Accueil > Actu > Nature et Ecologie > Survivre en hiver quand on vit dehors, en montagne !

Survivre en hiver quand on vit dehors, en montagne ! - Nature et Ecologie

 
+22
40 votes

Survivre en hiver quand on vit dehors, en montagne !

Proposé par Ricil le 17.12.2014, publié le 17.12.2014 :: www.ecrins-parcnational.fr :: 829 clics :: 7 commentaires :: Nature et Ecologie

En hiver, les animaux ne vivent que grâce aux réserves accumulées pendant l'été. Chaque dérangement les oblige à puiser dans leur stock d'énergie et réduit leurs chances de survie. La multiplication et la diversité des pratiques sportives et de découverte accroit les risques. »

Commentaires

» Par Wolf, le 17.12.2014

Une alerte contre les skieurs fous de poudreuse, je suppose. Messieurs, modérez un peu vos ardeurs dans la Peuf

» Par ubaye40, le 18.12.2014

on sait,déjà dit redit etc.... à qd une police "verte".....

» Par pacou73, le 18.12.2014

A bon les ongulés ne mangent rien l'hiver ?!!
Quand ils descendent ou vont sur les zones déneigées c'est pour se faire bronzer uniquement ?
Ils grattent la neige pour faire des igloos !
Les forestiers font des enquêtes pour connaitre les conséquences de l'abroutissement (ce n'étaient donc pas les ongulés les responsables !).

Vite de nouvelles études pour éluder tout cela.

Plus de loups, plus lynx, mais des skieurs prédateurs assurent le nécessaire équilibre, ouf tout n'est pas perdu !

Bon ski, bonnes études !

» Par ubaye40, le 18.12.2014

correction,
les forestiers font des enquêtes orientées et à charge des "vilains skieurs hors piste et de rando"
ubaye40

» Par Sylv, le 20.12.2014

En tout cas c'est vrai qu'on rencontre parfois des skieurs "hurleurs" dans la montagne. Il me semble que ça ne couterait pas grand chose d'apprendre à etre un peu plus discret :)

» Par Sylv, le 20.12.2014

Je pense notamment aux groupes du caf ;)

» Par pacou, le 22.12.2014

L 'écologie est tellement galvaudé utilisée. Je suis de la nature. Mais les faux débats, les fausses études, générées sont légions. Instituées.
Les animaux n'ont pas attendu l'homme pour survivre à l'homme avec ou sans ski.
Les ongulés puisque c'est d'eux qu'il s'agit dans l'article proposé: ne sont pas en danger dans les montagnes comme les Bauges. En 1950 il restait 50 individus, ils sont plusieurs milliers dans le massif maintenant. Les skieurs sont beaucoup, beaucoup plus nombreux depuis quelques temps dans ces montagnes "oubliées".
Je suis navré de considérer que les internautes de ski tour, probablement d'avantage citadins et/ou neo ruraux, ont subit le lavage de cerveaux orchestré par des pseudo scientifiquse" de tous poils. Ils défendent leur taf bien d'avantage que leurs convictions ... La fréquentation sportive et contemplative est leur raison d'être dans les parcs régionaux ou nationaux. Dans mon massif ils accumulent sans les exploiter des tonnes de données : l'été ils comptent les chamois, l'hiver les voitures de randoneurs skieurs sur les parkings de bellevaux, du reposoir, .... Fiez vous uniquement dans un premier temps à vos observations, combien de tétras avez vous levé dans votre vie de skieur, combien de chamois avez vous mis en déroute pendant une descente à ski ? Triez vos déchets, consommé mieux, faites votre part du Colibri (pierre Rabbit) mais ne vous faites pas manipulé.


VTT de montagne