Accueil > Actu > Ski de randonnée > Témoignage : "Sans casque, je serais mort sur le coup"

Témoignage : "Sans casque, je serais mort sur le coup" - Ski de randonnée

 
+32
38 votes

Témoignage : "Sans casque, je serais mort sur le coup"

Proposé par Bruno Grenet le 24.05.2018, publié le 25.05.2018 :: www.montagnes-magazine.com :: 6325 vus :: 2002 clics :: 69 commentaires :: Ski de randonnée

Emeric Astier pratique le ski de rando depuis près de 15 ans. Le 30 avril dernier, une chute sur une barre rocheuse a failli lui coûter la vie. Son salut? Le port de son casque, brisé en éclats, mais qui l'a protégé dans sa chute. Il livre aujourd'hui son témoignage pour tenter de sensibiliser les pratiquants de ski de rando au port du casque. »

Commentaires

» Par DavidL, le 25.05.2018

Quelques remarques:
30-40 décès tous les ans par avalanche, et combien par trauma crâniens ? (un, deux ?, je ne sais pas).
Sauter une barre de 40m, normalement dans 99% des cas il y a décès même avec casque intégral, protection dorsale etc. L'article montre que le casque l'a sauvé, mais c'est d'abord la chance puis ensuite le casque qui l'ont sauvé.

» Par titoutim, le 25.05.2018

Chacun fait fait fait, cqu'il lui plaît, plaît plaît !
et moi ça me rassure le casque :)

» Par Bastien, le 25.05.2018

Dans la plupart des autres pays, les gens skient en rando avec casques de ski alpin. Et ca parait vraiment anormal de skier sans casque...

» Par jo, le 25.05.2018

tiens c'est marrant à coté de l'article il y a une pub pour un casque. si même les chuteurs sont sponsorisés maintenant!!!

» Par Casqu_ouille!, le 25.05.2018

@ Bastien : Çà, c'est un argument béton !

» Par legazier, le 25.05.2018

Le casque protège aussi dans les avalanches, il protège dans les chutes en crevasse...Alors, chacun fait ce qui lui plaît, certes, mais l'empathie que l'on peut éprouver envers son prochain justifie ce genre d'article.

» Par Marc, le 25.05.2018

Les arguments contre le casque en ski de rando sont les mêmes que ceux des coureurs cyclistes ou des motards à l'époque où on a commencé à leur demander d'en porter, ou contre la ceinture de sécurité en voiture. En fait, les arguments contre le port du casque (et des protections en général, que ce soit pour les loisirs ou en milieu professionnel) sont toujours les mêmes (nutile, inadapté, inconfortable, gênant, etc.). Un jour on m'a dit que mettre un casque en ski de rando était le signe qu'on avait peur, qu'on n'avait pas le niveau et que donc on n'avait rien à faire en montagne. On m'a aussi dit qu'un casque gênait pour entendre le bruit éventuel d'une avalanche. Pour ma part, le casque (casque alpi que je mets en descente et dès qu'on sort crampons ou corde) ne m'a jamais sauvé la vie mais très certainement évité des blessures (chute de pierres ou glace). Ensuite, en montagne, chacun fait ce qu'il veut, même se mettre en danger (sauf à mettre les autres en danger)

» Par Fred CFred, le 25.05.2018

J'étais pas trop pour le casque (encore un truc à prendre en plus, bientôt le sac va faire 15 kg à vide).
Puis je me suis pris une belle gaufre, sans casque, j'ai tapé au niveau de la figure. Le casque ne m'aurai pas protégé mais ça m'a fait réfléchir.
Depuis je le porte systématiquement à la descente et ça m'a servi cette année, ce con d'arbre à prétendu avoir la priorité à droite pourtant il a déboulé sans regarder... ;)
Je ne le porte pas à la montée car ça ne tient vraiment trop chaud (le mec toujours en t-shirt même à -5°C c'est moi) sauf sur des passages craignos.

