Accueil > Actu > Politique et Société > L’affaire du siècle - Action en justice climatique envers l'Etat

L’affaire du siècle - Action en justice climatique envers l'Etat - Politique et Société

 
-35
99 votes

L’affaire du siècle - Action en justice climatique envers l'Etat

Proposé par Vinchy le 21.12.2018, publié le 21.12.2018 :: laffairedusiecle.net :: 5045 vus :: 772 clics :: 103 commentaires :: Politique et Société

L'affaire du siècle qui est aussi l'affaire de TOUS !! »

Commentaires

» Par henyan, le 21.12.2018

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/environnement/climat-la-pétition-contre-letat-dépasse-le-million/ar-BBRdUuM?ocid=spartanntp

» Par Carboniste, le 21.12.2018

C'est bizarre, je n'ai pas vu l'info relayée sur volopress ????

» Par réac, le 21.12.2018

ben oui volo pense que le changement n'est pas dû à l'homme...c'est un climatosceptique

» Par illuminati, le 21.12.2018

Pour volo c'est un complot judéo-zionist

» Par Pat, le 21.12.2018

C'est sûr que d'attaquer l'état Français va nous protéger des aléas climatiques.
Chacun sait que les pollutions, dérèglements et autres réchauffements s'arrêtent aux frontières!
Ca devient n'importe quoi. Hormis nous faire payer plus et toujours plus, ça ne réglera pas l'utilisation du charbon utilisé par d'autres pays et nettement plus réchauffants que nos diesels par exemple.
Cette écologie telle qu'imaginée en ce moment commence à me faire vomir car elle ne s'attaque pas aux gros pollueurs mais simplement à se donner bonne conscience!

» Par GEGE38, le 21.12.2018

Sauvons,sauvons Cécile Duflot !

» Par yves, le 21.12.2018

+1@pat

ll faut exporter toutes ces associations en indes, Chine et pays émergents .
en Chine tu prends une balles dans la tronche et tu finis en donneur d"organes.
une autre forme de développement durable....

» Par mich, le 21.12.2018

Et l'exemplarité vous en faite quoi??? C'est sûr qu'on peut trouver pire que nous mais pour autant faut il rester les bras croisés. C'est justement de s'attaquer au système et aux gros pollueurs qui est proposé dans ce texte.... si plusieurs millions de personnes signent ce texte ça peut être un accélérateur pour aider à la prise de conscience de nos décideurs qui sont bien souvent à la traîne de leur opinion publique

» Par Manfredvswild, le 21.12.2018

pat ok sur certains aspects, yves du coup si la tronche est un organe, celui ci il est pas récupéré quand meme ? sinon celui qui recoit, il risque de faire la tronche non ?!

» Par Pat, le 21.12.2018

@Mich,
L'exemplarité et la France donneuse de leçon au reste du monde on voit ce que ça commence à donner!
D'autre part je pense que nous ne sommes pas les derniers non plus en écologie, mais comme on parle de la planète il n'y a pas de raison que certains peuples "cotisent" plus que d'autres et se saignent pour des voitures électriques.
A une époque nous achetions des diesels réputés "propres" avec FAP ect, ect...sauf que les constructeurs ont bernés tout le monde et aujourd'hui on voudrait nous faire porter le chapeau avec des CT toujours plus restrictifs. Il y a tellement d'exemples comme ça que je reste sur mes impressions l'écologie c'est plus pour le commerce qu'autre chose.

» Par Crétin des alpes, le 21.12.2018

La France est responsable d'à peu près 1% des émissions de gaz à effet de serre mondiales...
c'est pas moi qui l 'invente..
encore une connerie pour nous faire passer pour des cons !!!

» Par Robert, le 21.12.2018

Alors quoi ? Ne rien faire ? Ne rien essayer ?
S'efforcer de croire que c'est pas vrai ! Que c'est du pipeau, que c'est la faute des autres, que les autres, ils ont qu'à commencer les premiers à réduire leurs émissions. Après, on verra bien ! On s'en fout si on nous traite de franchouillard !
Y'a qu'à attendre... et crever, de chaud, de soif (Hé hé ! enfin, pas nous directement, mais nos enfants, petits-enfants). Après tout, crever, c'est pas si grave, ça arrive à tout le monde, alors un peu plus tôt ou un peu plus tard...

» Par michel, le 21.12.2018

Il ne s'agit pas de donner des leçons à quiconque mais d'essayer d'infléchir un modèle qui nous mène dans le mur.. Pour ce qui est de faire plus d'effort que d'autres et bien si c'est bien nous avec notre modèle de vie occidental qui devront faire plus d'efforts que d'autres. La France est un pays riche et on peut/doit faire des choix ambitieux. La sortie du tout carbone est une obligation et un facteur de progrès pour tous

» Par crétin des alpes, le 21.12.2018

essayer quoi ? comment ? sans foutre en l'air l'économie du Pays et monter les gens les uns contre les autres..
c'est facile de parler dans le vide..
Dites cela à la classe émergente chinoise qui commence à vivre correctement qu il faut se soucier d'écologie quand on sort de la misère...
Facile de causer quand on a jamais manqué de rien..

» Par Robert, le 21.12.2018

Essayer quoi ? J'en sais fichtre rien, pauvre ignorant que je suis. C'est pas à nous, pauvres mecs, de savoir ce qui doit être fait au niveau d'un pays. On a des responsables qu'on a élu pour ça. Enfin, si eux savent pas quoi faire, on est mal barré. On peut juste les pousser à ce qu'il se bouge le cul. https://laffairedusiecle.net/

» Par mouais..., le 22.12.2018

Commençons par arrêter de surfer sur internet en général (et sur skitour en particulier), d’acheter pléthore de matos et fringues de montagne à l’empreinte écologique catastrophique, de prendre notre bagnole (transports en commun ou covoiturage même combat ou presque) et faire des centaines de kms pour se faire mousser de sa sortie du we auprès des potes et surtout sur le net... ça sera beaucoup plus bénéfique pour la planète que de signer ce genre de petition bidon pour se donner bonne conscience...
Sur ce je vous laisse, je vais au lit, me lève tôt pour aller skier demain.

» Par Pat, le 22.12.2018

La France ETAIT un pays riche! Richesse bien mal répartie maintenant. Y a qu'à voir sur les ronds points! Et ceux qui sont dans la classe dite moyenne se font exploser par les impôts. C'est pas de la richesse ça.

» Par Crétin des Alpes, le 22.12.2018

Vive la décroissance et la misère !!!
ce que j'ai toujours aimé chez les écolos moralistes à 2 francs tous plus intelligent les uns que les autres c'est leur optimisme ...
Je crois en effet qu'il faut arrêter de surfer sur ce site ou l'on parlait de ski à l'origine..

» Par Manfredvswild, le 22.12.2018

le vocabulaire a été enrichi avec le mot "décroissance" et l'image qu'il renvoi ... apres avoir parlé de croissance à tout va et cherché à mettre en avant tout ce qui y touchait, le business et les communiquants s'accaparent le concept pr faire encore et tjrs du profit ... Sinon il y a paraît il la chimio pour lutter contre la croissance des cellules cancéreuses ?! y paraît que ceux qui la préconisent l'utilisent pas ou rarement ? un peu comme les pseudo dirigeants qui imposent des contraintes (bien souvent totalement inadaptées) sans les appliquer eux-mêmes ...

» Par yves, le 22.12.2018

la fin du problème du gaz carbonique
plus on en produira plus on aura du pétrole....

https://m.youtube.com/watch?v=K1wIbxXU8UQ

nos amis écolo vont s'étrangler..
comme quoi la science avance


nos amis écolos vont

» Par 2tipon, le 22.12.2018

François Gervais, expert "relecteur critique" du rapport AR5 du GIEC : "l'urgence climatique est un leurre".
Une voix scientifique (pas solitaire) parmi d'autres démontrant preuve à l'appui que le réchauffement climatique est dû à des cycles naturels (non encore élucidés) et n'est pas causé par l'activité humaine (sauf très très marginalement).
https://www.youtube.com/watch?v=iK3G8wqqp_k
On en apprend aussi de bel sur l'attitude finalement fort peu scientifique des experts du GIEC (qui ne tiennent aucun compte des mesures qui réfutent leur "théorie")...
Le GIEC est un organisme mis en place pour démontrer le réchauffement climatique et sa cause anthropique. Il trouve ce qu'il cherche ("Toute chose, autant qu'il est en elle, cherche à persévérer dans son être" Spinoza).

» Par Econome, le 22.12.2018

"On connait depuis les années 1960 les causes du dérèglement climatique"
Et bien on pourrait commencer par mettre au chomage tous les br.. du GIEC alors.

» Par mai, le 22.12.2018

le changement climatique est une réalité mais c'est une grande séduction de croire que son origine provient de l'activité humaine.

» Par Pat, le 22.12.2018

C'est curieux hormis des solutions qui nous amputent systématiquement le portefeuille jamais personne n'a travaillé sur le peuplement peut être excessif de la planète plutôt que sur notre façon de vivre.
En empêchant l'humain de se reproduire aussi anarchiquement nous baisserions nos besoins, consommations ect.... Tous ces maux qui vident la terre de ses richesses et amplifient les pollutions.
Ca ne coûte rien et on peut commencer dès demain! Pas besoin de primes, d'aides et autres artifices à part des capotes.
C'est certain que ça remet le système à plat et que ceux qui ne jurent que pour la croissance vont faire la gueule mais s'il y a urgence faut savoir ce qu'on veut!

» Par 2tipon, le 22.12.2018

@ Pat : sans donner mon avis sur ton idée, ou sur l'immense quantité des bonnes solutions proposées par tout un tas de gens d'origines sociales diverses, je te rappel juste un point de détail : ni toi ni eux n'avez le pouvoir.
- Quel type de personnes détiennent le pouvoir ?
- Dans quels intérêts agissent-ils ?
- Comment nous organiser pour que les idées que nous jugerions d'intérêt commun puissent être effectivement mises en œuvre ?
Sont les questions premières à nous poser (et à résoudre si possible) avant de faire des tas de propositions que nous n'avons AUCUN moyen de faire advenir...

» Par 2tipon, le 22.12.2018

Bon, il y a bien un truc mis en exergue parmi d'autres depuis le mouvement des gilets jaunes qui s'appelle le RIC (référendum d'initiative citoyenne) mais bon...je dis ça, je dis rien.

» Par crétin des alpes, le 22.12.2018

Ben on a pas fini d 'entendre des conneries..
manquait plus qu 'on donne du pouvoir au peuple
Pauvre de nous...
Si tous les couillons donnent leur avis on est pas rendus
J'dis ça je dis rien!!

» Par rominet, le 22.12.2018

la seule performance de l'etre humain est la capacité énorme d'adaptation ( enfin pour certains !!!)et à chaque tentative de maitriser la nature.....c'est toujours celle ci qui à eu le dernier mot, en mer, en montagne, partout.Et enfin les espéces invasives ont toutes fini par s'auto-détruire.....Le reste c'est du blabla commercialo-politico-élitiste!!!!

» Par idiot utile, le 22.12.2018

Arrêtez de tout rendre dérisoire avec le chantage au "complotisme" & "scepticisme"...Il est bon d'être sceptique quand les modèle numérique ne sont pas fiable, bon de dénonce les complots quand les lobbies sont à la main d'oeuvre!!
Qui sont ces gens (écolo-bobo?) qui relayent les critiques des médias-mainstream & de l'hyper-classe, en réduisant tout au conspirationisme?Il y a 2 erreurs à faire sur la "théorie du complot": 1 dans voir partout, 2 d'en voir nul part...A votre avis à quoi servent les agences de renseignements et les groupes de Lobbies anglo-saxons?

» Par pingouin, le 22.12.2018

Gervais il se fait des soirées champignons avec Cheminade où ils parlent de colonisation spatiale avec Jeff Bezos et Elon Musk, nan ?

Si vous voulez critiquer les rapports du GIEC, faudrait commencer par les lire. En tout cas on ne peut pas se contenter de croire sur parole un climato sceptique, il faut au minimum confronter les deux discours :
www.lemonde.fr/sciences/article/2013/10/28/les-contre-verites-du-dernier-pamphlet-climatosceptique_3504317_1650684.html

Vous pouvez aussi écouter Vincent Courtillot mais il faut être conscient des controverses.
fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Courtillot#Controverses

Total qui finance des climato sceptiques pour travailler sur le stockage géologique du CO2... ça va loin.

J'aime bien ce tableau des émissions de CO2 liées à la combustion d'énergie :
fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_%C3%A9missions_de_dioxyde_de_carbone_par_habitant
La France est 65e sur 210, consomme 100 fois plus que le dernier, et 8 fois moins que le premier.
La Chine consomme à peine plus (par habitant) que la France, alors que c'est l'usine du monde, et que 1/3 de ses émissions servent à produire des produits exportés...
Et là on ne parle même pas de l'impact des transports internationaux causés par la mondialisation...

» Par Econome, le 22.12.2018

@pingouin :
"La chine consomme à peine plus par habitant etc"
Et ça t étonne ?
Entre une division par 60 millions et une autre par 1,5 milliards c est quand même pas tellement surprenant

» Par écolo-idiot, le 22.12.2018

@pingouin: le GIEC n’est ni un organisme scientifique, ni un organisme indépendant:La composition des instances dirigeantes du GIEC montre une minorité de scientifiques très majoritairement engagés dans l’idéologie environnementale, et une majorité de représentants des ONG environnementalistes et des États.
"Parler du temps permet souvent de ne pas aborder les choses essentielles ! : La question climatique qui est 90% cyclique & naturelle permet d'occulter les questions économiques & sociales qui dérange le pouvoir....", "s'occuper de la fin du monde permet de ne pas s'occuper des problèmes contemporains & sérieux" et les écolos mainstream servent d'idiots utiles à cet état de faits & au monde ibérale & mondialiste ...

» Par legazier, le 22.12.2018

Ah, merci 2tipon,
je croyais être le seul à lire ce bouquin!!!
Est ce qu'il y a un climatocertain qui a lu ce bouquin? Et quel est son avis?
Pinguoin?
D'ailleurs, Pinguoin, je pensais que c'était plutôt les "experts" du giec qui avaient pignon sur rue et qui profitaient...voir le bouquin du présentateur TV viré pour cause de livre non con forme...Il y a même eu scandale sexuel...étouffé.
En tous les cas, moi, les" experts" du giec, j'en ai marre depuis longtemps de les "croire sur parole".

» Par bobo, le 22.12.2018

Skitour, repère des climatoseptiques… C'est un truc de ouf.

À noter sur le GIEC :
"Le GIEC a pour mandat d’évaluer, sans parti pris et de manière méthodique et objective, l’information scientifique, technique et socio-économique disponible en rapport avec la question du changement du climat. Ces informations sont synthétisées à partir des recherches ou études effectuées par des scientifiques, des experts ou des organismes et publiées dans des revues scientifiques.

Le GIEC n’est pas un laboratoire ni une structure commanditant et finançant ses propres recherches. C’est un lieu d’expertise collective visant à synthétiser les travaux menés dans les laboratoires du monde entier.

Le GIEC travaille à dégager clairement les éléments qui relèvent d’un consensus de la communauté scientifique et à identifier les limites dans les connaissances ou l’interprétation des résultats. La compréhension des fondements scientifiques du changement climatique provoqué par l’homme doit permettre d’en établir les conséquences et d’envisager des stratégies d’adaptation et d’atténuation."

» Par Alain, le 22.12.2018

des climatosceptiques sur ce site , on est où là ? c'est vraiment de plus en plus mal famé ce milieu... c'est juste des stagiaires embauchés en début de saison pour lancer des sujets ou des vrais gens ? S'ils interprètent le BRA comme les courbes de température alors pas étonnant qu'il y ait autant de coffrés l'hiver !

» Par toitoi, le 22.12.2018

donc tous le monde va monter faire sa rando a ski a pied ou a vélo , n'est ce pas les écolo bobo, je me marre !

» Par Econome, le 22.12.2018

Faut dire que le terme climatosceptique est sacrément énorme, c est un peu comme s il y avait deux partis politiques :
L extreme-gauche et les socialosceptiques

» Par bobo, le 22.12.2018

Non, plutôt comme si tu avançais que la terre était plate ! Le forçage anthropique du RC n'est pas une opinion politique mais un fait scientifique (voir l'incertitude dans les rapports du GIEC). Les solutions à mettre en place sont politiques et donc discutables mais ni le RC ni ses causes ne le sont (sauf dans une revue scientifique mais faut apporter des preuves du contraire)

» Par Vinchy, le 23.12.2018

http://www.meteofrance.fr/actualites/69116087-2018-l-annee-la-plus-chaude-en-france
Je préfère m'abstenir d'autres commentaires...

» Par Econome, le 23.12.2018

C est ce que je disais.
Oser émettre la moindre réserve sur un réchauffement global engendré par l homme, totalement inéluctable qui va encore s accélérer, et on est assimilé à un illuminati.
Alors que si tu lis le rapport du giec,même si il y a de fortes présomptions, des choses inquiétantes, pour trouver des certitudes il faut quand même les chercher.
@vinchy: le titre du journal est assez parlant c est clair. Il manque juste le: depuis 1900.
Les journalistes, l art de déformer.

» Par bobo, le 23.12.2018

La probabilité associée au forçage anthropique est quand même il me semble supérieure à 95% (cf GIEC). Donc il va falloir venir avec une théorie contradictoire costaud et pour l'instant on ne la voit pas venir. Encore une fois un fait scientifique n'est pas une opinion. Il y a toute une démarche scientifique derrière. On ne peut pas juste être "pas d'accord". Cf la Terre plate.

Enfin Météo France n'est pas un journal. :wink:

» Par Gaulois légitime, le 23.12.2018

Ecoutes Bobo, tu commences à me les G____és! T"as quel age pour répéter bêtement la Doxa environnementaliste avec ta bible frelatée du GIEC, c'est toi le complotiste qui veut nous faire avaler des couleuvres!
Les résistants & les éclairés ont toujours été peu nombreux & entourrés en masse de collabo-idiots comme toi, à la libération on te donnera une petite fesée pour avoir servis la soupe de l'oligarchie spéculative!!

» Par Pou, le 23.12.2018

J'espère que vous avez le même esprit critique envers l'ensemble de la communauté scientifique, ça ferait avancer le monde.

» Par bobo, le 23.12.2018

Oui oui bisous bisous à toi aussi mon Gaulois. Et bravo pour ce point Godwin ! :)

» Par Par Prêt, le 23.12.2018

J'espère que ceux qui ont signé cette pétition sont irréprochables concernant leur consommation de C02, concernant leur empreinte carbone, concernant leur propre transition énergétique. Sinon ça fait un peu bobo... "faites ce qu'on vous dit, mais pas ce qu'on fait" !

» Par Eric, le 23.12.2018

Le problème de skitour, c'est qu'il y a beaucoup de"climatocertains", souvent issu des écoles pour jeune cadre, ayant appris à réfléchir comme leurs Maîtres (au propre comme au figuré), conditionné à relayé l'info mainstream atlantiste...
Le réchauffement climatique anthropique est la même arnaque que la "Loi de 1973 Pompidou-giscard-rotchilds"...Il y a eu pourtant des laneurs d'alerte que bobo a du manqué, mais voilà le cours de ratrapage spécialement pour toi, l'écolo-centrique:
https://blogs.mediapart.fr/antoine-calandra/blog/100116/le-rechauffement-climatique-anthropique-un-mensonge-qui-arrange

» Par bobo, le 23.12.2018

Merci Éric pour le lien. L'intégralité des arguments avancés dans ce texte ont été démontés depuis longtemps. Dans le doute envoie le lien aux milliers de scientifiques manipulés et manipulateurs qui travaillent sur le sujet !

Et surtout merci de sous-entendre que les formations scientifiques dispensées dans les universités sont de l'ordre de la propagande. Chacun jugera la pertinence de tes propos... Je t'invite quand même à ouvrir un bouquin de thermodynamique par exemple pour constater combien la science nous manipule.

» Par Eric, le 23.12.2018

@Bobo, Les profs ont leurs idées politique et ne sont pas neutre, tu l'as fera à quelqu'un d'autre....Le Giec n'est pas un regroupement de scientifique mais d'ONG environnementalistes hyper-médiatisé et en fait très minoritaire...

» Par LoicSkipass, le 23.12.2018

Hello,

Sans vouloir rentrer dans le débat sur ce qu'il convient de faire ou ne pas pas faire pour limiter nos émissions de GES (comme cela se rapproche plus de la politique, de l'idéologie ou de la philosophie et c'est sans fin), mais plutôt pour apporter quelques réponses sur François Gervais, puisque certains le demandent.

François Gervais énonce beaucoup de choses qui sont soit fausses, soit volontairement détournées. Dans la vidéo de la conférence postée il y a peu (à l'initiative du parti de Cheminade) et postée plus haut sur le fil, par exemple, dès les premières minutes :
- "Je ne sais pas pourquoi 2°C" (à propos de la limite à tenir que tout le monde connait maintenant) : il le sait, puisqu'il a lu les rapports du GIEC (ou au moins le dernier, puisqu'il en est un des relecteurs). Le 2°C est une réponse des scientifiques à une demande politique de but précis à atteindre (sinon comme voulez-vous mettre en place de réelles politiques sans but ?). Bref dès les premières secondes, son discours tient seulement à contredire la fameuse "version officielle".
- "C'était mon boulot, ça m'était demandé" : encore une distortion des faits, il était rapporteur volontaire, personne ne lui avait rien demandé. Si y a des motivés, le sixième rapport est en cours d'écriture (sortie prévue en 2022), y a du taff. Je continue allé, voyons voir.
- Proportion des gaz dans l'air : argument climato-sceptique classique destinant à montrer que "enfin voyons, comment un gaz en si petite proportion pourrait avoir une si grande influence ?" Hein oui ? Je passe sur la remarque sur l'ile où sont faites les mesures (sur le volcan), qui est au-delà de l'absurde et qui, encore une fois, ne sert qu'à semet le doute. Pour les curieux sur ce sujet, c'est une question de forçage radiatif (c'était un peu la même discussion avec l'interdiction des PFC avec le problème du trou de la couche d'Ozone, il y en avait pourtant d'infimes proportions mais très destructrices).
- Sur les émissions par pays : effectivement, en ce moment la chine est loin devant, et sur la ou les deux dernières décennies en terme de variation certains pays émergents cassent tous les scores. Et c'est justement pour cela qu'on fait des COP : pour essayer de voir comment les pays qui ont déjà fait leur transition de développement grâce aux énergies fossiles peuvent aider (financièrement, d'où les débats sans fin) les pays qui sont en train de la faire sans, cette fois, émettre à leur tour des millions de tonnes de GES. D'ailleurs, si on regarde un peu différemment les chiffres, les classements changent : le CO2 a durée de vie dans l'atmosphère de l'ordre du siècle, on devrait alors plutôt compter en cumul d'émissions depuis l'ère pré-indus pour mesurer les impacts de chaque pays et là, les States sont toujours loin devant... Pareil si on parle non pas d'émissions mais d'empreinte carbone, qui elle comprend les importations. D'un coup le classement change, et pour ceux que ça intéresse les cartes des flux de GES dus aux importations et exportations sont très parlants (grosso-modo ça fait plein de flèches qui partent de l'Asie et qui vont dans les pays occidentaux). Bref, côté Gervais, la déculpabilisation fonctionne à tour de bras et ça marche, puisque ça nous fait tous du bien d'entendre ça plutôt que des discours anxiogènes ("on émet 0,9% des GES mondiaux, tout va bien les amis !" - la magie des pourcentages, heureusement qu'on est pas 1000 pays dans le monde, ce serait encore pire).
- Il reprend un tableau du GIEC et critique les incertitudes (vers 14 min) : alors faudrait savoir, d'un côté les climato-sceptiques reprochent aux climatologues de pouvoir modéliser le climat plusieurs décennies à l'avance (chose qui serait impossible si on les écoute du haut de leur formidables connaissances de modélisation climatologique), de l'autre ils reprochent aussi quand ces derniers indiquent clairement les incertitudes de leurs modèles (qui sont tout ce qu'il y a de plus normales pour qui a travaillé un tant soit peu avec des modélisations). Mais tout ça, pour faire un magnifique calcul de raisonnement par l'absurde qui consiste à calculer le résultat d'une politique européenne sur une période courte pour un réchauffement à l'échelle mondiale... Non mais là si j'ai besoin d'expliquer pourquoi c'est absurde, je ne peux rien faire pour vous.
- Sur les graphiques qu'il reprend c'est vraiment de la manipulation de courbes de niveau 3ème (même en première S je pense qu'on fait mieux). A un moment il reprend le graphique du Tecnical Summary (TS.9 pour ceux qui veulent aller voir, ça se retrouve en 3 clics) sur la température de surface par rapport aux modélisations, sauf qu'il ne reprend qu'un des trois graphiques de la figure dont le but était de montrer que seules les modélisations intégrant à la fois les forçages anthropiques ET naturels proposent des résultats correspondants aux mesures effectuées (à l'origine du résultat des rapports sur la responsabilité anthropique d'ailleurs). J'en conviens, pour quelqu'un qui n'est pas habitué à naviguer là-dedans, ça peut être compliqué de faire la part des choses (mais les commentaires sur Youtube me redonnent foi car pas mal font une belle critique de ses arguments, chose qu'on ne retrouve pas sur Facebook...).
- Sur les cycles de 60 ans : il y a des cycles climatologiques, et pas qu'un peu, et les climatologues prennent soin de les étudier et les intégrer à leurs modélisations climatiques (comme les cycles solaires par exemple, dont l'influence de la variation dans le mix énergétique reçu du soleil est presque négligeable par rapport à celui des GES).
- Sur l'Arctique : les douze records de superficie minimales de la banquise sont... Les douze dernièrs années. Si vous voulez plus de détails (l'épaisseur diminue également, les glaces sont de moins en moins vieilles, les écosystèmes sont modifiés par la remontées d'espèces vers le Nord, etc.), les études ne manquent pas, et pas mal sont résumées dans l'Artic Report Card 2018 de la NOAA.
- Sur l'Antarctique, c'est un peu différent mais c'est ENCORE un argument détourné : https://skepticalscience.com/translation.php?a=305&l=12
- Figure TS14 : "tous les modèles sont différents des autres ! C'est un peu gênant, qui a raison ?" Non mais sans blague ? Et on le laisse encore parler lui ? Et il est scientifique ? C'est du foutage de gueule de A à Z là ! Il a étudié l'AR5, il sait très bien qu'il y a des dizaines de modèles, qu'ils sont différents et que ces différences servent justement à établir un juste milieu de possibilités (d'où les incertitudes, pour plus de détails là-dessus : "Conférence - H LE TREUT - Les bases physiques de la modélisation dans le domaine climatique"). Bon je continue. Effectivement les mesures sont dans la fourchette basse (mais ne sont pas hors fourchette), et le rapport si on va voir indique que les modèles (vous avez les nombres pour chaque scénario sur la figure) vont revoir certains paramètres pour s'adapter (principe de BASE de la modélisation). Hâte de voir ce que ça va donner dans le sixième rapport avec les dernières années intégrées...
- Comparaison entre les fourchettes d'augmentation et le poids d'une personne : je ne vous ferai pas l'insulte de vous expliquer pourquoi c'est absurde, c'est juste une méconnaissance (ou un mépris ?) de la climatologie.
- Sur le CO2 et son augmentation qui plafonnerait, encore un jeu de courbes de mauvaise foi à la Allègre (voir les courbes récentes de la NOAA).
- Sur la saturation du CO2, encore un argument climato-sceptique pseudo-scientifique infondé http://www.clubdesargonautes.org/faq/non-saturation-effet-de-serre.php.
- Sur le fait qu'on ne sent même pas une augmentation de 0,2 °C : on en est là dans l'argumentation ? Sérieux ?
- Il répète "ça n'augmente pas, c'est plat" (sous-entendu notamment, moins que ce que le GIEC a prévu) : tout d'abord comme dit précédemment cela reste dans les fourchettes des modélisations, mais ensuite c'est à nuancer (ici une des sources des fameuses "courbes noires" de données mesurées qu'il aime à citer) : https://crudata.uea.ac.uk/~timo/diag/tempdiag.htm
- Il ose aller mettre un pied dans la paléoclimatologie en sortant une courbe (réelle) mais en l'analysant lui-même avec un magnifique, simpliste et grave "on le voit bien, il n'y a pas de corrélation". Pour quelqu'un qui ne connait pas la paléoclimatolgie certes, mais en pratique les scientifiques connaissent bien et ont étudié (notamment pendant cette période grâce aux carottes qui remontent vers 800 millions d'années, mais aussi plus loin en modélisation) les relations entre les concentrations de GES (parce qu'il y a aussi le méthane, qui a certaines époques a joué un rôle important) et le climat, et donc aussi les interactions entre le vivant (qui en produit, les bactéries particulièrement) et le climat au travers des GES. Pour plus de détails pour ceux que ça intéresse, je vous laisse voir avec Gilles Ramstein, qui parle des différents "temps" du climat et des différentes influences : sur vimeo, "Gilles Ramstein invité à l’AFD : Voyage à travers les climats de la Terre"
- Sur les rendements des récoltes : il ne montre que la partie qui l'intéresse des recherches et graphiques. Certes au début ça augmente, mais à partir d'un certain taux de CO2 émis, celui-ci plonge littéralement : ça, il ne le montre pas (bon c'est à partir de taux très élevés pour le coup). Ensuite, il fait une magnifique pirouette sur le stress hydrique : car bien que cet effet positif d'absorption et de résistance soit à prendre en compte, à côté il y a une évapotranspiration qui augmente follement avec l'augmentation des températures actuelles et à terme, pas sur que le bilan soit positif pour les plantes. Bref, comme souvent, c'est un peu compliqué que ce qu'on nous montre.
- Très rigolo de voir qu'à 53 minutes il fait ce qu'il reprochait un peu avant au GIEC : il se sert d'une figure qui contredit son argument sorti plus tôt dans la vidéo d'un plafonnement du taux de CO2 atmosphérique.

Bon je m'arrête là, c'est déjà beaucoup de temps passé pour pas grand chose (#principedeBrandolini). Mais en gros; il faut faire extrêmement attention à ce genre de discours qui parle énormément à ceux qui sont venus écouter ce qu'ils ont envie d'entendre (#biaisdeconfirmation). J'ai aussi passé les passages à l'emporte-pièce sur le GIEC qui ne serait qu'un groupe de lobbyistes à la botte des gouvernements. C'est d'une mauvaise foi sans commune mesure. Je vous conseille d'aller voir le lien posté plus haut avec la réponse de François-Marie Bréon, un vrai climatologue, aux inepties de Gervais.

Autant je n'ai rien contre les personnes qui regardent ces vidéos et y croient (je trouve ça très bien de se poser des questions et remettre en cause les ordres établis), je trouve juste dommage qu'ils n'aillent pas plus loin dans leurs recherches et remises en cause, autant par contre j'en veux vraiment aux personnes comme François Gervais qui font ce qu'elles font en parfaite connaissance de cause (idem pour les Allègre, Courtillot et compagnie - les ricains en ont quelques-uns comme ça). C'est malsain et malhonnête, et la seule raison est l'égo (et souvent l'argent qui va avec). Car être climato-sceptique, c'est l'assurance de sortir du lot et d'avoir un public plutôt que de rester un rat de labo qui ne verra jamais le feu des projecteurs... Car oui, ils adorent hurler à la censure, mais ils ont clairement une parole démesurée et démultipliée par rapport à la pertinence de leur propos, comme j'essaie de l'expliquer ici (et putain ça prend des lustres).

"Le Giec n'est pas un regroupement de scientifique mais d'ONG environnementalistes hyper-médiatisé et en fait très minoritaire..."

J'en rigolerais si ce n'était pas aussi grave de lire des conneries pareilles... Allé bon dimanche et joyeuses fêtes à tous :-)

PS : pour ceux qui cherchent absolument LA VERITE VRAIE et à qui il faut absolument du complot, jetez-un oeil aux actions des lobbys du patronat lors de la dernière COP, vous devriez être servis :-)

» Par bobo, le 23.12.2018

La loi d'Ohm enseignée par des gauchistes, effectivement ça change tout! :wink:

Quand-même, quelle haine Éric ! Ça interroge.

» Par Econome, le 23.12.2018

Ça vaut bien ton 95%=100%

» Par Laurent B..., le 23.12.2018

Merci Loïc d'avoir pris le temps (ou perdu le temps!?) de donner quelques arguments pour montrer que certains "climatosceptiques" vont dans la facilité et que leur argumentation, justement, n'est pas très solide lorsque on creuse un peu...

» Par Nemo, le 23.12.2018

Merci LoicSkipass d'avoir pris le temps de mettre les pendules à l'heure au milieu des inepties lues sur ce forum.

» Par GJ, le 23.12.2018

Merci éric de contredire un peu la "bande", écolo-branché-mainstream qui hante ce site et les rues de Grenoble ...
Intéressant ton lien, lire également le manifeste des "22 vérités"...
"revenons au GIEC, l'agence de l'ONU la plus médiatisée ces dernières années. Il y a en effet un enjeu financier colossal autour des choix énergétiques, et bien sûr un lobbying effroyable.


La création du GIEC

Le GIEC fut créé en 1988 à la demande du G7 (G20 aujourd’hui) sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher.

Dans les années 1970 Thatcher, premier ministre, était en difficulté à cause des mineurs britanniques qui menaient de fortes grèves générant coupures d'électricité. Elle n'avait pas confiance dans les compagnies pétrolières ; sa préférence était l'énergie nucléaire.

En 1979, à Genève, se tient la première Conférence mondiale sur le climat. Alors que la crainte dans ces années là était celle d'un refroidissement planétaire, est déclaré que le dioxyde de carbone(CO2) émis par les activités humaines pourrait réchauffer la planète et avoir de graves conséquences.
Très opportuniste, Margaret Thatcher s'empare de cette pensée nouvelle pour faire la promotion de l'énergie nucléaire. La France déjà très engagée dans le nucléaire, sous la présidence de François Mitterrand, avec Jacques Delors président de la Commission européenne et représentant la France lors des grands sommets internationaux, appuie cette ligne politique.
Et le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) va naître en novembre 1988 et tout faire pour prouver la véracité de ce réchauffement climatique anthropique. Le lobby nucléaire y est dès le départ très présent.
Il est amusant de constater que le GIEC s'est renommé « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » dans les traductions suivantes. L'appellation anglophone IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) ne contient pas ce mot. Le GIEC est un « Groupe Intergouvernemental » c'est à dire avant tout une structure soumise aux forces politiques.


L'ONU (Organisation des Nations unies) est une organisation internationale censée apporter la paix dans le monde. Elle comprend de nombreuses agences qui sont malheureusement au service des multinationales et des élites politiques, et pas au service des peuples.

L'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) par exemple, suite à un accord de 1959, n'a pas le droit de s'exprimer, ni d'agir en faveur des populations contaminées par la radioactivité sans l’aval de l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique)

L'AIEA est un autre exemple de structure de l'ONU peu indépendante, à la fois gendarme (très gentil) et complice de la prolifération nucléaire dans le monde. Fukushima en est une illustration magistrale : depuis le 11 mars 2011, début de ce terrible accident nucléaire, l’AIEA s’emploie à minimiser la gravité de la catastrophe pour ne pas nuire au développement de l'énergie nucléaire dans le monde.

Je pense aussi à la FAO (Organisation des Nations-Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture) qui prend comme alibi la faim dans le monde (qu'elle a peu combattu) pour promouvoir le développement des OGM.

Mais revenons au GIEC, l'agence de l'ONU la plus médiatisée ces dernières années. Il y a en effet un enjeu financier colossal autour des choix énergétiques, et bien sûr un lobbying effroyable.


La création du GIEC

Le GIEC fut créé en 1988 à la demande du G7 (G20 aujourd’hui) sous la pression de Ronald Reagan et Margaret Thatcher.

Dans les années 1970 Thatcher, premier ministre, était en difficulté à cause des mineurs britanniques qui menaient de fortes grèves générant coupures d'électricité. Elle n'avait pas confiance dans les compagnies pétrolières ; sa préférence était l'énergie nucléaire.

En 1979, à Genève, se tient la première Conférence mondiale sur le climat. Alors que la crainte dans ces années là était celle d'un refroidissement planétaire, est déclaré que le dioxyde de carbone(CO2) émis par les activités humaines pourrait réchauffer la planète et avoir de graves conséquences.
Très opportuniste, Margaret Thatcher s'empare de cette pensée nouvelle pour faire la promotion de l'énergie nucléaire. La France déjà très engagée dans le nucléaire, sous la présidence de François Mitterrand, avec Jacques Delors président de la Commission européenne et représentant la France lors des grands sommets internationaux, appuie cette ligne politique.

Et le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat) va naître en novembre 1988 et tout faire pour prouver la véracité de ce réchauffement climatique anthropique. Le lobby nucléaire y est dès le départ très présent.
Il est amusant de constater que le GIEC s'est renommé « Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat » dans les traductions suivantes. L'appellation anglophone IPCC (Intergovernmental Panel on Climate Change) ne contient pas ce mot. Le GIEC est un « Groupe Intergouvernemental » c'est à dire avant tout une structure soumise aux forces politiques.

Un mensonge qui arrange !

Depuis sa création le GIEC publie tous les six ans environ un épais rapport de plusieurs milliers de pages, ainsi qu'un « résumé pour les décideurs » de 20 à 40 pages servant de base aux négociations climatiques internationales. Le cinquième et dernier rapport date de 2014. Au fil des ans, ces résumés sont devenus de plus en plus illisibles.

Les trois premiers rapports du GIEC restaient prudents. En 1995, le GIEC concluait en disant qu'aucune des études n'avait apporté la preuve que le changement climatique puisse être attribué aux gaz à effet de serre. En 2001, le GIEC soulignait qu'en matière de modélisation du climat, ils étaient face à un « système chaotique couplé et non linéaire » et que les prédictions à long terme s'avéraient impossibles.

Mais dés le 4 ème rapport (AR4), fin 2007, sans aucune donnée nouvelle, le GIEC affirme que la réalité et l'ampleur du réchauffement climatique sont « sans équivoque ». L'effet de serre du CO2 serait la cause d'un réchauffement pouvant atteindre 6,4° en 2100 si rien n'était fait; cela provoquerait aridité, désertification, catastrophes climatiques et montée des océans. Des prédictions avec un écart allant de 0,2° à 6,4°! Une marge d'incertitude invalidant leurs conclusions.

AR4 affirmait entre autres que les glaciers de l'Himalaya pourraient disparaître en 2035 voire avant. Le GIEC dût démentir en 2010 suite aux protestations des scientifiques. Des études ont confirmé qu'il n'y avait aucun recul inquiétant des glaciers en Himalaya et plusieurs scientifiques et ex-experts du GIEC démissionnèrent pour exprimer leurs désaccords quant aux méthodes de travail et ses conclusions.
En tant que vice-président dans l'administration Clinton, Al Gore aida à promouvoir le protocole de Kyoto en 1997, traité international visant à réduire les émissions de CO2.

En 2006, dans son film « une vérité qui dérange », Al Gore se met en scène pour expliquer la future catastrophe planétaire liée aux activités humaines. Ce film quasi hollywoodien très médiatisé, avec ses images d'apocalypse et sa courbe impressionnante « en crosse de hockey » pour illustrer le réchauffement depuis la période industrielle, eut un retentissement international.

Mais cette courbe était fausse ! (et ce n'était pas la seule erreur). Elle avait été sciemment falsifiée. Ce mensonge scandaleux à des fins idéologiques aurait dû entraîner la dissolution du GIEC. Mais non, le GIEC admit son «erreur», la courbe disparut du rapport suivant et le film reçut 5 prix, 2 nominations et le prix Nobel de la paix fut attribué en 2007 au GIEC et à Al Gore !!

Puis il y eut en 2009, peu avant le sommet de Copenhague, la « Climategate », autre affaire très grave. Des hackers avaient diffusé plus de 5000 e-mails de hauts membres du GIEC. Dans ces échanges apparaissaient clairement les manipulations des données scientifiques pour les faire coller à leur théorie réchauffiste, ainsi que des rapports de scientifiques censurés « comme non conforme » à la version officielle du GIEC. On y vit aussi leurs méthodes d’intimidation contre ces scientifiques « dissidents ».
Le président du GIEC, Rajendra Pachauri, faisant l’objet d’une plainte pour harcèlement sexuel, dût démissionner le 24 Février 2015. Ce n'était pas le seul scandale le concernant; il était également visé par des accusations de conflits d'intérêts et d'enrichissement personnel.

Dans le 5ème et dernier rapport (2014), sans nouvelles données scientifiques, le GIEC devient plus affirmatif encore : le réchauffement du système climatique est dû aux activités humaines (probabilité de plus de 95 %) et il faut mettre fin à l’utilisation des énergies fossiles, principales responsables.

Qu'en est-il de ce soi-disant réchauffement climatique anthropique dû au dioxyde de carbone (CO2) ?

Tout d'abord, il est bon de rappeler que le climat de la Terre n’a jamais été constant et a sans cesse changé. De plus la climatologie est une science récente qui ne s'est développée qu'après la seconde guerre mondiale.
L'atmosphère de la Terre se compose d'une multitude de gaz dont une petite partie sont des gaz à effet de serre. Le principal gaz à effet de serre est la vapeur d'eau (H20). Heureusement qu'elle est là sinon il y aurait sur Terre 30°C de moins, soit une température moyenne de -18°C.
Le C02 est un gaz à effet de serre assez mineur ; c'est le seul qui augmente de façon significative. Depuis 20 ans, son augmentation semble se limiter d'elle-même dans une période pourtant fortement émettrice.

Pourquoi le CO2 a t-il augmenté ? la raison principale semble avoir peu de lien avec les activités humaines, mais venir surtout des cycles solaires ; le soleil ayant connu une période d'activité intense depuis 1950, cause non prise en compte par le GIEC.

La hausse des températures, du niveau des océans et le recul des glaciers seraient liés à la lente récupération de la Terre depuis 1715, fin du dernier « petit âge glaciaire ». Cette alternance entre petits âges glaciaires et périodes plus chaudes a pu être observée dans l'histoire de la Terre grâce à l'analyse des carottes glaciaires sur une période de 600 000 ans.

Le CO2 suit les changements de températures. Il est une conséquence et non une cause. Quand il fait froid, les océans absorbent plus de CO2, et quand il fait chaud, c'est l'inverse, ils en rejettent davantage. Le taux de CO2 d'origine anthropique dans l'atmosphère serait d'environ 5 %.

Les océans représentent la majeure partie de la surface du globe et constituent un immense réservoir de CO2 contenant 60 fois sa quantité dans l'atmosphère.
Depuis 2003, 3000 balises Argo sont installées sur tous les océans du globe et leurs données sont transmises par satellite. Ces capteurs ne constatent aucune évolution significative de la température des océans depuis leur mise en place.

