Accueil > Articles > Récit de course > Traversée de la Chartreuse à la journée
5H du mat. Serge au départ
5H du mat. Serge au départ
Levé de soleil au St Eynard. Au fond la Dent de Crolles
Levé de soleil au St Eynard. Au fond la Dent de Crolles
De la Dent de Crolles : les crêtes  jusqu'au St Eynard
De la Dent de Crolles : les crêtes jusqu'au St Eynard
Depuis la Dent de Crolles : le Col de Bellefont
Depuis la Dent de Crolles : le Col de Bellefont
Serge dans la Cheminée du Paradis
Serge dans la Cheminée du Paradis
Les crêtes jusqu'à la Dent de Crolles depuis le Col de Bellefont
Les crêtes jusqu'à la Dent de Crolles depuis le Col de Bellefont
Tout là bas, le Col de Bellefont
Tout là bas, le Col de Bellefont
Jean Yves dans le pas des Barres et bientôt la fin.....
Jean Yves dans le pas des Barres et bientôt la fin.....

Traversée de la Chartreuse à la journée

Par JY Alexandre, le 06.09.05

Il y a quelques semaines, un ami m’a envoyé le récit de la traversée de Chartreuse par Jeroen. Je l’ai dévoré et rapidement m’est revenue cette idée ancrée depuis déjà des années de faire ce parcours dans la journée. Je plonge dans IGN Rando et retrace le parcours. Au moins 55 Km et entre 11H et 12H de course. Je lance l’idée et les copains sont partants. Génial !
La semaine dernière , la météo annonce du beau temps pour le WE. Je propose de faire la traversée samedi 3-09 et seul Serge est disponible. Après un échange avec Jeroen, nous avons confirmation de trouver de l’eau sur l’ensemble du parcours, ce qui est indispensable en autonomie totale.
Vendredi soir, nous déposons une voiture à la cabane forestière côté face Nord du Granier et nous nous donnons RDV pour Samedi matin vers 4H30 à la maison. Carmen nous propose de nous déposer au départ, c’est vraiment trop cool.
De peur de trouver la montée à la Bastille fermée, nous optons pour un départ de chez le Père Gras. Nous sommes équipés léger : Sac à dos de 10l, 2litres d’eau, 1Kg de bouffe pour la journée et 1 paire de bâtons. Le départ se fait à 5H dans la nuit noire. Premiers pas sur le sentier, nous transpirons à grosses gouttes. Il fait 18°C. Nous n’aurons pas froid. Nous empruntons le GR et bifurquons rapidement pour la montée au sommet du Rachais (Point 1046m). Nous longeons les crêtes en dominant les lumières orange de Grenoble et Corenc et rejoignons le chemin qui descend au Col de Vence. Le parking du Col de Vence est désert et la montée au Fort du Saint Eynard se fait sans difficulté malgré l’interdiction suite à un risque d’éboulement. Nous arrivons au sommet vers 7H. Le jour se lève, le soleil apparaît au dessus de Belledonne, nous apercevons la dent de Crolles à l’horizon. Comme c’est beau…
Nous nous engageons sur les crêtes du Saint Eynard par un sentier très accidenté, racines, rochers en pleine forêt. Il nous est pratiquement impossible de courir. Nous passons par le pas de la Branche, les pâturages de l’Emeindras, le col de la Fêta et arrivons au Col du Coq en contournant le Bec Charvet. Nous faisons le plein d’eau sous le col des Ayes et attaquons la montée de la dent de Crolles avec les premiers randonneurs du WE. Nous arrivons au sommet vers 10H du matin. Nous sommes dans les temps. Arrêt casse croûte. Nous profitons du paysage. Il fait grand beau et de magnifiques pompes pour les parapentes se développent le long des crêtes. Derrière, le Saint Eynard est déjà loin. Devant on peut contempler la suite du parcours. Prochaine étape, Col de Bellefont.
Après 20 min de pause, nous redémarrons. Cette partie du parcours est certainement la plus jolie. Nous sommes entre 1900 et 2000m d’altitude. Vue dégagée sur la Chartreuse, paysages magnifiques coté Belledonne. Le sentier alterne entre les lapiaz et les alpages et passe sur le bord de la falaise qui domine le plateau de Saint Hilaire. Les couleurs sur le rocher à cette heure de la journée sont …….Nous passons la cheminée du Paradis (Nous l’avions déjà faite à la descente l’année dernière. Impressionnante, mais il y a vraiment des prises partout), le Pas de Rocheplane (Souvenirs sympa d’une descente à ski), Pas de Montbrun, Piton de Bellefont et Col de Bellefont. Nous descendons rapidement droit dans les éboulis pour rejoindre le Habert de l’Aup du seuil.
Nouveau ravitaillement en eau. J’ai à nouveau vidé ma poche de 2l Il fait chaud et sur l’ensemble du parcours j’aurai bu près de 8l d’eau (Serge étant plus sobre quand il s’agit d’eau n’a bu que 5l). Il est toujours aussi difficile de courir nous avons un peu de retard sur notre timing (1H). Déjà 8H que nous sommes partis et nous avons fait 2600m de dénivelée positive et une trentaine de kilomètres. Nous avions prévu de boucler le parcours en moins de 12H. Qui plus est, nous avons tous les deux, BBQ ce soir !!!!!Nous avons une première échappatoire au col de l’Alpe. On prendra la décision plus tard…
Il reste près de 25 km avec peu de dénivelée et nous entamons la longue traversée du vallon entre l’Aup du seuil et les crêtes des Lances de Mallissard pour atteindre le Habert des Dames.
Il fait chaud et j’ai des frissons… J’ai du mal à rester derrière Serge. Je propose un arrêt revitalisant. Je dévore mon jambon, mon fromage et me goinfre de 3 gâteaux au chocolat. HWaou. C’est bon…
On rejoint le vallon du Pre de Parcel qui conduit au Col de L’Alpe et remontons 200m plein sud pour atteindre le Pas de l’Echelle. Quelle bonne idée d’avoir pris les bâtons. Les cuisses comment à se faire sentir.
On décide d’aller jusqu’au refuge de L’Alpette et de prendre la décision de poursuivre ou non par le Granier en fonction de l’heure. Nous atteignons le refuge vers 16H.
Il reste 300m de dénivelée positive (on ne passera pas par le sommet du Granier) et on pense mettre autant de temps en descendant sur Bellecombe via le col de l’Alpette et rejoindre la voiture en stop. De plus Serge ne connaît pas les échelles du Granier. Tant pis, nous arriverons avec un peu de retard.
La montée par les échelles est exténuante. Nous avons l’impression de respirer comme à très haute altitude….Les 3 personnes devant nous s’arrêtent et nous proposent de passer devant. Nous refusons, et puis cédons… Nous nous hissons sur le plateau et le sommet du Granier est en vue. Ça sent la fin. Mais il reste encore 900m de descente par endroit bien assez raide…Et là les douleurs vont commencer à ce faire sentir. J’ai mal au pieds, les genoux ne se font pas oublier mais c’est supportable (encore merci les bâtons). Par contre, une douleur assez violente se déclenche aux niveau des genoux de Serge et qui l’oblige à ralentir. Je me laisse glisser jusqu’à la cabane forestière en pensant venir le rejoindre en voiture. C’est long mais finalement j'arrive à la cabane. Je n’ai à faire que 1 km sur le chemin en voiture pour le rejoindre.
Il est 17H30. Nous avons terminé. Nous avons mis 12H30 (11H30 effectives) pour 55Km, 3300m de dénivelée positive et 2900m négative.
Maintenant, il ne nous reste plus qu’à assurer pour nos soirées BBQ respectives…..

Commentaires

» Jeroen, le 07.09.05
Une bien jolie traversée. J'aurai bien aimé participer mais j'ai dejà donné ;o)
Bravo à vous !

» henyan, le 07.09.05
Interessant ! je vous aurai bien accompagné, faites un peu de com le prochain raid ! bonjour les courbatures le lendemain.

» Tomtom, le 15.09.05
Belle bombée sportive, bien racontée et agrémentée de jolies photos! Un sacré périple!

Bravo!

» françois, le 16.04.06
à la toussaint 2005 nous avons réaliser le même parcourt en sens inverse et en arrivant à la gare de Grenoble. Le parcourt semble plus rapide dans ce sens car nous n'avions mis que 8h pour l'éffectuer (7h effectives). nous envisagens le retour de cette transhumance prochainement en passant par quelques sommets (chamechaude, charmant som, grand som ,petit som, pointe de la gorgeat.....) si cela tente quelques amateurs nous pensons l'effectur au maximum en courant malgré les 5400m de D+ et pensons cette fois ci relier grenoble à chambéry. en espèrant susciter des convoitises à bientôt sur ce magnifique itinéraire... a table

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne