Accueil > Actu > Nature et Ecologie > Extension du domaine skiable de Valmeinier

Extension du domaine skiable de Valmeinier - Nature et Ecologie

 
+24
24 votes

Extension du domaine skiable de Valmeinier

Proposé par Jmmn le 27.06.2017, publié le 28.06.2017 :: www.registre-dematerialise.fr :: 3830 vus :: 783 clics :: 58 commentaires :: Nature et Ecologie

La station de Valmeinier souhaite étendre son domaine skiable sur la pointe de la Sandonière. Une enquête publique est en cours, n'hésitez pas à donner votre avis. »

Commentaires

» Par jeanDo, le 28.06.2017

Encore une fois la stupidité, qui sonne surtout comme CUPIDITE, prend le pas sur la réflexion et la recherche d'un développement multi activités respectueux du milieu!!!

» Par _pierre_, le 28.06.2017

Les randonneurs cafistes de Lyon et ailleurs venus en car en décembre dernier vous remercient ! On va pouvoir remonter les pistes plus tranquilles en se répartissant mieux sur le domaine et découvrir de nouveaux sommets.
#speedfitRepresents

» Par bouquetin, le 28.06.2017

c'est génial je ne vais plus user mes peaux !!!

» Par DDTROC, le 28.06.2017

Beaucoup de monde a découvert ce secteur magnifique de randonnée cet hiver. Pour sa préservation n'hésitez pas a donner votre avis sur l'enquête publique avant le 12/07/2017.Peut-être reste-t-il encore une chance de faire capoter ce projet inutile. N'oubliez pas qu'en plus de détruire la montagne c'est de l'argent publique qui le finance a 80%.

» Par Hazelnut, le 28.06.2017

Et du coup sans route, sans parking, et sans piste aménagée et enneigée artificiellement pour chausser depuis la station comment tu l'aurais trouvé ce secteur magnifique de randonnée?

T'aurais pris ta petite carte et tu aurais porté depuis le village pour chausser 500m plus haut c'est ça? Ca te serait venu à l'idée?

500m de portage pour 725m de ski ça aurait été encore plus magnifique?

C'est pas un peu paradoxal de dénigrer les stations quand on y passe une grosse partie de l'automne et du printemps? C'est pas un peu malhonnête intellectuellement de parler de destruction et d'inutilité alors que tu te sers desdites infrastructures?
En gros quand ça t'arrange de monter sur une piste crée de tout pièce avec des perches tout le long la montagne n'est pas "détruite" mais quand ça t'arrange pas là c'est "inutile" comme projet.

C'est un peu du "faites ce que je dis pas ce que je fais" ton truc là.

» Par jjbibi, le 28.06.2017

T'aurais pris ta petite carte et tu aurais porté depuis le village pour chausser 500m plus haut c'est ça? Ca te serait venu à l'idée?
oui
et avec un grand plaisir
rien que la nature sans ferraille ni béton ni HLM des neiges

» Par Hazelnut, le 28.06.2017

Très théorique tout ça, plein de bons sentiments, sauf qu'en novembre des skieurs qui ne partaient pas d'un domaine skiable il y en avait peu, voir pas.
Des skieurs qui skiaient ailleurs que dans le sud-est de la Maurienne, dans le Queyras et dans le Piémont il n'y en avait pas non plus (ou pas beaucoup.)
J'en veux pour preuve le fait que beaucoup ont "découvert" des coins qu'ils ne connaissaient pas. Et c'est pas la soif de découverte et leur côté aventureux qui les y a poussé, ce sont les pistes enneigées artificiellement sous 2000, et la grosse flemme qu'ils se tenaient de porter.
Alors arrêtez de vous prendre pour des autres et de vous raconter des histoires.
C'est pas la pseudo passion de la montagne vierge sans ferraille qui nous pousse à skier avant et après la saison, c'est la facilité qu'offre le départ depuis un domaine skiable.
Et c'est pas en faisant du révisionnisme par rapport aux stations et en vous racontant que vous avez appris à skier avec des peaux sous les skis que ça changera grand chose au problème.
Y'aurait personne dans le massif du Mont Blanc s'il n'y avait pas l'Aiguille, les Grands et Helbronner, et y'aurait personne dans n'importe quel autre massif, s'il n'y avait pas de RM, de routes ou de refuges (avec des hélicos pour les approvisionner.) Y'aurait personne sur des skis si on avait pas appris a skier sur une piste... Pas la peine de raconter des conneries grosses comme vous et de faire semblant d'y croire.

Si vous avez une conscience écolo qui est née par miracle pendant votre crise de la quarantaine ou à la retraite c'est bien, mais c'est inutile de vivre dans un rêve en pensant que vous allez couper tous les pylônes.

Si vous êtes intégristes (et honnêtes) allez au bout de vos idées: ne foutez tout simplement pas un pied en station... Parce que vu de l'extérieur vos délires écolos/bobos d'urbains qui font 300 bornes par we pour aller skier au départ de Valtho ou de Bonneval en expliquant aux gars du coin ce qu'il faudrait faire avec leur territoire, ça fait quand même doucement rigoler.

» Par Cyrille Marais, le 28.06.2017

merci de l'info, on va donner quelques pistes de réflexions au commissaire

» Par Le Bauju, le 28.06.2017

Tout est dit.
Ça depanne quand meme bien les station pour pouvoir randonner tous les debuts et fin de saison jusqu'au parking.
Le cas typique à la Sambuy l'hiver, parking saturé alors que la station est quasi vide.
Profiter des infrastrutures des stations à la limite pourquoi pas, tant que les gars font marcher le commerce local en buvant un petit remontant en fin de rando.
Mais venir donner des leçons derriere alors que les gars viennent de Grenoble ou aussi loin pour profiter d'un depart parking ski au pied, c'est un peu limite.
Le massif Alpin est suffisament grand pour que chacun ait sa place sans venir donner des leçons à l'autre.

» Par Hazelnut, le 28.06.2017

@Cyrille: un recours a déjà été déposé par la FRAPNA en temps voulu.

» Par jjbibi, le 29.06.2017

En l’occurrence, à Valmeinier, y en a qui auront - j'espère pas - plus de place que d'autres

» Par sbrou, le 29.06.2017

Ok si je résume. Il suffit qu'une personne profite d'infrastructures pour qu'elle soit obligée de fermer sa gueule et que que tous les projets bourrins qui défoncent tout, qui servent à rien et qui sont souvent financés par de l'argent public soient légitimes.

» Par taramont, le 29.06.2017

je rappelle quand même que beaucoup de stations de skis étaient des lieux de randonnée AVANT qu'il n'y ait station et ne sont plus maintenant que des lieux d'où tout rêve est absent et que le randonneur soit déserte (c'est ce qui semble souhaité par certains), soit "utilise" parce que ce sont là que se trouvent bien des courses sûres de début de saison et des courses à enneigement tardif de fin de saison ; mais le problème de l'extension des domaines skiables n'est qu'accessoirement un problème de randonneur, ça va bien au-delà et certains ci-dessus l'ont dit très justement

» Par Pascal, le 29.06.2017

Pas théorique du tout la lecture des documents et votre avis sur le site proposé. Il faut du temps mais ça permettra à certains de poser des questions sensées ( en pesant VRAIMENT le pour et le contre ) en rapport avec la question et non avec ce qu’ils voudraient bien lire ici.

C’est ici que ça se passe.
https://www.registre-dematerialise.fr/374

À vos claviers

» Par leded, le 29.06.2017

"ne sont plus maintenant que des lieux d'où tout rêve est absent"
Les randonneurs n'ont pas le monopole du rêve.
Il faudrait peut-être demander aux adeptes du ski de piste, non ?

» Par Pïerre*, le 29.06.2017

Effectivement, je ne vois pas trop où serait le problème ou la malhonnêteté intellectuelle d'utiliser des infrastructures qui sont là à notre corps défendant, que l'on n'a pas souhaitées, qui n'ont pas été créées pour nous, dont on n'a favorisé en rien la création et qui nous dérangent le restant de l'année.
En gros il faudrait subir tous les inconvénients de ces infrastructures sans pouvoir bénéficier d'un seul maigre avantage pour avoir le droit d'émettre un avis.

En ce qui me concerne si on me garantissait que de ne pas utiliser la moindre piste travaillée ou encanonnée signait l'arrêt de tout nouvel aménagement, je signerais tout de suite.

» Par Hervé, le 29.06.2017

Je pratique le ski et la randonnée à ski depuis une dizaine d'années sur le secteur Valloire / Valmeinier. La question est quelle valeur ajoutée pour la station de monter 250 m plus haut que les Inversins.
Arriver au sommet de la Sandonnière aurait permis de vendre le jolie point de vue à 360° sur Bissorte / Thabor. La liaison avec Karellis avait une vision beaucoup plus intéressante pour le skieur avec un domaine agrandi, mais Karellis s'est marié avec Albiez (col d'Emy sera donc sacrifié). La station devrait penser à investir dans le renouvellement de vieux tracassins qui composent encore les remontées mécaniques. Maintenant on peut se demander aussi si le domaine skiable en France n'est pas suffisamment équipé et que faire une halte sur le bétonnage.
Heureusement on a pu sauver le vallon du Clou à Sainte Foy, mais pas le Montvalezan à la Rosière et peut-e^tre le vallon du Loup à Valthorens.

» Par Hazelnut, le 29.06.2017

@taramont: C'est pas la peine de rappeler des choses qui n'ont jamais existé ou de s'inventer un passé idéal... Non, avant les stations ces lieux n'étaient PAS des lieux de randonnée à ski.

On est pas à Télémark là hein... :D Avant les stations b'en en hiver les gens (en tous cas ici en Maurienne) ils restaient à l'intérieur avec les bêtes, ils sculptaient du bois et ne faisaient pas grand chose, en tous cas ils ne faisaient pas de ski... (J'ai demandé à mon grand père :D)
Le ski est né avec les stations et dans le secteur il est né à Valloire, c'est pas parce que le "pseudo" ski de rando aseptisé de guignols qui remontent des pistes a le vent en poupe depuis 10 ans qu'il faut réécrire l'histoire.

De plus cet appareil était acté depuis 1983, l'origine de la création de la station et son implantation (qui couvre la zone) dépendait du projet de la "Croix du Sud".
Au delà du secteur du domaine skiable, c'est une zone Natura 2000 (les 2/3 du territoire) donc y'a pas forcément de soucis à se faire en terme de "place".
En plus depuis peu dans le vallon il y a un nouveau refuge qui donne accès à un territoire magnifique. C'est plus difficile d'y accéder que de se garer sur un parking de la station c'est sûr, mais à l'occasion relevez vos manches de vrais montagnards passionnés de nature vierge et allez y faire un tour, vous serez un peu plus en "montagne".

» Par rando+++ jrtk1, le 29.06.2017

@hazelnut Désolé ton grand père doit être bien vieux parce que moi qui ne suis plus très jeune, et bien d autres, avons beaucoup pratiqué le ski de randonnée dans le secteur de Valmenier avant le développement de la station aux" illettes" : le gros crey, le pas des griffes , roche noire ,la Sandoniere, terre Rouge, roche château...et des sommets dont je suis sûr que tu ne connais même pas le nom.Mais tout cela n a aucun rapport avec la réalité du projet qui va impacter à jamais le paysage l'hiver et surtout l été , jusqu'au col des Marches, sans parler du coût financier du projet pour la collectivité bien entendu

» Par Laurent B..., le 29.06.2017

J'ai plutôt tendance à être contre les projets d'extension, l'arc alpin étant déjà très (trop?) bien pourvu en remontées mécaniques, en particulier en France...
Cependant se projet ci me semble d'ampleur limitée (à moins que Valmeinier ait quelque chose derrière la tête en se rapprochant du col des Marches), et permet à la station de sécuriser son enneigement avec un mini secteur d'altitude.
Ma plus grande inquiétude est l'usage disproportionné de la dynamite et du bulldozer dans les éboulis au dessus du TS des Inversins, ainsi que le tracé des pistes: vont elles rejoindre la piste en terre actuelle sont les Inversins et ainsi arriver en bas du vallon des marches?

Je ne sais pas si ce genre de remarque peut apporter quelque chose dans l'enquête publique...

» Par Marco, le 29.06.2017

Hazelnut doit être victime du balanin.
Bel exemple de révisionnisme.
Le ski-cub Grenoblois est né en 1895 à Chamrousse et les remontées mécaniques n'existait pas (téléski inventé en 1935).
Dans le "101 sommets à ski" (1965) de Traynard, il y a, entre autres, la Grande Motte. Preuve que les stations ont grignoté les meilleurs secteurs de rando.
Sans le ski alpin, les techniques n'auraient certainement pas évolué aussi vite, mais on rigolait bien aussi avec des skis en bois à carres vissées : www.skitour.fr/sorties/les-rouies,54584.html
Le ski de piste est en voie de disparition en raison manque de neige et du prix, mais aussi parce que beaucoup de gens préfèrent maintenant une montagne apaisée.
Non mais, vous avez vu les stations l'été ?

» Par Hazelnut, le 29.06.2017

@Laurent B: le projet est visible là:
https://www.registre-dematerialise.fr/374/documents
les 2 pistes rejoidraient la gare amont des Inversins.
Le domaine ne pouvant dans tous les cas pas déborder en rive gauche du ruisseau du col des marches.
La roche du lac, le petit col du lac de Roche Noire et les Fourchons étant donc inaccessibles.
Regardez la couvertures de la zone Natura 2000 pour vous convaincre qu'il n'y a pas franchement péril en la demeure...

» Par Laurent B..., le 29.06.2017

Effectivement après qq minutes de lecture on a pas mal d'infos sur le projet.
Les pistes ne descendent pas vers le ruisseau des marches, par contre, le volume de terrassements, qui dépasse largement les 100 000 m3, me semble astronomique. Il y a bien sûr les gares amont et aval, la piste d'accès, mais aussi toutes les correction de devers, compressions, creux etc...

N'y a t-il pas moyen de faire mieux, enfin moins pire? Le projet insiste sur le fait d'impacts les plus limités possibles, mais il y a rien de plus subjectif comme notion. On est dans la tendance pistes aseptisées réclamées par le skieur moyen (celui qui a un niveau plus que moyen), ceci explique peut être cela (la création de pistes plus techniques, moins nivelées aurait un impact beaucoup plus faible).

Après, arriver à déterminer si le projet est un mal nécessaire, bien difficile à dire...

» Par Entre deux sièges, le 29.06.2017

@Hazelnut: le vallon des Marches et celui de la Losa sont dans la Zone Natura 2000 selon toi ?

» Par leded, le 29.06.2017

"Le ski de piste est en voie de disparition en raison manque de neige et du prix"

Oui mais pas que, Marco, car on fait dire aux chiffres ce que l'on veut bien faire comprendre:

- En cette fin de saison 2016/2017, on constate une nouvelle baisse de la fréquentation pour la plupart des stations de ski d'Europe en raison du manque de neige.Le bilan varie en fonction de la taille des domaines skiables certaines stations présentes sur les massifs les plus enneigés et ayant une clientèle un peu plus haut de gamme, on réussit à tirer avantage de la situation. source

- Isère Tourisme dresse le bilan des vacances de février 2017, avec en vedette un record de fréquentation enregistré sur cette période.
source

- les très grandes stations prennent 38.5% de part du marché en journées-skieur dont la Savoie 39%
source

Donc vis à vis des gestionnaires et décideurs, le calcul est simple.
Nouvel investissement et nouveautés pour attirer le chalant.

» Par Hazelnut, le 29.06.2017

@Entre deux sièges:
De mémoire la zone Natura 2000 commence sur la crête au niveau de la Roche du Lac, puis Roche Noire, puis Roche Malotte, puis reviens vers le nord le long de la Neuvache pour verrouiller le fond du vallon.
Mais la zone Natura 2000 n'est pas la limite du domaine skiable, la limite c'est le ruisseau du col des Marches.
Si ce n'était pas le cas je suppose que le domaine skiable se serait plus volontiers étendu au nord sur les fourchons ou la roche du lac (ou même le col des Marches voir Roche Noire) plutôt qu'au sud sous la Pointe de la Sandonière non?

Pour répondre à la remarque ultra pertinente plus haut par rapport à l'antériorité du ski de rando par rapport au ski alpin.... Comment dire... :D Il me semble quand même qu'il y a un peu plus de skieurs en 2017 qu'en 1900, la pratique était alors aussi anecdotique que l'alpinisme.
De là à dire que la démocratisation du ski découle de la multiplication des stations il n'y a qu'un pas. De là à dire que nous skions tous (pour l'écrasante majorité en tous cas) grâce aux stations...

Tout ça pour dire que l'expansion dès domaines a de beaux jours devant elle. Vu que les arguments en face c'est toujours "avant y'avait pas de station" et "on détruit des zones naturelles, de la faune et de la flore" alors qu'on parle d'un cairn géant et qu'il y a eu des études d'impact préalable.
A la limite pour que ce soit pertinent et viable de s'opposer à un projet le préalable ça serait d'en prendre connaissance.

Sinon ça reste au niveau du PMU du coin. Les "c'est honteux", "avec l'argent public", "bétonnage de la montagne" c'est bien pour se raconter ses histoires et échafauder des théories mais ça ne fait pas avancer les choses hélas.
J'espère que vous n'êtes pas assez naïfs pour penser qu'une commune qui décide d'étendre son domaine le ferait sans être en conformité avec la loi (malgré toutes les instructions et consultations préalables que ça implique) et en plus en étant endettée (donc que le projet serait à la charge de la collectivité)
Fait être un minimum sérieux quoi.

» Par jjbibi, le 29.06.2017

pour ( tenter de ) capter le chaland de la station de la vallée d'à côté, la quelle va voir sa ( déjà pauvre ) fréquentation en prendre un coup ... et va décider qu'il faut un TS de plus plus haut plus beau que chez le voisin des pistes plus aseptisées .... des canons et des retenues en cas que pas de neige, etc etc et ainsi de suite, c'est ce que l’on appelle la fuite en avant, droit dans le mur, financier pour commencer ... tout ça largement payé par l'argent public, le quel public n'est skieur qu'à quelques % .... à qui profite donc le crime ??

» Par ideologue, le 29.06.2017

@ Hazelnut : C'est surtout une question d'idéologie, est-il pertinent d'investir autant d'énergie et argent public pour du tout ski, aujourd'hui? Ne faudrait-t-il pas consacrer cela à diversifier l'offre de la station pour qu'elle puisse faire vivre autant de personnes dans 20 ans, quelque soit la saison ou l'enneigement ? Là on a plutôt l'impression de gaspiller, ça conservera des emplois à très cour terme mais après ? A part satisfaire le lobbying des terrassiers et des constructeurs de RM (qui ne seront pas local vu l'ampleur des terrassements), la commune s'endette pour pas grand chose et ne prépare en aucun cas le véritable avenir. de la part d'un montagnard qui ne fait pas 300 km et qui fait rarement plus de 10 mn de voiture pour skier

» Par mich, le 29.06.2017

@ Hazelnut

J'espère que vous n'êtes pas assez naïfs pour penser qu'une commune qui décide d'étendre son domaine le ferait sans être en conformité avec la loi (malgré toutes les instructions et consultations préalables que ça implique) et en plus en étant endettée (donc que le projet serait à la charge de la collectivité).Fait être un minimum sérieux quoi.

Comme le joli parking souterrain qui avait été construit il y a quelques années à l'entrée de la station avec toutes les autorisations nécessaires, le conseil d'état n'a pas eu le même avis.... on a parfois la mémoire courte

» Par Hazelnut, le 29.06.2017

Pour remettre les choses dans leur contexte: il me semble quand même que le projet de futur télésiège est dans une zone qui devait être parcourue par un télésiège dans le cadre du projet initial de la "Croix du Sud". En gros on parle d'extension de domaine skiable mais cette ligne (tout comme les inversins) était prévue dés la création de la station.
Et c'est cette implantation qui a définit l'emprise du domaine skiable actuel.
En gros ce n'est que la fin de la construction du projet initial qui aurait dû intervenir il y a genre 30 ans.

Le projet initial est définitivement tombé à l'eau suite à l'investissement d'orelle sur la rive droite de l'Arc pour relier Valtho. Ca plus la zone Natura 2000 qui a fixé définitivement l'emprise du domaine skiable.
Ce qui n'est pas un mal entre nous soit dit.


A noter quand même que le fond de Valmeinier a été présenti à un moment donné pour accueillir... le Courchevel actuel...
Le projet a basculé sur la Tarentaise en raison de la plus grande facilité à monter sur le site a l'époque et à la proximité du reste de ce qui est devenu les 3V.
Tout ça pour dire que ce n'est pas un truc sorti d'un chapeau du jour au lendemain.

Le drame c'est que les gens se mobilisent pour un cable de 600m de dénivelé, mais a côté de ça une ligne THT a traversé le Queyras en foutant des hectares de forêts par terre et tout le monde s'en branle.
A côté de ça il y a un tunnel qui se creuse entre la France et l'Italie sans aucune garantie que le trafic routier et autoroutier de marchandise s'arrête enfin au profit du train et tout le monde s'en branle. Et là les coûts c'est autre chose qu'un télésiège, c'est pharaonique. C'est inimaginable, et là c'est vraiment des fonds publics et européens qui sont gaspillés.
Mais c'est beaucoup plus facile de taper sur l'arbre qui cache la foret.

» Par Pascal, le 29.06.2017

@Hazelnut,

outre le niveau de langage, un petit souci :
penser dire ce que pensent les autres et le dire tout haut sur ce ton semblerait placer dans mes pensées des idées qui ne s’y sont jamais trouvées.
Au lieu de taper prétendument sur l’arbre qui cache la forêt, il me semble que les politiciens n’ont pas d’autres méthodes que ta rhétorique pour faire croire à la démocratie dans le débat sur les percements de tunnel ou les passages de lignes à très hautes tensions.
En cherchant un peu sur ce site, tu verras que la ligne à très haute tension a bien déclenché un débat.

Pour l’instant je préfère indiquer le lien qui permet de s’informer sur le thème qui nous préoccupe aujourd’hui :

https://www.registre-dematerialise.fr/374

Comme ça on en parlera tous en connaissance de cause.

» Par Hazelnut, le 29.06.2017

"En cherchant un peu sur ce site, tu verras que la ligne à très haute tension a bien déclenché un débat."

J'ai pas dit le contraire, j'ai dit que le débat n'avait malheureusement abouti à rien. Alors si débattre c'est dire: "je suis pas d'accord" ou faire semblant de s'insurger pour un problème qui t'est totalement étranger (et ainsi se donner bonne conscience) ça s'apparente - et je le maintiens - à une discussion de poche au pmu du coin ou de bobos-écolos qui dénigrent des choses qu'ils utilisent.
Bref ce n'est pas honnête intellectuellement.


Après je suis désolé de mettre dans le même sac tous les intervenants mais du peu que j'ai lu personne n'a parcouru le détail du projet mais pourtant tout le monde s'est exprimé sur le sujet...
(Tout le monde sauf toi, qui a d'ailleurs appelé à le lire à 2 reprises, ça me paraît être une bonne idée histoire d'en discuter à un niveau un peu moins superficiel)

» Par Constantin, le 29.06.2017

Bonsoir,
Quel que soit votre avis, exprimez le sur le registre en ligne de l'enquête publique où il sera pris en compte par le commissaire enquêteur.
J'y ai exprimé le mien qui va dans le sens de l'arrêt de la fuite en avant et de l'utilisation à meilleur escient de l'argent public.

» Par Marc PAPET, le 29.06.2017

Je viens de m'exprimer sur le registre.
Je suppose qu'Hazelnut a des intérêts à défendre pour soutenir avec tant de véhémence un projet qui va encore un peu plus dégrader des montagnes qu'il a l'air de pourtant bien connaître.
Ah,le profit! Toujours le profit!

» Par jjbibi, le 30.06.2017

à qui profite donc le crime ??

» Par Hazelnut, le 30.06.2017

Marc c'est justement parce que je connais (bien) et que j'aime le coin que je sais que ce n'est pas un appareil en plus qui va changer la face du monde.
Parce qu'il n'y aura toujours quasiment personne dans les 9/10 du territoire de la commune qui se trouve en dehors du domaine skiable...
C'est bien mal connaître l'étendue du fond de Valmeinier et de tout l'envers du gros crey/sando/roche noire que de dire qu'un appareil de plus va amputer une "grosse partie d'un espace vierge", c'est même presque risible. Suffit de prendre une carte pour s'en convaincre.

Et oui j'ai un gros intérêt à soutenir ce projet: mon but est de faire un parking payant obligatoire pour tous les randonneurs à ski, 50€ par voiture, 500 pour un bus. :D
Pareil à Valmaure, pareil à Bonnenuit, pareil à l'Ecot, pareil au Lavoir, a Albanne etc etc. J'ai un business plan assez bien calé et je suis en train d'acheter les terrains.
Je vais vraiment devenir très riche mais aucun rapport avec les domaines skiables, les télésièges ou tous ces trucs du passé. Le racket organisé c'est plus viable, moins risqué, plus rentable.
A bientôt sur mes parkings.

» Par Vivagel, le 30.06.2017

"ce n'est pas un appareil en plus qui va changer la face du monde"

Par contre c'est bel et bien un appareil en moins qui la changera, et en vachement mieux.

Ce qui attire les gens qui viennent claquer leur pognon à la montagne, c'est les paysages de carte postale qu'on voit sur les pubs, et pas des paysages ressemblant à la zone industrielle de Dunkerque...

» Par Jmmn, le 30.06.2017

Pour étoffer le débat:
http://www.frapna-savoie.org/index.php/nos-actions/montagne/258-valmeinier-un-projet-demesure

» Par _pierre_, le 30.06.2017

Pour le coup en allant encore plus haut, ils verront plus de paysage ;) C'est la même histoire en ski de rando ou à pieds, escalade, etc. c'est rarement un objectif de s'arrêter au milieu d'une face ou d'une paroi.

"Parce qu'il n'y aura toujours quasiment personne dans les 9/10 du territoire de la commune qui se trouve en dehors du domaine skiable..." C'est vrai... Même en été où c'est plus accessible aux randonneurs (cf le plat depuis le nouveau refuge), on est quand même bien seul jusqu'au Thabor pour récupérer la foule. Et il y a paquet de lignes tout le long.

Je ne suis pas pour les extensions à gogo / ridicules / destruction du paysage au loin / etc. mais ce projet a de mon point de vue une emprise limitée, ouvre un domaine sympa en HP, facilite les accès en rando du fond de vallon (avec un moyen de transport en commun que je préfère de loin à ma voiture). Pourquoi les deux mondes ne pourraient pas cohabiter dans leur développement ?! La montagne est grande.

Quand je parle d'emprise visuelle je pense au TPH de la Grande Motte qui bat tous les records (si seulement ils avaient pu l'enlever au lieu de le rénover), ou à celui de Caron dans déjà une moindre mesure.

» Par Vivagel, le 30.06.2017

"La montagne est grande"

De moins en moins chaque année, car de plus en plus équipée, depuis des décennies, toujours dans le même sens.

» Par Vivagel, le 30.06.2017

C'est vrai que ça fait rêver :


Vite, élargissons encore ce chantier !

» Par Pascal, le 30.06.2017

Causer c’est bien, agir c’est mieux :

https://www.registre-dematerialise.fr/374

Donnez votre avis, on vous le demande ! Ce n’est peut-être pas si souvent.

Sinon pour aller y voir soi-même :
http://www.cafgo.org/sortie/mauriennevalmeinier--groupe-d3-1415.html?commission=randonneurs-du-jeudi

Ou encore d’autres informations ici:
http://valmeinier.info/domaine-skiable-valloire.htm#Projet%20de%20telesiege%20Pointe%20de%20sandoniere%20Valmeinier

Mieux que le café du commerce, je vous dis ! On peut même donner son avis pour ou contre se faire une idée et donner un avis que j’espère éclairé.

À vous de jouer. Sans blabla inutile en plus, c’est dingue !

» Par Zoro, le 30.06.2017

Un télésiège de plus dans une station de ski existant depuis les années 70-80. Il n'y a pas de quoi casser 3 pâtes à un canard. Mais, si cela rassure quelques bobos Don Quixote des villes cherchant des moulins à vents pour rassurer leurs consciences !
Néanmoins, étant pour la diversité et la sauvegarde des especes en voies de disparitions, il faut bien donner des os à ronger aux quelques rares écolos rescapés de nos élections.

» Par rominet, le 02.07.2017

encore une tempete dans un verre d'eau......enjoy

» Par Papusa, le 03.07.2017

@Zoro "Un télésiège de plus dans une station de ski existant depuis les années 70-80. Il n'y a pas de quoi casser 3 pâtes à un canard."

On est bien d'accord, d'autant plus qu'a priori Valmeinier à la volonté de réaliser des pistes de ski qui suivent le plus possible le relief naturel (voir message de PGS sur le forum de "cybervalloire" http://www.cybervalloire.com/forums/index.php/topic/6119-extension-du-domaine-skiable-de-valmeinier/page-4)

» Par sandrine, le 03.07.2017

et dire que dans 20 ou 30 ans le ski de piste et sans doute le ski de rando dans les Alpes ne seront plus que d'agréables souvenirs.....nos décideurs ont vraiment des visions à court termes, mais on a l'habitude!
non je ne suis pas fataliste, juste réaliste!

» Par jjbibi, le 04.07.2017

ben oui, mais comme ce qui fait office de "décideur" a une vision au mieux à échéance de son mandat, on ne peut pas espérer mieux ...

» Par _pierre_, le 04.07.2017

"et dire que dans 20 ou 30 ans le ski de piste et sans doute le ski de rando dans les Alpes ne seront plus que d'agréables souvenirs" : on se groupe pour acheter du Prozac ? Pffff... Que ce soit plus compliqué et aléatoire, très probablement, mais se projeter au-delà...
On a eu l'hiver le plus chaud jamais enregistré au niveau mondial, les stations de basse altitude ont beaucoup souffert, OK. Mais est-ce que ce sera la norme ? Nul ne sait. Et quand bien même cela n'a pas empêché de skier un peu partout, juste moins et avec des départs plus haut. À certains endroits, toute la saison s'est faite en bonne neige naturelle sans soucis : Haute-Maurienne/Queyras est (avec une chute historique), à Sestriere, Corse, pour parler du plus proche de "chez nous". Saison battant tous les records en Californie (mais après de très grosses sécheresses), très bon en Turquie, vers Sochi, etc.. Rien n'est joué !!
J'avais déjà voté pour un hiver 2012/2013 sur la métropole tous les 5 ans donc c'est bon pour le prochain :D

» Par Reglisse38, le 09.07.2017

Devons-nous nous inquiéter de l'importance de l'étude environnementale ? pas moins de 268 pages auxquelles l'Autorité environnementale a fait 11 pages de remarques pointant des manques. La SEMVAL a répondu sur 25 pages. Le citoyen lambda aura du mal à tout lire pour se faire une idée. Technique classique pour noyer le lecteur et empêcher les oppositions. Ce qu'il faut savoir: c'est un espace vierge qui va être équipé alors que les stations n'arrivent pas à avoir leur domaine existant correctement enneigé (et ce n'est pas qu'une question d'altitude). Des terrassements très importants vont être réalisés (120 000 m3 de terrassements, 17 ha impactés). Ils vont "pourrir" le paysage localement et depuis les sommets environnants. Jusqu'alors cette zone était réservée à la randonnée hiver comme été. Elle était parcourue par quelques randonneurs qui ne nuisaient pas (trop) au biotope et on peut dire qu'un équilibre avait été trouvé. Le projet "Sandonniere" avec son télésiège et ses deux pistes qui vont être l'occasion de nombreux terrassements va remettre tout cet équilibre en question. C'est une orientation "Tout Ski" auquel on assiste alors que tous les spécialistes recommandent de développer une offre "4 saisons" qui multiplie la diversité des pratiques: ski, randonnée,...Nous avons jusqu'au 13 juillet 12h pour contribuer et essayer d'empêcher l'artificialisation de cette magnifique combe qu'est les vallon des Marches. Qu'on se le dise!

» Par Reglisse38, le 10.07.2017

Pour information, voici la contribution d'un collectif d'associations à l’enquête publique sur le télésiège en site vierge de la Sandonière.

N’hésitez pas à reprendre les idées qui vous parlent. ...C'est important pour éviter le démarrage de ce projet ubuesque et la disparition du vallon des marches pour le ski de randonnée.

N'oubliez pas que une contribution= 1 voix.
Donc plus nous serons nombreux, le mieux cela sera.

ENVIRONNEMENT :

1) L’enquête publique est caractérisée par une importante étude environnementale. Il y a 268 pages auxquelles l'Autorité environnementale a répondu par 11 pages de remarques pointant des manques. La SEMVAL a répondu sur 25 pages. Le citoyen "lambda" ne pourra forcément pas tout lire. Comme il n’y a pas vraiment de résumé. Cela rend au final le projet très complexe à comprendre ce qui est une façon de limiter les prises de position notamment hostiles. C’est très dommageable sur un projet aussi sensible.

Pour résumer, ce que nous retenons du dossier.

2) C’est un espace vierge qui va être équipé alors que toutes les études indiquent qu’il faut optimiser les domaines skiables plutôt que de les étendre.

3) Des terrassements très importants vont être réalisés (120 000 m3 de terrassements, 17 ha impactés) . Ils vont avoir de multiples conséquences :

a. sur la Faune : L’étude d’impact se focalise sur le lagopède alpin, la perdrix bartavelle et le lézard vivipare qui sont les espèces menacées présentes…. Mais les auteurs de l’étude d’impact disent aussi : Aucune carte des zones d’hivernage de lagopède et de la perdrix ne leur a été transmis par l’organisme chargé de les étudier (OGM) ???…. Ils semblent conclure que ce qui n’est pas inventorié n’existe pas….(voir page 92/268) Quant au Lézard vivipare, il ne doit sa survie qu’à un slalom de la piste entre les stations qui ont été répertoriées…(voir page 106/268). C’est bien mais qui peut penser que la protection de la faune et de la flore doive se limiter à ce qui est directement menacé et qu’il suffise de dévier un tracé de 1 mètre afin d’éviter des nids de lézards pour permettre leur survie. Leur environnement sera tout chamboulé et les conséquences très néfastes.

b. Sur le paysage : De nombreuses études et simulations techniques sont présentes dans l’étude d’impact : lasergrammétries, séquences paysagères (page 138/268)…Mais aucune n’indique l'évidence .....à savoir que tout cet aménagement va "pourrir" tout le secteur du col des Marches, localement et depuis les sommets alentours. Un télésiège et des décaissements importants sont des "verrues" dans le paysage. Ce ne sont pas ces études coûteuses qui vont le changer et rendre l’impact du projet plus acceptable pour les touristes à la recherche de beauté.

c. Sur l’eau potable : Les terrassements se trouvent au-dessus des zones de captage de la station avec le risque de souiller l’eau. Certes l’étude d’impact est "truffé" de bonnes résolutions : stockage des carburants et matières dangereuses en aval, masque drainants, captage d’émergences, … etc…(voir page 74/268) …. mais ces précautions seront-elles tenues ? Le mieux serait de ne pas autoriser un tel équipement dans un périmètre de protection rapproché !

1) Jusqu'à présent, la zone du vallon des marches était réservée à la randonnée hiver et été. La fréquentation de quelques randonneurs (non mesurée dans l’étude d’impact) n’était pas susceptible de déranger les animaux, ou que de manière très ponctuelle et sans aucune conséquence sur leurs cycles biologiques. Par contre tous les usagers étaient unanimes pour souligner la qualité paysagère, faunistique, floristique du secteur. Quelque part, les 268 pages de l’étude d’impact en sont la preuve. La SEMVAL a donc "envoyé du lourd" !!! Pour résumer, on peut dire que ce secteur des Marches contribuait à l’attractivité de la station et qu’un équilibre avait été trouvé. Celui-ci va être rompu par le nouveau projet. Il faut aussi souligner que le vallon des Marches est le seul secteur directement accessible depuis la station Valmeinier 1800 permettant ainsi facilement d’offrir une offre "4 saisons", basée sur la diversité des pratiques ski + randonnées que tous les spécialistes et politiques recommandent face au défi du réchauffement climatique.

2) Après les travaux, l’été, qui ira encore se promener au col des Marches ou au lac de roche Noire? Le sentier sera dominé par d’une part par les pylônes du télésiège et d’autre part par deux grandes langues rabotées (les deux pistes) créées à grand coups de bulldozers, de décaissements et de remblaiements. Pour nous, la réponse à la question est donc: Plus grand monde ! Il n’y aura plus que le personnel de la SEMVAL qui montera avec ses 4x4 faire l’entretien des pistes et du télésiège ! Il suffit de voir ce qui s’est passé au Crey du Quart sur la station voisine de Valloire et dans tous les projets du même genre pour l’anticiper de manière certaine. Mais on fait comme si rien de tout cela n’avait existé. Pourquoi ne pas tirer enseignement de ces expériences ? Que va-t-il arriver au tourisme estival de Valmeinier 1800 qui est déjà problématique avec une station à moitié vide l’été? Quel sera l’impact sur la fréquentation du GR 57 , Tour du Mont Thabor qui est pourtant un atout touristique. Nul ne le sait et il n’en est rien dit dans l’étude d’impact.

3) Et l’hiver que se passera-t-il ? Les randonneurs à ski qui aimaient tant ce secteur sauvage du Col des marches, la pointe de Sandonière, la Roche du Lac,… n’aurons plus qu’à déserter ce vallon transformé en grand boulevard de descente. Car qui peut croire sans hypocrisie que les skieurs "mécanisés" resteront sur les 2 pistes créées à leur intention, sans investir le domaine hors-piste ouvert par la nouvelle remontée et notamment le fond du vallon ? Personne de manière sérieuse. Et pourtant l’étude d’impact le passe sous silence ! De même il n’est rien dit des risques pour les skieurs néophytes qui en quelques minutes pourront accéder sans connaissance à des pentes très avalancheuses (Pour rappel 4 morts en 2009, 1 mort en 2012, etc…) ou occupées par les éboulis (la même configuration que lors de l’accident de Schumacher qui bute sur un rocher recouvert de poudreuse). Au travers de l’étude d’impact, la SEMVAL ne dit mot de ces nouveaux risques pour la clientèle. Comme pour l’été, il n’est rien dit de l’impact économique sur les activités "randonnée" (raquette à neige, ski de randonnée,….) dont vivent les accompagnateurs en moyenne montagne. Celles-ci sont pourtant plébiscitées et porteuses de croissance.

4) De manière plus technique, l’étude d’impact ne prend en compte uniquement les surfaces des pistes et non pas l 'aire du domaine vierge que celui-ci va ouvrir. Minimiser de la sorte les impacts potentiels n'est pas correct. De manière parallèle, les impacts sur la faune et la flore ne limitent pas aux seules surfaces des pistes et à la seule période des travaux.

L 'avis de l 'Autorité Environnementale a bien souligné cet état des choses et la réponse de la SEMVAL n’est pas à la hauteur des enjeux. A titre d’exemple, pour prendre en compte les impacts sur les espèces, il ne peut seulement être répondu que la période des travaux sera décalée. Pour nous Il y aura bien destructions d ' espèces et la demande d’autorisation spéciale pour destruction d'espèces protégées doit être réalisée. Il en va de même pour tous les points soulevés par l ' autorité environnementale. La réponse de la SMEVAL ne suit pas une véritable démarche « Éviter » , »Réduire » « Compenser ». Pour nous, l'étude d’impact n’est pas fidèle et sincère. Ce seul motif pourra faire l'objet de futurs recours juridiques de nos associations. D’autre part, l'avis de l'AE n'a pas été véritablement pris en compte ce qui constitue également un fort manquement dans le contenu du dossier de demande.

Pour information la demande UTN et l’autorisation qui en a suivi font à l’heure actuelle l'objet de recours contentieux. La présente demande d'autorisation de travaux ne corrige en rien les motifs de ces recours et n 'apportent en rien des réponses aux impacts mis en cause voir même soulèvent de nouveaux enjeux environnementaux pour lesquels aucune réponse satisfaisante n'est présentée pour les éviter, les réduire ou les compenser.

Le texte du recours inter-associatif en cours d'instruction est à la disposition du Commissaire enquêteur si besoin. La commune de Valmeinier n'a produit aucun mémoire en défense pour contester les fondements de ce recours.


FINANCE :

1) Dans son étude d’impact, la SEMVAL indique de manière péremptoire qu’au-dessus de 2200 m la hauteur moyenne de neige est très généralement supérieure à 150 cm et permet d’assurer les 120 jours d’ouverture indispensables à l’équilibre économique de la station (voir page 58/268). C’était peut-être vrai il y a 20 ans mais qui peut le croire aujourd’hui. Un vrai tour de passe passe pour ne pas dire une tromperie ! La vraie vérité c’est que, ces dernières années, les hauteurs de neige sur l’épaule de la Sandonnière, très souvent battue par des vents violents, sont très loin des 150 cm. On peut donc parier qu’il ne se passera que quelques années avant que la SEMVAL annonce l’impérieuse nécessité d’équiper tout le secteur en neige artificielle. Quant à l’impact du vent sur les remontées, il n’est pas mentionné dans l’étude d’impact alors que c’est déjà un problème majeur de l’exploitation du Gros Crey.

2) Le projet Sandonière est un projet excentré par rapport au cœur du domaine qui est celui Crey du Quart, car permettant une mutualisation des équipements et pistes avec Valloire. L’étude d’impact évoque les difficultés des trois dernières années à établir la liaison avec Valloire pendant les vacances de Noel : température trop élevée, disponibilité de l’eau (voir Page 57 est suivante). Or le forfait Domaine du Thabor peut être vendu cher (39 €) quand il est relié. Quand il n'y a plus de liaison, le forfait est dégradé et les clients ne veulent plus le payer. Ne faut-il donc pas privilégier les investissements sur le cœur du domaine et notamment la connexion avec Valloire plutôt qu’une remontée mécanique complètement excentrée comme la Sandonière?

3) Dans son étude d’impact, la SEMVAL laisse penser que la remontée de la Sandonière va sauver de nombreux emplois (voir page 14/268). C’est là un tour de passepasse voire une duperie. L’exploitation d’un télésiège ne représente que deux ou trois emplois. Par contre rien n’est dit sur l’augmentation du prix des forfaits auxquels il faudra procéder pour répercuter l’investissement de la Sandonière . Or celui-ci risque d’éloigner encore un peu plus une clientèle et donc d’envoyer au fond du trou l’entreprise et ses salariés. Ne faut-il pas plutôt amorcer une politique 4 saisons moins couteuse et plus authentique où l’on skie quand il y a de la neige et où l’on fait des activités autres (randonnées,) si par hasard il n’y en a pas. La montagne si elle n’est pas défigurée peut rester très attractive même si on ne peut pas skier ! L’expérience des 3 derniers Noëls est de ce point de vue très instructive ! Les touristes étaient souvent très contents quand même.

4) Pour information, sur le projet voisin de la liaison ALBIEZ Les Karellis, face à la situation financière dégradée des sociétés d'exploitation, le dossier de demande d'autorisation UTN vient d'être gelé, tant qu'il n'aura pas été démontré que le projet est viable y compris sur le long terme . Dans le cas de Valmeinier aucune démonstration de la viabilité du projet Sandonière n 'est véritablement démontrée.

5) Rien n’est dit dans l’étude d’impact de l'obligation qui est désormais faite par la Loi Montagne de provisionner le coût de démontage en fin de vie afin de ne pas laisser à la charge de la Collectivité publique les friches en cas de disparition du service. Avec le réchauffement climatique, ce cas n’est malheureusement pas hypothétique même si nous ne le souhaitons pas. Il doit être pris en compte et les sommes provisionnées comme cela se doit se faire quand il y a un risque.


6) Au final, on peut se demander si l’étude d’impact est fidèle et sincère. En tout cas, elle présente de gros manques. D’autre part, tout semble se passer comme si les décideurs de la station (directeur de la SEMVAL, maire de la station,) poussaient à la roue un projet alors même qu’ils sont en situation de conflits d’intérêt sur ce projet. En effet, ils sont directement, ou au travers de leur famille, bénéficiaires de cette extension soit en tant que cadre de la SEMVAL soit en tant que professionnels du ski. Rappelons que dans le cas de Valmeinier, le directeur de l’école de ski est le frère du maire, le conseil municipal est composé de nombreux commerçants et loueurs, … Pour eux, il n’y a aucun problème à procéder à une extension du domaine quitte à sur-endetter la SEMVAL (société économie mixte) ou la commune des 8.7 Millions d’euros nécessaires. Mais, l’étude d’impact passe sous silence le risque financier. Pourtant, tous les paramètres d’une faillite à venir sont là : une rentabilité limitée de la SEMVAL, des investissements très lourds qui nécessitent d’emprunter à plus de 10 ans voir 20 ans sans aucune visibilité, un marché en stagnation voir en régression, une surcapacité de l’offre ski supérieure à la demande, la menace du réchauffement climatique qui peut rendre tous ces investissements caducs. Pour rappel, en 2017, la neige n’est arrivée que fin janvier et il s’en est fallu d’un cheveu que les canons à neige ne puissent pas du tout fonctionner pour Noel. Etant les bénéficiaires potentiels du projet et ne risquant pas leur propre argent mais celui du contribuable, on peut comprendre le point de vue des décideurs ? Mais est-ce une raison pour l’accepter ?

» Par _pierre_, le 11.07.2017

Reglisse38 : "Pour rappel, en 2017, la neige n’est arrivée que fin janvier" : et hop, encore une preuve d'une méconnaissance du lieu, en tout cas cette année :D De plus l'arrivée du TS n'est pas au sommet de la Sandonière mais en-dessous donc moins soumis au vent. Sans relever les âneries du style Schumacher et les clients contents en stations de ski sans neige... Bref... Chacun défend son pré carré ;)
Et dire que ça a été pondu par un collectif d'associations... Contre le ski tout court et pas seulement en station ?!

» Par Hazelnut, le 11.07.2017

Ouais bah c'est la dissertation classique de philo du bobo grenoblois ou lyonnais qui est copiée-collée à chaque fois qu'il y a un projet quoi...
Tu changes le lieu tu mets Valmeinier au lieu de Chamrousse, après tu mets Albanne-Les Karellis / Albiez au lieu de Valmeinier, et puis voilà.
Un soupçon de mauvaise foi, une infime dose de dramatisation, une pointe de délire de persécution, et hop. César du meilleur acteur pour son rôle de survivant d'une catastrophe nucléaire annoncée.

La formule classique du bas-du-front qui a passé sa vie en ville et qui t'explique l'écologie et la montagne...


Faut la refaire mais en insistant plus sur le côté "fin du monde" et "enfants qui meurent de faim, avec comme décor du béton omniprésent, et de la ferraille. Et après la dernière scène ou les enfants se battent à mort pour la dernière brindille d'herbe et la dernière goutte d'eau. Polluée évidemment" avec le papy en larmes qui dit la phrase finale: "putain d'télésiège..."

Là ce serait l'Oscar.

Allez, un petit effort les gars, on fait une dernière prise.

» Par Bubu, le 12.07.2017

Et hop Pierre une méconnaissance du lieu ,valmenier et Valloire n on pas été toucher par le gros retour d'est de novembre 2016 (je travaillais la bas à ce moment )donc l'enneigement etait tres faible comme la plus part des station (sauf haute Maurienne).regarde les historiques des webcams avant de dire des conneries.

» Par Hazelnut, le 12.07.2017

1er coup de neige le 5/11/16 puis perturbé toute la fin novembre, à cette période la production de neige est en cours et permet de sortir des beaux volumes malgré les températures pas ultra favorables.
Gros coup de neige entre le 24 et 26/11. Affichez les cam du 26 pour vous faire une idée, le Crey du Quart côté Valloire prend beaucoup plus que le Gros Crey. Ce qui n'empêche pas de skier confortablement partout en dessus de 2000. Tout le fond au niveau de Roche Noire jusqu'à l'Aiguille Noire est plâtré, sur le Galibier pas grand chose en comparaison.

Début décembre, la plupart des pistes ont au moins une passe. Limite de l'enneigement naturel ultra marqué, vers 2000. Enneigement artificiel en dessous.

Courant décembre Valmeinier 1850 (avec Valfréjus et Bonneval) offre un des rares départ skis aux pieds en empruntant la Reine des Prés.

Donc euh si le retour d'est de novembre à largement alimenté la zone...
Pour avoir traîné pas mal sur Roche Noire et dans le Fond de Valmeinier à cette période c'était du gobelet sur assez épais dans toutes les faces nord en décembre avant l'ouverture du domaine

Avec des gros troupeaux de cafistes qui évoluaient à 40 en même temps à la montée et à la descente, comme d'hab quoi.

» Par Bubu, le 12.07.2017

Le 26 novembre la station était pas ouverte regarde les cam des vacances de Noël et va pas me dire qu'il y avait beaucoup de neige à valmenier

» Par Hazelnut, le 12.07.2017

Normal qu'il n'y avait plus beaucoup de neige pour l'ouverture le 17/12 il n'a pas neigé pendant près d'1 mois 1/2 entre fin novembre et début janvier...
Le retour d'est à déboulé en novembre, regarde la webcam de Moneul le 26/11 pour te faire une petite idée.
Et regarde les cam des Sybelles ou les ouvertures de pistes de l'époque.
Regarde la Vanoise à cette période, pour te convaincre que le retour d'est de novembre a largement débordé sur le massif du Thabor.

» Par christophe, le 12.07.2017

et ça vous en pensez quoi ???
http://tignes.roundshot.com/grande-motte/
http://m.webcam-hd.com/2alpes/2alpes_restaurant-les-glaciers

c'est le raclage en règle pour optimiser.....
vive le ski !

» Par Hazelnut, le 12.07.2017

B'en j'en pense que c'est à plus de 3000, dans des zones hyper minérales, et que généralement à ces altitudes y'a pas trop de petites fleurs et de la végétation...
Parce que c'est (c'était) glacière à la base.

Et qu'il y a nettement plus de touristes à Tignes ou aux 2 Alpes en été qu'à Valmeinier. N'en déplaise à certains les déserts attirent peu la foule.


Bref il en faut pour tous les goûts.


VTT de montagne