Accueil > Articles > Santé > Gelures superficielles du second degré
Un des doigts qui pèle à J+15
Un des doigts qui pèle à J+15

Gelures superficielles du second degré

Par denis, le 24.03.05

En ce 14 février 2005 jour de la saint Valentin, nous disposons de la journée pour aller faire un tour du côté de la Font Sancte. Cet hiver 2005 est actuellement marqué par une période de froid vif depuis 3 semaines.

Réveil 7H00. La suunto affiche -11° à Ceillac à 1600m. Un léger vent de Nord souffle. Il est 9H00 du matin nous prenons la première remontée. Arrivée à 10H00 au lac Saint-Anne. Il fait environ -17° à l'ombre. Le Manque de neige du Queyras cette année nous fait pencher pour la face Nord de la Font Sancte qui est truffée de couloirs mytiques.

C'est parti, le manteau neigeux au départ n'est pas très engageant avec la présence de nombreux gobelets. Nous continuons sur la moraine pour atteindre le pied du couloir Nord. On s'habille. Cagoule, gant, crampons, Piolets double, gore-tex. C'est parti pour 400m de montée. Altitude 3050m le vent rentre par rafale dans le couloir. On peut estimer la température à ce moment la à -22°. Mes compagnons sont devant. Mes gants polaires novardry ne me suffisent plus. Je commence à sentir le froid au bout des doigts. Je m'arrête pour bouger les doigts. Devant C'est la même chose mes compagnons secouent les bras pour se réchauffer.

La concentration est maximum. La pente est à 50°. Le vent est toujours présent. Le Sommet n'est plus visible, il est dans le brouillard. Nous passons 2 heures à batailler dans la montée. La dernière goulotte nous permet de sortir au sommet à 3200m environ. Avec l'effet du vent la température est de l'ordre de -30°. La visibilité n'est pas bonne.

Nous sommes sortis, content. Maintenant il faut redescendre. Le seul moyen, la désescalade. C'est reparti pour une partie de crampons piolet. Je n'ai pas changé mes gants. Trop froid, je suis transis du haut en bas. Mes joues me font mal. Il faut que je garde ma concentration pour la descente. C'est parti. Dans la descente je ne pense plus au froid j'ai bien mieux à faire. 3100m on chausse les skis. Ce n'est pas du grand ski. Nous avons les cils gelés. Nous n'avons qu'une envie finir la journée.

Arrivés à Ceillac à 16H00, j'enlève les gants. J'ai 4 doigts rouge sang sur la première phalange. En plus j'ai un oeil qui ne voit que le brouillard.

Direction le médecin généraliste. Diagnostic : l'oeil a pris un coup de froid. Il reviendra le lendemain.
Les 4 doigts eux ont subit des gelures de deuxième degré intermédiaire limité à la pulpe.

J+3 : les doigts sont cloqués.
J+10 : les doigts sont oedèmatié. Un liquide clair les remplis.
J+15 : les doigts pèlent
J+20 : les doigts sont guéris sans séquelle grave hormis une sensibilité accrue à vie au froid ainsi qu'au chaud.

Conclusion :
Méfiez vous du vent qui accentue la sensation de froid.
Changer de gants dès que le besoin s'en fait sentir (premier gant mouillé par exemple).

Voir aussi le Compte rendu de la journée

Commentaires

» David Zijp, le 25.03.05
c'est vrai qu'on s'est grave caillé ce jour la !

» Marika, le 25.03.05
j'ai teste aussi...les gelures aux pieds, suite a quelques journees de rando grand froid + la transvercors a -20 fin janvier. comment pourrir sa saison de rando...
par contre je m'inquiete un peu des sequelles, j'ai pas eu trop d'infos? enfin toi apparement c'est reparti sans soucis ;o)

» Jeroen, le 25.03.05
Z'aviez eu froid ? J'ai rien senti moi ;o)

» Bruno GEOFFRAY, le 25.03.05
Ton témoignage est extrémement interessant pour l'ensemble des "skitouriens": tu décrit l'évolution de gelures des extrémités non compliquées.

Je rappelle les complications: infection, nécrose cutanée dont la prévention une fois les gelures constituées passent par un traitement par désinfection locale voire antibiotiques et vasodilatateurs.

On propose de façon classique 5 facteurs d'apparition des gelures: 1) le vent qui multiplie le risque par 10; 2) la déhydratation qui favorise un épaissement du sang en limitant le flux sanguin vers les extrémités 3) l'humidité qui multiplie par 14 l'action du froid; 4) l'hypoxie (d'altitude); 5) l'épuisement physique par diminution de la production de chaleur

Au vue de ta description initiale et de l'évolution, il s'agit de gelures superficielles du 2° degré

» willybop, le 01.04.05
bien l'article! j'ai eu quasiment la meme chose ya 3 semaines, au Taillefer.
Bilan: 8 bouts de doigts gelés...
Est ce que les medecins t'ont prescrit de la Vitamine C??
Ils m'ont dis que ca permet de mieux regenerer les tissus.

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne