Accueil > Actu > Ski de randonnée > À Bernex, « après la fermeture, il y a 50 à 60 individus sur les pistes »

À Bernex, « après la fermeture, il y a 50 à 60 individus sur les pistes » - Ski de randonnée

 
+18
28 votes

À Bernex, « après la fermeture, il y a 50 à 60 individus sur les pistes »

Proposé par Cyril Vincent le 15.02.2015, publié le 15.02.2015 :: www.ledauphine.com :: 1698 vus :: 1291 clics :: 54 commentaires :: Ski de randonnée

«On ne sait plus quoi faire pour que certains respectent les consignes de sécurité », s’agace Gabriel Mougel, chef des pistes depuis dix ans. Il y a de quoi : « Après la fermeture des pistes, il peut y avoir 50 à 60 individus qui circulent, alors que le domaine est strictement interdit… Je n’y croyais pas avant de l’avoir constaté ! » »

Commentaires

» Par Cyril Vincent, le 15.02.2015

On se croirait revenir dans la guerre contre les surfeurs et monoskieurs dans les années 80

» Par dam's, le 15.02.2015

C'est vrai que les skieurs de rando remontent en plein milieux des pistes et que désormais toutes les collisions sont dues aux skieurs de rando..... Ils feraient mieux d'obliger les enfants a skier casqués et remettre en place les gens qui skient a bloc sans maitrise!

» Par tinou001, le 15.02.2015

Et pourquoi pas tout simplement respecter les arrêtes municipaux ?

» Par cm, le 15.02.2015

Tes arrêtés ne sont pas applicables. N importe quel avocat te le dira. Sujet déjà débattu. Renseignez vous les gars. Dommage qu il n y ai pas 1000000 guss sur les pistes le soir. Ils vont faire koa . Inculper les gens pour promenade....et fumage ? LOL... Aucune station ne possede entièrement son domaine, alors aucun arrêté ne peut interdire de s y promener....Bonnes randos

» Par un pisteur, le 15.02.2015

@cm, ce que tu dis est vrai mais...
quand vous skiez sur un domaine skiable fermé et en cours de damage pensez-vous aux câbles des machines,
pensez-vous au dameur si vous vous scalpez (ou pire) avec le câble avec sa machine?
pensez-vous que le travail ne mérite pas de respect pour aller saloper le boulot de ces gens là?
pensez que la montagne est trop petite pour ne pas aller ailleurs?
pour ma part, je pense que le ski de rando c'est bien loin des domaines skiables, en pleine montagne...

» Par comprendpas, le 15.02.2015

Enfin, c'est quand même triste de voir qu'il y a tant de monde remontent le long pistes alors que justement, le ski de randonnée c'est pouvoir aller dans les espaces vierges...

» Par Yann, le 15.02.2015

On n'a pas toujours le choix, les stations sont présentes de partout.. Va faire Chamechaude sans passer sur les pistes, ça me parait compliqué non ?

» Par Cyril Vincent, le 15.02.2015

Y'a t'il déjà eu des accidents à cause de randonneur sur les pistes ?

» Par un pisteur, le 15.02.2015

@Cyril Vincent, je ne peux pas te répondre car je n'ai pas vraiment de retour...
Cependant, les skieurs de pistes paient et participent à l'économie des stations (petites ou grandes, alpin ou fond). On ne peut pas le nier, les stations de ski permettent à des jeunes et/ou locaux de bosser chez eux, en montagne.
Entre la saison d'hiver, les travaux pré-hivernaux et tout l'entretien, cela crée des emplois directs ou indirects.
D'un côté, il y a des skieurs qui paient un service (damage, accueil, sécurité, secours, etc...) et de l'autre il y a des skieurs qui, avec l'expérience et le matériel adéquat vont en montagne.
Y'a t'il besoin de créer une 3ème catégorie de skieurs de rando de pistes??? c'est vrai que du coup c'est pas trop dur pour faire la trace, il n'y a besoin de savoir se servir du triptik pelle, sonde, arva, pas besoin d'avoir gros d'expérience et ça doit surement avoir qqchose de sympa de dire qu'on a fait le pic de machin-chouette en omettant de dire que l'on est passé par les pistes...
La montagne est grande, alors pourquoi vouloir s’emmêler dans des câbles??? la civilisation vous manque t'elle à ce point là quand vous skier?

» Par senhal, le 15.02.2015

1 ou 2 accidents en France il me semble, dus au câble de la dameuse.

» Par did, le 15.02.2015

pourquoi ne pas demander aux randonneurs de "damner" la piste, après raclette petit' fête , voilà un nouveau concept digne de la COMPAGNIE DES ZALPES...

» Par Skieur, le 15.02.2015

@pisteur, pour ma part je paie mon forfait et comme tous les autres skieurs, à Bernex je skie sur les cailloux de l'arête depuis le début de la saison, quand le tk du mont Baron a déraillé et que celui des Pellys est en panne je descends par les Orgères, quand il y'a du vent et que Pelluaz qui représente pour moi 1/4 du domaine est fermé je me contente du bas de la station, quand je ne trouve pas de place sur le parking en arrivant et que je fais 10min à pied avec mes enfants pour atteindre les caisses, je ne perds pas espoir !
Quand je croise un randonneur sur le bord de la piste je le salue et m'arrête quelques fois pour causer avec lui, il ne me paraît pas plus dangereux qu' un autre skieur à l'arrêt ou qui se serait gamellé.
Je pense que les poids lourds cohabitent avec les cyclistes sur une largeur de quelques mêtres, alors essayons d'établir des règles pour vivre ensemble au lieu d'interdire.
Arvi.

» Par ju, le 15.02.2015

Pour info, ski de rando sur pistes:

150€ d'amande pour un premier contrôle, 35 000€ pour un récidiviste.
En cas de collision randonneur/skieur alpin, toute la responsabilité revient au randonneur.

» Par Ricil, le 15.02.2015

Des sources, ju ?

» Par Yoann-51, le 15.02.2015

Ju tu racontes n'importe quoi ! franchement sur quel texte tu t'appuies pour mettre >35 000 euros d'amende à un type ? d'autant qu'il n'est juridiquement pas possible d'interdire la rando sur piste !

» Par Fan du Marais, le 16.02.2015

Les 150 amandes, c'est décortiquées ou non ?

» Par Vincent, le 16.02.2015

Bonjour

Apres il faut je pense distinguer aussi les gars qui montent en pleine journée alors qu'il y a du monde qui descend et la ok je pense que ca peut causer quelques soucis de sécurité.
Et après tu as le randonneur qui a juste envie de profiter d'une petit sortie d'après boulot à la frontale... et la que faire aller hors stations en pleine montagne de nuit avec les risques que ca engendre? ou alors remonter sagement en bords de piste avec la frontale allumer pour se signaler et en passant loin des machines?

Apres c'est une question de respect, avec l'habitude on sait ou les machines câblent, il y a en plus un giro sur les machines qui câblent. et après faut pas être con et faire des grosses courbe au cul de la machine....

enfin toujours la même chose... si c'est fait dans le respect...

» Par Tivet, le 16.02.2015

Le conflit d'usage, et la façon franchouillarde de (ne pas)régler le problème par l'utopie de la loi...
Les usages et les attentes changent. Cela fait une paire d'années que cela est constaté partout.
Les stations accueillent bien volontiers les courses nocturnes voire les compétitions internationales pour participer à l'animation, affichent leurs champions sur banderoles géantes, braillent après les randonneurs imprudents qui vont en solo hors piste, et annoncent d'un même geste recourir à la maréchaussée lorsque ceux ci viennent s’entraîner sur ou autour des pistes...
Ce double discours devient intenable, et ce d'autant que les domaines skiables se développent sur les zones bien souvent les plus accueillantes pour le ski de rando, voir en travers des itinéraires.
Par ailleurs, les arrêtés municipaux définissent les domaines comme les espaces entre les jalons, isolant de fait souvent certains secteurs, recouvrant des espaces publics et privés...
Bref, l'appropriation des espaces montagnards par les services industriels et commerciaux pour leur seul bénéfice est parfois sujet à caution , d'autant que la demande est justement en train de changer.
Certaines stations sont en grande réflexion pour intégrer ces nouvelles demandes dans leur domaine (ex: Réallon), avec l'étude et l'intégration d'espaces ou d'itinéraires dédiés, des projection commerciales hors saison, le développement de produits communautaires dynamiques, etc..
Celles ci ont bien compris l'intérêt de s'étendre hors "100% alpin" pour éviter le danger de l'exclusivisme mais aussi pour enraciner la station dans le paysage local.
Il y a donc celles qui sont en avance, et celles qui rattraperont le retard, ou pas.
Il existe des solutions pour que le "problème" devienne un avantage...ca s'appelle l'adaptation.

» Par jerome pouilloux, le 16.02.2015

la rando sur piste c'est que pour les collants pipettes qui bossent dans la semaine et doivent garder la forme le soir :)
Et il n'y a pas que chamechaude dans la vie, ni que les topos de skitour pour sortir...
très stressant pour un dameur si il doit faire attention aux randonneurs...

» Par Pierre, le 16.02.2015

@ cm, "Tes arrêtés ne sont pas applicables. N importe quel avocat te le dira. Sujet déjà débattu. Renseignez vous les gars."
Retour à l'envoyeur ... Cette affirmation est totalement erronée.

@Yoann-51, :
"d'autant qu'il n'est juridiquement pas possible d'interdire la rando sur piste"

Tout aussi faux, les pouvoirs de police du maire lui permettent parfaitement d'interdire la pratique du ski de rando sur les pistes.

Ce site n'est pas le lieu approprié pour un cours de droit, mais il suffit d'aller sur le site Légifrance pour consulter le code général des collectivités territoriales et la jurisprudence des juridictions administratives sur les pouvoirs de police du maire.

» Par pas pisteur pour 2 sous, le 16.02.2015

plutot qu'un long discours, on ne pourrait pas mettre la photo d'un collant-pipette qui s'est fait decoupé par un cable?
histoire d'expliquer le pourquoi du comment des arretes municipaux...

» Par CYCLOHC, le 16.02.2015

Les randonneurs qui montent au milieu des pistes : la nouvelle plaie des stations !
Penser surtout aux risques encourus lors du damage au treuil, et à l'inquiétude du dameur qui voit parfois grimper 5 ou 6 clampins de front !

Lorsque j'utilise ce monde de rando le soir après la fermeture, c'est en connaissant parfaitement le domaine, la présence et l'itinéraire pris ou à prendre par la dameuse, circuler dans une périphérie extrêmement large de son champ d'action.
J'ai déjà rencontré des zigotos monter en longeant le câble du treuil - pire encore, lorsqu'il est posé lâche au sol !

» Par vincent, le 16.02.2015

Et pourquoi toujours résumer au collant pipette le gars qui va skier le soir?

J'en croise certain qui comme moi apprécie le fait de faire 500 ou 600m le soir tranquille après le boulot en discutant histoire de s'aérer.
après vaut mieux quoi? monter en bord de piste ou se tenter une combe du rasoir de nuit ou aller s'embrocher sur les piquets de clôtures...

» Par Tivet, le 16.02.2015

Ce serait tout de même pas compliqué de mettre tout le monde autour d'une table, de constater les itinéraires fréquentés, les contraintes techniques du damage, et de tout croiser pour organiser, mobiliser, voire pourquoi pas encourager avec des bornes chrono comme en vélo, ou en ouvrant des sections de liaison, des traversées, je sais pas....? Sauf que l'arrêté ne coûte pas cher et ne remet rien en cause.
On a jamais rien résolu par des arrêtés, mais bien souvent, par des initiatives pratiques.

» Par Vieux Troll, le 16.02.2015

>>>J'en croise certain qui comme moi apprécie le fait de faire 500 ou >>>600m le soir tranquille après le boulot en discutant histoire de s'aérer.

Effectivement. D'ailleurs, j’apprécie la même chose en allant faire mon footing sur le périphérique.

Soyons un peu sérieux.

Pour avoir passé de nombreuses nuits à remonter les pistes de skis, ça pose, bien évidement, un vrai problème de sécurité. De nuit, ça peut vite ressembler aux chats (dameuses + câble) et à la souris (skieur). Il y a tout de même des endroits nettement moins dangereux pour s'aérer. A juste titre, je m'étais fait engueuler à plusieurs reprises par les pisteurs et conducteurs de dameuses. N'oubliez pas que ça ne les fait pas rêver d’écraser les skieurs comme des moucherons sur le pare-brise.

