Accueil > Actu > Nature et Ecologie > Les Ouriens font ils parties de la faune menacée ?

Les Ouriens font ils parties de la faune menacée ? - Nature et Ecologie

 
+14
14 votes

Les Ouriens font ils parties de la faune menacée ?

Proposé par Bernard T.. le 31.10.2008, publié le 02.11.2008 :: fr.news.yahoo.com :: 573 vus :: 533 clics :: 43 commentaires :: Nature et Ecologie

La faune alpine menacée par le développement des sports d'hiver.
Et les Ouriens font-ils partie de la faune ? »

Commentaires

» Par Yannick COQUOZ, le 01.11.2008

Je voudrais, en tant que randonneur à ski, émettre une nuance. Est-ce que nous ne sommes pas également des mauvais utilisateurs de la nature ?

Je pose cette question dans le sens où quand on passe en forêt, on dérange nous aussi la faune en hibernation ou qui passe l'hiver. Tout le monde sait qu'il ne faut pas les déranger. Alors quel est notre impact sur les animaux lors de nos raids qui passe en forêt ?

» Par padre, le 02.11.2008

Il n'est pas nul mais négligeable. En effet, c'est un dérangement ponctuel dans le temps et dans l'espace. Une station, dès lors qu'elle existe a déjà définitivement massacré le milieu et toute la faune avec, il ne faut pas l'oublier. On ne peut donc plus y déranger quoique ce soit. De plus, les hors-pistes vomissent du surfeur toute la journée qui va chercher toujours plus de neige et de recoin vierge dans les arbres sans la moindre pensée pour la faune. Le dérangement est permanent, il n'est donc pas ponctuel ni dans le temps ni dans l'espace.
Vous comptez le nombre de stations qui pullulent dans les Alpes et le nombre de groupes de randonneurs qui va faire un raid au coeur de l'hiver...
Il faut donc comparer ce qui est comparable.

» Par François Gouy, le 02.11.2008

Le nombre de randonneurs qui passent dans les vallons de belledonne et de chartreuse en hiver est très loin d'être négligeable. Il est rare dans certains vallons d'avoir une journée sans passage et personnellement, je ne compte plus les fois où j'ai dérangé des bestioles à plumes ou à poils.
Et pour déclarer s'il faut "comparer ce qui est comparable" il faudrait une étude sur l'impact des pratiques hors-station.

» Par mpui, le 02.11.2008

C'est principalement le tétra lyre qui est concerné par le dérangement en station dans la "zone de combat" autrement dit la limite des arbres et cet animal est en voie de disparition pour cette raison; la station des Arcs a mis en place des zones interdites sur les versants nord, Megève a mis en place une info au col du Jaillet mais je ne pense pas que ce soit suffisant, le grand tétra a déjà disparu (Alpes du Nord) le petit suivra t il ?

» Par laloz, le 03.11.2008

Attention à la fameuse "zone interdite" de Villaroger. Elle ne l'est que pour ceux qui ne sont pas accompagnés d'un professionnel !!!

» Par padre, le 03.11.2008

Ah oui mais Belledonne c'est pas une station de ski de rando ça ?
Je crois qu'il y a plus de skieurs que de faune.

Zone interdite, là je vois la dérive. Tu peux que si tu paye...si on laisse faire ça, plein vont se jeter dans le créneau et tout sera payant jusqu'au sentier...NON NON et NON
D'ailleurs si on veut protéger une zone, on la protège totalement et pas question que ça devienne une manne à fric réservée aux riches. Et puis tout ça n'est que prétexte et hypocrise : le jour où une station doit se construire, la zone protégée saute illico.....

» Par JBF, le 03.11.2008

Commençons par interdire la chasse.
Et si la faune continue à décroitre, alors et alors seulement, posons-nous la question de l'impact des randonneurs durant la saison hivernale.
Car là, je crois qu'il y a vraiment deux poids, deux mesures.

