Accueil > Actu > Nature et Ecologie > L'hiver sans neige sonne le glas du ski industriel

L'hiver sans neige sonne le glas du ski industriel - Nature et Ecologie

 
+27
33 votes

L'hiver sans neige sonne le glas du ski industriel

Proposé par Pïerre* le 21.12.2015, publié le 21.12.2015 :: www.letemps.ch :: 1764 clics :: 22 commentaires :: Nature et Ecologie

L'hiver sans neige sonne le glas du ski industriel »

Commentaires

» Par Pat, le 21.12.2015

Les Suisses parlent plus lentement que nous mais réfléchissent plus vite!

» Par marcel, le 21.12.2015

L'hiver n'a pas encore commencé et on parle déja d'un hiver catastrophique...bizarre comme procédé...
y a t'il un lobbie de l'écologie?
C'est fini le plan neige des années 60/70/80, les stations de ski ne fond qu'entretenir leur domaine, leur outil de travail, leur gagne pain, en déplaise aux écologistes de la rente et de l'ordre mondialiste...

» Par cmanu, le 21.12.2015

marcel : L'hiver n'a pas encore commencé et on parle déja d'un hiver catastrophique...bizarre comme procédé...


c'est juste une préparation psychologique pour justifier la demande de subvention avec l'argent du contribuable, on va bientôt entendre le même discours en france

» Par Francus, le 22.12.2015

Effectivement, qui va payer? Qui va rembourser la colossale dette due à une croyance que 'ça n'arrivera pas' et qu'il faut toujours investir plus pour attirer plus de clients.
Hors réchauffement climatique, la fréquentation des stations est déjà en baisse de 1% par an depuis 10 ans...alors avec le réchauffement. ..
Perspectives très difficiles puisque environ 200.000 personnes vivent directement de la montagne.

» Par Nemo, le 22.12.2015

Ils pourront peut-être vivre autrement de la montagne ? Un peu d'imagination (il en faut pas beaucoup) pour imaginer d'autres tourisme que les usines à couillons ?

» Par pascalaillon, le 22.12.2015

N'en déplaise à Marcel :
L'entretien des stations et de l'outil de travail reste une activité subventionnée comme beaucoup d'autres. Soit.
Le ski a longtemps été un bon gagne-pain en seulement 4/5 mois. Soit.
Avec le raccourcissement des hivers, faut-il demander au contribuable de remettre la main au panier pour que le lobby du ski gagne autant en 3/4 mois ? Pourquoi pas.
Cela n'a pas grand chose à voir avec l'écologie ...mais plutôt avec l'honnêteté intellectuelle et la quête d'équité qui traverse notre société. :=)

» Par pacourageu, le 22.12.2015

salut,
heureusement le projet de liaison par câble Allemond Oz en Oisans va réglé le problème du moins sur la vallée.
mince la virgule, après problème ou après moins ???

» Par Yoann-51, le 22.12.2015

Pauvre Marcel..... malheureusement non il n'y a pas de lobby de l'écologie, sinon on verrait bcp moins de conneries et d' aberration industrielles uniquement dictaient par la recherche du profit maximum! Mais oui je sais ce n'est pas tendance de croire au rechauffement climatique...... mais on rira bien quand les stations de moyenne montagne qui on tout mise sur le ski vont se retrouver le bec dans la terrre ! Le soucis c'est qu'une nouvelle fis ce sont les employés qui vont trinquer, les investisseurs trouveront une nouvelle connerie à faire ailleurs 😦

» Par Totor, le 22.12.2015

Pourquoi parler de profit maximum et autres discours gauchisants has been !
Bien évidement, il y a des dérives. Mais, il y a un paquet de petit villages qui ont réussi à vivre, ou à survivre, grâce au ski. Où est le problème ? On ne peut pas tous être fonctionnaire ou ingénieur dans une boite high-tech à Grenoble !
Oui, ces villages doivent, ou auraient du, prendre en compte l'évolution des modes de consommations de loisirs et l'évolution du climat. Yakafaucon. Mais, les discours rouges-verts ne font guère avancer les choses.
L'aménagement du territoire ne se résume pas seulement à la capital et l'élevage des chèvres dans le Larzac.

» Par jambon, le 22.12.2015

Ben si évidemment qu'il y a un lobbying écologiste, comme il y a de multiples lobbying qui lui sont antagoniste...
Le lobbying ça peut aussi aller dans l’intérêt de la majorité(à défaut d'aller dans celui de ceux qui ont le plus de frics).
Et ce n'est pas parce qu'il y a réchauffement climatique à l’échelle planétaire qu'il y aura nécessairement moins de neige, à l’échelle locale(bon forcement si on prend +5°C localement sur 50ans ca va faire très mal). Les derniers hivers était plutot correctement enneigé, il faut revenir à 2006-2007, ou même 88-89 pour des hivers vraiment pourris(ou plutot doux et ensoleillés).
L'entretien des stations est subventionnée mais c'est ça qui attire la manne touristique, après c'est sûr certaines stations villages ont fait des conneries...

» Par _pierre_, le 22.12.2015

Hiver sans neige... Mais quel manque de recul sur les mots choisis pour sortir un papier, quel manque de mémoire... À courte échéance : 2012/2013, il y a donc 3 ans, hiver exceptionnel pour tous. 2011/2012, début exceptionnel suivi de tempête de soleil, parfait pour les touristes. 2013/2014, super automne et printemps. 2014/2015, quelques sessions magiques, très bonnes vacances d'hiver malgré une première semaine de Noël très difficile. Des hivers vraiment secs, ça fait longtemps que ce n'est pas arrivé, et c'est déjà arrivé. Bref, qui peut croire que tout était tellement mieux avant... Le cumul de neige ne fait pas tout, surtout pour les touristes, c'est d'ailleurs pour cela que la France est une très bonne destination touristique pour le "ski". Pas mal de stations l'ont bien compris en complétant le ski par beaucoup d'autres activités, on va à la montagne en hiver maintenant, mais plus forcément au ski, et tant mieux pour l'économie locale.

» Par Totor, le 22.12.2015

Sur le fond, l'article du Temps est tout de même bien moyen : 470 mots ! Ce n'est pas le degré zéro de l'article mais ce n'est pas très loin des fonds.
Ca ressemble surtout à un marronnier de début de saison rédigé à la va vite pour occuper le lecteur dans sa station sans neige. Bien évidement, il y a quelques rouges-verts qui se précipitent pour y faire référence. Mais, ça ne changera pas plus qu'un pet de ruprica.

» Par davidg, le 22.12.2015

1994 https://youtu.be/16UJ4ADpUVU

» Par Etienne -H-, le 22.12.2015

1984, pas 1994 !

» Par Pïerre*, le 22.12.2015

Et même en 1964 http://www.rts.ch/archives/tv/information/continents-sans-visa/3440897-un-hiver-sans-neige.html . Mais faut pas se voiler la face, à cette époque l'hiver suivant remettait en général vite les pendules à l'heure, ce qui n'est plus du tout le cas maintenant.

» Par jamon, le 22.12.2015

hivers sans neige 31-32, 63-64, 88-89, 2006-2007 et la perception de ces phénomènes à l'époque

https://tel.archives-ouvertes.fr/halsde-00404054/document

» Par pascalaillon, le 23.12.2015

Et oui, on peut essayer de défendre son travail, ca se comprend.
Mais quand on se met à utiliser les arguments des employés de Kodak, des mineurs du Nord, des vallées sidérrurgiques de Lorraine, moi je consacrerai un peu d'énergie à ma reconversion...

» Par Chech, le 23.12.2015

Merci à Jamon, intéressante étude.

» Par leded, le 26.12.2015

Qui cherche à connaître le temps, perd son temps.

» Par ski acro, le 26.12.2015

Il faut savoir distinguer un évènement exceptionnel ponctuel d'une tendance à long terme et ne pas tout mélanger pour vendre du sensationnalisme à outrance.

En particulier, il n'y a pas de corrélation claire entre le réchauffement climatique et la série de Noëls sans neige qu'on a eu en 2013, 2014 et 2015. Tout au plus ces débuts d'hiver sans neige ne sont que le résultat d'une mauvaise série depuis plus de 2 ans. Enfin, toute corrélation est infirmée par la série de Noëls très enneigés entre 2008 et 2012.

2015 a été une année de Noël sans neige à Crans-Montana. Tout comme les années 2002, 1989, 1987, 1985 et 1970.
Voir graphique :
http://www.meteosuisse.admin.ch/content/meteoswiss/fr/data/blogs/2015/12/les-noels-sans-neige/_jcr_content/content/textimage0/image.mchimg.jpg/1451047718879.jpg

La température moyenne, en Suisse, a augmenté de 1,75 °C entre 1864 et 2012 (contre 0,85 °C au niveau mondial). Au cours des trente dernières années, cette hausse a atteint 0,35 °C par décennie. En conséquence, la limite du zéro degré en hiver s’est élevée d’environ 300 mètres depuis les années 1960.

Conclusion : le phénomène météo que nous vivons aujourd'hui n'a rien à voir avec le réchauffement climatique et constitue tout au plus un évènement exceptionnel ponctuel. Nous sommes au plus bas niveau des relevés d'enneigement depuis que le début des mesures a été mis en place en 1936.

» Par Pïerre*, le 27.12.2015

"le phénomène météo que nous vivons aujourd'hui n'a rien à voir avec le réchauffement climatique et constitue tout au plus un évènement exceptionnel ponctuel." Difficile d'être aussi affirmatif...
Mais l'article parle surtout de la nécessité de remettre en question le modèle touristique de montagne actuel. Les investissements ont été énormes et donné l'illusion que le tourisme orienté vers le tout ski pouvait s'affranchir des nouvelles données climatiques. Le début d'hiver actuel même si ça peut être un événement exceptionnel devrait ouvrir les yeux de certains, d'autant que certaines stations quasi en surendettement ne peuvent absolument pas se permettre une saison médiocre vis à vis de leurs créanciers.

» Par ski acro, le 27.12.2015

L'argumentation du journaliste du Temps est fallacieuse car il ne faut pas confondre météo et climat, vu que les échelles de temps ne sont pas du tout les mêmes. Se focaliser uniquement sur la période de Noël est une méthode d'analyse réductionniste qui conduit invariablement à des interprétations biaisées. Il est particulièrement absurde de vouloir tirer des conclusions à long terme sur le glas du ski industriel en se basant uniquement sur une série de 3 Noëls sans neige. Souvenons-nous de fin décembre 2014 où la neige est tombée en abondance, ce qui invalide toute corrélation et donc la conclusion volontairement alarmiste de cet article.

Conclure qu'une année exceptionnellement chaude puisse sonner le glas de toute l'économie basée sur le ski industriel, ce n'est certainement pas le cas pour tout le monde.
Il y a déjà un report de la clientèle vers des altitudes plus élevées. Les domaines et stations de haute altitude équipées de canons à neige s'en sortent mieux que celles de basse et moyenne altitude, là où les canons à neige ne sont hélas plus utiles. De plus, l'offre touristique s'est déjà diversifiée en se tournant vers des activités autres que le ski industriel pur et dur. A défaut de construire de plus en plus de remontées mécaniques à haute altitude, la pratique du ski de rando/freerando/freeride explose et les industriels du ski ne s'y sont pas trompé en diversifiant l'offre de matériel au plus grand nombre.

Le modèle économique du tourisme hivernal en montagne devra s'adapter au changement climatique à long terme, c'est une lapalissade darwinienne. Voir le livre «Tourisme d’hiver: le défi climatique», de Christophe Clivaz, Camille Gonseth et Cecilia Matasci, aux éditions PPUR, collection Le savoir suisse, 2015. Une brève interview du Prof. Clivaz qui résume très bien les enjeux à venir : http://www.tdg.ch/suisse/suisse-enfin-compris-qu-devait-sadapter-changement-climatique/story/25199879

Pour la petite histoire, on peut skier à Crans-Montana de manière industrielle, faire du patin à glace, mais aussi pratiquer du VTT, du golf, de la luge d'été et faire de longues randonnées pédestres en tenue d'automne. L'offre n'a jamais été aussi diversifiée que maintenant, alors profitons-en de ce magnifique et agréable changement météo exceptionnel ;-)


VTT de montagne