» Par vincent, le 16.02.2015

Ben oui soyons sérieux, on interdit pas de faire un footing le long d'une départementale... après c'est comme tout suffit d'être raisonnable. on ne parle pas de suivre la dameuse à la trace... c'est vrai que nos beau alpage plein de piquet de clôtures dépassant de 10 cm sont nettement moins dangereux et les secours bien plus facile a organier qu'en bord de piste...
alors que laisser juste un chemin ou une bande que l'on dame en dernier....

» Par Vieux Troll, le 16.02.2015

>>>>
est vrai que nos beau alpage plein de piquet de clôtures dépassant de 10 cm sont nettement moins dangereux et les secours bien plus facile a organier qu'en bord de piste...
>>>>

Tu n'as jamais du voir un câble de dameuse sauter de 10m devant tes skis pour raconter ces conneries. Si tu es sur le passage du câble, il n'y a plus besoin d'organiser les secours. Il suffit de 2 boites en sapins ! Si les personnes chargés de l'entretien des pistes s’énervent comme les skieurs de nuits, c'est avant tout parce qu'ils ont peur pour ta peaux. On peut également les écouter !

Quand à courir de nuit sur une départemental ! ! ! Il faut tout de même aimer chercher les emmerdes.

» Par Tivet, le 16.02.2015

+1 pour les dangers du treuil,
+1 pour le respect du travail, même si on est loin de laisser des baignoires, on raye le polish du peigne, m'enfin c'est tout,
J'ajouterais +1 avec le problème de déclenchement PIDA, le problème a été soulevé parfois,
- 1 pour l'impact dameuses - skieur, jamais vu une dameuse tout feux éteints à 120km/h en drift dans la courbe et jamais vu des skieurs être attirés par les phares comme des moucherons.
- 1 pour le jugement des intérêts des uns et des autres à aller ou non sur ou autour des pistes... c'est du prosélytisme...
- 1 pour la remise en cause des randonneurs alors que certaines station déroulent le tapis rouge pour motoneiges et compagnie.
- 1 pour l'inaptitude française à déclasser les choses et à se réorganiser. Comment on accueille papa rando, maman raquette, junior compète piquet et miss freeride au même endroit? On leur propose quoi? Parce que ca se développe, cette façon de "consommer"...la preuve avec l'initiative D4tlon ski de rando.
Et toute la famille, elle fini au resto, au cinoche, à la piscine....
Et je ne parle pas des gens du coin..

» Par Pou, le 16.02.2015

A Bernex, il pourrait aussi regarder dans leur assiette. Un des chemins "officiel" de raquette coupe une piste avec aucun aménagement pour ralentir les skieurs.
Après, ils pourraient aussi profiter de l'aubaine en créant une trace de monter, par exemple jusqu'au mont Baron, sur la première moitié il y a déjà le chemin de raquette puis la suite est sur un espace non damé.

» Par Vieux Troll, le 16.02.2015

>>>Et toute la famille, elle fini au resto, au cinoche, à la piscine....

?
Quand j'allais remonter les pistes de ski en nocturne, je n'ai jamais vu de famille.
Cinoche ? De quoi est ce que nous parlons ? Le grenoblois se faisant une podefoc en nocturne irait au cinoche en station ?
Piscine ? Idem que pour le cinoche.

La personne faisant une podefoc, tard ou tôt le matin, en nocturne sur des pistes de skis, après ou avant le boulot, se dépêche de rentrer chez lui ou d'aller au boulot ! Je ne connais aucun collègue qui serait allé à la piscine ou au cinoche là-haut, après sa séance d'entrainement nocturne.

» Par leded, le 16.02.2015

Tu ne dois pas avoir beaucoup de collègues, alors !
nous si, on s'arrête mais au Chalet (de Roche Bé). Bières et tartiflette. On consomme aussi entre potes.
Dommage qu'il y ait un Go Sport à la place, cette année ;-(

» Par Vieux Troll, le 16.02.2015

Je croyais qu'on parlait de la podefoc nocturne à l'arrache sur les pistes de ski coincé entre les dameuses et les câbles ?
Si j'y vais dans ces conditions, comme la très grande majorité, voir quasi-totalité, c'est que je n'ai pas le temps de me faire une podefoc durant la journée ! Quand j'ai fini mon entrainement, je rentre chez moi. Si c'est une nocturne du matin, je vais ensuite au boulot.

Si en plus, tu rentres bourré à 3 plombes après avoir torché entre potes, je penses que la vie de famille, évoquée ci-dessus, ne va pas durer plus de quelques semaines.

» Par Tivet, le 16.02.2015

Oai ok, il a pas tort Troll, j'ai dérivé un peu, mais disons que ce qui fonctionne la nuit pour la dameuse fonctionnera aussi le jour quant, tout seul, t'ira faire de lapodfoc par risque 5 plusplus ...
Disons que ca va tout ensemble la problématique podfoc en station....

» Par leded, le 16.02.2015

@troll
cantonnes toi à épiloguer tes inepties sur le ski de rando et évites d'aborder ce thème que tu ne connais pas: la vie de famille.

» Par Baiseur de trolleuse, le 16.02.2015

Continues à faire ton zémour de base, troll et d'aller peaudefoquer tes bouses de bon matin. Je m'occupe de ta douce...vie de famille pendant ce temps.

» Par savoy, le 16.02.2015

C'est fini, oui?

» Par Vieux Troll, le 16.02.2015

>>>>>Oai ok, il a pas tort Troll, j'ai dérivé un peu, mais disons que ce qui fonctionne la nuit pour la dameuse fonctionnera aussi le jour quant,

C'est très différent durant la journée et l'ouverture des pistes. Par définition même, les risques liés à l'entretien des pistes (dameuses et câbles) et à la sécurisation du domaine (déclenchement PIDA etc) sont faibles sur une piste ouverte. Ca n'a rien à voir avec le ski nocturne.


Pour ma part, je n'irais pas en station par risque 5 en journée car il y a suffisamment de courses présentant très peu de risques. Mais, je comprends que la personne ne connaissant pas bien le terrain préfère, de jour, courir sous les pylônes.

» Par Fan du Marais, le 16.02.2015

De toute façon. De nos jours, les randonneurs ne cessent de se plaindre des stations de ski. Ils leurs reprochent d'exister et d'empiéter sur leur montagne wilderness et en même temps sont content de remonter les pistes enneigées artificiellement quand ailleurs cela craint, ou qu'il fait nuit ou encore qu'il n'y a pas assez de neige, ou tout court parce que c'est plus simple ... Attitude très contradictoire.
Fréquentant ses deux mondes, j'en viens à me demander qui est le plus obtus et le plus intolérant !

» Par Tivet, le 16.02.2015

Faux troll
Les dégâts des percutions entre un individu statique et un type lancé à 50 à l'heure sont également très graves et statistiquement plus élevés avec la fréquentation. La prise en compte du risque en domaine skiable est multicritères et ne s'intéresse pas qu'à la marge. La distribution statistique X gravité de Farmer peut en partie s'y appliquer. En conséquence, la question de la gestion du risque doit s'étendre sur toute la période d'exploitation, exactement comme d'autres risques associés au matériel, aux avalanches... Donc gérer le problème, c'est le gérer avec une procédure unique, globale et à voilure variable.

» Par Vieux Troll, le 17.02.2015

C'est certain que les dégâts de percussion avec une dameuse ou un câble sont moins dangereux.
Tivet, à se demander qui est le troll.

» Par vincent, le 17.02.2015

Vieux troll quand tu va en station il suffit de tout faire pour rester loin des dameuse. hier soir sortie de 1000m a la Clusaz. la dameuse la plus proche m'est passé à 200m minimum. et 3/4 du domaine est damé sans câble....

Les stations se plaignent des randonneur la nuit mais bon formule proposé par la Clusaz depuis cette année:

http://www.laclusaz.com/hiver/freerando.html

Avec une soirée afterwork accompagné et payante pour les touristes comme quoi quand ca rapport il n'y a plus de soucis de câble.....

» Par Tivet, le 17.02.2015

toujours pas soigné son complexe de supériorité le troll, toujours impossible d'avoir un dialogue constructif.
Oui tu as raison, la percussion avec une dameuse est moins dangereuse, parce que statistiquement plus rare...La dangerosité, c'est assez flou comme concept.

» Par Vieux Troll, le 17.02.2015

>>>Oui tu as raison, la percussion avec une dameuse est moins >>>dangereuse, parce que statistiquement plus rare...

Ah oui. Je vais en parler à la maman de mon gamin. Afin de limiter les risques pour le gamin, je vais lui proposer de l'emmener de nuit entre les dameuses et les câbles. Ce serait donc moins dangereux que la journée sur la piste.


>>>Vieux troll quand tu va en station il suffit de tout faire pour rester loin des dameuse.

Ca, c'est la théorie. En pratique, il y a déjà eut des skieurs tués par un câble. Mais, les pisteurs et conducteur d'engins sont tous des méchants garçons qui veulent embetter les gentils skieurs amoureux de la nature.

>>>>>
http://www.laclusaz.com/hiver/freerando.html
Avec une soirée afterwork accompagné et payante pour les touristes comme quoi quand ca rapport il n'y a plus de soucis de câble.....
>>>>>
J'avoue ne pas bien voir le rapport. Tu vas proposer des stages débutants, coutant 25€ par séance, pour toutes les sessions de nuit des personnes qui s'entraine en nocturne ?
Tu n'as pas du faire beaucoup d'entrainement nocturne pour faire semblant de croire que c'est une option intéressante. 25€ la soupe au sommet ! Quand même.

» Par Slov4s, le 17.02.2015

Le comportement de "certains" randonneurs pose quand même vraiment problème. A Combloux, la station propose 2 itinéraires différent pour randonneur/marcheurs pour accéder au sommet de la station, hors des piste de descente, et interdit aux skieurs non randonneurs l'accès à certaine zone de foret pour eviter les accidents. Les contraintes sont bien mise sur les 2 types de pratique, et je me suis déjà fait largement sermonner pour avoir voulu en ski de piste prendre un chemin que j'avais pris la veille en rando, pour accéder à un hors piste sympatique. Mais les zones de monté sont largement bien défini, pratique, avec du raide et du moins raide suivant ce qu'on recherche pour la monté. Et sur les zones communes, la majorité des randonneurs à pieds ou à ski respectent la montée par le bord de la pistes.
Ca n'empeche pas certains randonneur à ski (peut etre pas que des collant pipette, mais je n'ai vu qu'eux) choisir pertinemment (parce que vu l'endroit, il n'y avait pas possibilité de juste s’être trompé) des zones ou les mouvement de terrain peuvent les masquer et remonter au milieu de la piste.
Accepter les randonneurs est une chose, considérer leur incivilité comme acceptable sous le pretexte que la montagne est à tout le monde en est une autre. Surtout quand la station travaille l'accueil de ce public et propose des solutions de bonne cohabitation.
Donc le randonneur qui remontait le mur du Grand Tetras dimanche matin vers 11h à Combloux, saches que je te considère comme une plaie pour ton sport et l'image de de tes co-pratiquants, dont je fais parti.

» Par vincent, le 17.02.2015

Bon vieux troll pour t'explique calmement, je suis d'accord avec toi que le comportement de certains skieurs est mal adapté, à vouloir suivre les dameuses ou à vouloir aller dans les secteurs de câblages. mais comme tout, plutôt qu'interdire il vaut mieux dialoguer sans devenir extrême dans les propos.

Aucune station n'est capable de damer 100% de son domaine en 1h et 100% des machines ne sont pas à câble.
Il suffit d'un peu de logique et de discutions avec les dameurs quand on fait ca régulièrement.

A la Clusaz quand les dameuses sont à l'aiguille je vais a balme ou inversement...

Et pour les stages ils se pratiquent encadrés en effet, pour les débutants, je le convient mais c'était pour montrer que des adaptations sont possible et que les stations sont capable d'aménagement quand ca les arrangent. Car se stage se passe sur les pistes de nuit malgré l'arrêté municipale... comme quoi des aménagements peuvent se réfléchir...