C'est mon expérience ... à vous de voir, mais il y des "chances" que que bientôt, comme en escalade, vous ne soyez plus vraiment assuré si vous ne le portez pas.

PS : @jo : j'avais une pub pour D4 et une pour un trecking en Suisse

» Par yves, le 25.05.2018

Une belle histoire qui se finie bien , avec du bois cassé , mais heureusement sans séquelle.
Le casque oui bien sûre avec des hivers à faible enneigement et requins au aboies
Mais aussi ,un petit talky alky marque BAOFENG en bi bandes UHF et VHF , 5w à 30€ , d'un poid de 100 gr aurait peut être accéléré les secours .....
Nota: ma touche à droite du w ne fonctionne pas ....

» Par Bboy, le 25.05.2018

Evident.
Comme certains, il m'a fallu un bon petit choc sur la tête consécutif à une chute pour me faire adopter de manière définitive et systématique le port du casque.
Depuis, j'ai constaté de beaux impacts sur le casque suite à des chutes de pierre à peine ressenties.
Avec un casque alpi léger et aéré, les inconvénients du casque sont négligeables par rapport à ses avantages. Accessoirement, cela protège de l'insolation.

» Par Casqu_ette, le 25.05.2018

Bientôt, vous verrez, on portera, enfin pas moi, mais des gens, porteront un casque dans la rue ! On voit déjà des petits enfants marcher dans la rue avec des casques. C'est comme Vigipirate, ça ne sert pas à grand chose en fait, mais ça rassure.

» Par baba05, le 25.05.2018

"un petit clic vaut mieux qu'une grande claque"

» Par Isabelle, le 25.05.2018

Les anciens portaient-ils un casque en ski de rando, y compris dans les années 70/80 ? Même si la fréquentation était moindre, il n'y avait pas tant de traumatismes. Mais maintenant on en voit de plus en plus car c'est devenu une mode ! Certains CAF l'imposent même dans leurs sorties ski alpi. Je veux bien qu'il soit utilisé pour des courses glaciaires, du ski de couloir ou en début de saison avec des enneigements médiocres mais dans la plupart des cas il ne sert à rien. De plus, même si l'esthétisme des casques à progressé, certains devraient en changer ou ne pas le porter car çà leur fait vraiment de ces têtes ! Au moins quand on en croise, on se pisse vraiment de rire en les voyant

» Par Caqu_apointe, le 25.05.2018

@ Isabelle,
Tout à fait exact, mais le casque, c'est un nouvel item A ACHETER !!!
Dit autrement, ça fait marcher le commerce...

» Par Nicom, le 25.05.2018

Franchement c'est quoi ce débat pour ou contre? moi je met un casque et chacun fait comme il veut, il est où le problème. Je me suis mis une boite au combeynot en début de saison sans trop de neige, je portais pas de casque, quand on sait que c'est un pierrier dessous ça fait réfléchir. Peut être que dans les année 70 les skieurs skiaient moins vite? faisaient plus attention? Moi je trouve que le casque est bien utile en forêt, bien utile tout le temps en fait parce que meme avec 3m de neige qui te dit qu'il n'y a pas un rocher de 2,80 sous les skis... ouai je sais c'est pousser le bouchon un peu loin. Je sais pas si ça peut sauver la vie mais si ça peut éviter un trauma cranien je préfère porter 300g de plus...

» Par synthese, le 25.05.2018

on fait la synthese:
- casque sur les grosses sorties
- pas casque sur les petites

suivant conditions, niveau et engagement de chacun

» Par Bruno Grenet, le 25.05.2018

@Isabelle : les skieurs des années 1970 avec des chaussures en cuir et des skis droits de 2m10 ne skiaient sans doute pas exactement de la même façon que les skieurs actuels avec chaussures rigides, skis paraboliques et rocker... Bien sûr je caricature un peu mais on peut imaginer que les nouvelles façon de pratiquer le ski de rando influencent l'équipement de sécurité qu'on utilise.

» Par jeff69, le 25.05.2018

Du pour, du contre... j'utilise le mien en pointillés, pas toujours convaincu de sa nécessité, en fonction du type de rando. En tous cas, pour l'argument "trop chaud", celà ne tient pas en pratique: j'ai un Black Diamond Vapor (190 g) hyper ventilé (et ultra léger donc), qui est bien moins chaud qu'une casquette car la tête est à l'ombre et l'air circule dessous. L'utilité, on ne va la sentir que dans quelques cas rare, mais c'est justement là qu'on sera content de de l'avoir. Comme Nicom, je pense qu'il n'y a pas de débat à avoir, c'est juste une question culturelle (habitude, idées reçues, âge et années de pratique, etc...).

» Par Chatouille, le 25.05.2018

Avant, j'en portais pas, ça ne se faisait pas et ça allait bien comme ça.
Pendant des années je ne suis plus sortie en rando. Donc le problème ne se posait plus.
Et j'ai eu envie de retourner en rando. Sans casque, comme ça allait bien avant.
Et lors de ma première sortie, je me suis retrouvée toute seule à ne pas sortir mon casque pour la descente. Et là, je me suis sentie bête et un peu toute nue.
Un peu comme dans une 2CV sans ceinture de sécurité et sans airbag...
Depuis, j'ai croisé un gros bonhomme rouge (celui avec la grande hotte) et il m'a trouvé un casque tout juste assorti à ma belle veste.
Maintenant, quand je sors, c'est "au grand chic alpin".
Et quand je rentre, je range le casque à côté de ce qui reste de mon casque de vélo, celui que je ne peux plus mettre parce qu'il a été tout explosé dans une chute mais que je garde parce qu'il m'a sauvé la vie...

» Par Thomas, le 25.05.2018

Et bien sûr les anciens skiaient toujours de la profonde sans fond, ne tombaient jamais et avait un taux de décès négligeable par rapport au nombre de pratiquants.
Ah ils étaient forts !! :D

» Par Nicom, le 25.05.2018

@Thomas : non la plupart des anciens (j'ai pas dit tous) ne sortait qu'au printemps lorsque tout était stable... c'est pour cela que ça s'appelait du ski de printemps...

» Par Rico38, le 25.05.2018

J'ai aussi déjà explosé un casque, les probabilités font que j'ai très peu de chance de tomber deux fois sur la tête aussi fort, du coup j'en mets plus o/

» Par jjbibi, le 25.05.2018

@Thomas : non la plupart des anciens (j'ai pas dit tous) ne sortait qu'au printemps lorsque tout était stable... c'est pour cela que ça s'appelait du ski de printemps...
non
les anciens anciens ne sortaient essentiellement qu'en condition hivernale ( regarde les premières grandes courses, traversées, ... )
ce n'est qu’après l'apparition des carres métalliques que le ski dit " de printemps" s'est répandu

» Par Enfin bon, le 25.05.2018

L'article n'est aps d'un très haut niveau. Quand on s'en sort en chutant par dessus une barre rocheuse de 40 m, il faut surtout se demander pourquoi on est tombé. Casque ou non, le saut de barre rocheuse de 40m est fortement peu recommandé pour vivre vieux.

» Par Etienne -H-, le 25.05.2018

Ce n'est pas une mauvaise idée en soi de sortir casqué, mais encore faut il utiliser un casque de ski homologué comme tel ( et encore, quand on lit les limites de ceux ci on est très vite au delà ).
Un casque d'escalade tel que le Siroco de l'article n'est absolument pas conçu pour protéger d'une chute ou d'une collision, une main un peu forte le brise et se croire protéger en le portant pour skier est une ( dangereuse?) illusion.
Et dire qu' il a sauvé la vie n'est que pure hypothèse, à laquelle on peut repondre par une autre: qu'un casque normé chute / collision aurait pu éviter la fracture du crâne par exemple ( pure spéculation également).

» Par Enfin bon, le 25.05.2018

Oui, ce n'est pas nécessairement une mauvaise idée de sortir casqué.
Mais, je ne comprends pas l’intérêt de cet article et le trouve d'une bêtise quasi exemplaire. C'est un modèle du genre.

» Par Juhlen, le 25.05.2018

Le fait qu'il explose n'est pas forcément un mauvais signe (cf casque de vélo mips).
Ce qui est important c'est que le choc se dissipe dans le casque et non dans la tête.

» Par Igor06, le 25.05.2018

@Etienne H : chiche pour tenter de casser un casque Scirocco a la main ? j'attends la vidéo. Je veux bien que les normes soient un peu differente,protection des oreilles et de l arriere de la tete meilleure avec la norme ski. Mais il faudra m'expliquer pourquoi un casque normé pour proteger d une chute en escalade ne peut pas proteger d une chute a ski ? Si il y a des casques triples normes (ski-alpi-vélo) c'est bien que les 3 normes sont suffisamment proches pour pouvoir les réunir dans le même objet.

» Par Albert, le 25.05.2018

Débat sans fin. Casque ou pas casque, chacun fait comme il le sent. Mais c'est comme l'ABS, porter un casque ne garantit absolument rien. C'est un facteur de sécurité supplémentaire. J'ai 2 exemples de copains décédés lors d'une chute à ski (pas du ski de couloir) et pourtant ils portaient un casque !

» Par Paolo, le 25.05.2018

Et si chacun faisait comme y veut et qu'on arrêtait de juger les gens !!!

» Par Pascal, le 25.05.2018

Le casque n'est pas obligatoire.
Chacun est libre de le porter ou non. En discuter pour améliorer les casques va, j'espère, faire réfléchir les fabricants. Traîner un objet supplémentaire qui peut sauver la vie, pourquoi pas? J'aime mieux sans, pourtant. Je prends en rando un casque de ski alpin mais ne le porte qu'à la descente. La solution au poids, au prix et la transpiration est le casque multinorme.
Le casque d'escalade ne protège que des chutes de cailloux sur la tête et pas des chutes en latéral. Il est ainsi normé. Le casque Scirocco est fragile sous certaines conditions, j'en ai vu un se briser écrasé dans le sac à la montée cette saison. Il est léger et aéré mais il n'aime pas encaisser à la chute, le poids d'un skieur par les côtés.
Bon rétablisssement à Émeric.

Bon ski@tous

» Par Juhlen, le 25.05.2018

Débat qui a déjà eu lieu chez les cyclistes (pas les gens qui se rendent au boulot). C'est quoi la proportion de ceux qui n'en portent plus, 1% ???? et même moins chez les jeunes.

» Par Etienne -H-, le 25.05.2018

@Juhlen: le MIPS est destiné à absorber les chocs tangentiels, c'est un peu différent (je suis preneur d'ailleurs d'une publication en démontrant l'efficacité)

@Igor:
"chiche pour tenter de casser un casque Scirocco a la main"
Chiche, qui propose le sien?

"Mais il faudra m'expliquer pourquoi un casque normé pour protéger d une chute en escalade ne peut pas proteger d une chute a ski ?"

Parce qu'ils répondent à des exigences différentes, normées différemment.

"Si il y a des casques triples normes (ski-alpi-vélo) c'est bien que les 3 normes sont suffisamment proches pour pouvoir les réunir dans le même objet."

C'est surtout parce qu'ils été développés pour répondre à ces normes multiples , ce qui n'est pas n'est pas le cas du Siroco à 165 g ni même du Vapor évoqué plus haut.


Une ébauche d'explication:
www.montagnes-magazine.com/matos-casques-les-skieurs-montagne

» Par gaston, le 25.05.2018

personnellement une chaussette repliée sous le béret suffit bien

» Par humff, le 25.05.2018

Pour franchir les barres de 40m ou + l'année prochaine la voile de speed riding sera obligatoire, normalement si on s'empale pas dans les arbres en bas c'est tout bon.

» Par cmanu, le 25.05.2018

le casque en ski est vachement utile, voyez schumarer...

après si voulez vous protegez, il faut une dorsale, des renfort d'épaules, un sac airbag, etc 25kg de matos. perso je ski tranquille , ça minimise les risques

» Par baba05, le 25.05.2018

bah c'est comme la ceinture de sécurité en voiture, à quoi ça sert de la mettre si tu n'as pas prévu d'avoir un accident ...

» Par Triso, le 25.05.2018

Je ne mets pas de casque, j'ai rien dans la tête!!

» Par Juhlen, le 26.05.2018

@cmanu : pour Schumi, il y a tellement de pognon en jeu qu'on ne saura jamais ce qu'il s'est passé ...

» Par ubaye07, le 26.05.2018

porter ou non 1 casque relève d'1 décision individuelle! je n'en porte pas en ski de rando et j'assume!
dans l'absolu,dans 1 mauvais jour,avec ou ss casque qd la faucheuse passe...

» Par Grimpeur, le 26.05.2018

@Igor:

"Mais il faudra m'expliquer pourquoi un casque normé pour protéger d une chute en escalade ne peut pas proteger d une chute a ski ?"

En escalade, un casque n'est pas du tout conçu pour protéger d'une chute...

» Par xdo, le 26.05.2018

L'article suivant "Si j'étais tombé, je serais mort"...
On pourrait dire que si on veut maximiser les chances de rester en vie, on reste à la maison.
Mais avec 20 000 décès chaque année en accidents domestiques ce n'est pas gagné non plus
Quid du casque à la maison ?

» Par jack, le 27.05.2018

www.pinkbike.com/news/girl-interrupted-lorraine-truong-head-injury-bmc-bikes.html

» Par Hanneton, le 27.05.2018

Une belle pente de poudre..descente droit dans le pentu, trop bon...jusqu'au requin bien caché...chute...déchaussage...ski retenu par le leach qui remonte en pleine poire...casque fendu...quid sans le casque? Bref, parmi ceux qui je connais qui font du ski de rando, soit des skieurs qui mettent le casque après s'être fait peur, soit des skieurs qui le mettent après avoir vu des potes se faire peur. Et quand je lis ici certains qui donnent pour argument contre le casque un problème de "look", je me rappelle une pub pour le casque en Suisse à 2-roues il y a 15 ans: "mieux vaut casqué que décoiffé / les têtes intelligentes se protègent", et j'en viendrais presque à dire qu'il y a des trauma crâniens qui se perdent.

» Par Etienne -H-, le 28.05.2018

Quid sans les leash?

» Par Marc, le 28.05.2018

Pourquoi ne skiait-il pas groupé avec ses collègues ? En rando en ski, quand on monte, on repère toujours les possibilités de descente et la qualité de neige surtout si la météo n'est pas optimale. Déjà 2 erreurs pour quelqu'un qui pratique le ski alpinisme depuis longtemps. Heureusement qu'il portait un casque mais d'autres ayant fait ce type de chute voir moins importante et qui portaient pourtant un casque ne sont malheureusement pas là pour témoigner. Je pense que dans son cas, il y a eu surtout un gros facteur "chance". Son heure n'était pas encore arrivée. En tout cas, un bon rétablissement et de belles randos en perspective.

» Par Alain Duclos, le 28.05.2018

"ski retenu par le leach"
Allez, un débat là dessus, non ?

» Par jpc, le 28.05.2018

trop tard Alain, Etienne-H a déjà foncé dessus ;-) :-D.
@Isabelle: dans les années 1970, un casque d'alpi pesait presque 500g (pour une efficacité réelle faible –mais on ne le savait pas– et une capacité étonnante à mettre la tête en ébullition) et la mentalité n'était pas la même : quand on faisait du ski, on ne faisait pas de l'alpi ; en falaise, on grimpait rarement avec un casque ; etc. Alors comparer des époques si différentes n'a pas de sens pour ce débat…
Par contre, je viens de voir la photo du casque explosé : il faudra que ceux qui nient l'utilité du casque sur cette chute m'expliquent pourquoi il n'aurait servi à rien et que c'est juste un coup de chance que le skieur ne soit pas mort ??

» Par Thomas, le 28.05.2018

Il existe des leash qui lâchent en cas de grosse boîte/avalanche et on peut aussi s'en faire avec de la cordelette de 2mm.
Les gros larges qui font le tour de la jambe font quand même flipper...

» Par Igor06, le 28.05.2018

"En escalade, un casque n'est pas du tout conçu pour protéger d'une chute..."

si vous pensez ça sérieusement, n'hésitez pas à en informer l'ENSA, ils n'ont pas l'air au courant, et on dirait même qu'ils pensent le contraire:
http://www.ensa.sports.gouv.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=194&Itemid=514

» Par ru89, le 28.05.2018

Bon c'est article de ru89, mais quand meme:
https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-sport/20140103.RUE1153/les-skieurs-qui-portent-un-casque-ont-plus-de-risques-de-mourir.html

» Par Pascal, le 28.05.2018

@ru89
avec un peu d'information, on sait ce qu'on fait avec ses skis et avec un casque. Et on choisit ses risques en connaissance de cause.
@igor06
Tout dépend de la norme auquel répond le casque envisagé.

Un peu de nuance n'a jamais fait de mal. Mais là, les normes… s'écrit souvent l'énorme ;-)

Bon ski@tous

» Par MeuhMeuh, le 28.05.2018

Salut à tous,

Je découvre vos commentaires à l'article que j'ai publié sur Montagnes Magazine.

Comme je le dis dans l'article, pendant des années (et des centaines de milliers de mètres de dénivelé), je trouvais le port du casque très souvent superflu en ski de rando. Je ne le prenais que pour les sorties en pente raide ou sur les courses très alpines, et encore il restait parfois accroché sur le sac.

Mais cet accident me fait forcément reconsidérer mes pratiques et je trouvais que mon expérience valait le coup d'être partagé, au vu du nombre de pratiquants sans casque. Ceci dit, je ne suis absolument pas pour le port du casque obligatoire. La montagne est un espace de liberté, chacun est libre de ses choix et les assume.

Je suis également bien conscient que :
1 c'est avant tout la chance qui m'a sauvé ce jour-là, même si je suis persuadé que sans casque je serais mort ;
2 cet accident est dû à une multitude de causes : j'ai d'ailleurs prévu de construire un arbre des causes avec les participants à la sortie, c'est prévu cette semaine car je devais retrouver un minimum de force pour contribuer à cette analyse ;
3 le casque que je portais n'est pas conçu pour le ski : ceci dit, je suis tombé à l'arrêt et pas à pleine vitesse en ski...

Quant au dénommé Enfin bon qui juge l'article "d'une bêtise quasi exemplaire", j'avoue ne pas comprendre ce commentaire. J'ai écrit ce témoignage en 2 heures lors d'une longue nuit de douleur et je trouvais que partager ce témoignage avait du sens. L'analyse des causes de mon accident viendra, je l'ai déjà dit, et je la partagerai largement, au moins dans mon club.

Émeric

» Par ericlodi, le 28.05.2018

C’est vrai qu’en neige dure les glissades peuvent s’averer très dangereuses... Quid du casque à pointe pour ancrer avant le saut fatal? ;)

» Par Hanneton @ Isabelle, le 28.05.2018

Les anciens n'avaient pas d'ARVA, on m'a parlé de groupes partant dans le temps avec une seule pelle...les anciens...ça c'est un bon exemple.

» Par Nicom, le 28.05.2018

@MeuMeuh : laisse causer... moi je le trouve bien ton témoignage... contrairement aux commentaires complétement débile du genre "on descend par où on est monté" ben si on fait une boucle non, si il y a une variante non... bref tu auras remarque par les quelques remarques de certaines personnes qu'ils ne doivent pas sortir souvent en ski, d'où leur aigreur.
Remet toi bien et si tu veux un casque pas mal, un peu plus lourd (qu'un alpi) il y a la K2 route que j'ai et qui est bien.

» Par Pascal, le 28.05.2018

@meuMeuh
Moi je dis merci pour le témoignage et le courage d'accepter ses erreurs afin que tous en tirent leurs conclusions. Comme on le voit ici, en matière de commentaire, le bon sens est la chose la mieux partagée du monde, pour citer Blaise Pascal.
Cela m'intéresse d'en savoir plus sur les causes de l'accident.
Bon rétablissement. Laisse parler ici, c'est souvent le café du commerce, grâce à des gars comme toi pas toujours.

Bon ski@tous

» Par Gzave, le 28.05.2018

En compète de ski alpi le casque est obligatoire.

En rando de tous les jours, il suffit de l'attacher à une sangle du sac à la montée. Ca rajoute 450 grammes. Pour sauver sa tronche, c'est pas si lourd.

» Par Cyrille Marais, le 29.05.2018

C'est bizarre de lire que pas grand monde met un casque ??? sur les photos ST, et tous ceux que je croise en 2018, 99 % portent un casque ... contrairement à presque 0% il y a 30 ans ... enfin, quelques fois, on voyait Anselme Baud avec un casque (cf les 100 plus belles) et Debenedetti aussi. Mais JMB, et le reste, n'en portaient pas, même pour descendre le Dru. Et plus récemment JP Herry qui ride le couturier en bonnet. Pour ma part, je n'en mets pas non plus, sauf en alpi ou escalade ... jusqu'au moment où ...

Le casque s'est démocratisé et alimente non seulement la notion de sécurité, mais aussi un marché conséquent. Chacun doit le mettre en fonction de sa pratique. Certes, pour le Grand Arc, le rocher Blanc ou l'aiguille de l'Epaisseur, le casque n'est pas nécessaire. Pour des randos comme Peclet ouest, des goulets ou couloirs ou on passe sous des barres, ou sur des barres ... le casque est indéniablement indispensable. Monter au dôme de Chasseforêt ou à la grande Casse par la voie normale , pas besoin de casque non plus. Donc à chacun d'adapter son matériel en fonction de sa course.

On peut argumenter en disant que le casque est souvent excessivement utilisé. Mais il sauve. C'est certain.

Après ce témoignage, même un saut de 40 m sur la tête peut épargner ... j'avoue que l'exemple justifie pleinement l'engin. A méditer.

» Par herge, le 29.05.2018

Perso, je mets depuis 3 saisons un casque à la descente. Beaucoup pensent à une chute comme cela a été cité dans l'article mais on n'est jamais à l'abri d'un rocher qui affleure et je constate que de plus en plus de gens en portent. On parle ici d'une partir du corps qui est la plus sensible.

» Par jacques PUTHOD, le 29.05.2018

je revendique le statut "d'ancien" après 40 ans de ski de rando exclusif de toute intrusion sur les domaines skiables; j'ai connu les 2.10m avec fix emery, couteaux weber, knickers, pulls Leduc et godasses Val D'Or, et il est vrai qu'on aurait jamais eu l'idée de se mettre un casque, d'abord parce qu'on ne risquait surement rien (!), que le béret ne passait pas dessous, et ensuite parce que le sac était déjà assez lourd avec le casse croûte et le kil de rouge; mais depuis 5 ans, je m'en encombre et je le mets selon les conditions; bref, au moins de ce côté-là, je progresse; bientôt j'y installerai une GoPro et mettrai la sono dans mon sac...

» Par DavidL, le 29.05.2018

@jacques PUTHOD
Dépassée la GoPro sur le casque, il faut l'accrocher à un drone qui te suis en l'air.
Mais un bon point pour la sono dans le sac.

» Par Yves, le 29.05.2018

Vous en croisez des randonneurs avec la sono dans le sac ? La musique sur les oreilles oui.

» Par Fred CFred, le 29.05.2018

@ Jacques Puthod

La GoGro, une bonne idée pour avoir un ojet bien dur qui va perforer le casque. Sans parler de la colle pour la fixation.
Puis comme le casque, ça peut être une raison de s'envoyer au delà du raisonnable pour faire de "belles images".
Je mets le casque mais je n'oublie pas que quand on se prend un bûche on a quand même plus de chance de se prendre un choc facial. A quand le casque intégral ?

» Par leded, le 30.05.2018

@Etienne "@Juhlen: le MIPS est destiné à absorber les chocs tangentiels, c'est un peu différent (je suis preneur d'ailleurs d'une publication en démontrant l'efficacité)"
player.vimeo.com/external/240702947.hd.?s=222b6649f478dbcdaa578a49a56fe370d05e14fb&

http://mipsprotection.com/technology/

» Par Juhlen, le 30.05.2018

@leded : Etienne n'a pas tout à fait tort. L'intérêt du MIPS est avant tout théorique mais on ne trouvera jamais une étude randomisée en double aveugle pour prouver son efficacité (Etienne comprendra). On va dire que le concept va dans le bon sens pour améliorer la sécurité des porteurs d'un casque. Néanmoins, les suédois de POC ont abandonné ce système au profit d'un produit-maison qu'ils trouvaient plus performants. Mais encore une fois, ça va dans le bon sens.
Tout est bien expliqué ici : helmets.org/mips.htm

J'en profite pour glisser que les suédois par leur plan "zéro morts" ont fait énormément progresser la sécurité routière en impliquant TOUS les acteurs (voirie, fabricants, conducteurs, pouvoirs publics) rien à voir avec chez nous que ce soit sur la route ou en montagne ...

» Par Bobo, le 31.05.2018

Vu un copain sur une petite rando qui part la tête la première dans la poudre, sa tête atterrit 5 cm à côté d'un petit rocher pointu. Idem une copine sur un raid il y a quelques années. Tu tapes avec le bras, ce n'et pas grave, tu tapes avec la tête, c'est la m***. Le casque pourra protéger dans ces cas là évidemment pas à 100%, masi le bénéfice / risque est clair.

» Par Alex, le 05.06.2018

@Juhlen: POC a trouvé une solution alternative juste pour contourner le brevet de MIPS qui coute une blinde. Ils sont d'ailleurs en procès et les casques POC equipés de SPIN sont interdits de vente dans certains pays (en Allemagne par exemple...)

Pour la justification, elle est assez simple: pour qu'un casque soit "validé" par MIPS, il faut que l’amélioration de l’accélération en rotation soit au moins supérieure de 15% à la valeur du même impact dans le même casque sans MIPS.
Ça ne veut pas dire par contre qu'en valeur absolue cette valeur sera bonne (elle est principalement due au design du casque).

Autant absorber l'énergie rotationnelle a un sens en vélo, autant en ski c'est à moduker, et autant en montagne a me parait un peu inutile, les impacts étant rarement en oblique...

» Par Pierre73, le 05.06.2018

Il y a quelques années, j'ai été pris dans une avalanche, à la montée. Mon dos "a cogné" plusieurs fois des rochers. Je ne m'en suis sorti qu'avec une contusion du bassin, sans fracture ..; Et si cela n'avait pas été le dos mais le crâne !
Depuis je skie casqué à la descente et, dans certains passages, à la montée.
Je fais part de mon expérience sans chercher à convaincre, sans relancer le débat, sans attendre un Xième commentaire ...


VTT de montagne