Depuis le début du XXIème siècle, les instituts spécialisés parlent de « pause », le GIEC emploie le mot « hiatus ». Le taux de réchauffement durant la période 1970-1998 était d'environ 0,17°C par décennie, alors que durant 1998-2012, ce taux est passé à environ 0,04°C par décennie (chiffres du MET Office, un des 3 plus importants centres de météorologie mondiale, utilisés par le GIEC). Des records de température sont toujours observés, ce qui n'est pas en contradiction avec l'ambiance de fond qui elle est quasi stationnaire.
Il y a aussi le phénomène El Nino qui est à l'origine de phénomènes météo exceptionnels perturbant le climat planétaire. Il est particulièrement puissant en 2015-début 2016. Son influence reste faible en Europe.

Des prédictions peu scientifiques ...

Les mesures récentes, en particulier celles provenant des satellites et des balises Argo, sont trop éloignées des projections du GIEC pour valider leur théorie. De plus leurs modélisations ne concordent pas avec les cycles du passé. Comment pourraient-ils faire des prédictions justes pour l'avenir !?

Un rapport très complet datant de 2009, signé par 37 spécialistes internationaux concluaient par : les causes anthropiques du changement climatique restent marginales devant les causes naturelles.

Le soleil sortirait d'un cycle d'environ 60 ans d'activité intense et la tendance pourrait s'inverser et amener alors un refroidissement jusqu'en 2030.

De nombreux facteurs ont une influence sur le climat : les cycles solaires, le rayonnement cosmique (c'est à dire les particules chargées d'énergie qui pénètrent dans l'atmosphère terrestre), la formation des nuages, la dynamique des océans, le volcanisme et d'autres encore.
Les phénomènes météorologiques sont de nature chaotique et d'une prédiction aléatoire. La prévision climatique est complexe. Personne n'est en mesure de savoir vers quoi évoluera le climat d'ici la fin du XXIème siècle.

L'être humain et l'animal ne peuvent vivre sans oxygène comme les plantes ne peuvent se passer de CO2. Le CO2 est couramment utilisé dans les serres pour accroître le rendement des cultures. Aujourd’hui, le pourcentage de CO2 est de 0,04%. Un humain peut vivre dans une atmosphère contenant jusqu’à 5% de CO2. A ne pas confondre avec le monoxyde de carbone (CO), gaz toxique qui résulte de la combustion incomplète du bois, charbon, pétrole, gaz, etc...

Que penser de tout ça ?

Tout d'abord, les différentes affaires, erreurs et mensonges montrent qu'il n'y a aucune rigueur scientifique dans les travaux du GIEC, une structure pourtant censée synthétiser les travaux de qualité de nombreux scientifiques. Nous subissons une effroyable propagande idéologique. Il est d'ailleurs politiquement très incorrect de contester leurs thèses et tout est fait pour discréditer les contradicteurs en les raillant ou en censurant leur travail. D'où les départs de scientifiques du GIEC ( comme Judith Curry, une des climatologues les plus emblématiques )

Et surtout, il apparaît clairement qu'il y a de graves problèmes bien plus urgents à se préoccuper que cet éventuel réchauffement climatique futur.

Le matraquage permanent des médias autour de ce « global warming » anthropique sert à tout justifier : une inondation inédite, une tornade comme jamais auparavant, des sécheresses dévastatrices de plus en sévères, des ouragans plus puissants que jamais, et même des truffes en baisse et des chenilles processionnaires en plus ! Diantre, vivrions nous les débuts de l'apocalypse ! Tout est pain béni pour servir ce dogme.

Face au GIEC, certains « climato-sceptiques » ont des intérêts politiques et financiers aussi peu louables. L'enjeu climatique oppose l'industrie pétrolière et l'industrie nucléaire. S'y ajoute le récent enjeu des énergies renouvelables et les affrontements entre multinationales sont impitoyables. Cette fixation sur le CO2 est aussi un moyen de tenir à distance l'émergence économique des nouvelles puissances.

Le GIEC tente de donner à l'industrie nucléaire une dernière chance. Concernant la France, il est peu probable qu'elle soit économiquement en mesure d’investir les sommes énormes qu’elle a dépensée depuis les années 1970 pour renouveler son parc nucléaire vieillissant. D'autant plus qu'il n'y a rien de nouveau depuis longtemps sur le plan technologique. Les EPR sont très coûteux, d'une technologie ancienne, dangereuse et pas au point.

Quant au projet expérimental ITER à Cadarache sur la fusion nucléaire, il ne verra probablement jamais le jour. C'est un projet pharaonique des années 80, complètement obsolète, au coût faramineux encore inconnu, qu'ils n'arriveront pas même à construire. Une majorité de scientifiques n'y croit pas. (Je reviendrai prochainement sur ITER)

Le nucléaire produit aujourd'hui à peine plus de 10% de l'électricité mondiale et ne représente que 1,8% de la consommation mondiale d'énergie. Malgré l'alibi d'être une « énergie décarbonée » pouvant lutter contre le réchauffement climatique, un nouvel essor de l'énergie nucléaire semble peu probable. La France se trouve donc dans une impasse avec des centrales dangereuses et vieillissantes qui fournissent 77 % de son énergie électrique.

Mais une nouvelle économie repeinte en vert se porte bien et mise sur de juteux profits futurs grâce aux thèses du GIEC. Les cabinets et consultants sur « l'empreinte carbone » prospèrent. La vente des voitures électriques espère décoller.

De nombreuses institutions environnementalistes (WWF, Réseau Action Climat, Greenpeace, Réseau Sortir du nucléaire,…) se sont bien sûr ralliées au discours dominant et à cette croisade, rejoignant ainsi pronucléaires et autres lobbies malpropres, et détournant les militants écologistes des vrais combats à mener. WWF et Greenpeace ont été associés au GIEC dès sa création.

Le matraquage autour de ce réchauffement idéologique a réussi à formater la pensée de nombreux militants qui sont devenus les relais zélés de cette propagande. Les personnes contestant ce dogme, ont vite droit à des insultes et se voient même traiter de révisionnistes !

Le capitalisme industriel fait des ravages sur la planète et de vraies catastrophes sont devant nos yeux.

Le danger de la science comme de la religion est de faire d'une théorie une grille de lecture unique et imposée. Les croyances ne devraient pas avoir leur place dans une étude scientifique.

Cette propagande sur une catastrophe climatique à venir permet de laisser dans l'ombre les catastrophes mondiales bien réelles, catastrophes à la fois humaines et environnementales : les guerres et la faim dans le monde, la pollution de l'air, des sols, des mers et des rivières (par des composants chimiques plus problématiques que le CO2), l'appauvrissement de la biodiversité, les déchets nucléaires, ...

Impossible de passer sous silence la terrible catastrophe nucléaire en cours à Fukushima. Matsuhei Murata, ancien ambassadeur du Japon en Suisse, parlait il y a quelques jours, d’un accident encore jamais vécu par l’humanité et toujours pas maîtrisé. Les cœurs fondus des réacteurs restent inaccessibles à cause de leur niveau de radiation, détruisant même les robots envoyés. De grandes quantités de radionucléides mortels sont rejetés sans cesse dans la mer et dans l’atmosphère, et ont atteint l'ouest des États-Unis. Aucune perspective de solution à ce jour. M.Murata souhaite que le Japon se retire de l'accueil des jeux Olympiques de 2020 pour consacrer tous les efforts à la crise de Fukushima.


Fera t-il beau demain ?

La COP21, à Paris en décembre 2015, a coûté plus de 180 millions € et s'est terminée par un accord international, qualifié d'historique, ratifié par 195 États : stabiliser le réchauffement climatique dû aux activités humaines bien en dessous de 2°C d’ici à 2100 (sans aucun engagement chiffré des États).
Quel gaspillage d'argent public et quel égarement !

L'Homme ne commande quasiment rien du climat de la Terre. Ce sont là des forces naturelles bien plus puissantes qui sont à l’œuvre. Qu'en sera t-il du climat et de la température de la fin du siècle ? Fera t-il plus chaud ou plus froid ? Nous l'ignorons !

Le GIEC devrait être dissous. Rester aussi influent sur la scène internationale après une telle accumulation de mensonges, d'erreurs et de manipulations, montre la puissance des lobbies et forces politiques qui sont derrière cette structure.

Si l'ONU et ses agences se démenaient autant pour le bienfait de l'humanité qu'elles le font pour le monde des affaires, nous pourrions être confiants dans l'avenir.

Les multinationales ont pris le pouvoir et mènent le monde. Les dirigeants ne sont que des marionnettes pour les servir et nous endormir. Ils se plient aux impératifs du monde économique et délaissent les vrais problèmes de notre siècle.

Il est urgent de remettre en cause nos sociétés occidentales, qui tirent le monde vers le pire, et de revoir radicalement leur fonctionnement (production, consommation, distribution)

Parler du temps permet souvent de ne pas aborder les choses essentielles !

» Par LoicSkipass, le 23.12.2018

Merci d'avoir posté le texte intégral du billet de Mediapart, qui est copié d'un article publié à l'origine sur le site "coordination anti-nucléaire sud-ouest". Ce genre de copié-collé d'un même texte (avec ou sans les sources initiales, selon les jours), est un classique de la "littérature" climato-sceptique (nombreux sont ceux qui ont lu, relu et re-relu sur différents sites/blogs l'interview de Munter qui date pourtant de 2014 et qui ressort à chaque sommet sur le climat). Ses principales sources à celui-ci, hormis le GIEC lui-même, sont François Gervais. C'est très caractéristique hélas de ce genre de propos, qui tournent en cercles fermés.

Sur l'histoire du GIEC, il s'emballe dès le début. Mais surtout, à aucun moment il n'explique qui sont les gens qui le constituent, ni comment il ne fonctionne. Cette donnée est généralement absente des littératures climato-sceptiques, qui tentent de personnaliser le GIEC dans le but de le faire passer pour un petit groupe de personnes triturant les graphiques dans le coin. Le GIEC, c'est un groupe de presque 200 personnes qui travaillent à rassembler, analyser et synthétiser la littérature scientifique autour du climat. Quand je dis synthétiser, c'est d'abord en trois gros volumes d'environ 1500 pages chacun (par rapport, et il y a eu donc 5 rapports de publiés).

"Le GIEC fait appel à des centaines d’experts éminents, spécialistes des divers domaines traités dans ses rapports, qui consacrent du temps à établir des évaluations en tant qu’auteurs coordonnateurs principaux et auteurs principaux. Des centaines d’autres experts apportent des contributions ponctuelles en qualité d’auteurs collaborateurs et formulent des observations sur les chapitres en qualité d’examinateurs. Ces experts sont sélectionnés par appel à candidatures lancés auprès des gouvernements et des organisations ayant le statut d’observateur auprès du GIEC ; des curriculum vitæ détaillés sont ensuite remis et les auteurs sont sélectionnés en fonction de leurs compétences. Le GIEC s’efforce de réunir des équipes d’auteurs représentatives de la diversité des points de vue et des qualifications scientifiques, techniques et socio-économiques."

Dans le processus, les rapports originaux sont commentés (on parle de milliers de commentaires) et le GIEC est tenu de leur répondre en expliquant pourquoi le texte final sera tel qu'il est. Ensuite ils résument ces trois volumes (tous accessibles à qui veut sur le site de l'IPCC) en un rapport de synthèse de 100/200 pages, lui-même synthétisé en un "Rapport pour les décideurs" d'une trentaine de pages. Ceux-ci seront votés et acceptés par une délégation rassemblant des représentants de tous les pays, le dernier mot restant aux rapporteurs dans tous les cas. Les délégataires ont plutôt intérêt à le signer, car ça la fout mal d'avoir en bas d'une page de rapport du GIEC une mention comme "*L'Arabie Saoudite (au hasard) ne reconnait pas la figure 4.1" ou quelque chose comme ça.

"Au fil des ans, ces résumés sont devenus de plus en plus illisibles."

Il n'a pas du en lire beaucoup pour écrire ça...

"Les trois premiers rapports du GIEC restaient prudents. En 1995, le GIEC concluait en disant qu'aucune des études n'avait apporté la preuve que le changement climatique puisse être attribué aux gaz à effet de serre. En 2001, le GIEC soulignait qu'en matière de modélisation du climat, ils étaient face à un « système chaotique couplé et non linéaire » et que les prédictions à long terme s'avéraient impossibles."

C'est juste complètement faux... Le but de la manoeuvre est plus clair quand on lit la suite :

"Mais dès le 4 ème rapport (AR4), fin 2007, sans aucune donnée nouvelle, le GIEC affirme que la réalité et l'ampleur du réchauffement climatique sont « sans équivoque ». L'effet de serre du CO2 serait la cause d'un réchauffement pouvant atteindre 6,4° en 2100 si rien n'était fait; cela provoquerait aridité, désertification, catastrophes climatiques et montée des océans. Des prédictions avec un écart allant de 0,2° à 6,4°! Une marge d'incertitude invalidant leurs conclusions."

Le réchauffement et sa cause étaient déjà clairs dès le premier rapport (c'est en ligne, suffit d'aller voir). Seule la corrélation faisait l'objet d'une incertitude restant à réduire. Les centaines de travaux scientifiques qui ont été faits entre temps ont malheureusement appuyé les conclusions originelles des scientifiques (qui ne l'ont pas sortie de leur chapeau, le lien GES/climat a été théorisé dès la fin du XIXème siècle, et est depuis très, très étudié, c'est particulièrement passionnant en paléoclimatologie).

Donc ces deux paragraphes ne servent qu'à faire croire que le GIEC a sorti de son chapeau des résultats scientifiques. Il n'en est rien. "Sans aucune donnée nouvelle" : complètement faux.

"Mais cette courbe était fausse ! (et ce n'était pas la seule erreur). Elle avait été sciemment falsifiée. Ce mensonge scandaleux à des fins idéologiques aurait dû entraîner la dissolution du GIEC. Mais non, le GIEC admit son «erreur», la courbe disparut du rapport suivant et le film reçut 5 prix, 2 nominations et le prix Nobel de la paix fut attribué en 2007 au GIEC et à Al Gore !!"

Certes il y a quelques erreurs et approximations dans le film de Gore (comme dans la plupart des documentaires grand public), mais la courbe en crosse de hockey n'a pas été et n'est toujours pas remise en cause par la communauté scientifique (elle est d'ailleurs toujours dans l'AR5, notamment dans le résumé). Seuls des points de détails concernant l'amplitude des variations moyenâgeuses ont fait l'objet de discussions scientifiques, mais rien que ne remette en cause cette courbe...

"Puis il y eut en 2009, peu avant le sommet de Copenhague, la « Climategate », autre affaire très grave. Des hackers avaient diffusé plus de 5000 e-mails de hauts membres du GIEC. Dans ces échanges apparaissaient clairement les manipulations des données scientifiques pour les faire coller à leur théorie réchauffiste, ainsi que des rapports de scientifiques censurés « comme non conforme » à la version officielle du GIEC. On y vit aussi leurs méthodes d’intimidation contre ces scientifiques « dissidents »."

Tout ceci c'est qu'affabulation, il y a bien eu des erreurs qui se sont glissées parmi les 3X1500 pages de l'AR4, mais elles ont été reconnues et corrigées, ainsi que le processus de relecture qui a été modifié pour que cela n'arrive plus dans l'AR5 (et pour l'instant, cela semble porter ses fruits puisqu'il n'a pas été remis en question).

"Dans le 5ème et dernier rapport (2014), sans nouvelles données scientifiques, le GIEC devient plus affirmatif encore : le réchauffement du système climatique est dû aux activités humaines (probabilité de plus de 95 %) et il faut mettre fin à l’utilisation des énergies fossiles, principales responsables."

"Sans nouvelles données scientifiques" : Lol.

Et derrière, ça parle de climatologie et paléoclimatologie et c'est juste N'IMPORTE QUOI.

"Pourquoi le CO2 a t-il augmenté ? la raison principale semble avoir peu de lien avec les activités humaines, mais venir surtout des cycles solaires ; le soleil ayant connu une période d'activité intense depuis 1950, cause non prise en compte par le GIEC."

Hein ? Sources ? Les cycles solaires sont connus, documentés et intégrés dans les modélisations climatiques, ce sont notamment les cycles de Schwabe et les variations de Gleißberg.

"Le CO2 suit les changements de températures. Il est une conséquence et non une cause. Quand il fait froid, les océans absorbent plus de CO2, et quand il fait chaud, c'est l'inverse, ils en rejettent davantage. Le taux de CO2 d'origine anthropique dans l'atmosphère serait d'environ 5 %."

Je connais des climatologues qui s'étrangleraient en lisant ça. En paléoclimatologie, on apprend que le CO2 a trois rôles selon les périodes et les phénomènes étudiés : parfois suiveur (c'est vrai), parfois accélérateur et parfois moteur (comme en ce moment). Sur les océans c'est juste n'importe quoi c'est beaucoup plus compliqué que ça...

"Les mesures récentes, en particulier celles provenant des satellites et des balises Argo, sont trop éloignées des projections du GIEC pour valider leur théorie. De plus leurs modélisations ne concordent pas avec les cycles du passé."

Source ? Je vous le donne en mille : aucune.

"Malgré ce catastrophisme autour du réchauffement climatique, la banquise antarctique s'étend depuis 30 ans, les glaces arctiques ré-augmentent depuis 2013, les glaciers himalayens restent stables et les ours polaires ont l'air de bien se porter. Mais de tout ça, les médias ne parlent pas.
Et puis, si même il devait y avoir un réchauffement climatique, il faudrait une étude scientifique sérieuse pour savoir si cela représenterait vraiment une catastrophe."

Sur la banquise et l'antarctique, voir mon message précédent. Sur la dernière phrase, voir les rapports du GIEC, dans lesquels toutes les sources de toutes les études sont citées. Et des études qui prévoient les effets du réchauffement climatique, à différentes échelles, à différents niveaux, il y en a à la pelle.

Bon je vous passe sur le reste, je pense que la plupart ici vous êtes assez grands pour vous faire votre opinion sur ce texte à charge sans preuves, ou sans réelles preuves.

Par contre il y a une phrase avec laquelle je suis d'accord : "Le capitalisme industriel fait des ravages sur la planète et de vraies catastrophes sont devant nos yeux."

Ou même ça tout à la fin :

"Les multinationales ont pris le pouvoir et mènent le monde. Les dirigeants ne sont que des marionnettes pour les servir et nous endormir. Ils se plient aux impératifs du monde économique et délaissent les vrais problèmes de notre siècle.

Il est urgent de remettre en cause nos sociétés occidentales, qui tirent le monde vers le pire, et de revoir radicalement leur fonctionnement (production, consommation, distribution)."

C'est quand même paradoxal de tenir ce discours et d'aller ensuite raconter n'importe quoi pour expliquer qu'on nous fait avaler des couleuvres avec le climat (et pourtant j'aimerais que ce soit le cas). S'il y a bien du lobbying et des problèmes autour du GIEC et des COP, c'est clairement pas dans le sens où ils l'entendent, mais plutôt dans celui dont je parlais à la fin de mon premier commentaire... En vrai, du scandale à ce sujet il y en a : c'est celui de l'inaction globale de la population et des politiques face à un phénomène ultra-documenté. Sauf que je comprends aussi la "fermeture" face à ça : ça fait peur, c'est clair et net. Ca remet en cause plein de chose de nos sociétés, notre système, nos pratiques, nos loisirs... Et ça créée un rejet, un refus puisque c'est vraiment difficile à accepter à vivre au quotidien. Ca pousse à développer de grosses barrières psychologiques, qui vont de "je préfère ne rien voir" à "mais c'est n'importe quoi" en passant par "de toute façon cet avion, si je ne le prends pas il décollera quand même". D'ailleurs c'est pas mal étudié également en psychologie, ça fera l'objet d'un autre commentaire si ça en intéresse certains.

Histoire de finir sur une note critique sur cette histoire "d'Affaire du Siècle" je vous laisse avec un article que je partage sur le côté "analyse médiatique", mais dont je suis un peu moins proche des conclusions très radicales : http://partage-le.com/2018/12/quelques-remarques-sur-laffaire-du-siecle-par-kevin-amara-et-nicolas-casaux/

Et joyeux Noël à tous, mêmes aux climato-sceptiques ;-)

» Par LoicSkipass, le 23.12.2018

PS : détail mais ma première citation sur le fonctionnement du GIEC c’est simplement tiré de wikipédia.

» Par bobo, le 23.12.2018

Bravo Loic!

» Par Econome, le 23.12.2018

C est pas parce que les arguments des climatosceptiques purs et durs sont un tas de conneries que ceux des climatonaifs sont vrais

» Par Eric, le 23.12.2018

Et les écolo-bobo-collabos, ça vous dirait d'aller réchauffer l'athmophère de Mars, ça nous ferait une deuxième planète et surtout des vacances sur terre!
@ économe: cultives toi un peu au lieu de faire le françois bayrou! ni pour ni contre...:
https://www.contrepoints.org/2014/06/03/167818-climat-22-verites-qui-derangent

» Par Pou, le 23.12.2018

Eric, quand une personne prend le temps de répondre quasi point par point a votre copier coller, il serait de bon ton d'en faire autant et non de remettre un lien. Si le scientisme est votre truc pourquoi pas mais cela n'a rien a voir alors avec la science.

» Par Econome, le 23.12.2018

@Eric :un site qui ne sait pas écrire co2, ça ne me donne pas envie de lire.

» Par pingouin, le 24.12.2018

Un grand merci à Loïc pour toutes ces clarifications, j'avais déjà pu voir que tu t'intéressais au sujet (du climat) avec des articles bien complets sur skipass.

La réponse de François Gervais à François-Marie Bréon en 2013 n'apporte pas grand chose à tout ce qui a déjà été dit, il me semble :
kin152.gadz.org/climatologie/reponse_au_monde.pdf

L'argument du plateau de température de 2003 à 2013 a l'air d'être une grosse blague quand on rajoute les 5 dernières années, et qu'on dézoome :
climate.nasa.gov/vital-signs/global-temperature/

A part ça, un article intéressant de Jancovici, sur "faut-il croire le GIEC" :
jancovici.com/changement-climatique/croire-les-scientifiques/quest-ce-que-le-giec/

L'exemple de Richard Lindzen apporte une autre hypothèse pour expliquer le comportement de François Gervais : "De telles « manifestations de mauvaise humeur » peuvent aussi concerner des chercheurs qui ont envoyé des contributions lors du processus d’expertise et qui estiment ne pas s’être vu accorder l’importance qu’ils méritaient (cela arrive, bien sûr)."

» Par pingouin, le 24.12.2018

J'attendais un petit article de Jean-Pierre Bardinet, alias jipebe29, avec impatience, merci Eric. C'est un emblème des climato-sceptiques sur le net, on le retrouve absolument partout dès qu'on fait des recherches sur le sujet.
Voici un article de blog que j'ai trouvé très drôle (je ne connais pas l'auteur) :
sogeco31.blogspot.com/2015/09/jean-pierre-bardinet-le-vrp-du-climato.html

JPB a même été interviewé par Meurice, à la contre cop 22, LOL
www.franceinter.fr/emissions/le-moment-meurice/le-moment-meurice-02-decembre-2016

Et il a répondu dans les commentaires du blog :
"Je suis ravi de constater que ma prose vous dérange et que vous y ayez consacré autant de temps. Ce long article me fait trop d'honneur..."

» Par pingouin, le 24.12.2018

Pour mieux comprendre le point de vue de Nicolas Casaux, voici des critiques de Cyril Dion, Aurélien Barrau et Pablo Servigne respectivement :
partage-le.com/2018/08/cyril-dion-bonimenteur-de-lecologisme-mediatique-et-subventionne-par-nicolas-casaux/
partage-le.com/2018/10/quelques-petits-problemes-concernant-le-discours-daurelien-barrau-par-nicolas-casaux/
partage-le.com/2018/01/8648/

» Par Francis, le 24.12.2018

L'individu adopte et défend ce qui protège ses propres intérêts.

Peu d'entre-nous sont capables de mettre l'intérêt général au dessus de nos intérêts particuliers.

La population de skitour ne déroge pas à la règle. Naïvement on aurait pu croire le contraire, mais il y a ici toutes les professions qui n'ont aucun intérêt à ce que le modèle soit remis en cause car ça remet en cause leurs propres intérêts.

Ils balancent n'importe quoi comme arguments et s'élèvent au rang de scientifiques.

Finalement, à court d'arguments revient toujours le fameux bobo comme arme fatale. Discréditer l'autre est leur approche favorite.

Admettons que l'homme n'est pas responsable du réchauffement planétaire, il n'est d'ailleurs pas responsable non plus de la sixième extinction massive de la faune, ni de l'effondrement des écosystèmes,des océans de plastique, ni de l'acidification des oceans, de la disparition des forêts primaires et de l'exploitation à outrance des sols, de la pollution chimique des sols et des eaux en un mot du formidable gaspillage de resources et d'énergie.

Tout ça sont des élucubrations de gauchistes bobos et on trouvera sûrement un article et un YouTube pour le confirmer.

En attendant je constate à ma petite échelle, je constate le moins d'insectes, le moins d'oiseaux signes visibles à mon échelle. Bonne chance.

» Par Toys, le 24.12.2018

Ce serait peut-être plus simple si les écolos étaient moins stupides et se comportaient un peu moins comme bobos donneur de leçons reconvertis à l’ecologie depuis que les ouvriers ont quitté la gauche pour voter FN.

» Par Daniel, le 24.12.2018

Porter plainte contre l'état? L'état c'est nous....le peuple...Il n'y aurait pas fallu plutôt porter plainte contre le "Roi", mais là c'est plus dangereux...connaissant le courage des écologistes...
Je sais pas si les 0.4% de CO2 méritent un tel débat quant-on voit que la catastrophe de Fukushima a été presque étouffés, minimisés alors que c'est environ 3 fois la catastrophe de Tchernobyl, le fait que ce soit des réacteurs de fabrication américine cela peut expliquer la dédiabolisation quand on pense a ce qu'on a mis dans la tronche aux Russes...Comme quoi les médias influent sur le choix de l'importance de l'information...

» Par Gaulois légitime, le 24.12.2018

@ françis; on peut très bien admettre la baisse de la bio-diversité et le recul des forêts, la pollution direct, sans valider le réchauffement anthropique, c'est pas "tout ou rien". Dès qu'on émet une contradiction, ou une récupération,on est traité de fasciste (voir le point Godwin sité par bobo), la réduction ad Hitlerum...Je me demande bien ce que viens faire Hitler là dedans? Tout débat au final converge vers la Shoa...bizarre? On voit l'emprunte du statu-quo de 1945 et qui définie ce qui est bien ou mal...même si ça n'a rien à voir!! A étudier... ce comportement psychologique serait intéressant...A quoi peu bien servir ce chantage? et à qui profite t-il?

» Par Rogntudjuuu !, le 24.12.2018

Beaucoup de foutaises dans ce genre de débat :
La France est un des meilleurs élèves au monde quant à l'émission de gaz à effet de serre.
Les avions volent au kérosène détaxé.
Un porte conteneur au fuel lourd = 1 million de véhicules.
Des installations de ferroutage qui ne servent à rien.
L'écologie n'est qu'un prétexte pour renflouer les caisses de l'État.

Alors marre des bobos des métropoles qui donnent des leçons à la France périphérique et qui sont les plus nombreux à prendre l'avion pour partir en vacances !
Marre aussi d'entendre ceux qui sont à 30 km des champs de neige faire la leçon à ceux qui habitent à 100 ou 200 km.
D'ailleurs même si on ne peut pas globaliser ça à toutes les métropoles, ce ne sont pas les gens des métropoles donneurs de leçons que l'on voit en masse sur les ronds-points, ils sont sans doute trop occupés à perdurer dans ce système qui d'ailleurs le leur rend bien !

Premier et dernier message d'un des habitants de la France périphérique et de celle des ronds-points ...

» Par Que de la gueulle, le 24.12.2018

En même temps, si tu fais partie des beaufs, pour ne pas dire fachos qui s’habillent en jaune pour masquer le brun, on ne peut pas grand chose pour toi.

» Par superpapa, le 24.12.2018

vous la sentez bien venir la guerre civile??

» Par Bankster, le 24.12.2018

C'est sur que c'est plus facile de faire la chasse au patriotes Français de gauche & de droite en jaune plutôt que celle des chances pour la france estampiller "S" ou encore au dessus de s'attaquer au vrai pouvoir: c'est à dire la Banque avec un grand B! Le monde de la finance spéculative responsable de tous les mots....
Mais non les bobos préfèrent lutter contre le CO2, quelle jolie voie de garage!!

» Par pingouin, le 24.12.2018

"La France est un des meilleurs élèves au monde quant à l'émission de gaz à effet de serre."

C'est complètement faux, la France est juste dans la moyenne, et j'en ai déjà parlé, si t'as de meilleures sources, merci de les partager.

"Un porte conteneur au fuel lourd = 1 million de véhicules."

[url[https://www.liberation.fr/checknews/2018/09/10/est-ce-vrai-que-15-bateaux-de-marchandises-polluent-plus-que-toutes-les-voitures-du-monde_1677714[/url]

Fukushima vs Tchernobyl :

www.irsn.fr/FR/connaissances/Environnement/expertises-incidents-accidents/comparaison-tchernobyl-fukushima/Pages/1-repercussions-post-accidentelles-differentes.aspx

"les bobos préfèrent lutter contre le CO2"

www.lemonde.fr/climat/article/2018/12/14/climat-operation-de-nettoyage-a-la-societe-generale_5397317_1652612.html

Dernier point : tenter d'opposer les gilets jaunes de la france périphérique aux écolos bobos des métropoles, ça profite à qui ?

» Par pingouin, le 24.12.2018

www.liberation.fr/checknews/2018/09/10/est-ce-vrai-que-15-bateaux-de-marchandises-polluent-plus-que-toutes-les-voitures-du-monde_1677714

» Par Econome, le 24.12.2018

Tu parles du classement Wikipedia ?
Intéressant effectivement, j ai notamment appris que Martinique, Guyane, Guadeloupe et réunion ont droit au drapeau français, mais visiblement ne sont pas complètement français vus qu ils sont classés à part.

» Par Dindon pinguin, le 24.12.2018

C'est sur que Fukushima n' a fais 600Km2 de contamination, biensur, les courants marins sont restés statiques...

» Par bobo, le 24.12.2018

Allez, joyeux Noël ! :D

» Par Pilator, le 24.12.2018

Ça fritte trop, le débat ne peut plus durer ?

» Par Feliz Navidad, le 24.12.2018

Les bobo c'est tabou on en viendra tous à bout. Cette pétition c'est l'ineptie du siècle. Comme dit plus haut l'état c'est le peuple. Ils signent contre eux même lol. Bravo @prêt. 1% de gestion pour la France. Joyeux Noël à tous mais pas à la secte ecolo. Feliz navidad

» Par bobo, le 25.12.2018

Je crois que je préfère être un "bobo-ecolo-collabo" qui se soucis de la planète qu'il laissera à aux enfants que d'être habité par les propos haineux que déversent ici les climato-sceptiques conspirationnistes repeints en jaune ...

» Par Tortue, le 25.12.2018

@bobo c’est une façon parmis d’autres de se donner bonnes consciences à peu de frais.
Si tu souhaitais réellement faire avancer les choses, tu changerais et arrêterais de te comporter en bobo écolos donneur de leçon.

» Par esprit libre, le 25.12.2018

googlez l'affaire du siècle, le lien vers la pétition apparaît en première position accompagné de l'avertissement "annonce".

De mon point de vue, c'est malhonnête, à ce niveau médiatique, je ne crois pas en l'action désintéressée...

» Par Trump-Putin-salvini, le 25.12.2018

On en peut plus des bobos des villes déconnectés qui servent la soupe à Macron et ces maîtres!!

» Par Jacques, le 26.12.2018

Non, je n'ai pas signé cette pétition et je respecte leurs auteurs. Je préfère suivre des actes multiples à différents niveaux dans le temps et espace pour nourrir un cycle vertueux du climat. A part le tri sélectif des ordures, quels sont ces actes que je peux faire tous les jours ayant un sens collectif pour la planète?

Peut être deux vitesses pour un cycle vertueux nommé "climat"?

1- Agir mieux tous les jours avec ses proches, ses voisins, ses copains.

2- Voter pour des acteurs capables de tenir le cap vertueux avec tout le monde.

Demain qui sera ce proche et ce politique pour tendre vers un cycle vertueux du climat.

» Par J-Louis, le 27.12.2018

Jacques +1 !
Mais qui pourrait être ce politique ?...

» Par Cyrille Marais, le 27.12.2018

Au début, le débat était assez réglo, intellectuellement parlant, mais après ... quels commentaires de qi < 0. entre les GJ, les fachos, collabos (mots à la mode mais exploités à la sauce guignols), les écolos bobos ou gauchistes anarchistes ... heu, vous êtes tous ds la même barque les mecs.

Comment dire, Einstein disait : "La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information." , en associant cette deuxième citation à la première, "N'essayez pas de devenir un homme qui a du succès. Essayez de devenir un homme qui a de la valeur." ... , basez vous sur votre expérience, et essayez d'élever le débat. Montrez un peu que ce site est ouvert d'esprit, et non pas articulé sur des personnes qui supposent et jugent. Les suppositions et les jugements sont à l'inverse de l'homme de valeurs que nous pouvons être.

» Par Legazier, le 28.12.2018

Ne dramatisons pas! Skitour est simplement le reflet de la société.
Ce n'est pas un "repaire de climatoseptiques" ou de "bobo ecolo anarchistes ou de facho etc..."
Simplement un endroit où chacun peut disserter avec ses convictions, ses interrogations, ses incertitudes ou ses certitudes.
Qu'il est difficile d'accepter les différences!
Mais tout cela est plutôt rassurant.

» Par Cyrille Marais, le 28.12.2018

le reflet de la société ! oui ... difficile d'imaginer ici des climatosceptiques, des critiqueurs "écolos bobos fachos", des mecs qui vont te taper dessus avec le bâton si t'avance pas assez vite ds la trace ! tout un symbole ! "société, société, tu m'auras pas" disait Renaud ... et bien si, elle l'a eu !

» Par Aa, le 29.12.2018

Heureusement que le beau ramassis de climatoseptiques qu'on trouve sur ce site est très minoritaire dans la société. Je ne serais pas surpris d'apprendre qu'ils appartiennent en majorité à la génération privilégiée d'après-guerre qui nous a niqué le climat. Nos enfants vous jugeront. Et le changement arrive, que vous le vouliez ou non.

» Par al 74, le 29.12.2018

@aa Quel est votre niveau de savoir ? "génération privilégiée d'après guerre". Connaissez-vous la date de la fin des ticket de rationnement et celle de la disparition des derniers bidonvilles en France ? Revoyez vos cours d'histoire.....

» Par ecolofaux, le 29.12.2018

Les cartels, leurs médias et leurs poulains politiques vous survendent le changement climatique et font silence sur l'écologie de base où les mesures sont simples à prendre même au niveau national (ogm, plastique, bois exotique, huile de palme, importations massives des 4 coins de la planete, ferroutage, construction bio-climatique, pesticides, etc...), car celle ci contrarie leurs bénéfices.
La diversion est helas tres efficace.

À quand l'arrêt des articles sur le climat sur skitour ?
A quand la publication de véritable articles d'écologie citoyenne ?

» Par Jean Neymar, le 29.12.2018

Le vrai bon commentaire me paraît être celui de Cyrille.
Pour la reste qui a tort ou qui a raison....
À chaque sujet sur le climat, la pollution, etc... ce sont les mêmes commentaires des mêmes personnes avec plus ou moins d'agressivité.
Ça suffit...
Bonnes traces

» Par Impôt carbonne, le 30.12.2018

100% d'accord avec ecolofaux...
Quelle arnaque ce GIEC! et tous les bobos tombent ds le piège! malgré leur bac + 3, le niveau scolaire baisse les amis en même temps que la dette augmente!!

» Par Robert, le 30.12.2018

@ Impôt carbone (avec un seul n !).
Le rapport du GIEC, me semble-t-il, n'est pas en opposition avec la remarque de ecolofaux. Il dresse un constat scientifique du réchauffement planétaire et de ses causes, et il demande aux états de prendre des mesures pour limiter ce réchauffement à 2°C, voire 1,5°C. Mais il ne descend pas jusqu'aux mesures de bon sens préconisées par ecolofaux. A ce stade, ce n'est pas le GIEC qui est en cause, mais les états et leur immobilisme, leur impossibilité chronique - par manque de courage - de changer de paradigme, leur perpétuelle course à la croissance que leur impose la compétition internationale, leur manque d'argent chronique à cause de leurs dettes stratosphériques. Ce n'est pas simple, et les déclamations populistes (donc simplistes) n'apportent aucune solution. En tous les cas, ce n'est certainement pas le GIEC qui est en cause. Heureusement qu'il existe, pour nous mettre en face de la réalité. Seule la pression populaire qui en découle, à mon avis, pourra un jour faire bouger les lignes. Mais combien de catastrophes naturelles ou pas faudra-t-il pour que le monde se réveille vraiment ?

» Par Pi3rrot, le 30.12.2018

ecolofaux, c'est rigolo vous listez exactement toutes les causes du réchauffement que le GIEC constate et qu'ils citent eux-mêmes :

"Behaviour, lifestyle and culture have a considerable influence on energy use and associated emissions, with high mitigation
potential in some sectors, in particular when complementing technological and structural change (medium evidence, medium
agreement). Emissions can be substantially lowered through changes in consumption patterns, adoption of energy savings
measures, dietary change and reduction in food wastes. 4.1, 4.3" AR5 Synthesis Report, 2014

Pourtant tout est en ligne, il suffit de se prendre en main et d'ouvrir les rapports. Plus personne ne fait l'effort de se renseigner avant de donner un avis ?

» Par Pi3rrot, le 30.12.2018

Voici le lien vers la synthèse du dernier rapport finalisé, dont j'ai tiré la citation :
https://www.ipcc.ch/site/assets/uploads/2018/02/SYR_AR5_FINAL_full.pdf

Pour les septiques : si vous allez page 39, vous verrez la comparaison entre les observations partout sur Terre et le résultat des modèles :
- uniquement naturels (les fameux cycles solaires, entre autres),
- tenant compte des forçages anthropiques.
On y voit très clairement que les seuls phénomènes naturels (très bien connus) ne suffisent pas à expliquer le réchauffement et la baisse de surface englacée. En revanche, les modèles avec l'influence humaine respectent très bien les observations.

» Par Sansouci, le 30.12.2018

Ca fait peur de voir le degré d'aveuglement de certains quand ça touche a leur petit confort personnel. On repère vite une pente glissante :

1) " Ca ne sert a rien de limiter l'usage de la voiture pour lutter contre le réchauffement climatique "

2) " Le réchauffement climatique n'est pas causé par l'homme, ou très pour une partie infime"


3) "Le réchauffement climatique n'existe pas"

Bien sûr en cherchant un peu on trouve des réponse a toutes ces questions qui ne sont plus des débats scientifiques (et je sais de quoi je parle j'étudie la météo). Sauf qu'il n'y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir. Alors dès que quelqu'un affirme le contraire on lui accorde du crédit malgré son incompétence ou sa mauvaise foi. Et pour se rassurer on insulte tous ses adversaires d'écolo-bobo-je-ne-sais-quoi. Allons ce n'est jamais si simple ! Il y a des gens qui habitent loin de tout en montagne et se passent de voiture et il y a des urbains qui la prennent tous les jours pour faire 500m (en fait les petits trajets c'est même l'essentiel des déplacements). Le climat, l'érosion de la biodiversité, la pollution de l'air c'est complexe et on ne comprend pas tout mais ça n'autorise pas à dire n'importe quoi. Il y a chez les écolos comme chez les réacs des gens qui ne réfléchissent pas beaucoup mais croyez moi ça ne fait jamais de mal d'essayer de comprendre ce que disent nos adversaire plutôt que de les caricaturer.

Enfin je trouve ça triste de voir sur ski tour de tels propos. Des gens qui vont en montagne qui devraient l'aimer et qui ne voient pas les glaciers disparaitre, les installations humaines dégrader la nature, l'odeur étouffante des gaz d'échappement souiller l'air des cimes. Le problème c'est pas d'avoir bonne ou mauvaise conscience le problème c'est que quand on aime un endroit on le protège, on y fait attention. Comme quand on aime quelqu'un il nous est insupportable de le faire souffrir.
Ca ne me gene pas que des gens viennent en voiture en montagne qu'ils montent en remontée mécaniques ou autre parce que j'espère que ce qu'ils voient leur fait prendre conscience de la beauté de la nature. Peut être qu'il reviendront à pied, à vélo. L'émerveillement que procure le paysage c'est la différence entre du ski et une séance de muscu en salle et c'est aussi ce qui donne l'envie et le courage de protéger la nature. Ceux qui skient toutes les semaines et qui sont aveuglé à ce point qu'en retirez vous ? vous perdez votre temps, allez vous assoir devant votre télé.

» Par ecolofaux, le 30.12.2018

@Robert

Quelles sont les declamations populistes dont vous parlez ?

Pour l'instant côté climato-béats des instances internationales (des gens bien pas populo ni simplistes), on voit essentiellement des solutions type greenwashing.

» Par Robert, le 30.12.2018

@ecolofaux
Déclamations populistes : Je parlais des "yaka" qui interviennent sur des posts pour donner des solutions faciles et non contraignantes, alors que, en fait, rien n'est simple au niveau des états, dont la plupart sont sortis exsangues de la crise financière de 2008.
Plutôt d'accord sur le reste, c'est vrai, me semble-t-il, que les responsables politiques se donnent souvent bonne conscience par des opérations de greenwashing, en prenant en plus les citoyens à témoin (ou en essayant de le faire). Parce que le greenwashing, ça ne coûte pas cher !

» Par pupissimo, le 02.01.2019

une pétition qui interroge:
https://www.contrepoints.org/2018/12/27/333325-petition-laffairedusiecle-le-naufrage-intellectuel-et-democratique

» Par -Joe Cook-, le 03.01.2019

Enfin https://www.contrepoints.org, un site où il est très facile de trouver de la merde.

» Par marcel, le 03.01.2019

https://www.contrepoints.org/2018/12/27/333325-petition-laffairedusiecle-le-naufrage-intellectuel-et-democratique

Greenpeace voleurs, rendez l'argent!!
ça m'étonnes pas de leur méthodes....!!

» Par Pi3rrot, le 03.01.2019

Avec la quantité de fake news et de raisonnements ouvertement de mauvaise foi qu'ont tenu contrepoints, c'est fou qu'en 2019 ils puissent encore être cités. A coté, l'Humanité passerait pour un exemple de neutralité en journalisme.
Enfin bon, pas mal de debunk a été fait plus haut, c'est le principal.


VTT de montagne