Accueil > Articles > Récit de course > Comment j'ai "tombé" les Italiens
Le couloir des Italiens vu du col de Grande Casse
Le couloir des Italiens vu du col de Grande Casse
La montée est rapide; la trace est profonde; les conditions sont excellentes
La montée est rapide; la trace est profonde; les conditions sont excellentes
La pente est à 45° à la moitié de l'ascension; Remarquez les Rossignol népal équipées des fixations Petzl
La pente est à 45° à la moitié de l'ascension; Remarquez les Rossignol népal équipées des fixations Petzl
Jean a choisi l'ascension en solitaire tout en faisant la trace durant tout le couloir
Jean a choisi l'ascension en solitaire tout en faisant la trace durant tout le couloir
Jean en pleine forme continue à faire la trace en solo dans une pente qui approche les 50°
Jean en pleine forme continue à faire la trace en solo dans une pente qui approche les 50°
On se "lâche" enfin à la descente; jean en premier plan et votre serviteur au second plan
On se "lâche" enfin à la descente; jean en premier plan et votre serviteur au second plan
Une photo à "la Gaston Rebuffat" sur l'arête sommitale; que du bonheur aprés une ascension sans problème
Une photo à "la Gaston Rebuffat" sur l'arête sommitale; que du bonheur aprés une ascension sans problème

Comment j'ai "tombé" les Italiens

Par DBO, le 17.04.05

Juin 1995, ma fille Charlotte est née il y a un peu plus d’un mois ; mon employeur m’a accordé mes 3 jours de congés « paternité » ; j’ai 2 copains de libres : Arnaud et Jean ; ils sont libres comme l’air ; l’un (Arnaud) est chômeur ; l’autre (Jean, le futur JBO de la voloteam) est aspirant guide.

C’est décidé je les accompagne au couloir des Italiens à la grande Casse ; le projet : montée par le couloir, descente par le glacier des Grands couloirs.

Longtemps, dans les grands soirs de dispute conjugale, mon épouse m’a reproché cette escapade permise par mes jours de congés paternité ! !

Nous partons pour Pralognan la Vanoise ; montée au refuge sans encombre ; soirée agréable au refuge où nous sommes les seuls occupants ; un court interrogatoire de Jean à mon égard le rassure sur mes capacités en alpinisme de couloir ; de toute façon, on a des infos : Etienne l’a gravit avec Sophie son épouse quelques jours auparavant ; le couloir est en neige.

Au petit matin, réveil et petit déjeuner rapide ; départ à 4h30 ; montée sans problème en peaux au col de la Vanoise atteint à 6h15 au lever du soleil.

Là, jean décide de gravir le couloir « en solo » quant à moi je préfère demander à Arnaud de faire cordée commune au cas où…

Le paysage est fabuleux ; c’est la première fois que je viens dans ce coin des Alpes ; le couloir en en fait exposé nord-est ; le soleil éclaire les séracs qui surplombe la traversée ; jean met un peu la pression ; il ne faudra pas traîner. Et nous voilà partis.

Je suis d’emblée à l’agonie, le rythme est effréné, Jean est hyper motivé, Arnaud force l’allure pour le suivre ; ils ont tous les 2 une grosse saison de rando dans les jambes, 1 sortie tous les 2 à 3 jours pendant toute la saison ; j’ai du matériel lourd : mes premiers skis, des Rossignol Népal équipés de Petzl (c’était le matos de l’époque : les Low tech de chez Dynafit sortaient à peine) un sac pas franchement adapté mais la progression est rapide dans 40 à 50 cm de poudreuse dense ; seuls les 100 derniers mètres sont un peu plus difficile ; il y a de la glace sous les 20 cm de neige fraîches ; la corniche sommitale est enfin franchie : elle mesure environ 1m20 de haut ; mes 2 coéquipiers m’aident à sortir en m’assurant avec la corde qui se révèle bien utile…

Un peu de repos ; je mange et je bois ; je suis à la limite du malaise vagal ; nous avons mis 2h30 depuis le col ; un quart d’heure plus tard, nous sommes au sommet.

La descente par les Grands couloirs est un régal sur de la transfo moquette ; nous sommes au refuge à 10h30.

La fin de la descente se fait par contre dans une neige complètement pourrie jusqu’au sommet du téléski puis à pied jusqu’au parking

C’était il y a presque 10 ans, et depuis le couloirs des italiens a rarement été en aussi bonnes conditions… Peut-être cette année… si la fin de la saison est très neigeuse ? ? ?

Commentaires

» Jeroen, le 17.04.05
ohla le Bruno

les italiens dans ces conditions j'y emmene ma grand mère

» Tchouf, le 17.04.05
En voila une drole de façon de fêter l'arrivée de son premier enfant ;o). En tout cas belle aventure et très belle photos de "l'epoque".

» denis, le 18.04.05
Pour mon davounet c'est sur c'est l'objectif : mais en descente à vue : en movement

» Nat, le 02.05.05
Un bémol, pour moi; les Italiens c'est plein nord, et le plein nord (pas vertical), ça voit le soleil dès le matin et toute la journée à partir du mois d'avril !
Il faut savoir qu'en plein hiver le soleil se lève grosso modo au SE et se couche au SW, et qu'en plein été le soleil se lève au NE et se couche au NW, sous nos latitudes.

» edwige smague, le 23.06.05
Ben les gars... Trop fort et le "trop" n'est pas de trop...
Fichtre, faut attendre les potes surtout quand ils sont sencés aider MADAME pour la naissance de bébé Charlotte.

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne