Accueil > Articles > Matériel > Le ski de randonnée, qu'est-ce que c'est ?
Il est des jours où toutes les conditions sont réunies. Il a neigé pendant la nuit, la poudreuse et le soleil sont au rendez-vous, le choix de la course a été judicieux : pas une trace ne vient troubler la montée.
Il est des jours où toutes les conditions sont réunies. Il a neigé pendant la nuit, la poudreuse et le soleil sont au rendez-vous, le choix de la course a été judicieux : pas une trace ne vient troubler la montée.
On ne rencontre pas ces conditions à toutes les sorties. Les conditions de mauvais temps, de neige pourrie, sont aussi très courantes (le plaisir est aussi de la partie mais il est plus difficile à partager ...).
On ne rencontre pas ces conditions à toutes les sorties. Les conditions de mauvais temps, de neige pourrie, sont aussi très courantes (le plaisir est aussi de la partie mais il est plus difficile à partager ...).

Le ski de randonnée, qu'est-ce que c'est ?

Par Jeroen, le 22.07.04

Le ski de randonnée, c'est de la randonnée ... à ski ! C'est le moyen le plus adapté pour parcourir la montagne l'hiver. Contrairement à la raquette ou au ski nordique qui sont adaptés aux reliefs doux, le ski de randonnée est adapté aux reliefs alpins, plus escarpés.

Le skieur de randonnée parcourt les mêmes itinéraires que le randonneur pédestre ou que l'alpiniste parcourt l'été, mais il les parcourt en hiver. Il évolue en pleine montagne, à l'écart des stations de ski, et donc forcément "hors piste".

Pour la montée, il colle des "peaux de phoque" sous les skis pour empêcher le recul, et il utilise des fixations qui permettent de libérer le talon de la chaussure. A la descente il enlève les peaux et bloque le talon pour retrouver les caractéristiques d'un ski alpin classique.

Le skieur de randonnée peut être amené à progresser à la manière d'un alpiniste, avec des crampons et des piolets pour passer certaines parties plus raides de l'itinéraire (les skis sont alors accrochés sur le sac à dos).

Comme tout sport d'endurance, la pratique du ski de randonnée nécessite une bonne condition physique pour la montée. Pour la descente, un niveau minimum en ski alpin est requis. Si en ski alpin on évolue souvent sur des boulevards travaillés, le skieur de randonnée évolue lui dans un milieu non préparé. La neige rencontrée n'est pas damée : elle peut être idéalement poudreuse, mais aussi gelée, croutée, cartonnée. Il faut savoir jouer avec le relief naturel et les conditions de neige changeantes. Si en station les pistes noires les plus raides font 35°, en pleine montagne il est courant de trouver des pentes à 40°, voir 45° et même 50° pour des itinéraires dits extrêmes.

De plus, le skieur de randonnée évolue dans un milieu non sécurisé. Les risques encourus sont bien réels pour celui qui ne connait pas la montagne hivernale (et pour celui qui la connait aussi d'ailleurs...). Risque d'avalanche, de chute en crevasse, de dévissage (glissade non contrôlée en pente raide), conditions climatiques extrêmes (tempête de neige, brouillard), chutes de pierres ,...

Il ne s'agit pas de se fixer une limite en dessus de laquelle on restera chez soi et en dessous de laquelle on fera n'importe quoi, mais plutôt de savoir évaluer les risques encourus en fonction des conditions, pour pouvoir se protéger efficacement, modifier ou renoncer à l'objectif. La montagne sera encore là demain, l'imprudent pas forcément.


S'initier



Le ski alpin, ne vous amuse plus ? Vous avez envie de plus d'authenticité, de nature "vraie" ? Vous avez une attirance pour les sports d'endurance ? Le ski de randonnée est fait pour vous. Mais attention : ne vous lancez pas seul et ne grillez pas les étapes du long apprentissage de la montagne hivernale. Sachez vous entourer. Il existe bon nombre de structures qui pourront vous aider à faire vos armes (Amis montagnards, Club Alpin Français, Fédération de la montagne et de l'Escalade, associations locales, guides de haute montagne, structures comme l'UCPA ou Terre d'aventure, etc...). Sortez du troupeau et des pistes balisées, vous ne le regretterez pas.


Le matériel



Le skieur de randonnée possède un matériel spécifique :

- Une paire de skis de randonnée. Les progrès techniques de ces dernières années permettent d'avoir un matériel très léger (appréciable à la monté), plutôt court (techniquement plus facile à skier), assez large pour garder un très bon comportement en neige souple.

- Une paire de fixations de ski de randonnée. Ces fixations possèdent deux positions : une position montée où le talon est libéré pour permettre de marcher (le pied pivote autour de l'avant de la chaussure), et une de descente où il est bloqué. Deux modèles de fixation s'opposent sur le marché : certains nécessitent une paire de chaussure adaptée, d'autres non.

- Une paire de chaussures ski de randonnée : Elles possèdent deux position : une position "marche" pour faciliter la marcher (cheville non bloquée), et une position "Ski" pour retrouver le comportement d'une chaussure de ski alpin. De plus elles possèdent une semelle de type vibram pour pouvoir marcher dans la neige, et sont cramponnables (peuvent reçevoir des crampons).

- Des couteaux, fixes ou mobiles, qui augmentent l'accroche du ski sur la neige dure

- Des peaux de phoque autocollantes.

A ce matériel s'ajoute le matériel du randonneur en général, ou de l'alpiniste :

- Un sac à dos (20-30 litres pour des courses à la journée, 30-40 litres pour des raids de plusieurs jours), permettant le portage des skis

- Des vêtements adaptés (Système 2 ou 3 couches)

- Du matériel d'alpinisme pour les courses plus techniques et pour les progressions sur glacier (Crampons, piolet, corde, petite quincaillerie, ...)

Sans oublier le matériel de sécurité indispensable :

- Arva, pelle, sonde, éventuellement sac air bag, petite pharmacie de base

Ni éventuellement le petit matériel : Altimètre, boussole, GPS, carte, Crème solaire, lunettes solaires, ...

Commentaires

» Stéphane, le 12.04.07
Au bout de 20 ans, c'est-à-dire après mon année passée au service militaire dans les chasseurs alpins avec des SM (Souliers de Montagne en cuir et non Sado-Maso quoique le cuir), et des skis, vous vous en doutez, pas de la dernière génération, je m'y suis remis. Bon, je vais peut-être faire fuire certaines personnes, mais je m'étais lancé dans les raquettes. Attention! Sportive (sourire) pas au bord des pistes de ski de fond ou dans les traces pour piétons. Exemple les combes des Aravis, le Buet, l'Aiguille de l'Epaisseur où j'étais le seul en raquettes à part les rares personnes qui montaient avec un surf sur le sac. Donc, après des remarques de collègues qui m'engagèrent à me lancer dans la peau alors qu'ils ne font rien de spécial et je l'avoue au vue de certains regards et réflexions de peaudefokeurs qui n'appréciait pas que je prenais la trace (je ne vais pas relancer le débat entre peaudefokeur et raquettiste quant à la trace) :
j'ai fait la trace en raquettes à plusieurs reprises et des skieurs m'ont remercié. DONC, je m'y suis remis. Tout d'abord en louant pour 2 ou 3 sorties , puis en m'équipant. Merci pour votre rubrique MATERIEL qui m'a été d'un grand secours. J'ai fait 6 sorties en 15 jours. Mais je n'oublie pas les raquettes.
Bonne continuation à votre site que je consulte régulièrement. Bravo

» Soizic, le 24.03.11
Les surfeurs aussi aiment pratiquer la montagne hors des sentiers battus, loin des stations "Dysneyland" qui ressemblent plus à une zone commerciale un samedi qu'à un temple de la nature... Nous aussi nous avons le goût de l'effort et de la glisse méritée, de la grandeur de la montagne et de sa beauté silencieuse et calme.
Je fais du surf de rando depuis 2 ans, en split board (le surf est coupé dans le sens de la longueur, ce qui donne 2 skis pour la montée que l'on refixe ensemble au moment de la descente.)
On les équipe de peaux à la montée...On a nos arva, pelle, sonde...Bref même matériel...Ou presque !
Oui malheureusement, nous sommes handicapés par des fixations, des boots et des surfs encore bien trop lourds en comparaison au matériel de ski de randonnée bien pensé et bien technique
Mais nous existons, sans prétention, avec le seul plaisir de "vivre" la montagne en la respectant, et de nous faire accepter comme de simples passionnés de la montagne ! ;-)

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne