Accueil > Actu > Politique et Société > Avalanches dans les Alpes : le risque 3 au cœur du débat

Avalanches dans les Alpes : le risque 3 au cœur du débat - Politique et Société

 
+27
37 votes

Avalanches dans les Alpes : le risque 3 au cœur du débat

Proposé par NordOuest le 27.02.2015, publié le 27.02.2015 :: www.ledauphine.com :: 1520 clics :: 14 commentaires :: Politique et Société

Le secrétaire d’Etat aux Sports Thierry Braillard vient, aujourd’hui et demain, rencontrer des spécialistes de la montagne dans les Hautes-Alpes. »

Commentaires

» Par c74, le 27.02.2015

Pour moi le risque 3 et très sérieux, bien sur il faut prendre l ensemble des infos de BNA.
Dans le cas d un 3/5, je limite les terrains de jeu aux endroits que je connais et je prends un compte le passe meteo ( je suis sur place ça aide)
Personnellement je trouve que bien trop de pentes sont tracées par risque 3.
Cela reste mon avis

» Par rob, le 27.02.2015

PascalH t'as absolument pas lu l'article, ou alors tu comprends pas la langue française ?

La réaction du ministre est simplement parfaite de mon point de vue, c'est rare et ça mérite d'être souligné :
-> Reconnaissance de la montagne comme un des derniers espaces de liberté où chacun est libre de vivre sa pratique et prendre pour lui-même les risques qu'il juge bon... « La montagne reste un des derniers voire l’unique espace de liberté, ça serait dommage de contraindre, d’interdire le hors-piste par exemple. L’objectif c’est notamment de travailler à des voies d’amélioration pour garantir une meilleure transmission de l’information et une meilleure lisibilité du danger. »
-> Réaffirmer que le secours en montagne gratuit est un droit non négociable sans remettre en cause le reste.
"le ministre reste catégorique : « C’est un service public qu’il faut préserver, comme pour les accidents de la route ou en mer »."

» Par pascalH, le 27.02.2015

Tu as raison rob, j'avais pas lu l'article et j'ai fait un commentaire réflexe que j'ai d'ailleurs supprimé !!!

» Par Cyrille Marais, le 27.02.2015

Petit coup de gueule

http://www.skitour.fr/sorties/pointe-de-la-balme,63161.html#sortie

le gars, il se pose la question si avec le cailloux qui affleure, le risque est moindre !!! j'aurai tendance à dire LOL !!! Et après, j'aurai tendance à dire que le gars en question, y connait rien à la montagne, il poste des sorties ds skitour en y connaissant rien du tout...

A Alain Duclos et aux spécialistes, j'ai un peu du mal avec tous ces témoignages, des plaques glissent des fois 21 jours après une chute (plein nord, pas de transfo) ... des fois 6 mois après (cf accident des 3 aspi guide en 2002 sur le Frendo)... alors pondre des théories que ça peut se tasser, oui, mais les paramètres sont tellement nombreux que je comprends pas pourquoi on tente d'expliquer des phénomènes qui sont aléatoires... car tous différents...

Et les théories que certains TENTENT d'appliquer sont la résultante des accidents des skieurs de rando de ces dernières semaines... aller, risque 2, on y va... jusqu'à ce que ça parte, et là, ben non, c'était pas risque 2, mais .... 100 % de probabilité ! donc 5 ...

Donc, message que j'ai déjà tenté de faire passer, mais à priori, je fais rire... comme je le disais, il vaut mieux faire rire que pleurer au cimetière ??? non ??? dites moi si je me trompe...

Coter le risque d'avalanche est un non sens absolu. C'est comme coter l'éperon des Droites, par rapport à la Walker, en disant, ouais, aux Droites, y'a moins de chute de pierre... parce que mieux orientée... LOL !!! si un type dit ça, on lui rira au nez, alors pourquoi dire que ds tel massif c'est risque X , alors que d'une pente à l'autre, et ben ça partira ou pas... je pense qu'on marche sur la tête. Mais je fais rire, tant mieux, faites rire, pas pleurer. Alors bonne saison de randonnée, et évitez de calculer trop, vous risquerez d'emmener des amis qui eux, calculent qu'ils ont encore des années à faire...

» Par tib oula, le 27.02.2015

Faut faire quoi alors ? Aller skier en station?

» Par Damien, le 27.02.2015

Cyrille : une grande partie vraie dans ce que tu dis. Mais il est aussi essentiel de minimiser les risques en structurant l'analyse avec les éléments factuels que l'on peut avoir.
Après, c'est l'analyse personnelle et l'intelligence de situation qui complètent pour prendre la décision. Et à mon avis, c'est l'élément-clé.

» Par mpui, le 27.02.2015

Le cas de La Balme est symptomatique d'un manque à la fois de vigilance et de discernement, encore heureux qu'ils ne se soient pas tous balancés dans la pente en même temps (et l'ABS du fusible qui ne fonctionne pas, il a quand même eu un bon reflex d'encaper tout droit !)

» Par christian73, le 27.02.2015

C74 bien de ton avis ....adapter le risque au rando bien choisir c' est pas évident ,mais c'est possible cela demande à réfléchir et surtout voir les antécédents des anciennes couches , voir si elle sont pourrie comme cette année ou la saison dernière ,mais je me suis aperçu
avec les années plus la neige est tardive avec peu de chute au début plus cela est dangereux ,cela s'explique quand il neige peu en début de saison , il y a des risques de gobelets encore vous aller dire, échange de température ,métamorphose de fort gradient ,la différence de température entre le haut et le bas , sol , échange de vapeur d eau libérée par le grain sous-jacent le grain prend alors la forme de pyramide appelé gobelet faible cohésion reconnaissable a l œil nu , par contre rappeler vous de la saison 2012 beaucoup de neige en début de saison peu d'échange de température pas de gobelets,neige assez stable sauf plaque à vent et être patient après une chute de neige attendre quelques jours,il y a toujours le risque mais on peut le limiter ,l avantage avec des débuts de saison avec de gros chute de neige ,ont débute pas avec une sou couche pourrie , le risque 3 devrait déjà plus insister sur les début de saison , plus détailler les faces a risque ,mais la nivo n est pas une science infuse alors prudence ....

» Par jmscapade, le 28.02.2015

Trop de topos, trop de bulletins nivo, trop de commentaires, trop d'avis polluants, bref c'était mieux quand on avait seulement "les 100 plus belles courses" et qu'on devait analyser nivo et meteo sans TF1, sans tous ces articles et commentaires d'individus dont on ne connait ni la pratique ni le niveau ni la pertinence du jugement.

» Par leded, le 28.02.2015

Ce qui est pertinent justement, c'est d'essayer de se faire un jugement.

» Par Oklaoma, le 28.02.2015

Ouais mais les gens ils savent plus se faire un jugement, parce qu'on leur pond un bra par jour, des sites internet, des arva performants, des sacs abs, des chasses-neige avec du sel à gogo, des smartphones qui font tout (et surtout rien), des caisses avec ABS, ESP et tout le reste... Alors on regarde ça et en fonction de ce que disent les métérologues, bison futé, les copains sur c2c ou ailleurs, et le vendeur de décath on y va ou pas! Et si ça merde on revient vite sur internet foutre une étoile et discuter pendant 3 plombes pour savoir si le bra aurait pas du à être à 2,75 plutôt qu'à 3,2....
Je rentre de montagne, et y'a du monde partout, seul, accompagnés (mais à 3m l'un de l'autre), avec ou sans ABS, qui savent pas claquer la moindre conversion, qui marchent sur les corniches...
Alors voila des fois ça part en vrille et puis c'est tout... mais on va bientot être sauvés, le secretaire d'état prend les choses en main...

» Par leded, le 28.02.2015

Pétard, ça c'est de l’amalgame.
Manque plus que la prose "c'était mieux avant ...".

» Par Legazier, le 28.02.2015

Pas trop d'accord avec le coup de gueule de C.Marais. Je comparerais avec la médecine et l'apprentissage permanent de la connaissance du corps humain et de la médecine avec les résultats que l'on sait.
Pour moi, l'étude des avalanches continuera d'apporter des informations intéressantes et salvatrices. D'ailleurs, y aurait il moins d'accident sans ces connaissances et ce BRA? J'en doute.
Et je ne comprends pas trop cette comparaison FN des Droites et Walker.
Ce qui me semble le plus en cause est sociétal.

» Par rominet, le 01.03.2015

Cette insistance dans l'échec est assez impressionnante.évaluer les risque d'avalanche est simple quand il y en a peu, ou beaucoup. Quand il est en peau de léopard, et dépend pour beaucoup de la localisation , c'est plus délicat...la preuve en est apportée régulièrement. Il faudra un jour admettre que le système neige montagne est déterministe , et chaotique ( au sens mathématique) Au final la décision d'y aller ou non ne peut etre rationnelle


VTT de montagne