Accueil > Articles > Neige & avalanches > Cohésion de la neige
Cohésion de feutrage (Crédit : Anena)
Cohésion de feutrage (Crédit : Anena)
Cohésion de frittage(Crédit : Anena)
Cohésion de frittage(Crédit : Anena)

Cohésion de la neige

Par Jeroen, le 21.07.04

La cohésion de la neige dépend de la qualité des liaisons entre les grains. On distingue 4 types de cohésion :

La cohésion de feutrage



Cohésion fragiles des cristaux de neige fraîche ou des particules reconnaissables. Elle est due à l'imbrication de leurs nombreuses aspérités et dendrites. Elle est fragile et disparaît vite dès qu'il y a métamorphose.

La cohésion de frittage



Elle concerne essentiellement les grains fins et les particules reconnaissables et se caractérise par le présence de soudures (ou ponts de glace) entre les grains. Ces dernières sont le fruit de la condensation solide de vapeur d'eau aux points de contact entre les grains. Elle est assez bonne mais propice à la propagation des cassures.
Soudure = transfert de vapeur d'eau soit par le vent soit par phénomène thermodynamique.

La cohésion capillaire



C'est une cohésion obtenue par la présence d'une pellicule d'eau qui entoure les grains et fait le liaison entre ces derniers. Sa qualité dépend de la teneur en eau liquide (T.E.L.). Pour de faibles valeurs, elle est assez bonne mais elle diminue rapidement si la T.E.L. augmente. Elle peut concerner tous les types de neiges, mais elle est typique des grains ronds.

La cohésion de regel



Lorsqu'il y a gel de l'eau liquide présente dans la neige, les grains se soudent. Cependant, pour ce faire, il faut que la T.E.L. ait été suffisamment importante, ce qui va de paire avec une métamorphose de fonte, même si les grains concernés sont de petite dimension (0,2 à 0,3 mm). Ces grains ne peuvent être que des grains arrondis. Cette cohésion est la meilleure.

Epilogue

Cet exposé des diverses transformations que subit la neige au sol n'est qu'une approche simplifiée de la réalité.
Dans le milieu naturel, ces transformations sont beaucoup plus complexes, ne serait ce qu'en raison de l'extrême variabilité des conditions météo.
C'est ainsi que tant que la neige n'a pas atteint le stade du gobelet ou du grain rond, aucune métamorphose n'est irréversible. Suivant l'évolution des températures et plus précisément de certains seuils du gradient de température au sein du manteau neigeux, on peut par exemple passer su stade du grain fin à celui de grain à face plane, et inversement.
Le stade du gobelet, lui, ne peut être modifié qu'avec l'apparition de l'eau liquide, ce qui explique qu'il n'est pas rare d'en trouver encore au mois d'avril ou de mai à la base des manteaux neigeux de haute montagne ou de certains versants très ombragés.

Merci à Montagne-online

Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Connectez-vous pour ajouter un commentaire.

VTT de montagne