Accueil > Articles > Neige & avalanches > Les types d'avalanche
Avalanche de plaque friable
Avalanche de plaque friable

Les types d'avalanche

Par Jeroen, le 21.07.04

Le bonheur immense de la montagne sauvage en hiver se heurte depuis toujours au risque d'avalanche. Il importe de connaitre le phénomène et de se renseigner sur les risques avant de sortir.

Les avalanches sont de 3 types :
- Les avalanches de neige récente,
- Les avalanches de plaque (dont la plaque à vent est un cas particulier),
- Les avalanches de fonte.

1 - Les avalanches de neige récente :


Cela peut être aussi bien une petite coulée qu'une énorme masse de neige aux conséquences dévastatrices, voire meurtrières.
Dans la plupart des cas, il s'agit d'un départ ponctuel. Si un début de cohésion de frittage a eu lieu, la cassure peut être linéaire (plaque friable).

Causes de déclenchement :
* L'importance de la chute : pour des neiges fraiches et légères,
- 30 à 60 cm : le risque concerne les pentes fortes.
- 60 à 90 cm : le risque s'étend aux pentes moyennes.
- Plus de 90 cm : le danger est général pour tout le massif.

* L'intensité de la chute : une chute de 60 cm de neige fraîche tombée sans vent pendant une période de 2 à 3 jours engendre un risque de déclenchement moindre que la même hauteur tombée en 10-12 heures.

* La température de l'air : proche de 0°C, de danger d'avalanche de neige récente s'estompe très vite puisque le tassement qui s'opère consolide la strate. Inversement, si la température de l'air est d'environ -10°C, la neige reste sèche, légère et le risque persiste beaucoup plus longtemps.

2 - Les avalanches de plaque :


Il existe plusieurs type d'avalanches de plaques : les plaques à vent et les plaques friables

Les plaques friables :
Elles se forment lorsqu'il y a un début de cohésion de frittage (très peu de temps après une chute de neige - les grains commencent à se souder entres eux), lorsqu'il y a une métamorphose de faible gradient (douceur relative), ou lorsqu'il neige avec un faible vent. Ces plaques sont de loin les plus dangereuses pour le skieur car elles sont difficilement repérables. Elles sont à l'origine de la quasi totalité des accidents recensés ces dernières années.

On voit nettement sur la photo ci-contre le départ linéaire de type plaque alors que la neige est encore poudreuse...

Les plaques à vent :
le vent, en transportant la neige, brise les cristaux, fait diminuer leur taille, ce qui permet à cette neige redéposée de prendre rapidement une forte cohésion. Un vent à 25 km/h forme en quelques heures une plaque de 20 à 30 cm.
D'une manière générale, les plaques se forment sur les versants abrités du vent, derrière chaque rupture de pente abritée du vent et au voisinage des crêtes. Certains indices permettent de confirmer la présence de plaques à vent :
* Présence de corniches (indiquant le sens général du vent),
* Présence de vaguelettes sur les versants exposés au vent,
* Présence d'un dépot plus ou moins important sur les arbres et les poteaux.
Causes de déclenchement :
* Augmentation des contraintes : nouvelles chutes de neige,
* Passage d'un ou plusieurs skieurs (alourdissement et effet de cisaillement),
* Mauvais choix d'un itinéraire, passage d'un skieur sous une convexité ou une rupture de pente.
Les pentes les plus propices à de telles avalanches ont des pentes comprises entre 25° et 45° (En gros 80% des pentes que nous skions !).

Conclusion :
* Les plaques à vent (plaques dures) ne sont à l'origine que de peu d'accidents,
* La plupart des déclenchements accidentels de plaque sont constitués de neige tendre, agréable à skier (plaques friables),
* La neige transportée par le vent n'est pas forcément compacte. Lorsqu'elle est dure, le danger est à relativiser,
* Les plaques tendres, formées avec ou sans intervention du vent, sont le danger principal, pratiquement impossible à déceler,
* Les plaques à vent existent, les plaques de poudre sévissent.

3 - Les avalanches de fonte :


La neige fondant à 0°C, se gorge d'eau. Lorsqu'il y a saturation, le manteau neigeux perd tout ancrage et l'avalanche se déclenche. Ces avalanches s'observent surtout au printemps L'heure et l'exposition de la pente jouent un rôle très important (Après-midi, versants sud et ouest).

Echelle européenne du risque d'avalanche »

Commentaires

» Nikojorj, le 18.01.07
Bon, on pourra lire par exemple Ancey&Charlier, 1996 : ça fait déjà dix ans qu'on a bien cerné les limites de cette classification, qui a le principal tort de faire croire que les avalanches de plaque ne concernent ni la poudreuse (c'est pourtant la majorité des accidents, la plaque friable souvent formée sans vent!), ni la neige gorgée d'eau (c'est rare mais ça reste possible quand les gobelets sous-jacents sont suffisament bien formés pour avoir résisté à la fonte).

Pour faire une classification du départ des avalanches, le type de neige en surface se révèle peu significatif, et on a meilleur temps de ne distinguer que :
- départ ponctuel, souvent en fonte (escargots) et parfois en poudre en cours de chute, peu dangereux pour le skieur s'il n'y a personne en dessous, et qu'il n'est pas sous des pentes capables de partir toutes seules, car ça ne part que sous les skis et pas autour de lui,
- départ en plaque, concernant des neiges variées au-dessus d'une couche fragile (gobelets, faces planes, givre de surface, neige roulée, voire certaines croûtes de regel), souvent dans les qq jours après une chute mais pas toujours, très dangereux pour le skieur car grosse probabilité de se faire emporter.

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne