Accueil > Articles > Santé > Trousse de secours en Ski-alpinisme: les "maux de tous les jours"

Trousse de secours en Ski-alpinisme: les "maux de tous les jours"

Par DBO, le 09.11.06

1. Les maux de têtes (céphalées)

Ce sont des problèmes fréquents en montagne car majorées par les conditions de vie difficiles liées au stress, à la fatigue générale, à la déshydratation, à l’hypoxie d’altitude
On utilisera de préférence le PARACETAMOL (Doliprane®, Dafalgan®, Efferalgan®) à la dose de 1 gramme = 2 cp ou 2 gel et à la fréquence de 3 à 4 fois par jour
L’acide acétyl salicylique ou Aspirine peut aussi être utilisé à la dose de 1 gramme 3 fois par jour
Des antalgiques plus forts ne sont pas nécessaire en général

2. Les douleurs gastriques

Le montagnard est souvent sujet aux problèmes gastriques : stress, changement des habitudes alimentaires ; on éliminera d’autres pathologies digestives : crise d’appendicite ou autre problème chirurgical voire un problème cardiaque avant de donner :
- Maalox® = pansements gastriques
- Antiacides type Tagamet® en forme effercescente ou pas,Raniplex ®
- La nouvelle famille des IPP (inhibiteurs pompe à protons) Mopral®, Eupantol®,Inipomp®Lanzor® Ogast®, Pariet® etc…à la dose 1 cp par jour le soir en général


3. Les douleurs de l’appareil locomoteur

Ce sont des pathologies fréquentes chez les « montagnards » : douleurs articulaires (genoux, hanche, épaule, cheville, etc…) douleurs de la colonne vertébrale : lombalgies, crise de sciatique, cervicalgies avec parfois névralgies cervico-brachiales
Un traitement de choc est souvent nécessaire
Le repos est souhaitable au moins pendant 24 à 48 heures
On commence par du paracétamol 1 gramme X 4 par jour que l’on remplace au bout de 6 heures si ce n’est pas assez puissant par l’association paracétamol-dextropropoxyphène = Diantalvic® 2 gel X 3 par jour ; on rajoute un antiinflamatoire si besoin si douleurs très intense : Biprofénid® 1cp X 2 par jour
Une protection gastrique est alors conseillée par des antiulcéreux
- Maalox® = pansements gastriques
- Antiacides type Tagamet® en forme effercescente ou pas,Raniplex ®
- La nouvelle famille des IPP (inhibiteurs pompe à protons) Mopral®, Eupantol®,Inipomp®Lanzor® Ogast®, Pariet® etc…à la dose 1 cp par jour le soir en général
Pour les lombalgies, on associe des décontracturants
Myolastan® à la dose de ½ cp matin et midi (pour diminuer les effets de somnolence) et 1 cp le soir pour bien dormir
Coltramyl® 2 gel X 3 par jour (efficace mais donne souvent la diarrhée)

Les analgésiques plus puissants sont déconseillés sauf si personnel qualifiée ou si « le douloureux » en a l’habitude : Topalgic®, Morphine buvable ou en comprimés : Skénan® ou Actiskénan®

4. La crise de colique néphrétique

Favorisée par la déshydratation, il faut traiter d’emblée par du Diantalvic®et du Biprofénid® voire des médicaments intraveineux si on en possède

5. Le problème coronarien : « la crise cardiaque »

Favorisé par le stress, l’exercice physique et l’hypoxie, le traitement est compliqué par l’éloignement mais on pourra débuter par l’oxygénation si on a une bouteille d’oxygène et des médicaments pour « limiter les dégâts » :
- Trinitrine en général en spray : Natispray®, 2 bouffées ou Risordan® 1 cp
- Aspirine 1cp de 500 mg
- les autres sont affaire de spécialiste : ßloquants, antiarythmiques

6. Les infections

6.1. ORL
Antiseptiques type Lysopaïne® car antidouleurs dans le produit de même que Solutricine®3 à pastilles à sucer lentement ; ou Strepsils®
Antibiotiques
- Clamoxyl ®2 gel X 3 par jour
- Augmentin® 2cp X 3 par jour
- Oroken® 1cp X 2 par jour

6.2. Pulmonaires
Antibiotiques
- Clamoxyl ®2 gel X 3 par jour
- Augmentin® 2cp X 3 par jour
- Oroken® 1cp X 2 par jour
Si probléme asthme associé : Ventoline 2 bouffées X 3 par jour avec corticoïdes type Bécotide 2 bouffées X 3 par jour

6.3. Urinaires
Antibiotiques : Clamoxyl® Augmentin®(doses cf supra) ou une quinolone : Oflocet® 1 gel X 2 par jour

6.4. Intestinales
Antiseptiques si diarrhées type « Turista » : Intétrix® 2 gel X 3 par jour ; si diarrhée avec glaires : Flagyl® 1cp X 3 par jour avec Imodium® 2 gel au départ puis 1 à 2 gel X 4 par jour
On associe en général des spasmolytiques type Spasfon® Lyoc 1 capsule que l’on fait fondre sous la langue 3 fois pas jour

6.5. Cutanées
En applications locales : Fucidine® ou par la bouche Augmentin® (dose cf supra)
Si possible sur les grosses surfaces : nettoyage de la plaie (eau +++ et savons antiseptique : Bétadine® ou Hibiscrub® puis pansements avec compresses imbibées d’antiseptiques


7. Les insomnies

Souvent liées au stress, à l’hypoxie d’altitude ou à la promiscuité (ronflement des voisins voire le sien, bruit, lumière etc...) Plusieurs familles de médicaments sont à disposition
Ma préférence va à l’Atarax® (Hydroxyzine) à la dose de 25 à 50 mg le soir 1 heure avant le coucher ; ce médicament est plus sédatif qu’hypnotique mais il a aussi des vertus antiallergiques ; son inconvénient notable en altitude est qu’il peut donner la « bouche sèche »
Les benzodiazépines (BZD) sont aussi proposées : Stilnox® 1cp 1 avant le coucher, Imovane®1 cp 1 h avant le coucher ; leur inconvénient principal est qu’il diminue la fonction respiratoire et majorent ainsi l’hypoxie nocturne ; par ailleurs chez certains sujets, il provoque des états d’agitation voire des états hallucinatoires (ces BDZ sont à tester de façon individuelle avant à son domicile)

8. Les brûlures par frottements

Les frottements répétés sur des zones de peau peu sollicitées par la vie sédentaire peuvent occasionner des brûlures

8.1. Les « Ampoules »

Elles peuvent transformer une randonnée de plusieurs jours ou un raid en un long « supplice » ; la prévention est essentielle : s’habituer à son matériel durant des sorties courtes ; apporter une soin particulier à ses pieds : soigner les problèmes d’ongles, de lésions candidosiques (pathologies type « Pieds d’Athlète » lié à des champignons), avoir des bonnes chaussettes (il existe des chaussettes à double membrane pour les personnes sensibles)
Si le mal est fait, traiter les lésions comme des brûlures : limiter le risque d’infection : Bétadine® ou Eosine® ; on peut percer l’ampoule avec un objet propre puis appliquer un pansement occlusif ; on peut aussi appliquer des systèmes appelés 2ème peaux comme dans les pansements de la marque Compeed®

8.2. Les irritations aux zones de frottements

Localisées aux plis : Aisne, aisselles, ou sur le thorax (brettelles du sac à dos) ou ailleurs, on peut les prévenir en appliquant de la vaseline ou une pommade grasse ; si le mal est fait on traite les lésions comme des brûlures.

8.3. Les lésions du mamelon

Plus fréquentes, chez les hommes que les femmes, car celles-ci utilisent des soutiens gorges (le commerce en propose à présent des très confortables pour le sport…)
Plus connues dans le milieu de la course à pieds, elles peuvent aussi arriver en montagne ; elle sont dues aux frottement du maillot sur le mamelon ce qui entraîne des irritations, des saignements, voire un oedème avec apparition d’une « boule » qui peut avoir le volume d’un noisette
La prévention passe par la mise en place d’une protection : compresses, sparadrap etc
Le traitement par l’application de crème type Flammazine®
La lésion disparaît en 3, 4 jours


Les pathologies liées aux chutes et aux glissades »

Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne