Accueil > Actu > Neige et avalanches > RIP mon pote !

RIP mon pote ! - Neige et avalanches

 
+20
48 votes

RIP mon pote !

Proposé par DiotPolenta le 09.12.2018, publié le 09.12.2018 :: www.ilmessaggero.it :: 3088 vus :: 786 clics :: 3 commentaires :: Neige et avalanches

"J'ai vu mon compagnon traîné en aval et avalé par l'avalanche." Ainsi, en quelques secondes, la tragédie du Col Pillonet, à une altitude de 2 400 mètres, s’est déroulée en quelques secondes au-dessus de la ville de Chamois, dans la Vallée d’Aoste. François Lachere, un alpiniste français de 53 ans vivant à Alberville en Savoie, est sans vie après l'avalanche après avoir été lancé à 70 mètres.

Sa petite amie, Véronique Salle (55 ans), s'est sauvée miraculeusement, réussissant à s'éviter. Il assista impuissant à la scène et se dépêcha aussitôt de le chercher avec un appareil Artva. Après avoir localisé le corps, il a appelé le sauvetage. Le détachement, de petite taille, a été généré par un «placcà», un tas de neige insidieux formé par le vent, légèrement au-dessus des deux hommes engagés. "François a vu l'avalanche devant moi, il a crié de faire attention, j'ai bougé alors qu'il était submergé", a déclaré la femme aux financiers de la Sagf de Breuil-Cervinia qui ont reconstitué l'incident.

Partant du village de Cheneil à Valtournenche, le couple montait vers la colline selon un itinéraire jugé facile. La femme se tenait devant elle, il lui manquait encore 150 mètres pour se rendre à destination. "Ils ont peut-être été trompés par le manque de visibilité dû à la couverture nuageuse qui empêchait de voir la plaque", explique Paolo Comune, directeur du service de secours alpin dans la Vallée d'Aoste. Le bulletin d'avalanches indique un danger marqué dans la région (troisième année sur cinq).

Une situation de risque considérable, mais qui n’exclut pas la possibilité de faire des voyages. Tant que vous payez une attention particulière. "On s'attendait à ce que certaines plaques causées par les vents du nord-ouest épaississent les monticules déjà présents au-dessus des 2 300 mètres", ajoute M. Comune. Les opérations de recherche et de récupération ont été entravées par des vents violents et une faible visibilité. L'hélicoptère a transporté les guides de secours en montagne du Val d'Aoste, des attelages de chiens et les financiers vers les montagnes. L’homme était enseveli sous deux mètres de neige très lourde et très compacte, dont il n’était pas facile de l’extraire. Le médecin n'a pas pu trouver sa mort.

Le partenaire, sous le choc et dans un léger état d'hypothermie, a été pris en charge par un psychologue. Les deux alpinistes, experts et dotés de tout le matériel technique nécessaire, étaient arrivés dans la matinée d'aujourd'hui en Italie, dans l'espoir de passer le week-end dans la région. »

Commentaires

» Par fx, le 10.12.2018

Terrible nouvelle d'apprendre la disparition de cet amoureux du ski et de la montagne. Très forte pensée à tous ces proches.

» Par Alain Duclos, le 10.12.2018

Mince... Même François :-O
Nous étions amis depuis des décennies.
Expérience de ouf à force de dénivelés accumulés, au dessus de chez toi en semaine, aux quatre coins des Alpes durant le week end, ou sur le tracé des compétions de ski alpinisme longtemps écumées.
Cher François, ta mémoire des itinéraires m'avait toujours sidéré, laquelle te servait aussi à anticiper les secteurs qui méritaient une vigilance particulière. Prudent avant tout, tu t'es pourtant fait surprendre. Les distances de sécurité avec Véro étaient suffisantes puisque toi seul t'es fait emporter. Mais 2 m de neige sur ton corps et des secours qui ne parvenaient pas à vous localiser, c'est plus que tu n'as pu supporter.
Mince, même, toi, François...

» Par Eric, le 15.12.2018

Piégè.
Merci à toi François.Hier tu as réussi à tous nous réunir,parents, amis, collègues..Paradoxalement, un très agréable moment de partage à se relater ta vie, tes expériences riches et diverses, au fil des témoignages ,tous animés par nos valeurs communes: la simplicité, la modestie et le respect.Nous n'avons pas oubliés de rire en se racontant des anecdotes te concernant. J'aurais tellement aimé que tu surgisse pour apporter le petit détail, la petite précision... et rire avec nous bien sûr! Mais il en est tout autre, ce soir , la boule au ventre , je me goinfre de chocolat à repenser à tout ce que tu m'a apporté, toi, notre "topo vocal" (je suis aussi très gourmand). Évidemment, ta chère Véro est naturellement associée à toutes ses moments . Allez, salut "Fanfoué", ne change rien, nous allons suivre ta trace.


VTT de montagne