Apres je suis d'accord avec vous à cause de certains randonneurs on généralise et on fini par tout interdire... c'est ça que je trouve dommage...

» Par Vieux Troll, le 17.02.2015

A nouveau, je ne vois pas bien le rapport entre la vente d'une prestation aux pinpins (25€ pour être encadré en montant la nuit sous les pylônes) et l'entrainement nocturne que nous pratiquons. Bien évidement que la totalité des stations seraient très contente de vendre 25€ la monté en nocturne sous les pylônes. Mais pour ma part, je n'ai pas souvenir avoir payé quelque chose quand je m'entrainais en nocturne. A raison de 2-3 séances nocturnes par semaines, je serais très étonné qu'il y ait beaucoup de prétendants pour lâcher 340€ par mois à ce genre de chose dans un sport sans argent.

Si en journée, on prenait un forfait pour remonter sur les pistes, il est tout aussi certains que les stations nous accueillerait à bras ouverts.

L'art de défoncer les portes ouvertes.

» Par vincent, le 17.02.2015

Je dois mal m'expliquer ou tu fais semblant de pas comprendre. Je dis juste que quand on prend un arrêté municipale j'estime que ca s'applique a tous le monde....
si il sont capable de faire une dérogation pour l'esf pourquoi pas le faire sur un bout de piste avec un horaire défini pour l'entrainement c'est tout.

Voila le but du message c'est plutôt d'engager la discutions plutôt d'interdire à tout va...

enfin je pense pas que c'est ici que les choses avancerons...

» Par Vieux Troll, le 17.02.2015

>>>>si il sont capable de faire une dérogation pour l'esf pourquoi pas >>>>le faire sur un bout de piste avec un horaire défini pour >>>>l'entrainement c'est tout.


Ben, tu te prends par la main et tu vas le proposer à la station.

Yakafaucon etc

» Par vincent, le 17.02.2015

c'est fait et c'est en cours de discutions!!!

C'est juste que des faut être plus constructif que dire y a des câbles de partout c'est dangereux et ceux qui font sa sont tous cons...

sinon on en arrive vite à y a des avalanches et des morts donc arrêté municipale pour interdire le ski de rando et plus de soucis.

mais bon dire ca a un troll..;)

bon aprem

» Par Vieux Troll, le 17.02.2015

C'est certains que le discours "les pisteurs et conducteur d'engins sont tous des méchants garçons qui veulent embetter les gentils skieurs amoureux de la nature." est plus constructif.

>>>sinon on en arrive vite à y a des avalanches et des morts arrêté >>>municipale pour interdire le ski de rando

? ? ?

A nouveau, il vaudrait mieux arrêter de parler pour ne rien dire. Reprends donc les conditions d'applications d'un arrêté !

» Par Cyril Vincent, le 17.02.2015

J'y comprend rien à l'allemand mais c'est fort à propos (à 0:46) : https://www.youtube.com/watch?v=EiTk8-3vI_s

» Par Vieux Troll, le 18.02.2015

Effectivement, c'est fort à propos.

On peut rajouter que de nuit et en arrivant par le haut (donc à la descente), c'est très difficile de voir le câble. La dameuse peut être à x centaines de mètres sous une cassure avec donc pas de visu sur la dameuse, alors que le câble est juste à coté de soi invisible sous la neige. Quand la dameuse se décale, le câble peut sauter. Si on est sur le passage du câble, il ne reste plus qu'à commander 2 boites en sapins.
Dans une station que je connaissais très bien (des dizaines de parcours nocturnes), j'ai failli me faire avoir.
C'est un peu comme de conseiller de courir de nuit sur les départementales !

» Par loula74, le 18.02.2015

Pour moi, ce dont on parle ici ce n'est pas randonner , c'est du jogging ou une épreuve d'athlétisme sur la neige sur la neige . La randonnee c'est un autre esprit , c'est des paysages ,un regard sur la nature et beaucoup d'autres choses et je ne comprends pas cette dérive

» Par cadeau, le 28.02.2015

cadeau pour ce qui pense que la montagne se résume à faire de la "rando" sur les pistes damées...
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=EiTk8-3vI_s


VTT de montagne