "estivage", donc j'en ai mis épais ...) 2 paires de ski et j'ai dû consommer ... 10 à 20 g de mon pain de 500 g de fart ?

Il me reste donc potentiellement au moins 50 fartages pour nos 2 paires de skis, soit 1 500 € chez décath ...

Si vous faites l'affutage en prime, c'est tout bénéf, et ça vaut le coup d'investir dans le support et sa lime.



» curioz, le 30.12.08
Bonjour, je viens de me fournir en matériels pour ski et je suis tombé sur votre article via google,Merci beaucoup et bravo pour les explications simples et préçises!!! + photos
Amitiés Sportives

Curioz Christian

» koshonkouran, le 09.02.11
En fin de saison quand vous fartez pour stocker il faut racler quand même les carres car au lieu (comme on pourrait croire) de les protéger le fart a tendance à garder l'humidité sur les carres (en fait entre le carre et le fart) et de là les fait rouiller.C'est pour ça qu'il y a une encoche sur les raclettes plexi. Donc si vous etes vraiment maniaque vous raclez les carres (et uniquement eux) et vous les huilez legerement (olive, noix,palme,laurier,sel,poivre, vous voyez)et pis vous les rangez komifo.

» jojomout, le 15.04.12
pour racler les ski il ne faut pas tenir la raclette comme tu le fait sur ta photo car ça abîme le ski
je vais essayer de vous le montrer je sais pas si ça sera très clair
il faut la tenir comme ça: / => (la => représentant le sens du ski )
pas comme ça =>

» grenoblois, le 26.01.13
une question toute bête : et le fart spécial en tube venud par coltex (speedwax), ça ne suffit pas ? Voilà des années que je n'utilise que ça !! Alors, pas bien ? merci de la réponse

» kaiser38, le 26.01.13
Ca reste du fart à froid, et donc une durée de vie très limitée et pas d'imprégnation de la semelle.

Si tu l'utilises à chaque sortie pourquoi pas, mais personnellement, je préfère farter à chaud toutes les 10 sorties

» Luarent, le 24.03.13
Bonjour,

Juste pour signaler une approche alternative au fartage à chaud. Cela consiste simplement à "raser" la semelle des ses micro-fibres de surface. Ce sont elles qui donnent un air "sec" à la semelle et rien d'autre.
La matière des semelles modernes (UHMWPE) n'autorise aucune "impregnation" de paraffine. Tout reste en surface. Et cette matière plastque UHMWPE elle même a de meilleurs qualité de glisse que les paraffine de base non fluorés. Et accumule beaucoup moins la saleté et la "colle".

Pour améliorer la glisse on peut ensuite polir au PTFE (teflon) qui est la matière la plus glissante et hydrophobe qui existe.

Loenid Kuzmin a fait une thèse la dessus et a par la suite mis en pratique ses conclusions de recherche par la production d'outils adaptés. "Rasoirs" et brosses haute vitesses de polissage. Uniquement orienté ski de fond pour l'instant.

www.kuzmin.se (pas de Français malheureusement)

Ajouter un commentaire








Oui, c'est ça ! (cliquez dans le carré)


Videz pour supprimer. Lien entre [url] et [/url]

VTT de montagne