Accueil > Actu > Politique et Société > Les mineurs interdits d'accès dans deux-tiers des refuges alpins ?

Les mineurs interdits d'accès dans deux-tiers des refuges alpins ? - Politique et Société

 
+4
28 votes

Les mineurs interdits d'accès dans deux-tiers des refuges alpins ?

Proposé par jc69 le 05.03.2014, publié le 05.03.2014 :: www.ledauphine.com :: 809 clics :: 19 commentaires :: Politique et Société

« Aujourd’hui, deux textes se superposent, et leur interprétation entretient le flou sur la réglementation » ...
Allons-nous vers une société de plus en plus aseptisée ?
Sans aucun doute ... »

Commentaires

» Par xdo, le 05.03.2014

Ca va les pousser à découvrir le bivouac sous tente ou à la belle étoile...
Et ils n'y perdront pas au change.
Reste que l'ultra sécurisation et légalisation de notre société est déprimante.

» Par Un gras, le 06.03.2014

Si j'ai bien compris l'arrêté date de 1994 ! Ca fait donc 20ans !
yapasadire, c'est des nouvelles vocation.
J'ai l'impression que cette coordination devient de plus en plus une baudruche pleine de vide servant simplement a faire parler de quelques personnes.

» Par pierre, le 06.03.2014

Le journaliste n'a rien compris et n'a manifestement pas pris la peine de lire le texte dont il parle. La restriction ne concerne pas tous les mineurs. Le texte dispose que "L'utilisation des refuges de montagne pour accueillir des colonies de vacances, des classes de neige ou de découverte (...) ne peut être autorisée." "Toutefois les camps itinérants sont autorisés sous réserve que leur organisation réponde aux spécifications réglementaire édictées par le ministre des sports".

La restriction paraît loin d'être absurde : il est tout de même bien plus difficile de gérer une vingtaine d'enfant en cas d'accident ou de crise quelconque que quelques uns accompagnés de leur(s) parent(s).

Aucun problème donc, pour monter, en famille, en refuge avec les enfants, en général ils sont tout fiers de l'aventure.

» Par Pascal, le 06.03.2014

@ Pierre
merci pour ces éclaircissements. Ce texte me paraissait jusque là très abscons, tel qu’il ést paru dans le Daubé. On ne va pas s’énerver pour rien. Antoine Chandellier a sans doute besoin, lui aussi des lumières de Skitour ;-)

Bon ski à tous

» Par xdo, le 06.03.2014

et les mineurs seuls ?

» Par mich, le 06.03.2014

Encore faut il que les mineurs montent accompagnés de leurs parents, ce qui est loin, très loin d'être la règle.
Pour beaucoup d'enfants, de jeunes ados, les "colo", sorties scolaires, sorties club...sont l'unique chance de découvrir la montagne.
Ce fameux REF 7 est en effet particulièrement restrictif concernant l'accès aux refuges pour les groupes de mineurs et on peut espérer une nouvelle version plus ouverte.

» Par Un gras, le 06.03.2014

Pour avoir encadré des mineurs en club, le plus sympa est le bivouac. Pas besoin de refuge pour faire découvrir la montagne. Les "gamins" adorent le bivouac. Ça laisse beaucoup plus de souvenir qu'aller s'entasser dans hôtels d'altitudes. Par ailleurs, c'est le plus souple en terme d'organisation : pas besoin de réserver, on s'adapte aisément a la météo.

» Par Un gras, le 06.03.2014

Autres points forts du bivouac : coût minime, apprentissage de l'autonomie.
Il n'y a que les marchands de soupes pour faire croire que la montagne ne se découvre qu'avec des refuges gardées.

» Par cmanu, le 06.03.2014

@ un gras : est ce qu'aujourd'hui on encore le droit d’emmener un groupe de gamins en bivouac à plus de 30 minutes de l'accès des secours ?

» Par Un gras, le 06.03.2014

Pour ma part, je n'ai jamais pris en compte une limite de 30min pour l'accès des secours !
De toutes façons, si tu prends en compte une limite de ce type, tu ne peux plus rien faire. Même pas une petite grande voie sportive de 100m a côté de la route.
Par définition même, en montagne tu es quasiment toujours a plus de 30 min !
Pour être à moins de 30min d'un secour non aéroporté, il faut aller grimper a Espace Vertical (sauf les jours de bouchon). C'est de la branlette intellectuelle

» Par mollotof, le 06.03.2014

Connaissant bien le millieu de l'EEDD, je peux vous dire que l'educ' nat' (du moins en isere) est de plus en plus réticente à laisser sortir les gamins....Ils sont hyper procéduriers et découragent la plupart des initiatives des profs qui veulent emmener leurs gamins dans la nature...

» Par NordOuest, le 06.03.2014

@un gras

La problématique de l'encadrement de mineurs et de leur séjour est un peu plus complexe... Se référer aux textes de l'Education Nationale et de la DDJS concernée. (concernant l'accueil en bâtiment de montagne)
Seuls, sont autorisés dans le dit cadre cité ci-dessus, les hébergements avec agrément.
- Pour l'alpinisme: interdiction et c'est la loi de voir des moins de 12 ans sur un glacier.
- Juridiction floue, il est vrai.
- cf www.ffme.fr/espace-club/page/organiser-un-stage-avec-des-mineurs.html
etc...
Perso, j'encadre chaque année un stage de jeunes compétiteur ski de fond/Biathlon en montagne sur 3 jours et je ne sais toujours pas quelles sont les limites hormis celles incompressibles d'accompagner des enfants de moins de 12 ans sur un glacier. Il en couterait mon diplome de guide en cas de problème.
Pour le reste, l'organisateur est de surcroit normalement responsable mais je ne suis pas légiste.

Pas facile d'emmener des jeunes en montagne lorsque l'on dispose d'un BE.

» Par Vieux Troll, le 06.03.2014

Les directives de l'EEDD ne concerne que l'EEDD.
Je sais que c'est plus complexe pour la DDJS. Mais en club, sur un WE, avec un groupe de tres petite taille, compatible avec la pratique de la montagne, il n'y a pas de soucis. Bien evidement, on ne va pas organiser un stage face nord de 2 mois avec 20 gamins de 4 ans.

» Par Un gras, le 06.03.2014

Il faut moins de 7 personnes. Voir les ecoles aventures organises par bon nombre de club.

» Par philou3873, le 06.03.2014

Dans le cadre du nouveau refuge du Col de la Vanoise des dispositions ont été prises, justement pour accueillir des groupes et notamment des classes (en juin et septembre), avec l'aval des services de sécurité et la validation d'abord sur plan et ensuite lors de la réception du bâtiment par un représentant de l'éducation nationale. Il n' y adonc pas de pb.

» Par Un gras, le 07.03.2014

C'est un autre débat. Mais, je ne vois pas bien pourquoi ´éducation devraient dépenser notre argent en emmenant des classes en refuges. Comme s'il n'y avait pas d'autres priorités actuellement dans l'enseignement !
Que l'école de préoccupe déjà des très nombreux gamins qu'elle laisse au bord de la route de l'enseignement. On verra après, s'il reste de l'argent, pour payer des séjours dans des hôtels d'altitudes !

» Par mich, le 07.03.2014

"Que l'école de préoccupe déjà des très nombreux gamins qu'elle laisse au bord de la route de l'enseignement. On verra après, s'il reste de l'argent, pour payer des séjours dans des hôtels d'altitudes !"
aucun doute, il y en a qui ont très bien choisi leur pseudo!!!

» Par ung bäver, le 07.03.2014

Hé oui, la montagne, c'est pas pour les minots.

A 17 ans, j'ai tout quitter pour aller habiter à la montagne et vivre ma passion naissante. J'ai alors mis les pieds au CAF, pensant alors passer tout mes WE en montagne avec des personnes compétentes... Que dalle ! comme j'étais mineur, y'en quasi aucun qui acceptait de m'emmener ! Et alors quand on va tout seul en montagne, à 17 ans, et qu'on y connait rien ... bonjour les conneries !!!

Concernant les refuges, c'est bien dommage qu'il soit si compliqué d'y faire dormir des gamins dans un cadre scolaire. Car l'éducation, ça ne s'arrête pas à l'apprentissage de la lecture de l'écriture et des chiffres. C'est d'ailleurs une éducation la plus ouverte possible qui permettra de laisser le moins de gamins "au bord de la route" (cf "Un gras").

» Par Un gras, le 08.03.2014

Effectivement, l'apprentissage ne s'arrête plus depuis des décennies a lire, écrire et compter. Il y a également des maths, de la philo, de l'anglais, de l'histoire-géo, de la physique-chimie, de la bio, de l'économie, de la gestion, du sport etc. voir soyons fou : apprendre un métier.
Mais, je ne vois toujours pas trop le rapport avec un séjour en hôtel d'altitude.
ok, les marchands de soupe sont intéressé par le marché des classes. Mais en ces périodes de disettes budgétaire et de baisse du niveau de l'enseignement en France, est ce vraiment interessant de dépenser notre argent dans ce genre de chose ?
A fortiori parce qu'il n'y a pas besoin de se payer une nuit dans un hôtel d'altitude pour découvrir la montagne.


VTT de montagne