» Par Bertrand, le 04.11.2008

@JBF: en chartreuse, sur le grd som la chasse au tétras est interdite depuis plus de 15ans, dent de crolles, belfont idem chasse interdite, pravouta dernière zone interdite en date (depuis 4 ans), Chamechaude et charmant som chasse autorisé mais le dernier coq a été tué en 2001. Et bien avec tous ça les comptages baissent d'année en année (avec stagnation cette année).
Alors je pense que nous pouvons nous poser la question de notre impact durant la saison hivernale... Je pense avoir bien avoir tué quelques coq en ski de rando et ce n'est pas pour autant que je vais arrêter la rando. Certes il n'y a pas que la pression touristique qui est à l'origine de la disparition du coq (Pastoralsime, météo et grêle, chasse, chien errant, patou, moins de nourriture, câble en station...) mais comparé à la chasse je crois qu'en effet il y a deux poids deux mesures, nous faisons plus de mal (du moins en chartreuse, ailleurs je ne connais pas), surtout que nous pratiquons notre loisir lorsque le coq est le plus fragile. L'an passé j'avais contacté les gardes de la RN pour faire paraitre un article sur skitour sur ce sujet, sans réponse...mais je vais relancer cette année, notamment pour expliquer le rôle de la zone d"hivernage du roc d'arguille.
A noter aussi qu'en chartreuse, tous les acteurs du massif on fait des efforts pour protéger le coq: l'onf ne loue plus le paturage entre la dent de crolles et la cheminée du paradis donc moins d'€, on demande aux propriétaires des moutons de mettre moins de bêtes en alpage, on interdit la chasse sur la majorité des zones et on demande à tous, pour ceux qui veulent bien respecter ;o) de ne pas entrer dans deux zones (zone estivale sur pravouta et zone hivernale sur roc d'arguille)....

» Par seb, le 04.11.2008

Comme le dit justement François, il n'y a pas (à ma connaissance) d'étude complète sur l'impact des pratiques hors-station.
Qu'une station "pourrisse" un éco-système dans une zone (parfois vaste) donnée c'est une chose, mais avancer que les milliers de randonneurs qui parcourent les vallons les 4 mois de l'année où le tétras est fragile ont un impact négligeable en est une autre...
Sans parler bien sûr des nuisances dues aux déplacementx de tout ce petit monde (majoritairement urbain).

» Par gro, le 04.11.2008

"l'avantage" des stations est qu'elles concentrent les nuisances, certes en sinistrant une zone, mais en laissant (normalement) les autres zones vierges et plus propices à la vie animale.

Car il y a plus de zones sans stations que de zones avec stations !!!

Par contre le randonneur à skis va partout, et avec l'augmentation de la pratique en plus vers des coins exotiques pour "fuir la masse".... c'est un vrai problème, j'avais discuté avec un garde du parc des ecrins qui le confirmait.

Quand à dire : "le randonneur dérange ponctuellement " j'explose de rire ! un beau WE, du Grand Van à la belle etoile, c'est NOIR de skieurs ! je ne parle même pas de chamechaude l'autoroute, certains font ça à 6 h du mat, d'autres le soir, et d'autres en pleine nuit !!!!

» Par Yann, le 04.11.2008

Fermons donc Skitour, site nuisible pour l'environnement

» Par Etienne -H-, le 04.11.2008

Etrange comme argumentaire Gro: "les stations saccagent tout mais laissent de la place vierge, ces salauds de randonneurs venant fréquenter ce qui reste vierge". En gros (sic) c'est ça?
Sinon c'est certain que si tes références en randonnée sont Chamegonfle et les Vans la notion d'espace vierge est biaisée...
M'enfin si tu préfères la peste au rhume...

» Par Yann, le 04.11.2008

Sérieusement: Si on prend l'exemple de la Chartreuse, que devons nous faire ? Toutes les courses intéressantes à ski sont (ou étaient) des zones à Tetra

Ne pas passer au Roc d'Arguille c'est bien (c'est pas ce que j'ai fais je sais) mais ça ne va pas sauver l'espèce non plus.. S'interdire d'aller à côté des "classiques" comme au Charmant Som ce n'est pas renoncer à l'essence même de notre sport ?
Perso, les classiques j'aime bien quand je ne peux pas faire autre chose mais mon pied je le prend dans les combes sauvages !! Le plaisir principal c'est les paysages, la magie d'une combe vierge de trace avec les sapins qui croulent sous la neige ça n'a pas de prix..
Franchement, si on est tous passionnés du ski de rando, c'est bien pour la sensation de liberté que ce sport nous procure, comme pour le plaisir de l'effort alors si on ne peut plus aller tirer le mastic où bon nous semble... :ill:

» Par Seb, le 04.11.2008

C'est clair Yann, aucun doute, tu reconnais et assumes pleinement le fait de déranger la faune et ça n'a pas l'air de plus te soucier que ça puisque ça n'a pas de prix à tes yeux !!!
Sans vouloir te tirer dessus particulièrement à boulet rouge car je sais que tu es loin d'être le seul à penser ça, ce genre de discours me dérange beaucoup et le fait de s'asseoir dessus en disant "j'assume" est finalement la pire des constatations. Le "Je veux, donc je fais".
C'est pas la peine de se foutre de la gueule des chasseurs après, car je pense qu'on fait autant de mal l'hiver venu qu'eux et la mentalité qui motive la fin est la même.

Quant aux stations, elles ont au moins le mérite de concentrer les nuisances en un lieu pas si étendu que ça. Le rapport nuisance par personne au km² est très inférieur à celui qui prendrait en compte la même population de skieurs sur l'ensemble du territoire "randonnable".
Tous ceux qui fréquentent les stations l'été/Automne (pour leur boulot par exemple) vous diront que la densité de faune est assez importante. A vrai dire, à part le tétras, les populations sont assez importantes, même si l'hiver elles peuvent être amenées à changer de vallon.

» Par Yann, le 04.11.2008

"""C'est clair Yann, aucun doute, tu reconnais et assumes pleinement le fait de déranger la faune et ça n'a pas l'air de plus te soucier que ça puisque ça n'a pas de prix à tes yeux !!!"""

Attention à l'interprétation quand même !! Je dis que je cherche avant tout des coins sauvages pour leur beauté, je ne suis pas en train de dire que j'y vais en ayant conscience d'éliminer la faune à chaque fois.. J'aurai plus mauvaise conscience à aller en station !!! Quand on voit le massacre écologique sur les domaines skiables.. entre la course aux canons à neige, la course aux nouvelles remontées, le dynamitage des pentes pour purger la neige, le dynamitage pour créer des pistes de plus en plus larges et de moins en moins bosselées, les coups de buldozer... le ratissage des pentes pour enlever la caillasse, l'engazonnement et j'en passe bien d'autres... j'ai plutôt très bonne conscience à aller faire de la rando à ski au lieu de cautionner la course au grand n'importe quoi. Y'a qu'à voir ce qu'ils font même sur des domaines de ski de fond!!!! Sur le domaine de Gève, le plateau a été détérioré à un point, c'est scandaleux !! Alors me dire après ça que je suis un vilain petit randonneur, c'est mal placé..

Quand aux chasseurs... quand je vois un animal, je ne lui tire pas dessus avec une arme à feu. Et quand je vois que ces (cons) de chasseurs tuent un loup sous le col de l'Arc et qu'après on nous dit que heureusement qu'ils sont là pour "réguler" parce que les grands prédateurs ont disparu, y'a un problème non ??

"""Sans parler bien sûr des nuisances dues aux déplacements de tout ce petit monde (majoritairement urbain)"""
Excuse moi mais prendre la voiture pour aller en station ou au départ d'une rando, le bilan carbone sera le même.. A la différence que ensuite le randonneur n'aura pas eu besoin de se faire ratraquer les pentes par une dameuse au fioul, qu'il utilise ses muscles pour monter à la place d'énergie nucléaire pour les remontées mécaniques et qu'il n'a pas fait pré-déclencher les pentes à la dynamite avant de descendre..
Au final le randonneur est donc beaucoup moins exigeant "carboniquement" parlant

» Par gro, le 05.11.2008

je ne suis pas un pro- station , mais il est evident qu'entre : 10 000 personnes faisant de la rando un WE et 10 000 personnes faisant de la station, les nuisances des skieurs de piste seront concentrées sur une petite zone, alros que les nuisances des randonneurs ( dont je fais partie ) seront partout !

Yann avant moi reconnait s'en foutre, de la faune, car il cherche "des coins sauvages pour leur beauté" et peu lui importe si en y allant, il les détruit, ces coins, pour son egoiste plaisir personnel. Il est honnete, la majorité des randonneurs pensent comme lui mais ne le disent pas.

Je randonne, mais peu, et essaie d'eviter les zones connues pour leur faune sensible. Attention, entre déranger des chamois et des tetras en voie de disparition c'est pas la même chose...

» Par seb (joebar), le 05.11.2008

@yann: moi chui le seb minuscule (le chieur des points mazouts) ;-)
Mais je partage ce que dit Seb. Y'a dans cette problématique (déranger une faune fragile) encore une fois une histoire d'échelle et de tolérance personnelle, c'est délicat à appréhender.
Mais ne pas oublier qu'un impact global est une somme d'impacts personnels, fussent-ils minimes.

Pour les déplacements, c'est loin d'etre aussi évident que tu l'énonces. Les stations mettent de plus en plus en place des transports collectifs, réduisant d'autant la pollution des vallées concernées (hypothese que les stations ont un flux à peu pres constant, je pense que c'est fini la croissance de ce coté là...mais je n'ai pas de chiffres de frequentation sous le coude).
A contrario, les parkings de randonnée sont de plus en plus bondés, hiver apres hiver. Et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il n'y a pas grande initiative de ce coté là, pour réduire l'impact des citadins qui vont randoskier (a part les veloskieurs, issus d'une initiative ludique de Mountain Wilderness).
A la communauté du ski de rando d'utiliser les transports en commun pour améliorer et développer le service actuellement insuffisant, sinon on n'en sort pas.

Dans la meme logique, je suis pour un péage à voitures pour les routes de montagne, et des fermetures de certaines zones de non-sens (Prabert....), ou bien encore des filtrages par taux de remplissage de véhicules. Avec les thunes récoltées, le service de bus pourrait etre développé spécifiquement pour les loisirs hivernaux et estivaux. Une micro-économie locale pourrait meme émerger. Exemple: au terminus, un bistrot chauffé sympa en attendant les navettes, un service de location de véhicules propres, etc...

» Par padre, le 05.11.2008

""Attention à l'interprétation quand même !! Je dis que je cherche avant tout des coins sauvages pour leur beauté, je ne suis pas en train de dire que j'y vais en ayant conscience d'éliminer la faune à chaque fois.. J'aurai plus mauvaise conscience à aller en station !!! Quand on voit le massacre écologique sur les domaines skiables.. entre la course aux canons à neige, la course aux nouvelles remontées, le dynamitage des pentes pour purger la neige, le dynamitage pour créer des pistes de plus en plus larges et de moins en moins bosselées, les coups de buldozer... le ratissage des pentes pour enlever la caillasse, l'engazonnement et j'en passe bien d'autres... j'ai plutôt très bonne conscience à aller faire de la rando à ski au lieu de cautionner la course au grand n'importe quoi. Y'a qu'à voir ce qu'ils font même sur des domaines de ski de fond!!!! Sur le domaine de Gève, le plateau a été détérioré à un point, c'est scandaleux !! Alors me dire après ça que je suis un vilain petit randonneur, c'est mal placé..

Quand aux chasseurs... quand je vois un animal, je ne lui tire pas dessus avec une arme à feu. Et quand je vois que ces (cons) de chasseurs tuent un loup sous le col de l'Arc et qu'après on nous dit que heureusement qu'ils sont là pour "réguler" parce que les grands prédateurs ont disparu, y'a un problème non ??""


J'ai le même point de vue. On cherche à culpabiliser le randonneur qui, même s'il peut avoir un certain impact, n'a pas du tout la même démarche en tant qu'utilisateur de la nature.
N'oublions pas qu'il ne fait que passer, comme le ferait une autre espèce animale dans le milieu et on considère donc là qu'il fait parti de la nature. Et l'on peut se poser la question pourquoi les animaux ont si peur : la chasse les persécute depuis des lustres. Le cas du Tetra est différent mais qui peut le mieux qu'un randonneur que je pense le plus souvent respectueux, en avoir plus conscience, faire attention à éviter des zones.
Maintenant, les Ouriens sont peut-être habitués à voir tant de randonneurs sur les classiques le week qu'ils peuvent penser qu'il en est de même partout (Charteuse, Belledonne). C'est faux, la montagne n'est pas qu'au bord d'une grande ville et il y a des secteurs ou en dehors de quelques classiques, il y a vraiment une fréquentation ponctuelle.
Pour finir, on interdirait les plus respectueux, dans le fond, à utiliser la nature pour se ressourcer légitimement (et éviter de devenir fou ou con) et laisser chasseurs, stations, motoneige et autres nuisibles sous prétexte que ça serait concentré ? ce qui est faux car ils sont vraiment partout et justement les tetras ou autres n'ont d'autre choix que de déménager vers le secteur des randonneurs qu'on accuse alors, car ils sont le surplus intolérable du dérangement ! Un comble, non ?
Dans l'optique de ce que j'ai pu lire, commençons par libérer la nature volée et pillée par les stations et les chasseurs (qui ne font aucune bonne gestion ni de bien dans l'environnement contrairement aux idées reçues), après on verra pour les randonneurs.
Ce qui m'interpelle aussi c'est qu'on excuse et on ne touche pas à ce qui rapporte du fric (stations et autres lobbys) mais qu'on s'attaque aux randonneurs car ils jouissent gratuitement. Si on faisait payer les classiques de Belledonne, le tetras on n'y penserait plus (je suis sûr que certains assoiffés y ont pensé).

» Par gro, le 05.11.2008

on ne cherche pas à culpabiliser, mais à faire prendre conscience.

Je préfère un yann qui dit "je m'en tape" plutôt qu'un gars qui se voile la face en disant "l'impact est négligeable"

Après que chacun assume, mais c'est pas en disant : "lui il est pire que moi, donc à lui de changer" que la situation va avancer. C'est une cour de récré.

Enfin, ce que les randonneurs n'arrivent pas à comprendre, c'est que si randonner partout était possible avant, ca ne l'est plus aujourd'hui avec l'augmentation de la fréquentation ( indéniable)

» Par Yann, le 05.11.2008

@Seb: Qui prend les transport en commun pour accéder aux stations ? A part les -18 ans et les étudiants sans voiture, pas grand monde d'autre...
En rando à ski, c''est facile de gérer un horaire de départ mais pour ce qui est de l'horaire de retour, bonjour les dégats. Je n'imagine pas qu'un service de navettes puisse fonctionner dans le cadre de la rando.. ET honnetement je serai sûrement pas le premier à l'utiliser. De même que si demain je ne fais que de la piste, je garderai ma caisse pour les trajets.

Tu parles de la fréquentation de Prabert, à ma conaissance elle n'a pas augmenté, y'a qu'à voir l'encart dans le vieux toponeige Volo où fin des années 90 il avait déjà compté plus de 200 bagnoles sur le parking !!!
Si aujourd'hui tous les randonneurs arrêtaient la rando et se remettaient à la piste, les stations se frotteraient les mains et alors les conséquences seraient d'autant plus désastreuses pour l'environnement !!! Plus de monde = plus d'argent = toujours plus d'investissement = toujours plus grand = réduction des espaces naturels... Y'a qu'à voir à quoi ressemble la savoie aujourd'hui !! tu peux pas faire un seul sommet sans voir des remontées. Même à Celliers il a fallu construire pour rejoindre Valmorel, ça va s'arrêter où ???? Il n'y a bientôt plus un seul vallon vierge de tout équipement mécanique. Comme les 6belles, tout ça pour quoi ??

@Gro: ""Enfin, ce que les randonneurs n'arrivent pas à comprendre, c'est que si randonner partout était possible avant, ca ne l'est plus aujourd'hui avec l'augmentation de la fréquentation ( indéniable)""

MAIS ON FAIT QUOI ALORS ???? On va tous s'entasser sur Chamechaude ?????????

» Par Pïerre, le 05.11.2008

"MAIS ON FAIT QUOI ALORS ???? On va tous s'entasser sur Chamechaude ?????????"

C'est assez tendance maintenant. Les zones sacrifiées suréquipées où les promoteurs de tout poil peuvent se défouler et à coté des zones surprotégées pour se donner bonne conscience. Ces zones surprotégées sont bien entendu dans des endroits ne présentant pas d'intérêt économique et leur statut "surprotégé" peut naturellement être remis en cause du jour au lendemain.

On considère comme normal et inévitable de prendre en cause le besoin de l'utilisateur d'équipements lourds et comme un égoïsme intolérable celui qui n'entrerait pas dans ce moule.

Franchement si c'est ça qu'on prépare à nos gamins, ne connaître la montagne que depuis des télésièges ou à travers des films de Hulot ou Arthus-bertrand...

Honnêtement avoir une nature sanctuaire dans laquelle l'être humain ne pourrait pénétrer, quel est l'intérêt ?

» Par Padre, le 05.11.2008

@Gro : De toute façon, elle est où l'étude d'impact des randonneurs qui prouverait qu'ils seraient très nuisibles, des chiffres ? (Aussi inexistante ou fausse que celle qui montrerait que la chasse ou le braconnage n'a pas d'impact).
Je ne me voile pas la face, j'estime que notre impact est négligeable en regard de la destruction régulière et permanente du milieu ou en regard de l'impact des autres utilisateurs beaucoup plus nuisibles. Je ne dis pas non plus que comme eux font pire, nous on peut tout se permettre. Mais si on est sensible à la protection de la nature, le gros du boulot est ailleurs.

» Par seb, le 05.11.2008

C'est tout l'interet de la biodiversité... On s'écarte un peu trop du sujet initial, mais je pense que tels sanctuaires ont un interet, qui sera de plus en plus élevé et definitivement idiot avec une expansion en parallèle des espaces "sacrifiés".

Tout ce qui est une pierre à l'édifice de la destruction de la biodiversité, des sols et de la nature en général doit etre contrôlé et savamment régulé. Ceci s'applique à une large palette d'objets: les stations de montagne, la voiture, l'homme dans la nature. L'énorme avantage de ce dernier (et du premier dans une moindre mesure), c'est qu'il n'y a pas que des nuisances.

@Yann:
"En rando à ski, c''est facile de gérer un horaire de départ mais pour ce qui est de l'horaire de retour, bonjour les dégats. Je n'imagine pas qu'un service de navettes puisse fonctionner dans le cadre de la rando.. ET honnetement je serai sûrement pas le premier à l'utiliser. De même que si demain je ne fais que de la piste, je garderai ma caisse pour les trajets."
Et pourquoi des navettes ne peuvent-elles pas exister? Une journée d'hiver ne fait "que" 10h de jour avec un creux à la mi-journée. 10 navettes/jour et l'affaire est réglée et entendue. La perte de confort est minime et le gain pour tous énorme.
Tu ne serais pas le premier? C'est pas grave, d'autres s'en chargeront; mais pour que les regles du jeu soient équitables, alors tu devrais faire un effort aussi (taxe, autre...).
Ce sont les étudiants et les "sans-le-sou" qui utilisent le bus? C'est faux, mais il faut le prendre pour le savoir. Des mesures simples et tres efficaces peuvent renverser la tendance à court terme: prix du permis de conduire qui augmente progressivement pour devenir trop cher pour la majorité des gens (meme pour les ingénieurs grenoblois), coût du carburant qui augmente progressivement (taxe carbone). Les jeunes d'aujourd'hui qui prennent le bus sont ceux qui seront demain dans une logique de déplacement individuel... ou pas!!

Ne vous y trompez surtout pas: l'effort va devoir etre collectif et ne sera pas sans conséquence pour tout le monde. Mais en y allant progressivement dès aujourd'hui, on évite de ne plus pouvoir aller en montagne demain, ou que cela soit réserver à une élite.
La montagne pour tous, facilement et à bas coût, nos gamins n'en profiteront certainement pas si on reste dans la logique actuelle.

» Par Pïerre, le 05.11.2008

Des zones sanctuaires dans des endroits précis répondant à des critères et des besoins précis 100% d'accord.
Mais si ça se passe comme dans certaines stations suisses (qui s'en sont vantées en plus) ou se déroule un marchandage avec les assoc. écolo, tu me laisses équiper un vallon et dans celui d'à coté je décrète une interdiction de la rando pédestre, du ski de rando du parapente, du VTT, de la grimpe,... moins d'accord.

» Par Yann, le 05.11.2008

@Seb: Je suis un adepte de la rando de proximité justement dans une démarche de moindre impact "mazout" . Certes c'est toujours trop car j'utilise mon véhicule alors que des solutions alternatives seraient peut-être envisageables mais c'est aussi et déjà une contrainte. Oui, la taxe carbone aurait du bon, d'autant plus qu'elle aurait pour avantage de toucher tout le monde (dont les utilisateurs des stations), donc je suis pour.

Pour les zones sanctuaires c'est trop tard !!! ou alors ça veut dire la mort de notre activité car vue l'emprise des stations aujourd'hui sur nos montagnes il va pas rester grand chose...

» Par Mic'hel, le 05.11.2008

c'est marrant comme skitour ressemble de plus en plus à feu skirando.ch ;-)

de toutes façons, tant qu'on ne remet pas, dans un pays de superficie finie, le concept de croissance continue de la démographie (par le controle des naissances), il y aura nécéssairement toujours moins de place pour les autres espèces (et tojours moins de ressources/espace par tête de pipe). Alors se "battre" pour savoir qui fait disparaitre le tetras lyre le plus vite, l'usine à ski qui rase tout ou les passages des randonneurs, c'est un peu de la masturbation de cerveau. Le tétras-lyre, comme les loups, les ours, les lynx, les lagopèdes... etc ... vont disparaitre pour faire place nette à l'humain.
Il est fort improbable que les pitchouns qui naissent aujourd'hui aient la qualité environnementale (déjà fort dégradée) de la société de leur parents. Mais bon ils seront plus nombreux... avec moins de ressources... Plus on est de fous, plus on rit, parait il....

Courbe de la démographie française de 1960 à nos jours.

Artificalisation des sols (source IFEN).


PS: je laisse la place aux bien-pensants qui généralement hurlent à la mort quand on fait allusion à la limitation de la démographie (tabou!).

» Par Yann, le 05.11.2008

Et voilà ce qui arrive avec les stations !!!

A la une de la page d'accueil des 7Laux le 05/11/2008:
"""""LA NOUVELLE RETENUE COLLINAIRE EST PLEINE...
ET LES TRAVAUX SONT PRESQUE TERMINES...
Si le froid arrive on va pouvoir préparer le domaine skiable."""""

=> Entre les lignes ça se lit de la façon suivante:

On a mazouté tout l'été avec nos gros bul Caterpillar pour vous creuser une nouvelle retenue d'eau. L'étanchéité est assurée par une épaisseur conséquente de matière plastique sur l'ensemble de sa surface. Bien sûr les paysages ont été préservé et l'impact visuel est nul (on ne voit rien depuis la lune). Bien sûr pour ne pas gâcher notre plaisir, on vous a installé des girafes sur toutes les pistes non encore amménagés pour la neige artificielle. Là encore, de charmants petits engins mécaniques ont creusé des saignées naturelles sur toutes les pistes pour acheminer l'eau de la retenue aux canons à neige, tout ceci pacifiquement bien sûr.

Pendant les travaux estivaux de nombreux tétras sont venus admirer nos gros engins, ils ont pu respirer l'air pur de nos pots d'échappement. Nous les avons ainsi réuni à la fin de l'été afin de définir avec eux des zones sanctuaires préaménagées histoire qu'ils puissent passer l'hiver à l'abri des méchants randonneurs qui dégradent de plus en plus leur espace vital. Avec eux, nous sommes finalement tombés d'accord sur l'idée de déclarer la guerre aux randonneurs à ski. Nous allons donc faire pression sur le gouvernement afin qu'il légalise l'expansion des domaines skiables à hauteur de 50% de ce qu'ils sont aujourd'hui et en contreparti, nous nous engageons à préserver le peu d'espace naturels restant et à y interdire l'accés à quelque être humain qu'il soit. La rando à ski sera donc à terme constitutionnellement interdite et ceci dans l'intérêt de la biodiversité, merci au Grenelle de l'environnement.

3ème point, le mois de Novembre ayant débuté, statistiquement nous savons qu'une vague de froid anticyclonique devrait arriver sur notre domaine d'ici peu. Afin de maintenir notre entreprise en pleine croissance à 2 chiffres et afin de récompenser nos actionnaires, nous prévoyons de faire gicler les canons à neige dès que les conditions météo le permettront. La nature a du bon, un coup de froid et hop pon enneige 75% des pistes comme ça nos clients pourront venir débourser leurs dernières économies chez nous. Normal, on a annoncé à tous les médias qu'il y aura de la neige à Noël alors on se prépare à l'avance !! Bien entendu toujours, les randonneurs à ski seront personna non grata sur nos pistes enneigées (artificiellement), c'est trop dangereux pour eux avec nos engins à cables et de toute façon ils dérangent la nature.

Bon hiver à tous

» Par Mic'hel, le 05.11.2008

"Afin de maintenir notre entreprise en pleine croissance à 2 chiffres et afin de récompenser nos actionnaires, "

cette année ce sera plutot "afin de compenser légèrement les pertes de nos actionnaires..." :P

» Par ManuPak, le 05.11.2008

@Yann : respect pour ton décodage de la com' des 7laux !

On devrait toujours avoir un Yann avec soi quand on subit nos politiques ou nos manager ! :wink:

» Par Yann, le 06.11.2008

""""de toutes façons, tant qu'on ne remet pas, dans un pays de superficie finie, le concept de croissance continue de la démographie (par le controle des naissances), il y aura nécéssairement toujours moins de place pour les autres espèces (et tojours moins de ressources/espace par tête de pipe). Alors se "battre" pour savoir qui fait disparaitre le tetras lyre le plus vite, l'usine à ski qui rase tout ou les passages des randonneurs, c'est un peu de la masturbation de cerveau. Le tétras-lyre, comme les loups, les ours, les lynx, les lagopèdes... etc ... vont disparaitre pour faire place nette à l'humain.""""

D'accord avec Mic'hel, c'est une réalité qu'il faut prendre en compte ! PAs tabou pour moi :wink:

» Par Etienne -H-, le 06.11.2008

Bon Mic'hel, je lis dans l'extrait que cite Yann que tu dissimules discrètement 2 solutions peu catholiques pour relancer le malthusianisme... oups...

» Par Mic'hel, le 06.11.2008

2?? discrètement??
c'est peut-etre parce que je suis pas catholique que j'arrive pas à décoder. Tu peux reposter en clair?

» Par seb, le 07.11.2008

Toujours ce besoin de catégoriser ce que disent les gens.
Si nous arretions avec ça pour avoir des débats d'idées constructifs. C'est maintenant une évidence acceptée par tous les experts que la croissance exponentielle de quoi que ce soit dans un système fini ne peut etre durable.
Pour la démographie, c'est tellement évident!

» Par Francoua, le 07.11.2008

Pas besoin d'être un expert pour prévoir qu'une croissance continue est impossible avec des ressources finies...

» Par Etienne -H-, le 07.11.2008

Rien de grave Mic'hel, j'ai juste sourit en lisant pipe et masturbation après l'évocation de la régulation des naissance. Je préfère l'hyperbole à l'explication de texte, mais vu que ça pose problème...

» Par Mic'hel, le 07.11.2008

"Rien de grave Mic'hel, j'ai juste sourit en lisant pipe et masturbation après l'évocation de la régulation des naissance."

ouh là, j'ai bien fait de te demander le décodeur, j'aurais jamais cherché aussi loin!!! :lol: :lol:
Le lecteur catholique est autorisé à remplacer "c'est de la maturbation de cerveau" par "on se fourvoie sur l'essentiel et l'on sollicite ces neurones en pure perte" et "tete de pipe" par "personne" alors !

» Par Pïerre, le 07.11.2008

le lago pede peut aussi aider à réguler la démographie

» Par seb, le 07.11.2008

@Francoua: pas besoin, nan. C'est sûr.
Mais alors pourquoi diable cet état de fait simplissime n'est pas accepté par le plus grand monde? Et pourquoi cette base n'est meme pas enseignée à l'école?
Cette phrase seule suffit pour remettre en cause des pans entiers du raisonnement qui prévaut dans nos sociétés...

» Par Francoua, le 07.11.2008

"Cette phrase seule suffit pour remettre en cause des pans entiers du raisonnement qui prévaut dans nos sociétés..."

Ben voilà; tu as trouvé pourquoi!

» Par gro, le 07.11.2008

J'adore comme d'un cas simple et concret, nous incitant à remettre en cause nos comportements, on en vient à des phrases générales nous permettant de nous dédouaner...

j'ai entendu la même chose ce matin à la radio : les écolos veulent interdire les braseros qui chauffent les terrasses dehors, tout le monde hurle en disant : " moi je suis écolo, mais ca, non ! les ecolos feraient mieux de s'occuper des usines"

Tout le mond eest écolo quand il s'agit de trier ses déchets, ou de mettre des ampoules basse conso.

Quand il s'agit de son confort, là il y a plus personne, et on part dans des grandes phrases, des raisonnements macro économiques ( mais puisque les américains polluent plus , c'est à eux d'arreter ! , mais puisque les stations polluent plus, c'est à eux d'arreter ! )

Même mon gamin de 5 ans est moins puéril.

» Par homme malgré lui, le 07.11.2008

""Toujours ce besoin de catégoriser ce que disent les gens.
Si nous arretions avec ça pour avoir des débats d'idées constructifs. C'est maintenant une évidence acceptée par tous les experts que la croissance exponentielle de quoi que ce soit dans un système fini ne peut etre durable.
Pour la démographie, c'est tellement évident!""

Le gros problème pour l'homme justement, il n'y a rien de valable et efficace pour le réguler : il n'a pas de prédateur efficace (même lui-même).
Tuer pour le plaisir ça il sait faire et il est le seul, l'orgueil est sa principale qualité. Mais à quoi lui sert l'intelligence ? c'est bien la seule question à poser dans tout ça.

» Par Seb, le 09.11.2008

Ben, si, il y aurait bien un moyen de limiter la population. Une politique anti-nataliste comme en Chine, mais à l'échelle mondiale, et à la différence près qu'il faudrait la faire respecter et faire face à la colère due à cette pensée pas très "politiquement correcte".
Mais c'est clair la terre est un sytème fini alors que l'ambition de l'homme semble, elle, infinie...ca va clacher tôt ou tard !!!

» Par Jerome, le 10.11.2008

J'aimerais vous parler de mon potager.

Mon potager est une parcelle de bonne terre d'un Alpage que j'ai dans un de nos massifs. Je l'ai mis là, parceque je trouve que les légumes bio ont meilleur gout que ceux gavés de pesticides. Et mon potager, qui profite de l'air pur des montagne, de la bonne terre pleine de minéraux et de la source toute proche, est un endroit idéal pour faire pousser mes légumes. A tel point que la récolte est abondante et que j'en fais profiter mes amis.

Mais voilà, mon potager est aussi un spot digne d'intéret pour ces paysages, sa lumière et son relief. Aussi, au printemps, régulièrement, des randonneurs, à ski, à pieds, à VTT traversent mon potager et ça me fais chier. (Excusez ma saute d'humeur, mais c'est un peu ça).
Car, au printemps, la terre se réveille, j'ai commençé mes semis. Mes graines bios, issues de la récolte d'avant, commence à germer, fragiles. Alors c'est embêtant.

Pourtant, ils ne sont pas méchants, les randonneurs, ils disent qu'ils ne font que passer, qu'ils sont seuls.
Certes, mais un tout seul parci, un tout seul par là, à chaque fois, c'est quelques carrottes en moins. A tel point, qu'une fois mangée et distribuée la récolte, je n'ai plus de graines pour semer l'année suivante et dois aller en acheter dans la vallée.

Ils disent aussi que c'est pour la beauté du lieu. Oui, mais pour qui sait la voir, la beauté du lieu est visible toute l'année. Alors, bons randonneur, pratiquez à bon escient, avant les semailles ou aprés la récolte, ça ne me dérengeras pas.

Tout ça pour dire que je comprends bien le désarroi de Mr Lagopède et Mme Gypaëte ......


VTT de montagne