Accueil > Actu > Politique et Société > En montagne, le plus dangereux c'est la descente

En montagne, le plus dangereux c'est la descente - Politique et Société

 
+21
31 votes

En montagne, le plus dangereux c'est la descente

Proposé par gaubry le 11.05.2015, publié le 11.05.2015 :: www.la-croix.com :: 1728 clics :: 7 commentaires :: Politique et Société

Une étude inédite sur les accidents de montagne vient d’être menée par une équipe de sociologues du sport. »

Commentaires

» Par AAMChamonix, le 12.05.2015

Le rapport complet et original sur l´accidentologie en montagne:
http://www.petzl.com/fondation/foundation-accidentologie-livret_FR.pdf?v=1

» Par bobo, le 12.05.2015

« Les victimes d’accidents mortels en randonnée ou en escalade, sont généralement des hommes, Isérois voire Grenoblois, âgés de plus de 40 ans, pratiquants réguliers de la montagne (…) Ce sont donc nos proches, nos voisins, nos camarades ou encore nos collègues de travail. On s’aperçoit que le plus souvent, les victimes sont des gens qui aiment passionnément la montagne et qui la pratiquent depuis de très nombreuses années sans accident (…) L’addition de cette passion et de ce besoin fait qu’ils n’ont peut-être plus conscience de prendre des risques dans des courses souvent abordables. De nombreux témoignages de proches nous font état d’un mari prudent, d’un frère réfléchi ou encore d’un enfant raisonné ».
Sébastien Rigault, commandant du PGHM de l’Isère

» Par pompon25, le 12.05.2015

Les statisticiens doivent être morts de rire en lisant ça ! Grenoble étant la ville la plus peuplée des Alpes Françaises, avec des arrivants probablement plus attirés vers Grenoble pour la montagne environnante que pour la vie citadine, il me parait statistiquement "normal" qu'il y ait beaucoup de Grenoblois victimes d'accidents de montagne. Si on ne ramène pas les données (si elles sont quantifiées) à l'intensité de la pratique, elles n'ont aucune valeur. Evidemment, ceci coupe l'herbe sous le pied de ceux qui voudraient que les accidents soient plutôt le fait de touristes inconscients et mal préparés!

» Par François, le 12.05.2015

Les statisticiens brassent des chiffres, eux ramassent des morts...
Le passage ci-dessus ne parle pas de probabilité d'y rester par jour de pratique mais de la victime type. C'est plus du raisonnement en valeur absolue. Ce sont deux façons de regarder la réalité qui ne sont pas opposées mais complémentaires.

» Par bobo, le 12.05.2015

Les statisticiens ne sont pas morts de rire puisqu'ils ont lu le document cité par AAMChamonix et dont est extrait la citation. :)
C'est le pompon ce genre de commentaires! ;)

» Par gaubry, le 13.05.2015

Juste après le témoignage de Sébastien Rigault, commandant du PGHM de l’Isère, on peut lire dans le rapport :

"Ces extraits d’entretiens, qui sont nécessairement empreints d’une part de subjectivité liée à l’implication professionnelle des acteurs concernés, font surtout référence aux accidents graves et/ou mortels. Pour une part importante, ceux-ci semblent à première vue toucher des « locaux » : disposant a priori de connaissances, d’un bagage technique et d’une expérience suffisants pour analyser correctement les risques, ils sont néanmoins particulièrement exposés, du fait d’un nombre élevé de « sorties » en montagne. En Autriche, on présente également de plus en plus systématiquement l’accidenté type comme étant un homme, quadragénaire, disposant d’un vécu important en montagne (Comité autrichien Alpine Sicherheit – Berg analyse). Ces constats relèguent au second plan la figure du touriste mal équipé et/ou techniquement incompétent."

» Par Reiser, le 24.05.2015

Les statisticiens ont raison, il y a plus de Grenoblois qui se tuent en Montagne que des habitants des Saintes Marie de la Mer, c'est étonnant non ?


VTT de montagne