Accueil > Articles > Neige & avalanches

Journal Neige & avalanches - Ski de randonnée


Rechercher un Article

Le manque de vigilance… une des principales causes d'accidents d’avalanches ?

Par ddaniel
Pratiquant depuis quarante ans le ski de randonnée, j’ai pu mesurer l’évolution des connaissances en nivologie et la qualité de leur vulgarisation ainsi que la grande évolution du matériel de recherche de victimes d’avalanches. La cordelette rouge, laissée à la traîne, n’était pas vraiment efficace ! »
» 16 Commentaires

Beau temps - Belle neige !

Par franckyv38
Sur proposition de l'équipe de modération, voici le récit de cette journée dans le secteur de Chamrousse, le jeudi 12 mars 2009 ; je n'y étais pas particulièrement favorable, par honte ou par désemparement (c'est difficile de croire ou de ne pas croire que l'on fait des erreurs), je ne sais pas très bien, mais à tort certainement car après réflexion, je pense qu'il y a toujours quelques choses à retirer d'une telle expérience, aussi minime soit elle ... »
» 12 Commentaires

Trois miraculés de l'avalanche (Corse matin copyright)

Par Ricil
Lundi 6 mars, il est 8 heures, nous nous réveillons au refuge de l’Onda. Nous, c’est Seb, Ludo et moi. La nuit a été réparatrice après la rude montée de la veille sous la pluie et la nuit précédente passée « en vrac » sur le bateau. »
» 15 Commentaires

Cohésion de la neige

Par Jeroen
Cohésion fragiles des cristaux de neige fraîche ou des particules reconnaissables. Elle est due à l'imbrication de leurs nombreuses aspérités et dendrites. Elle est fragile et disparaît vite dès qu'il y a métamorphose. »
» Pas de commentaire

Métamorphose de fonte : vers les grains ronds

Par Jeroen
Les processus de transformation précédemment décrits ne concernent que la neige sèche, c'est-à-dire de la neige qui ne contient pas d'eau liquide. »
» Pas de commentaire

Métamorphose de fort gradient : vers les gobelets

Par Jeroen
Si contrairement aux cas précédents, la température à la surface de la neige reste fortement négative pendant une assez longue période et que, de surcroît, le manteau neigeux est relativement peu épais, les différences de température seront importantes au sein du manteau neigeux. Dans ce cas, la neige subit la métamorphose de fort gradient. »
» Pas de commentaire

Métamorphose de moyen gradient : vers les faces planes

Par Jeroen
Dans ce cas, la différence de température, selon la verticale, entre les grains devient sensible, et chaque grain est plus chaud que celui qui est au-dessus de lui. L'effet de gradient entre en concurrence avec l'effet de rayon de courbure et l'emporte. Les flux de vapeur liés aux différences de température entre les grains sont plus importants que ceux liés aux différences de courbure. La cristallisation de la vapeur d'eau aux points froids, caractérisée par l'apparition d'angulosités, est plus rapide que la sublimation liée à l'effet de rayon de courbure. Néanmoins, l'effet de courbure permet au début de la métamorphose de provoquer la sublimation des petits grains et des branches les plus fines. »
» Pas de commentaire

Métamorphose de faible gradient : vers les grains fins

Par Jeroen
Quand, pendant une assez longue période, la température à la surface de la neige reste faiblement négative (avec par exemple de faibles amplitudes entre le jour et la nuit) ou lorsque le manteau neigeux est très épais, les différences de températures au sein du manteau neigeux sont assez faibles. C'est dans ce cas que la neige subit la métamorphose de faible gradient (appelée aussi anciennement métamorphose d'isothermie). »
» Pas de commentaire

Métamorphose : Première phase, vers la particule reconnaissable

Par Jeroen
La composition de ce manteau neigeux n'est pas figée une fois pour toute : elle va au contraire évoluer de façon importante au cours de l'hiver en fonction des conditions météo extérieures : nouvelles chutes de neige, vent, pluie, réchauffement ou refroidissement de la température… »
» Pas de commentaire

Formation de la neige

Par Jeroen
Les gouttelettes d'eau qui constituent le nuage peuvent rester à l'état liquide même par températures négatives. Pour passer de l'état liquide à l'état solide, il faut qu'il fasse suffisamment froid (-10 °C au moins) et que soient présentes dans l'atmosphère des particules solides étrangères appelés noyaux de congélation autour desquels les gouttelettes d'eau vont pouvoir se cristalliser et donner naissance à de petites particules de glace (appelées germes initiaux) à partir desquelles vont se développer les cristaux de neige. »
» Pas de commentaire

Echelle européenne du risque d'avalanche

Par Jeroen
Des déclenchements ne sont en général possibles que par forte surcharge (2) sur de très rares pentes raides extrêmes. Seules des coulées peuvent se produire spontanément. »
» Pas de commentaire

Les types d'avalanche

Par Jeroen
Le bonheur immense de la montagne sauvage en hiver se heurte depuis toujours au risque d'avalanche. Il importe de connaitre le phénomène et de se renseigner sur les risques avant de sortir. »
» 1 Commentaire

Les risques météorologiques

Par Jeroen
Il mine le moral, il est souvent associé à d'autres phénomènes comme le froid, ou la neige. L'action du vent pendant ou après une chute de neige est à l'origine d'accumulations comme les plaques, les corniches ou congères ... »
» Pas de commentaire
VTT de montagne