Accueil > Actu > Ski alpinisme > De la difficulté d'être une femme et sportive de haut-niveau

De la difficulté d'être une femme et sportive de haut-niveau - Ski alpinisme

 
0
42 votes

De la difficulté d'être une femme et sportive de haut-niveau

Proposé par Juhlen le 02.11.2015, publié le 02.11.2015 :: www.skialper.it :: 1784 clics :: 13 commentaires :: Ski alpinisme

Description de la mésaventure qui touche l'athlète suisse, Maud Mathys ou les problèmes rencontrés par les sportives de haut-niveau en général ... »

Commentaires

» Par Phil'Ô, le 03.11.2015

Pas d'accord ! Être une femme n'a rien à voir avec le problème.

Lorsqu'on est un athlète de haut niveau, que l'on soit un homme ou une femme, ce doit être un réflexe de consulter la liste des médicaments interdits avant de les avaler aveuglément !

Tout traitement médical qu'il soit typiquement féminin (comme dans ce cas) ou mixte, doit être signalé aux autorités pour éviter de se faire prendre par la patrouille.

» Par tt, le 03.11.2015

oui je vois pas le lien avec le fait d'etre une femme... Les dopés nous ont habitués avec tout un tas d'excuses lamentables : C'est pour mon chien (Hamilton) ma belle mère (rumsas) , le steak était dopé (Contador)...

Bref, qu'elle cherche à etre enceinte très bien, mais elle doit regarder la liste comme tous les autres.

» Par zorg, le 03.11.2015

Ce serait bien si une femme pouvait laisser son avis avant que les mecs ne donnent le leur de manière péremptoire...

» Par Eric L, le 03.11.2015

...pris par la patrouille... des glaciers! ouarf ouarf ouarf...


OK je sorts...

» Par Phalo, le 03.11.2015

Moi je suis pour le darwinisme !
Si tt se passe normalement, je devrais être Lapidé...

» Par Juhlen, le 04.11.2015

+1 avec Zorg. Une femme vite ...
Certains messieurs seraient sans doute intéressés d'apprendre les modifications hormonales induites par les sports d'endurance en général et la recherche permanente du gain du moindre gramme.
Le lien vers son blog où l'on voit qu'elle n'est pas sanctionnée par une suspension brute, nos amis suisses étant sans doute moins machistes que quelques skitouriens.

» Par tt, le 04.11.2015

le moins sexiste c'est celui qui ne fait pas de différence entre homme et femme. Je trouve particulièrement sexiste de dire "oui mais bon, c'est une femme, elle a le droit, pour faire des bébés, d'etre borderline"

après je ne connais pas l'affaire et elle est peut etre de bonne foi. Mais pour suivre le sport depuis pas mal d'années, je suis assez blindé sur ce genre d'excuse...

» Par tt, le 04.11.2015

ah oui, et si vous voulez l'avis de femmes, pourquoi ne pas demander à ses concurrentes ? elles doivent etre très touchées, de ce besoin de maternité...

» Par ski, le 04.11.2015

Connaissant la personne et étant moi-même sa "concurrente", je peux vous certifier qu'elle a pris ce traitement vraiment pour tomber enceinte. Cela faisait déjà 1 année qu'elle essayait en vain... Après, bien sûr, "nul n'est censé ignoré la loi" et elle ne se défend pas contre sa sanction. Elle s'est mal renseignée et maintenant elle assume. Si elle en parle, c'est pour éviter que d'autres personnes fassent la même erreur. A mon avis il y a d'autres problèmes: plusieurs histoires de dopage cachées et qui sont sûrement bien plus graves et honteuses que celle-là, ainsi que des contrôles anti-dopage en nombre insuffisant.

» Par jpc, le 04.11.2015

@tt: attention le simplisme peut cacher le sexisme… ;-) L'idée que la même règle pour tous est l'assurance d'un traitement égalitaire (ici non sexiste) est trop rapide: les juristes ont pu montrer qu'un tel principe pouvait bénéficier au "plus fort" et ont souvent obtenu au contraire que, pour corriger des inégalités initiales, il est plus juste que la règle de droit ne soit pas la même pour tous (plus exigeante ou plus souple selon le cas). Par exemple, des exonérations d'impôt pour les plus pauvres, des régimes douaniers préférentiels pour les Etats en développement, etc.

Perso, je suis d'accord avec "ski": la règle était connue à l'avance, donc rien de sexiste à l'appliquer (en changer ou non est un autre débat qu'il appartient d'abord aux femmes concernées de lancer ou non).

» Par manu, le 05.11.2015

Pour illustrer les propos de jpc:
http://humanrights-in-europe.blogspot.fr/2013/03/equality-justice.html

» Par zian, le 09.11.2015

Le titre est un peu polémique " de la difficulté de suivre un traitement médical et d'etre sportive de haut niveau" aurait été plus judicieux. Je trouve que cette justification dessert plutôt l’athlète.

» Par mi8addict, le 11.11.2015

De la difficulté d'être russe (et femme...) et sportif(ve) de haut niveau...


VTT de montagne