Accueil > Actu > Santé et médecine > Alpinisme et ski de rando au palmarès des sports meurtriers

Alpinisme et ski de rando au palmarès des sports meurtriers - Santé et médecine

 
+6
36 votes

Alpinisme et ski de rando au palmarès des sports meurtriers

Proposé par Jeroen le 24.05.2013, publié le 24.05.2013 :: www.romandie.com :: 1468 clics :: 25 commentaires :: Santé et médecine

En 2010, 246 personnes sont décédées suite à une pratique sportive en France métropolitaine, expliquent M. Thélot et ses collègues de l'InVS dans un article publié en ligne dans la revue spécialisée Journal de traumatologie du sport.Les sports de montagne ont été les plus meurtriers avec 99 décès, suivis des sports aquatiques (50 morts), de la chasse (27 morts) »

Commentaires

» Par Engage_Guignol, le 24.05.2013

De nombreux choix arbitraires et que je ne partage pas ont été pris dans cette étude ... Dommage. L'idée était bonne.

» Par jc69, le 24.05.2013

Puisqu'ils ne prennent pas en compte la natation ni le cyclisme parce que ce ne sont pas des sports (!), pourquoi prennent-ils en compte la chasse et la pêche ?
Parce que la plupart des adeptes ne pratiquent ni la chasse ni la pêche sportive.

22 morts en ULM ! Autant que par avalanches !

» Par Olivier -R-, le 24.05.2013

Effectivement l'étude est loin d'être complète. Par contre JC 69, tu confonds pratique sportive et pratique de compétition. De nombreux pêcheurs ont une pratique sportive de l'activité (nombreux km à pieds, effort physique important), pareil pour la chasse, je suppose.
Je suis d'accord avec toi pour le vélo. Entre le vélo comme moyen de déplacement choisi et la compétition, il existe le cyclo rando, le cyclo sport...
En compétition, tout sport confondus, les decès sont rares.

» Par yves, le 24.05.2013

Les accidents de la vie domestique (dans lesquels sont comptabilisés les accidents de sport) font plus de 10 000 morts par an en France....

» Par leroy, le 24.05.2013

Ce qui m'aurait intéressé, c'est s'ils avaient essayé de rapporter le nombre de décès au nombre (même estimé) de pratiquants.

» Par GEGE38, le 24.05.2013

"Les disciplines les plus meurtrières..."Mais Leroy a raison,il aurait été tout aussi intéressant de rapporter le nombre de décès au nombre de pratiquants pour déterminer les plus dangereuses

» Par Boris, le 24.05.2013

Oui, rapporté au nombre de pratiquants, il ressort véritablement que le ski de rando et l'alpinisme sont un véritable suicide.
Ce n'est pas une bonne nouvelle que je vous annonce hélas ; faites le calcul par vous-même et comparez aux accidents de la route ... Pondérez par la durée de la pratique

» Par Galaad, le 25.05.2013

@Boris : ce calcul est impossible à faire. Comment connaître le nombre de pratiquants ? Comment définir précisément la pratique ? Et puis qu'es-ce que cette étude va changer ? Peut-être va-t-elle titiller les assureurs qui nous questionneront à ce sujet pour nous refiler une option sur notre contrat.

» Par nours, le 25.05.2013

En suisse, les assureurs n'ont pas attendu cette "étude" pour mettre des clauses à leurs contra : pour notre maison, nous n'avions le droit de mourir en montagne qu'au prix d'une grande augmentation de tarif.

» Par Nemo, le 25.05.2013

Ca va faire moins de monde en montagne .... :-)
J'espère que Jean Pierre Pernaud va en parler !

