Accueil > Actu > Neige et avalanches > Avalanche à Chamechaude

Avalanche à Chamechaude - Neige et avalanches

 
+63
97 votes

Avalanche à Chamechaude

Proposé par squal le 18.03.2018, publié le 18.03.2018 :: www.ledauphine.com :: 25234 vus :: 5124 clics :: 51 commentaires :: Neige et avalanches

La Sécurité civile et la CRS Alpes interviennent sur une importante avalanche dans le secteur de Chamechaude, le plus haut sommet de Chartreuse, en Isère. »

Commentaires

» Par squal, le 18.03.2018

Je mets cette actu en avant, car le sommet est plus que fréquenté dans le bassin grenoblois. Merci de rester réservés sur le sujet et ne pas porter de jugements hâtifs ou déplacés.
Je pourrais verrouiller les commentaires de suite, mais je pense que certains auront peut-être des infos "utiles" à donner.

» Par senhal, le 18.03.2018

Apparemment une avalanche a déjà été déclenchée hier d'après une sortie sur C2C.

» Par Dauphinois, le 18.03.2018

Le Dauph met à jour à 14:15 .. Triste ???? nouvelle

En union de pensée ou prière ???? avec ces 2 malheureux et leurs proches

On est tous peiné, on se sent tous concerné, ça aurait tous pu nous arriver .. ????

» Par rominet, le 18.03.2018

le bra donne risque 2 .....

» Par Dauphinois, le 18.03.2018

Oui, risque 2.. Du coup, l’itineraire Normal en pente 30 degrés est raisonnable. Quelle pente dans les paravalanches ?

» Par guy38gr, le 18.03.2018

Tout est à plus de 30°!
L'itinéraire des paravalanches est à plus de 30°!
Lien Géoportail: Cliquer ICI

» Par David Z, le 18.03.2018

Quelques précisions.
Je suis arrivé environ 5min après le déclenchement de la plaque. J'ai récupéré le skis du gars décédé entre les 2 paravalanche et suis descendu a son niveau alors que Régis était sur place a le masser. La fille accidentée était en contre haut, avec les 2 autres membres de leur groupe (un gars et une fille).
Nous nous sommes relayés + de 30 min avec Régis pour le massage, sans succès.
Ce que je pense (à confirmer par les membres du groupe) : ils sont descendus en directions des paravalanche, au départ du cable avant le sommet. Une plaque aura cédée au dessus des paravalanches et emporté 2 des membres du groupe.
Le gars décédé a du taper très sérieusement les paravalanches et est certainement mort sur le coup (ce n'est que mon avis, il faudra attendre l'avis du médecin). Lorsque je suis arrivé à son niveau Régis m'informait qu'il était déjà en arrêt cardio/respi depuis son arrivée. Il n'était pas enseveli.
...

» Par bens, le 18.03.2018

> Tout est à plus de 30°!
A ce propos, il n'y a pas un petit problème dans le topo
http://www.skitour.fr/topos/chamechaude,125.html
qui indique 30° maxi ?

» Par guy38gr, le 18.03.2018

Correction:
Tout est à plus de 30°!
L'itinéraire des paravalanches est à plus de 30°!

» Par Regis, le 18.03.2018

Je confirme les infos de David, c'est ce scénario exactement.
Toutes mes condoléances aux proches et tout le meilleur à la personne blessée.
Et oui, le point de départ au dessus des paravalanches est bien au delà des 30°. Les épisodes de vent fort de la nuit de jeudi à vendredi ont probablement créé des couches fragiles. Des dires d'un autre skieur pris par la coulée, il y avait déjà des traces sur cette zone, et il sont passés à quatre assez rapprochés et évoque une probable surcharge. Dur d'en dire plus, la visibilité était limitée a 50m max.

» Par Guillaume, le 18.03.2018

Toutes mes condoléances aux proches et tout le meilleur à la personne blessée.
Descente classique via les paravalanches à 10h ce matin, j'avais l'impression que le vent commençait à travailler la neige et à la compacter, particulièrement sous le vent des barres rocheuses, du coup on s'était décalé un peu sur la gauche (impression d'un manteau plus sain).

» Par Nicolas, le 18.03.2018

Personne au Charmant Som, heureusement....

» Par davidg, le 18.03.2018

https://youtu.be/MEp7JH6TVbs

» Par yethi38, le 18.03.2018

Je suis passé au pied de la coulée lors de ma dernière conversion avant de définitivement bifurquer sur l'itinéraire du canyon. J'ai vu un secouriste en train de réanimer une personne et un autre en train de poursuivre la recherche. J'ai entendu qu'il a détecté mon DVA (crié à son collègue "DVA à 26m") et je me suis rapidement écarté pour ne pas perturber leur recherche.
Conditions: il y avait un brouillard assez tenace sur le haut (visibilité à 30m maxi environ grâce au relief et au arbres), la couche de neige fraiche dans le coin était plus importante que prévue et la stabilité discutable.
Analyse: Si la coulée est partie bien au dessus des pare-avalanches et qu'elle a abouti au niveau où je suis passé, c'est qu'elle faisait plus de 100m de longueur comme relaté dans le Dauphiné. J'ai sondé la coulée avant ma dernière conversion. La neige n'était pas trop compactée, donc j'ai pensé que c'est la surcharge couche de neige fraiche qui était partie sur un support gelé ou du moins très dur.
Lieu de l'accident: cette zone (hors de l'itinéraire normal) est souvent sujette à de fortes accumulations surtout quand souffle le vent de nord. les pare-avalanches ne sont pas là pour rien ... Je confirme: la pente est > 30°, très tentante, mais pas toujours. J'évaluerais ce matin le risque plutôt à 3 localement.

» Par Caloune, le 19.03.2018

Une journée triste, triste, triste, dans mon jardin d'hiver.
Même s'il y a beaucoup de neige, j'invite les jeunes skieurs à aller faire autre chose.
La tentation doit être moins grande que le risque mortel.

» Par Regis, le 19.03.2018

Bonjour yethi38,
c'est moi que tu as entendu crier pour la recherche DVA.
toi qui a vu le bas de la coulée, tu saurais la localiser par rapport au rocher de la Folatière, le gros champignon?
J'ai vu le front de l'avalanche passer très vite, même si peu d'épaisseur en jeu. Je me demandais vraiment jusqu'où elle pouvait aller.
Régis

» Par RP38, le 19.03.2018

@guy38gr "L'itinéraire des paravalanches est à plus de 30°!"
sur la carte geoportail, je ne vois pas d'autres itinéraire possible qui soit intégralement endehors de pentes à -de 30° et encore moins ne passant pas sous des pentes à+ de 30°
comme je ne connais très mal le secteur je me demande à quel itinéraire du penses ?

» Par jeancri68, le 19.03.2018

Hier en fin d’après-midi, j’ai posté un commentaire succinct expliquant la matinée agréable que j’avais passée en compagnie de mon fils durant l’ascension du jour de Chamechaude.
Dans la soirée, je me rends compte qu’une avalanche a eu lieu ce jour sur le sommet.
Intrigué, je me renseigne et plus j’avance dans mes investigations, et plus le doute commence à m’envahir. Je lis les posts, les actus, et tout devient évident.
Ce groupe de 4 personnes dont certaines étaient étrangères ce sont les jeunes avec lesquels nous étions au sommet. Nous avons même échangé nos portables pour la traditionnelle photo du sommet près de la croix. Ils étaient enthousiastes et heureux d’être ensembles malgré le soleil qui semblait vouloir jouer à cache cache avec nous.
Nous nous sommes souhaités une bonne journée puis ils ont entamé la descente à pied.
Au moment où nous descendions des câbles, ils chaussaient les skis.
Ils se sont engagés dans la descente des paravalanches les uns à la suite des autres, les garçons devant et les filles derrière.
Mon fils m’a demandé si nous descendions également par là et je lui ai dit que non car je n’aimais pas cette descente. Je l’ai toujours parcourue dégarnie et pleine de cailloux donc je n’avais pas envie d’y mettre les lattes et je la trouvais également trop raide pour lui.

J’ai regardé le groupe s’éloigner. J’ai suivi les filles du regard, elles skiaient plutôt bien.
Quelques dizaines de mètres après le départ au moment où le groupe disparaissait derrière une légère rupture de pente qui masquait la suite de leur descente, la dernière skieuse a déclenché une plaque sur sa droite, plaque que j'ai cru anodine, et a crié quelque chose pour avertir ses camarades. Mon fils n’a rien entendu; il chaussait les skis.

D'où j'étais, je ne pouvais voir la suite de leur descente à cause de ce décrochement de pente.

Pour moi ce n'était qu'une petite coulée sans conséquence, et puis je n’ai plus rien entendu d’autre, il y avait très peu de visibilité. Je me suis dit que s’il y avait eu un problème, j’aurais entendu appeler à l’aide. J'ai vaguement hésité à aller voir mais persuadé que ce n'était rien, j'ai abandonné l’idée.
Nous avons entamés notre descente en longeant la crête sommitale sur 100m puis nous sommes redescendus par la voie normale.
La visibilité était mauvaise alors au bout de 100m de descente, nous nous sommes arrêtés quelques minutes histoire d’attendre une éventuelle éclaircie qui n’est jamais venue. Au bout de 5 minutes, nous avons repris notre descente sans entendre quoi que cela soit, sans se douter du drame qui s’était joué.
Les mots me manquent pour décrire mon attitude, je m'en veux terriblement.
J'aurais dû descendre, ne pas hésiter, aller voir pour lever le doute. J'aurais dû être là pour leur porter secours.
Vers la fin de notre descente, Un hélico, certes, tournait dans la vallée mais pas vraiment autour du sommet toujours bien bâché alors cela ne nous a pas alerté.
A 14h, nous étions à la maison sans savoir qu'un drame s'était déroulé sous nos yeux grands fermés.
Nous sommes dévastés.

Mes sincères condoléances à la famille de ce jeune homme.
Nous envoyons également tous nos vœux sincères de rétablissement à la jeune femme.

» Par David Z, le 19.03.2018

@Régis,
Je suis descendu dans la coulée jusqu'au bout. Celle coulée est descendue jusque la folatière en passant de droite et de gauche du rocher. elle s'est arrêtée juste au dessous, avec un volume très très faible.
D

» Par Regis, le 19.03.2018

@David Z, super, merci pour la confirmation. Et merci pour ton aide hier.

@jeancri68, merci pour le témoignage précis, c'est ultra utile pour comprendre le scénario. Ne te blâme pas trop, les conditions de brouillard rende l'analyse ultra compliquée, et coupe totalement la propagation des cris pour alerter. On a eu des gens à 100 m qui n'ont pas entendu les appels.

Enfin, malheureusement, les nouvelles de la deuxième victime ne semblent pas bonnes pour son dos.

» Par jeancri68, le 19.03.2018

@regis, merci pour ton commentaire. je rajoute également que je viens de témoigner directement auprès de la gendarmerie afin de clarifier totalement la situation. C'est important pour nous. Croisons les doigts pour cette jeune femme.
@DavidZ, merci...

» Par David Z, le 19.03.2018

@Jeancri68 : j'étais au sommet en même temps que vous. Je redescendais du câble alors que vous vous prépariez à chausser. Vous avez du partir un peu avant moi. Lorsque j'étais proche de Sophie qui remontait en escalier (elle confirmera je pense) pour récupérer le ski entre les paravalanche, je n'ai pas senti dans sa voix qu'elle avait elle même conscience de la gravité de la situation (ce n'est pas un reproche du tout, c'est ce que j'ai ressenti au moment où je me suis arrêté et qu'elle m'a demandé de récupérer le ski), alors que la plaque venait de partir, ou presque. Ceci pour dire, que de là où tu étais, tu ne pouvais pas non plus avoir conscience du drame qui se jouait.
@Sophie : je n'ai pas non plus réalisé tout de suite la gravité de la situation et j'ai vraiment été très inquiet lorsque je t'ai vu au milieu des paravalanches en train de remonter chercher le ski. D'où ma réaction vive et sèche exigeant que tu sortes sur le champs de ce piège, craignant un sur-accident.
...Toutes mes pensées vers toi et les membre du groupe.

» Par davidg, le 19.03.2018

@davidz Sait-tu si la victime avait activé son ABS?

» Par Vieux Gland, le 19.03.2018

C'est vraiment tragique et ce groupe n'a pas eu de chance. Il semble que le volume de neige par énorme, n'aurait même pas eu de quoi ensevelir quelqu'un.

Et du coup, cela alerte sur les accidents que j'ai en tête et qui concerne la moyenne montagne. On a bien souvent de la mortalité non pas par ensevelissement mais par la conséquence de la chute;

A la Dent c'est une petite plaque qui entraine une chute de barre rocheuse. Au col des Ayes il y a quelques années, les randonneurs avaient été projetés sur les arbres. J'ai plein d'autres exemples similaires...

On pense trop souvent à l'ensevelissement, avec l'airbag, et le reste. Sans remettre en cause l'intérêt de l'ARVA (qui pèse rien et n'est pas une contrainte en soi). Qui se traine un sac airbag pour aller faire un Chamechaude ?!
La mode est au light, je vois des "collants pipette" quasi sans sac à dos.
Je dirais que l'airbag à Chamechaude, c'est le canon pour tuer la mouche. Et ce dernier protégera que partiellement dans le cas d'une coulée de faible ampleur...

En tout cas en matière de sécu en montagne, c'est vraiment dur de savoir où ajuster le curseur.
Jeancri68 le dit très bien, il n'aime pas cette descente. Je suis comme toi Jeancri et je ne l'emprunte qu'en neige de printemps. Avec de la poudre, je me méfie, et en plus y'a souvent du "carton" (stratuggi) à cause des rotors de neige sous le vent de la barre sous le sommet.

Malheureusement, on se fait sa propre expérience avec le temps et parfois, on se fait piéger trop jeune...

» Par David Z, le 19.03.2018

@davidg : oui abs déclenché mais explosé, probablement par les paravalanches.

» Par jeff69, le 19.03.2018

Quelle tristesse quand on connait ces lieux par coeur...
Pour en savoir un peu plus sur les endroits dangereux du secteur, quelqu'un pourrait-il nous localiser la coulée du Charmant Som, qui a fait croire un moment à un second accident.
On en sait jamais assez pour accroitre son expérience et ces "coins de jardins" échappent sans doute plus que d'autres aux précautions.
Merci par avance.

» Par davidg, le 19.03.2018

Si vous avez un airbag, il est peut-être préférable de le porter tout le temps. Comme un casque dans un chantier de construction.

Mais certains professionnels n'aiment pas les airbags dans les zones où il y a des obstacles: arbres, falaises etc. car vous avez tendance à être transporté plus loin et plus vite à la surface de l'avalanche, donc plus de chance de heurter les obstacles. Certains airbags ont été conçus pour offrir une protection pour le cou, je ne sais pas s'ils sont efficases.

L'information sur la jeune femme est très inquiétante et doit ramènera de mauvais souvenirs pour DavidZ j'en suis sûr.

@jeff69: Il y a eu pas mal des incidents autour des par-avalanches de Chamechaude mais la zone très accidentogène est le col du Lechaud - évitez-le, quand le vent souffle du nord ou du sud.

» Par jeff69, le 19.03.2018

Merci davidg pour la réponse mais je voulais savoir précisément pour le Charmant Som ou cette coulée était partie. En effet, je connais bien la Chartreuse en général (et oui, bien sûr Col de Léchaud, la traversée en voie normale du Grand Som, les paravalanches, etc... sont des zones à risque par conditions avalancheuses, mais le Charmant Som par les Cottaves/Maubouchet (pas par la route évidemment, ni par l'ancienne piste de ski) est un itinéraire réputé "safe", bien que la clairière du haut me semble dangereuse et plus encore la partie finale le long de la barre rocheuse ou il y a déjà eu des morts je crois et que j'ai toujours évité en tirant à gauche en sortant des arbres pour aller chercher la croupe facile et sure en toutes conditions.
C'est la raison pour laquelle je voudrais savoir si c'est parti dans ce secteur depuis les Cottaves ou si c'est sur le versant col de la Charmette.
Si quelqu'un peut donner cette info, qui profitera à tous ceux qui pensent pouvoir aller au Charmant Som (par les Cottaves) tranquilles quand c'est miné partout.
Merci et bon ski à tous (en évitant les coins ayant par trop mauvaise réputation...)

» Par Jeroen, le 19.03.2018

Le charmant Som par les Cottaves est tout sauf un choix raisonnable par conditions douteuses, au moins à cause de la prairie bien raide...

» Par jandri38, le 19.03.2018

Je découvre ce drame ce jour...
J'étais présent dans le secteur des paravalanches hier vers 11h20-25, à priori avant l'accident. Avec le recul, je pense avoir peut-être croisé ce groupe au moment ou ils utilisaient le câble d'accès au sommet. Une fille parlait anglais aux 3 autres, à ce moment là j'entamais la descente. Un moment tenté de descendre dans la pente à l'aplomb du câble, la visibilité médiocre et la neige soufflée m'en ont dissuadé. Bref je suis donc parti le long de la crête parcourue à la montée en léger contrebas pendant une centaine de mètre pour basculer ensuite à droite vers le secteur des paravalanches que j'ai entr'apercus 50 mètres environ sur ma droite. Il y avait beaucoup de traces dans le secteur et la visi s'est réduite à moins de 50m. Je crois que 2 skieurs m'ont suivi au début de la descente, dans ce secteur, à distance respectable.
Toutes mes condoléances à la famille/amis de la victime.
Meilleur rétablissement à la personne blessée.
Tout cela fait froid dans le dos...

» Par radou, le 19.03.2018

@Jeancri68 : merci pour ton témoignage. Tu n'as aucun reproche à te faire.

@Vieux Gland : pas d'accord avec ton commentaire sur le port d'un airbag. La tentation est cependant grande de penser qu'un airbag confère une sécurité 100%. Il est évident que lorsqu'on se prend une plaque sur une pente de 40 degrés et qu'on est projeté contre un pare-avalanche, l'airbag ne sert pas à grande chose.

J'habite La Tronche et je fais cette course 1-2 fois par saison, mais pas plus, parce que c'est loin d'être une course anodine, qu'on peut faire "par toutes conditions de neige".

Il y a une bonne trentaine d'années (peut-être plus), la corniche du sommet a cassé et il y a eu plusieurs morts. Personne ne s'en souviens aujourd'hui... C'était bien avant l'ère internet. A chaque fois que j'arrive au sommet je vois des randonneurs sur la corniche, je leur explique que c'est dangereux et que c'est plus prudent de déchausser/chausser en contrebas, et en général on me regarde comme un demeuré ! Pourtant un post skitour datant de 2012 en parle : http://www.skitour.fr/forum/read_187546.html (je vous invite à lire les commentaires, cela donne à réfléchir)

Je termine par présenter mes plus sincères condoléances à la famille de la victime et le plus prompt rétablissement à la personne blessée.

» Par Benj, le 19.03.2018

Une question un peu hors sujet que je me pose.
Les habitués de Chamechaude ont-ils une idée de la fréquentation moyenne du sommet? Je sais que ma question ne veut pas dire grand chose en fonction de la météo, de la nivo, we/semaine...

» Par radou, le 19.03.2018

@Benj, j'ai l'impression que le crédo du randonneur grenoblois est simple : si les conditions sont mauvaises on se rabat sur Chamechaude... car la présence quasi continue de traces rassure.

» Par rob, le 19.03.2018

@Benj : Le sommet de Chamechaude (que je connais "très bien" :P) est fréquenté à peu près en permanence quand il est enneigé. On a coutume de dire en rigolant que les flocons y tombent avec des traces de carres avant de toucher le sol...
C'est ce qui rend ce sommet généralement abordable par nivologie compliquée, car les couches fragiles sont rarement présentes de façon continue sur de grosses surfaces, du fait des très nombreux passages !

Ce n'est par contre pas le cas de la pente où s'est passé le drame, qui est très nettement moins parcourue, et aussi plus exposée au vent et plus pentue que l'itinéraire (les itinéraires) "standard". D'une part parce que cette pente est très souvent dénudée par le vent (cailloux) ou dégueulasse (neige béton ou carton), et aussi parce que beaucoup de randonneurs (j'en fais partie) ont appris à l'éviter en neiges froides (par peur des cailloux et des plaques)...
Ceci dit hier, par risque 2, le choix du groupe de jeunes n'était pas si choquant, et l'accident est vraiment malheureux :(

Chamechaude est un bel itinéraire, il fait partie des itinéraires qu'on envisage quand les conditions sont complexes, mais l'accident d'hier est un rappel (qu'on aurait préféré éviter) à la prudence : le choix de l'itinéraire et la diminution des risques (pentes raides au dessus d'obstacles) doivent toujours nous garder en alerte...

J'espère que la blessée va se remettre, et j'ai une pensée pour le reste du groupe et les autres personnes touchées...

» Par David Z, le 19.03.2018

Ce post sera très probablement lu par les proches des victimes, merci respecter la bienséance qui s'impose à tous dans ces moments. Je supprimerai sans préavis et sans gène tout commentaire déplacé. Des parents ont perdu un fils, merci de vous en souvenir avant d'écrire.

» Par thomas, le 19.03.2018

@Benj
par exemple mercredi dernier (jour annoncé beau après plusieurs mauvais), j'ai compté à la louche plus de 30 personnes entre 8h30 et 11h30 environ. Tu peux rajouter tout ceux qui montent avant le boulot et ceux de l'après-midi et probablement (à la très grosse louche ;) ) au moins doubler ce chiffre

@cyrille marais : ce n'est pas parce qu'il y a des plaques fragiles en formation que le BERA est automatiquement à 5... lis ça par exemple : http://www.meteofrance.fr/documents/10192/47782473/EchelleRisqueAvalanche.pdf
et si tu as des éléments qui montrent que les avalanches partent dans une pente à 25° informes-nous en ainsi que météo-france, le slf, l'anena, data-avalanche & cie !

Courage à la famille et au reste du groupe !

» Par bebere73, le 19.03.2018

Chamechaude est surtout un itinéraire surfrequenté par des débutants ou skieurs très peu expérimentés qui sont là parce qu'un de leurs collègues le torche en 3/4h 3 fois dans la semaine avant de venir au boulot ou qu'ils ont entendu qu'il faut absolument avoir fait Chamechaude en ski de rando... Je l'ai fait 3-4 fois dans des conditions différentes, à chaque fois il y a eu du spectacle: glissades à répétition sur neige dure, gens tétanisés à ne pas pouvoir faire une conversion, visages rouges comme des pivoines d'un effort trop intense pour eux... Beaucoup n'ont pas leur place sur cet itinéraire qui m'a toujours paru sous-évalué en terme de difficulté. L'année dernière en mars j'observais avec tristesse la face toute tracée depuis le charmant som un samedi matin par risque 4 après 50 cm tombés dans la nuit. Bref un gros n'importe quoi sur ce sommet comme nulle part ailleurs.

Pour ce qui est du drame d'hier, rien à voir avec ce gros n'importe quoi, un accident absolument tragique et comme déjà dit, plutôt un gros rappel à la prudence, surtout dans nos coins préférés. J'étais hier dans l'un d'eux (Granier par les barres de Tencocaz), même massif, même orientation, même altitude, des "obstacles" également (arbres et barres rocheuses) et même si ça nous a paru safe, avec le recul ça fait cogiter.

Courage à tous ceux qui ont été touchés par ce drame.

» Par françoise, le 19.03.2018

Tous ces drames hivernaux me ramènent à celui que j'ai vécu en 1989 lors de la mort de mon mari dans une avalanche au-dessus des Contamines... avalanche,(une plaque à vent) déclenchée au moment où son compagnon a quitté ses skis pour terminer à pieds la pente raide; ors cela faisait 6 semaines qu'il n'avait pas neigé, que le temps était froid, ce qui laissait supposer une stabilisation du manteau neigeux. Ce commentaire pour juste rappeler que les conditions sont très piégeuses cette année et ce jusqu'à la fonte des neiges. La montagne sera là l'année prochaine et je souhaite à tous d'y être encore .... Beaucoup de pensées pour tous les proches touchés par ces drames.

» Par sylvie, le 19.03.2018

suis d'accord avec bebere 73, me suis toujours demandée ce que le 2.2 venait faire à chamechaude...c'est loin d'être une course tranquille .

» Par squal, le 19.03.2018

Sylvie, pour le 2.2 à Chamechaude on est dans les valeurs de l'échelle de cotation :
www.skitour.fr/articles/read_64.html
www.volopress.net/spip.php?article367

Ski 2 : Pas de difficultés techniques particulières. Pente à 35° maximum. Mais le dénivelé et l'exposition peuvent être importants.

» Par Philou74, le 20.03.2018

Quand je vois ce que vienne d'écrire Radou et Souvenir juste au dessus je me pose la question de savoir pourquoi on a enlevé 2 fois de suite mon petit commentaire...

» Par rob, le 20.03.2018

@Philou74 : Commentaire absolument dénué de la moindre prise de recul...
Les paravalanches ne servent pas à prévenir/mitiger les avalanches de plaque. Ils sont là pour prévenir un glissement de fond qui entrainerait une masse énorme de neige accélérée par la pente raide et qui finirait sa course en bas de la station...
A quoi servent ces réactions à chaud à part chercher à se valoriser ou à se rassurer ("les autres sont des inconscients, ouf, moi je suis prudent") ? Ce n'est pas ces contre-vérités qui aideront à éviter d'autres accidents ! Je vous conseil par contre de penser à la peine que vous faites aux survivants, aux proches, et à tous les autres qui ont été impliqués plus ou moins dans cet accident (témoins, sauveteurs, ...).
Je peux vous assurer que lire des inepties quand on est touché par un drame, c'est un très mauvais moment et personne ne mérite ça !

» Par RP38, le 20.03.2018

Un paravalanche est un ouvrage de protection construit pour empêcher une avalanche de produire des dommages humains et/ou matériels en aval.
Que se soit de plaque, de fonte, d'aerosol ...
Bien sûr dans cette histoire cela aurait pu arriver à n'importe qui. Combien ont skié cet endroit dans les mêmes conditions ? surement des milliers.

» Par radou, le 20.03.2018

@Rob : une avalanche de plaque peut déclencher une plus grosse avalanche en aval...

» Par fred, le 20.03.2018

https://www.france-montagnes.com/webzine/activites/le-ski-de-randonnee-le-vent-en-poupe

» Par rob, le 20.03.2018

Je reformule mon message écrit avec un certain énervement contre les "bien pensants" inconscients du mal qu'ils font aux proches :
Les paravalanches de Chamechaude -que ce soit ceux sous le sommet ou ceux sous le pas du Lapin- n'ont pas grand chose à voir avec le risque d'une avalanche comme celle de dimanche.
L'enjeu de ces paravalanches c'est d'éviter une coulée qui mette en péril la station en contrebas, pas une petite plaque qui s'arrêtera aux environs de la pierre folatière...
C'est pourquoi sous-entendre qu'il est inconscient d'aller dans la pente au dessus des paravalanches un jour de risque 2 est une ineptie...
Comparer cet accident avec un autre accident ayant eu lieu par risque 4 et avec 60cm de fraiche n'a pas beaucoup d'intérêt non plus !!
Et parler sans contexte d'une avalanche il y a 35 ans ayant touché le téléski encore moins d'intérêt !!

Comme l'a rappelé David, ce post sera lu par des proches, peut être par des membres du groupe de 4 et il est lu par des personnes ayant été impliquées à des degrés divers Dimanche. Ce genre de messages peut être particulièrement désagréable à lire.
J'en ai fait l'expérience il y a quelques années et j'avais vraiment les boules...
L'empathie n'est pas une maladie :)

» Par Philou74, le 20.03.2018

@Rob Calme toi, ça t'evitera de dire n'importe quoi... Ce n'est pas en disant ce que j'ai dit que cela me met en avant ,que cela est un truc de "bien pensant" et que cela fera plus mal aux proches...Arvi

» Par Aglarond, le 20.03.2018

Comme tout le monde, beaucoup d'émotion, après être passé dans le secteur quelques jours avant eux, et avoir été rasséréné par le risque 2 dans le brouillard dimanche en Chartreuse...
Mais aussi, bien sûr, l'envie de comprendre le mieux possible les circonstances de l'accident pour en tirer les leçons et que le plus de monde possible profite du retour d'expérience.
J'ai donc une question aux témoins directs : je voudrais être sûr d'avoir totalement compris l'endroit où est partie la plaque. J'ai donc compris que le groupe était parti directement de la rampe au niveau du bas du câble, et non du raidillon final de la montée beaucoup plus usité. Je ne suis jamais descendu par là, mais a priori on arrive au-dessus des paravalanches, par leur droite, en empruntant un court couloir (je crois même qu'il y en a deux possibles). Est-ce bien après la sortie de ce couloir, c'est-à-dire sur le haut de la pente principale des paravalanches, que la plaque est partie ? D'après Géoportail, on est dans les 40° à cet endroit, sous le vent (de nord) de la pente sommitale. La descente plus classique, qui laisse les paravalanches main droite, est plus dans le 35°.
Merci de ces éclaircissements pour mieux comprendre la zone à risque.
Je retiens aussi les remarques des habitués conseillant de se méfier de ce coin par neige froide, et je pense qu'il est important de les souligner. En outre, même si Chamechaude se fait pour moi avec un petit sac à dos léger, je commence à me dire que l'absence de casque sur cette course est une bêtise à laquelle je devrais mettre un terme très vite...
La valeur des pentes me fait d'ailleurs rebondir sur la cotation de la course : je lis 2.2 E1, pente : 30° maxi. Le E1 paraît correct, sauf glissade au niveau du câble, et le topo précise le risque par neige dure. En revanche, la dernière pente, juste sous la crête, est clairement à 35° minimum, si j'en crois Géoportail. Il me semble que 2.3 - 35° maxi serait plus adapté, et je remarque que les voisins de c2c cotent en 2.3.
Une dernière chose : j'ai quand même envie de pousser un coup de gueule contre France 3 Alpes, après avoir vu leur reportage. Que les médias nationaux disent quelques bêtises, c'est déjà pénible, mais qu'un média local parle d'un "itinéraire hors-piste", avec un "risque 3", en concluant le reportage par "la pratique du hors-piste est fortement déconseillée" (par qui ?), c'est lourdement sous-entendre une imprudence (amenant les sempiternels commentaires "ils l'ont bien cherché, il faut les faire payer"), que nous sommes quasi-unanimes ici à ne pas reconnaître, et franchement, si j'étais l'un des membres du groupe, j'aurais les boules. Voilà, c'est dit, et si des proches lisent ce message, qu'ils sachent que ce n'est pas ce que ressentent les amoureux du coin.
Amicalement,
Aglarond

» Par Lau, le 20.03.2018

Pour sortir du sujet tout en y restant quand même, quelqu un peut il retrouver un post d il y a quelques temps et qui devait à peu près s intituler : "Chamechaude course sûre ?" Il y avait des réflexions intéressantes.
Pensée à toutes les familles que la Chartreuse aura affecté cet hiver.

» Par jpc, le 20.03.2018

Pour répondre à quelques questions :
1. Depuis quelques années, je mets toujours un casque en ski de rando, donc même à Chamechaude : outre le risque d'avalanche, il protège (un peu) dans une chute "banale" sur de la neige dure, contre un rocher enfoui…
2. De même à Chamechaude, je trimballe mon airbag (pour des sorties à la journée, on en trouve à 2kgs, voire moins). Tout en rappelant, comme c'est le cas ici, que l'airbag n'est qu'une chance supplémentaire, pas une garantie d'être indemne.
3. Je pense comme d'autres ici que les conditions sont particulièrement piégeuses cette année, même à Chamechaude. Du coup, j'avais mis une alerte dans ma dernière sortie du 7 mars (quand je prépare une sortie, je regarde les sorties du mois écoulé et les sorties à la même époque de l'année). Compte tenu des récits des témoins, il semble que le déclenchement ait eu lieu en amont du gros rognon à contourner (par la droite ou par la gauche) avant les petits couloirs menant aux paravalanches. A cet endroit (à droite en descendant), les accumulations augmentent la pente jusqu'à près de 45° localement, et c'était particulièrement plaqué : si on se laisse aller en sortie de virage, on a de grandes chances d'aller taper dans le bazar :-(. Les deux entrées de couloir sont aussi des zones à fort risque.
NB: vu la météo, ce risque a dû subsister jusqu'à dimanche, et subsiste encore : vu la (faible) taille de l'avalanche décrite, il est probable que celle-ci soit due aux conditions météo de vendredi-dimanche.
NB (pas d'accord avec galaad, il y a plein de commentaires importants dans ce fil) : Mon commentaire ci-dessus n'a rien d'un jugement sur ce qu'ont fait les skieurs ce dimanche. D'ailleurs, le jour de ma sortie, ai-je eu de la chance ou ai-je surestimé le danger ?

» Par graal, le 20.03.2018

A l'appui de son CR de vendredi (16/03) au Mont Fromage, JLMZ a publié une excellente photo de Chamechaude.
http://www.skitour.fr/sorties/charmant-som,83888.html#sortie
@JPC, pourrais-tu, ou quelqu'un d'autre, situer, sur cette photo, le départ de la plaque ?


VTT de montagne