» Par J-M, le 25.05.2013

La plupart des assurances de personnes (garanties incapacité temporaire ou invalidité ,voire même décès ) excluent les sports à risque .le ski de randonnée est particulièrement visé,les réassureurs qui interviennent sur le plan international demandent à ce que les conditions générales des contrats excluent les conséquences de la pratique des sports suivants : Alpinisme,ski hors pistes balisées,varappe,cascade de glace...Certaines conditions générales précisent que la pratique de ces sports doit faire l'objet d'une déclaration par l'assuré si leur pratique devait se produire après la souscription du contrat.La plupart des assurés découvrent après le sinistre que leur assurance ne fonctionnera pas.Soit la déclaration auprès de l'assurance de la pratique de ces sports entraine une modification importante de la prime ( majorations pouvant aller jusqu'à 3OO%), soit l'exclusion de la pratique de ces sports est confirmée .L'enjeu est important,car pour les salariés,la Sécurité Sociale plafonne les indemnités à environ 50€ par jour,les assurances complémentaires collectives ou individuelles venant en complément (ou pas ).Vos garanties souscrites dans le cadre de l'assurance CAF ou FFME sont d'une portée extrèmement dérisoire.Notament pour le risque invalidité.Si vous restez invalide suite à un accident de montagne,vous devrez vivre avec une pension très limitée versée par la sécurité sociale etvous percevrez au mieux un petit capital par l'assurance CAF ou FFME.Je vous encourage vivement à faire le point sur vos garanties :(assurances de prêt,assurances personnelles,assurances souscrites par votre employeur )Et surtout les demandeurs d'emploi indemnisés ou non ,les professions libérales et les travailleurs indépendants.La passion n'exclue pas la protection de son avenir et de celui de sa famille.

» Par agent_double, le 25.05.2013

Moi ce qui me fait halluciner c'est quand même le nombre de mort en accident de chasse... (d'ailleurs c'est un sport la chasse, quand on attend sur un siège le cochon qui passe ?)

Il serait tant que les pouvoirs publics se penchent un peu sur la question.
Je suppose que si l'on enlève des 27 morts, les quelques accidents type chute mortelle ou accident cardiaque ou vasculaire, le reste, au moins 20 ou 25 cas par an, c'est du à un coup de fusil qui part...

Si ces gens là respectait les règles de sécurité dans leur activité, on aurait pas autant de mort.

Une avalanche en alpi, une chute de pierre, c'est un risque objectif difficilement contrôlable.
Un dévissage, une fermeture en parapente, c'est une erreur humaine qui nous pend au nez à tous, nous pratiquants.

Mais un tir de 12 sur son collège, la c'est carrément de la négligence quoi...

Une honte

» Par berny, le 25.05.2013

Ca serait bien d'avoir une estimation ramenée à l'heure de pratique effective, même si c'est difficile. Ca pourrait permettre de relativiser le risque objectif par rapport à la probabilité de réaliser un homicide involontaire ;-)

» Par François Gouy, le 25.05.2013

Rien d'étonnant dans ces chiffres.
La montagne est un milieu piégeux, où garder un niveau de vigilance élevé en toute circonstance est très difficile.
Une fois qu'on dit ça, il faut se poser les questions :
- quel espace de prise de risque "inutile" (ou gratuit) doit laisser la société à ses membres pour qu'ils s'épanouissent?
- Le niveau de sécurité engagé par les pratiquants est-il suffisant? Ou bien est-il possible de réduire l'accidentologie par une approche un peu prudente?

» Par grimperic, le 25.05.2013

Si j'ai bien compris c'est une lecture des médias qui est à la base du recensement. Un accident d'ULM, ou un dévissage à Chamonix, on trouve l'info sur tous les grands médias, un accident de vtt on trouve ça dans les pages locales du journal et encore !
Bref a mon avis c'est autant une analyse de l’écho médiatique que de l'accidentologie ...

» Par R1J, le 25.05.2013

http://www-verimag.imag.fr/~jahier/ski_vs_voiture.html

» Par G mas, le 25.05.2013

D'après un ami CRS secours montagne, le plus de morts par rapport au nb de participants étaient : l'escalade de cascades de glace puis le canyoning ; est ce encore vrai ?

» Par nours, le 25.05.2013

Je confirme l'avis de J-M : en ayant déclaré notre pratique de la montagne et après un questionnaire plus poussé, nous avons vu notre prime augmenter de de 300% pour une assurance vie cautionnant un prêt immobilier. (en suisse donc.)

» Par Klimb, le 25.05.2013

Il est exact que les assureurs sont encore plus stupides et illogiques que les politiques! En effet, les accidents en vélo de route sont très importants, plusieurs centaines par an et il n'y a pas de surprime! Les accidents en escalade pure, ce qu'ils restent les seuls à appeler"la varappe" se comptent sur les doigts des 2 mains mais donnent lieu à une surprime dissuasive! Par contre tous ceux qui ne pratiquent aucun de ces sports mais fument et boivent de l'alcool(plusieurs centaines de milliers de morts) ont droit à s'assurer à minima, cherchez l'erreur?

» Par el-manu, le 25.05.2013

Je ne suis pas d'accord avec vous 2 : J-M et nours :
Il s'agit pour les contrats précités, (du moins en ce qui me concerne) de la pratique des sports aériens-vol libre (parapente, etc...) et sport mécaniques (rallye, course de côte) en compétition et/ou dans le cadre d'un club -> pas de pb si pratique de la montagne (ski de rando, alpinisme, cascade, escalade, VTT, etc...) hors du cadre d'un club, ceci est valable chez April et le Crédit Agricole (je ne fais pas de pub, c'est indicatif

mais effectivement rapporté au nb de pratiquants c'est très risqué...

» Par Pti lapin, le 25.05.2013

La chasse un sport. ;)))))))))))))))))))

» Par Haire, le 25.05.2013

On peut effectivement s'inquiéter d'une démarche scientifique utilisant des données relevées dans les médias. Particulièrement sans étudier la représentativité des données. Mais cela a peut-être été fait et n'a pas été exposé par les médias dans l'article ci-dessus. :)
Ceci dit, il faut bien commencer quelque part. Cela peut inciter les organismes à mieux relever ces données et permettre ainsi un vrai travail statistique.

@Klimb: L'alcool et la cigarette tue lentement et n'empêche pas un citoyen de continuer à travailler (pendant un temps en tout cas). Après, il y a l'alcool au volant, mais c'est un autre problème). Je pense que ce n'est pas mis au même plan par les assureurs en termes d'incapacité de travail.

Pour l'anecdote, j'ai vu un jour des termes d'un contrat d'assurance prêt stipulant que je pouvais pratiquer n'importe quelle activité de montagne en autonomie si je ne dépassais pas l'altitude de 3000m. Très bizarre.
En tout cas, la France est loin d'avoir le même rapport à la montagne que la Suisse. J'ai épluché beaucoup de contrat d'assurance prêt (en France) et les activités en montagne ne sont pas aussi visées qu'en Suisse.

@agent_double: " Mais un tir de 12 sur son collège, la c'est carrément de la négligence quoi...": Peut-être que cela devrait plutôt apparaître dans la branche alcoolémie de l'incidentologie (humour)

» Par nours, le 25.05.2013

el-manu : je parle de mon expérience réelle avec un assureur suisse. Au vu de notre pratique de alpinisme et ski de randonnée(avions coché ces cases dans le questionnaire d'entrée, sinon exclusion d'office en plus des sports mécaniques et aériens que tu cites), nous avons eu besoin de définir plus précisément notre pratique pour analyse par leurs juristes (fréquence, altitudes, formations...) pour avoir finalement le choix entre exclure ces risques de l'assurances vie (c'est à dire, il ne paient pas si on meurt par la pratique de l'alpinisme) ou bien payer une surprime conséquente. Par contre, là où c'est drôle, c'est qu'ils nous ont finalement exclu l'alpinisme, mais pas le ski de rando : donc on pouvait choisir de mourir en ski de rando, mais surtout pas avec une corde dans le sac !!!

» Par dargaud, le 26.05.2013

Si les seules personnes qui peuvent prendre une assurance sont celles qui ne courent jamais aucun risque... à quoi sert l'assurance ?!? C'est vrai quoi, je ne comprend pas pourquoi les assureurs ont le droit de faire des distinctions.

» Par Baltringue, le 27.05.2013

méthodologie honteuse, cette étude ne vaut rien !


VTT de montagne